AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 sylena ❝ KEEP ME SHELTERED FROM THE STORM THAT'S RAGING ON ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sylas Hoaxley-Young
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 27/04/2015
⚡ Missives : 228

⚡ Fizwizbiz : 758
⚡ Âge du personnage : vingt ans.
⚡ Nature du sang : né-moldu.
lena blackladder
keep me sheltered from the storm that's raging on

So, bird-boned boy— bad-blooded Icarus boy— A riddle. What do you call the monster who’ve made a living off your bones? By their names, sweetheart. Can you hear the howling? They’ve hitchhiked your hunger, your body— they’re walking the ghost of you home.


Les heures vont et viennent et les mots se mélangent.

Il n'a jamais été un grand féru de lecture mais il doit avouer que ça lui a manqué. Avant, Sylas ne lisait jamais (“ c'est un truc de nerd, lire ”) mais maintenant, les mots prennent un tout nouveau sens. Il peut enfin abandonner son cerveau derrière lui, ses émotions à fleur de peau, ses envies de fuite, de meurtre, et s'abandonner à d'autres mondes. C'est Lena Blackladder qui lui a amené ce bouquin et ça fait environ trois jours qu'il planche dessus. Il n'a toujours pas dépassé le chapitre deux.

Lena Blackladder est quelqu'un de plaisant. Elle s'est occupée de lui — ses blessures, ses maux, ses plaies — avec douceur et patience et persévérance. Sylas l'apprécie, peut-être parce qu'elle a ce genre d'optimisme contagieux dont il a tant peur. Et si il se mettait à l'aimer vraiment? Et si, le moment venu, il se trouvait incapable de la tuer? (C'est leur destin à tous, se répète-t-il. Ils doivent mourir pour rétablir la balance, pour venger ce qu'ils ont tué, pour que la paix revienne dans ce monde. Ne comprennent-ils pas que leur combat est mort dans l'oeuf? Leur cause pourrie et mauvaise? Ne sont-ils pas fatigués de se battre, de courrir?) Il ne préfère pas y penser. Se replonge dans les mots, dont les lettres dansent et jouent et se mélangent.

Il trône ainsi sur le lit d'une chambre qu'on leur a donné, à Aleksander et lui. Ils ont de la chance d'être seuls tous les deux. Sylas n'aurait pas partagé avec quiconque d'autre que son frère. Ils sont un peu isolés du reste du manoir, à un étage quasi-désert, loin de tous et près du toit. Le soir, Sylas écoute la pluie tomber sur les tuiles et ça le détend.

Aleksander a moins de mal que lui à se mélanger aux autres résistants. Il flotte parmi eux avec une aise que Sylas lui envie à demi-mot. Lui n'arrive pas à sortir de la chambre sans avoir envie de prendre la fuite à toute jambe. Il aimerait bien parler avec Alexis mais il n'ose pas. Des fois elle vient le voir et le vide n'est que plus grand, que plus effrayant.

On frappe à la porte. Il se redresse sensiblement sur son séant. Ce ne peut pas être Aleks — il serait rentré comme une tempête, avec son sourire d'acteur collé au visage. Ce ne peut pas être Alexis. Il ne sait pas comment, mais Sylas sait que ce n'est pas elle. Il pose délicatement le livre sur la table de chevet après avoir plié le coin de la page qu'il était en train de lire, se redresse en tailleur sur son lit défait avant de dire, à voix haute et claire: “ entrez! ” du ton le plus accueillant qu'il peut produire.

C'est Lena Blackladder. Il articule difficilement un sourire sur ses lèvres, qui s'étirent comme sur du papier de verre. (À se pencher précautionneusement, on pourrait entendre la peau crisser et le coeur tomber, loin.) Il a l'air presque sympathique, le gamin brisé sur son lit, avec ses traits taillés à la serpe et son sourire comme un crochet cassé. Il accueille Lena en se levant difficilement, un corps trop faible pour un coeur trop gros, et s'approchant d'elle timidement. “ J'ai encore oublié de prendre mes médocs, docteur? ” plaisante-t-il lentement, hésitant, ses yeux brillants d'un lueur rare et profonde: confiance.

(On ne doit pas apprécier ses ennemis, ni ses cibles, ni ses futures victimes. Mais c'est plus fort que lui. Aleksander fait un meilleur infiltré que lui.)


I do not tolerate a world emptied of you. I have tried. For a year I have called every black tree your name; I have looked for your face in the patterns of the ice. In the dark, I have pored over the loss of you like pale gold.
Revenir en haut Aller en bas
Lena Blackadder
THE WANTED
Like the wind
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4190-lena-lately-i-ve-been-l
Hominum revelio
⚡ Registration : 15/03/2015
⚡ Missives : 457

⚡ Fizwizbiz : 2148
⚡ Âge du personnage : Vingt-Sept ans
⚡ Nature du sang : Sang Pur
C'était une discussion avec Alexis qui l'avait convaincue. Depuis la mission s'étant déroulée avec succès au ministère de la magie et la découverte d'Aleks et de Sylas, Lena avait veillé avec prudence et parcimonie sur les deux. Aleksander, elle le considérait comme son petit-frère mais son attitude avait changée ... cruellement, terriblement, elle continuait à l'approcher, à lui manifester toute sa tendresse et sa joie de l'avoir retrouvé mais c'est plus fort qu'elle, quelque chose cloche et leur rescousse inespérée surprise a quelque chose à voir avec. Sylas, elle ne connait de lui que le nom et les nombreuses anecdotes proférées à son égard par la belle Alexis dont le regard brille à chaque fois qu'elle parle du bon garçon repêché in extremis et dont l'arrivée à provoqué le bonheur. PROBLEME : Sylas n'agirait plus comme avant et serait un peu louche ... Bon, depuis son arrivée, ils ont eu le temps de discuter, Lena s'est occupée de ses plaies, de ses contusions et de tous les maux dont il se plaignait. Ne reste plus que le côté psychologique à vérifier et c'est d'ailleurs pour cette raison que l'aîné Blackadder frappe à la porte de son patient du jour avec une excitation qu'elle peine à masquer.

"Entrez !" Le sourire jusqu'aux lèvres, elle entre comme une fleur dans la chambre du blond qui, assis innocemment sur son lit, la dévisage poliment et avec toute la joie dont il peut faire preuve. La blonde reste un instant debout sur le pas de la porte le temps de fermer celle-ci à échanger un long regard avec lui. L'analyse a déjà débuté et elle se presse à ses côtés lorsqu'il se lève difficilement pour venir timidement vers elle. L'humain prend le dessus et elle le prend par le bras et l'attire par la fenêtre, chassant d'un revers de main la justification de sa présence qu'il lui adresse, amusé.  J'ai encore oublié de prendre mes médocs, docteur? "S'il n'y avait que ça ..." Plaisante-t-elle à son tour avant de reprendre tout en regardant par la fenêtre, l'invitant à en faire de même. "Un grand gaillard comme toi n'a pas à être surveillé, encore moins pour une histoire de médicament, n'est-ce pas Sylas ?" D'un regard amusé et accusateur, l'ex-médicomage lui décroche un sourire en coin et continue dans la vanne avant de parler sérieusement. "Je viens seulement pour t'amputer un bras alors profite un peu de la vue avant, ça t'aidera à te focaliser sur un paysage verdoyant plutôt que sur la douleur." Un peu bourru et étrange comme humour, Lena rit pour justifier de son humour pourri et l'invite à la suivre lui qui devait avoir l'habitude de ce genre de blague depuis qu'il la connaissait.

"Comme tu t'en doutes, Alexis se fait du soucis pour toi ... Mais ça n'est pas pour elle que je viens." La lueur dans ses yeux s'affaiblit légèrement. La jeune femme s'apprête à attaquer sur un terrain glissant mais ils en avaient longuement parlé lors de sa dernière visite alors ... Autant prendre le taureau par les cornes et ne plus perdre de temps en politesses. "La dernière fois, tu m'as confié que ta mémoire t'avait été arrachée ... Sylas, si tu souhaites la retrouver et lever le voile sur ce qui t'a été infligé du côté des Mangemorts, je peux peut-être t'aider ..." Tu laisses planer un vague doute quant à la façon de procéder et avant de lui révéler tes tentatives jusqu'à présent infructueuses en légilimencie, lui laisse le bénéfice du doute. "Si tu acceptes, je te promets que tout ce qui se passera ici restera entre nous. Secret professionnel si je puis dire et ce même si je n'exerce plus officiellement. De mon côté, je ferai tout pour t'aider à reprendre le dessus alors ... le choix t'appartient." Tu t'assois sur la chaise à côté du bureau et l'observe, patiente. Seulement, tu tiens tout de même à vérifier son état avant de partir dans de grandes explications. "Je te laisse le temps de l'auscultation et des soins pour y réfléchir Sylas, tu peux venir t'asseoir sur ton lit de nouveau et m'exposer tes blessures ?"

Vêtue d'une jean troué aux genoux, d'une paire d'escarpins et d'un débardeur d'un noir corbeau, tu n'as guère de place pour ranger ta baguette mais trouves toujours assez d'espace dans tes cheveux qui sont savamment noués autour de ce même outil magique. Au moment où elle tire sur la baguette et que ses cheveux tombent mollement sur ses épaules, elle examine cette dernière attentivement et la fait briller de quelques tapes sur la paume de ses mains. Un peu rouillée, la jeune femme se remémore tout ce qu'elle a appris lors de sa formation et des sortilèges magiques favorisant une guérison lente mais efficace. Pas un seul maux, pas une seule blessure ni commotion n'avait encore résisté à sa baguette et ça n'est pas le cas Sylas qui lui fera dire le contraire ! "Allez jeune homme, pas de timidité entre nous, promis, après ça tu pourras avoir une chocogrenouille !" Souriante et enjouée, elle s'apprête à faire le tour de ses souffrances d'un oeil aiguisé et d'un coup de baguette habilement placé tout en ignorant les terribles pensées qui germent dans l'esprit de l'amnésique qui lui fait face.
Revenir en haut Aller en bas
Sylas Hoaxley-Young
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 27/04/2015
⚡ Missives : 228

⚡ Fizwizbiz : 758
⚡ Âge du personnage : vingt ans.
⚡ Nature du sang : né-moldu.
lena blackladder
keep me sheltered from the storm that's raging on

So, bird-boned boy— bad-blooded Icarus boy— A riddle. What do you call the monster who’ve made a living off your bones? By their names, sweetheart. Can you hear the howling? They’ve hitchhiked your hunger, your body— they’re walking the ghost of you home.


Elle lui harponne le bras délicatement, l'emmène vers la fenêtre et il se laisse guider — après avoir frissonné, tremblé, sursauté à son contact; mais elle a quelque chose de rassurant qui le convainc de ne pas lui envoyer son poing dans la tête — obligeamment. “ Un grand gaillard comme toi n'a pas à être surveillé, encore moins pour une histoire de médicament, n'est-ce pas Sylas ? — Je plaisantais évidemment, je prends tous les médicaments que tu me demandes de prendre, ” dit-il sérieusement, un instant surpris. Il comprend qu'elle plaisante elle aussi. “ Je viens seulement pour t'amputer un bras alors profite un peu de la vue avant, ça t'aidera à te focaliser sur un paysage verdoyant plutôt que sur la douleur. ” Et là il a peur. Sylas adresse à Lena un visage franchement choqué, pensant un instant que-- non. Il voit la tête que lui renvoie la médicomage et il comprend qu'elle plaisante. Elle plaisante. Pas de soucis. Il se force à se calmer. Elle rit. C'est un son tellement beau et tellement innocent que Sylas est surpris, pendant un moment, interloqué, s'immobilise. Il commence à s'habituer à sa présence solaire, envahissante, incroyable, intense; ses blagues vaseuses qu'il met quelques secondes à comprendre et ses rires francs qui carillonnent de partout.

Il l'apprécie trop, ça lui fait mal au coeur.

Comme tu t'en doutes, Alexis se fait du soucis pour toi ... Mais ça n'est pas pour elle que je viens. ” Alexis... en pensant à elle, le coeur de Sylas se serre. Il ne sait pas exactement pourquoi. Il se demande pourquoi elle se fait du soucis pour lui. Pourquoi elle s'inquiète. Pourquoi ça lui importe. Elle a été claire, non? Il n'est pas celui qu'elle a aimé, il n'est plus celui qu'elle a aimé. Et pourtant, elle ne peut s'empêcher de s'inquiéter pour lui... cette pensée le rassure et le terrifie. Sa trahison est encore plus évidente, encore plus douloureuse. Mais elle est nécessaire. “ La dernière fois, tu m'as confié que ta mémoire t'avait été arrachée ... Sylas, si tu souhaites la retrouver et lever le voile sur ce qui t'a été infligé du côté des Mangemorts, je peux peut-être t'aider ... Si tu acceptes, je te promets que tout ce qui se passera ici restera entre nous. Secret professionnel si je puis dire et ce même si je n'exerce plus officiellement. De mon côté, je ferai tout pour t'aider à reprendre le dessus alors ... le choix t'appartient ” Sylas reste silencieux et, quand Lena s'asseoit au bureau, il s'adosse au mur à côté de la fenêtre, ses yeux ancrés dans les siens. Il ne dit rien.

Je te laisse le temps de l'auscultation et des soins pour y réfléchir Sylas, tu peux venir t'asseoir sur ton lit de nouveau et m'exposer tes blessures ? ” Il hoche la tête sèchement, brièvement, et se dirige tel un automate vers le lit sur lequel il se laisse tomber. Il la regarde avec sa baguette (son regard est gourmand, avide; on sent son envie d'avoir sa propre baguette à nouveau, lancer ses propres sotilèges. Il n'en dit rien), n'osant pas bouger, soudainement gêné. Il sait pourtant qu'elle a dû le voir sans sa chemise au moins une fois, pour panser ses premières plaies quand Aleksander et lui ont été sauvés — mais là... c'est étrange. Carrément gênant. “ Allez jeune homme, pas de timidité entre nous, promis, après ça tu pourras avoir une chocogrenouille ! — Je n'aime les chocogrenouilles, ” grince-t-il entre ses dents, faisant néanmoins passer au-dessus de sa tête son sweatshirt.

Il est tout en angles et en nerfs, on dirait qu'il a séché sur place. Ses bras et son dos sont peints d'estafilades plus ou moins cicatrisées, plus ou moins rouges; des diffindos trop profonds ou des coups de couteau trop rapides, c'est impossible à dire. Il y a aussi des hématomes sur ses côtes, qui réapparaissent à chaque fois qu'on les amadoue; et son dos constellés de tâches et de brûlures, un sort bien triste pour une peau si belle et si jeune.

Sylas soupire légèrement. Il n'a plus trop mal, ses premiers soins ont fait des merveilles. Mais il a envie de vomir à chaque fois qu'il prend sa douche et qu'il observe son reflet dans le miroir, et que c'est un inconnu qui lui rend son regard.

Alors que Lena commence à s'affairer à ce qu'elle fait de mieux, il ferme les yeux et se laisse bercer par les légers sorts qui viennent picoter et faire guérir sa peau. “ Vous savez, ce ne sont pas les mangemorts qui m'ont retiré la mémoire, ” dit-il soudainement, et il déteste sa voix car elle est légère et froide et amère et même sans sortilège, on peut entendre le fond de sa pensée: amer et dégoûté. “ C'est moi. J'ai demandé à Alexis de le faire. Je ne comprends pas très bien pourquoi mais... eux, ils voulaient juste savoir ce que j'avais oublié. C'est pour ça qu'ils ont fait... tout ça. À cause d'elle. À cause de moi. “ Je me souviens de ce qu'ils m'ont infligé. Comment l'oublier? ” Il désigne, d'un geste vague de la main, le paysage de blessures sur son corps. Il fait bien peine à voir.

Il se laisse faire. Finalement, la chocogrenouille ne serait pas de refus. Il veut se changer les esprits, penser à autre chose; mais la sentir travailler son corps, s'attarder sur ses blessures, le ramènent quelques jours, quelques semaines, quelques mois en arrière, où il n'était rien ni personne et qu'une seule chose existait vraiment: son Bourreau et sa voix ensorcelante. “ Un des amis de mes parents était horloger et je me souviens qu'une après-midi où j'étais venu à son atelier, il m'a monté sur son genou, m'a montré ce sur quoi il travaillait alors et il m'a dit que dans une montre, même le plus petit engrenage compte. Il est même carrément primordiale. Si il arrête de fonctionner, alors toute la montre tombe en ruines. ” Il ne sait pas exactement pourquoi il raconte ça. Le souvenir fait remonter des larmes à ses yeux mais il le met sur le compte de la douleur. Sylas ne sait pas d'où vient cette confession, mais elle vient: “ J'ai l'impression que tous mes engrenages ont cessé de fonctionner correctement.


I do not tolerate a world emptied of you. I have tried. For a year I have called every black tree your name; I have looked for your face in the patterns of the ice. In the dark, I have pored over the loss of you like pale gold.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

sylena ❝ KEEP ME SHELTERED FROM THE STORM THAT'S RAGING ON ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Wiltshire :: Manoir St James-