AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 Don't Belive In What You See

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Noah MacCarthy
WIZARD
it's a kind of magic
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4567-noah-maccarthy-strike-a
Hominum revelio
⚡ Registration : 29/05/2015
⚡ Missives : 140
Mist
⚡ Fizwizbiz : 1285
⚡ Âge du personnage : 23 ans
⚡ Nature du sang : Sang-mêlé
MessageSujet: Don't Belive In What You See   Sam 30 Mai - 19:37


27 Février 2000

Un réveil qui sonne, une première fois, suivi d’une seconde. Une main se tend pour repousser le bruit strident qui se fait entendre dans cette chambre. Cinq minutes plus tard, la même chose se reproduit, sauf que le corps à qui appartient cette main pousse un grognement puis se redresse et frotte ses yeux. Noah, l’air encore ensommeillé et l’esprit entre le monde onirique et le réel observe son réveil. Ce dernier noir avec des chiffres digitaux rouges indique qu’il est 5h45 PM. Bon sang, c’était déjà l’heure pour lui de penser à se mettre en route s’il voulait être à l’heure au boulot. Pourtant le jeune homme n’aurait rien eut contre une à deux heures de sommeil supplémentaire. La nuit précédente avait été trop longue à son goût, puisqu’elle s’était finie sur les coups de 11h AM. Beaucoup de monde penserait que cela était une heure qui était agréable pour finir son service de Barman, seulement voilà ce n’était pas ce qu’il avait fait avant d’aller se coucher. En effet servir des boissons aux clients du Dice N’Magic était son travail officiel, mais derrière ça l’ancien Griffondor était également un membre de la résistance.

Le MacCarthy faisait partie de ces personnes qui passaient une bonne partie de leur temps à combattre le gouvernement magique corrompu tombé aux mains des Mangemorts. La veille, alors qu’il était censé rester de service au bar du casino, un élément l’avait dérangé chez un client. Ce dernier portait un tatouage sous sa chemise. Vous me direz sans doute qu’à l’heure actuelle, voir cela y compris chez les sorciers n’avait plus rien de surprenant. Seulement ce n’était pas tant la présence de ce dernier que son apparence qui avait surpris Noah. Ce dessin sur la peau de son client, tout du moins la partie qu’il avait pu en voir ressemblait à s’y méprendre à un fragment de la marque des ténèbres. Cet homme était peut-être bien un mauvais sorcier. C’est pourquoi l’Irlandais s’était décidé à demander à ses collègues de garder un œil sur lui tant qu’il serait présent dans les lieux. L’individu se rendant compte que son argent semblant bien rester dans les machines du Dice au lieu de se multiplier et de venir remplir ses poches finit par partir. Apparemment ce n’était pas son jour de chance.

Un des sorciers de la sécurité vint lui faire part du départ de la personne en question. Noah demanda donc à un collègue, Milo, de le remplacer. Ce dernier commençait à prendre l’habitude du fait que son jeune collègue doive partir soudainement et si cela le surprenait, vu que le patron laissait faire, c’est qu’il devait y avoir de bonnes raisons. C’est ainsi que recouvrant sa tenue de travail d’une grande cape à capuche noire, le MacCarthy suivit pendant un moment en faisant attention à ne pas être découvert son homme suspect. Ce dernier se retourna à plusieurs reprises, mais ne vit pas son poursuivant.  La filature se poursuivit un bon moment, jusqu’à ce que l’homme arrive à un port et ne grimpe à bord d’un bateau. Noah attendit le dernier moment pour transplaner dessus et poursuivre la traque, utilisant un sortilège de Désillusion pour se dissimuler.

Après quelques heures de voyage, l’homme arriva dans un petit village d’Écosse et vit un autre homme dans un entrepôt désaffecté, les deux convenant d’une réunion avec leurs amis dans la semaine suivante. L’instinct de Noah l’amenait à croire que ce serait une réunion de ses ennemis. Voilà qui allait devoir revenir aux oreilles de Shawn pour que la résistance, ou du moins un petit groupe s’organise, si c’était le cas. Une fois les deux individus éloignés, lui repartit jusqu’à son appartement, afin de prendre du repos bien mérité.

Seulement voilà, à peine cinq heures de sommeil, c’était court, même pour lui qui dormait pourtant peu. Le barman se leva donc, seulement vêtu d’un boxer pour le moment et fila prendre une longue douche agréable et chaude. Une fois mieux réveillé par l’eau et ses abutions terminées, le jeune homme fut interrompu par un miaulement et une silhouette fine et grise passant entre ses jambes.


- Oui Mist, je ne t’oublie pas.


Mist, son chat gris venait comme à son habitude réclamer sa nourriture. Son maître lui servit donc ses croquettes et une coupelle d’eau avant de le caresser doucement une seconde, le laissant aller remplir son estomac. Ce chat était un vrai ventre. Heureusement qu’il passait pas mal de temps à courir ou grimper un peu partout, sinon il serait devenu obèse. Tout comme Noah avait sa salle de sport, son chat avait dans cette pièce là tout ce qui pouvait lui faire plaisir pour jouer les funambules ou encore faire ses griffes.

Pour autant, le temps n’était plus au fait de trainer, sinon il risquait de se mettre en retard or le barman détestait ça. Le MacCarthy enfila donc son habit de travail qui se composait d’une chemise blanche, d’un pantalon de costume, d’un veston et d’un nœud papillon de couleur noire et enfin de chaussures de ville de la même couleur. Le sorcier récupéra également sa baguette qu’il glissa dans l’une des poches intérieures du veston avant d’adresser une caresse à son chat puis de transplaner devant l’entrée  du Dice N’Magic, saluant le videur.

- Salut Sam !
- Noah, comment va ? Tu as une petite mine. On dirait que ta nuit a été longue. Une conquête ?
- Non, malheureusement, j’aurais préféré. Un point ennuyeux à vérifier.
- Bah, ce sera pour bientôt, je sais que pas mal de femmes ne demandent pas mieux qu’à te connaitre un peu plus intimement.
- On verra, je ne suis pas sur ça ces derniers temps.

Non, ces derniers temps, draguer des femmes pour juste profiter le temps d’une soirée ne lui plaisait pas. Personne ne lui semblait adapté pour vivre une histoire durable. Un visage passa dans son esprit. Ridicule, il fallait qu’il arrête de penser comme ça. Elle encore moins que tout autre. Sinon son supérieur et meilleur ami le tuerait. Le barman entra et salua ses autres collègues. Il était maintenant près de 7h PM et le casino n’allait pas tarder à avoir une arrivée plus massive de clients.  Après tout nous étions Samedi soir et le casino fonctionnait vraiment bien. Noah prit donc ses quartiers derrière le bar du casino qui se trouvait dans la partie la plus calme de ce dernier. Il y avait en effet deux espaces au Dice, l’un pour les machines et les jeux de hasard, rutilant et bruyant et l’autre plus calme à l’ambiance feutrée et à la musique choisie, ressemblant plus à un cabaret où les clients pouvaient jouer au billard ou aux fléchettes voire simplement s’assoir dans des fauteuils confortables.

Noah passa donc un moment à servir leurs commandes aux clients contre des Gallions et à échanger avec certains sur des sujets divers et variés. Il eut vers 9h45 PM sa pause pour se manger un morceau puis revint à sa place. Quand personne ne venait le voir pour être servi, le jeune homme aimait quelques fois répondre à un défi aux fléchettes ou au billard ou bien encore tenter de deviner quel pouvait être le métier de ses clients. De ce qu’il voyait dans la salle, les jeunes au billard devaient être là pour fêter l’anniversaire d’un ami et ne pas encore avoir de métier fixe. Certains des hommes plus loin qui discutaient étaient sans doute des hommes d’affaires et les jeunes femmes qui regardaient l’ensemble de la salle du regard des joueuses de Quidditch vu comment elles semblaient athlétiques et soudées. Sans doute des poursuiveuses. L’arrivée d’une nouvelle personne au bar le tira de son observation.

- Que puis-je vous servir ?




La résistance... C'est oser aller contre l'ordre établi lorsque celui-ci est nocif au plus grand nombre.


Dernière édition par Noah MacCarthy le Mer 19 Aoû - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Prescott
TEACHERS&CIE
draco dormiens nunquam titillandus
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4406-andrew-prescott-x-happi
Hominum revelio
⚡ Registration : 17/04/2015
⚡ Missives : 287

⚡ Fizwizbiz : 657
⚡ Âge du personnage : 25 ans
⚡ Nature du sang : Sang-mêlé


❝Don't believe in what you see❞
Noah et Andrew

Son canapé semblait l’appeler avec tendresse, la rondeur de ses coussins paraissant plus parfaite que jamais. Un doux moment de repos. La douceur parfaite. Il n’avait besoin que de ça... Un pur moment de tendresse. Sans même prendre la peine d’enlever ses bottes crottées de boue, Andrew franchit les derniers pas qui le séparait de son havre de paix et s’affala dessus, comme un chat sur son couffin de soie. Oh mon dieu le bonheur. Un sourire béat aux lèvres, le jeune homme s’étira, se retourna, et attrapa un coussin pour se blottir tout contre. Il n’en pouvait plus. Il était mort, crevé, vidé. Jamais il n’avait eu à passer une retenue aussi bruyante. Par Merlin ce que les enfants de 13 ans pouvaient hurler fort, parfois.

Il avait en effet du passer son début de soirée avec une élève de Poufsouffle qui avait soudain eut un éclair de rébellion en plein cours de métamorphose. La jeune fille n’avait rien trouvé d’autre pour bien se faire voir que de rire au nez du professeur. Oh, ca, pour faire rire la classe, ca avait plutôt bien marché. Par contre, concernant son bulletin d’appréciation, ce serait surement bien différent. Son écart de conduite n’était pas passé et elle avait écopée d’une retenue, avec lui, pour changer. Ces derniers temps, Andrew avait l’impression qu’on lui refilait tous les mauvais élèves pour les emmener en vadrouille. Cela tenait surement au fait que ca ne le dérangeait pas plus que ça, de passer ses soirées en forêt - il y faisait régulièrement des excursions, accompagné ou non, de toute façon... Et il aimait bien faire découvrir les créatures et leurs secrets sous un angle nouveau aux petits protégés qu’il récoltait. Enfin, ceux qu’ils aimaient bien seulement. Comme cette jeune fille là. Elle lui avait semblé un peu paumé, regrettant déjà chèrement son geste. Andrew avait ressenti un élan d’affection pour la petite Poufsouffle et avait rapidement décidé de lui montrer quelques animaux parmi les plus mignons - ceux touffus et tout blancs semblaient avoir la côte envers les premières années. Malheureusement pour lui, elle avait été beaucoup  moins enthousiaste et la noirceur de la forêt avait pris le dessus sur elle. Terrorisée, la jeune fille avait passé les deux heures en sa compagnie à hurler de peur à chaque craquement de brindille, ou chaque souffle de vent. Et si, au début, cela lui avait paru mignon, il avait vite failli passer très près de la crise de nerf. « Là ! Ca a bougé ! » « Où ça ? » « Là ! MAIS LÀ ! DANS LES FOURRÉS ! » « Je ne vois rien du tout... » « MAIS SI ! CA RAMPE LÀ JUSTE LÀ IL VA NOUS MORDRE LES PIEDS ! » Du haut de sa petite taille, elle s’était agrippée à son bras et l’avait secouée dans tous les sens, hurlant à tout va qu’elle ne voulait pas perdre ses orteils. Andrew avait été obligé de la consoler et de lui expliquer pendant dix bonnes minutes qu’il n’y avait aucun animal grignoteur d’orteils dans cette partie de la forêt. Refusant de le croire, le garde-chasse avait finalement abdiqué et la jeune fille avait passé le restant de l’heure sur son dos. Étrangement, elle s’était montrée beaucoup plus calme. « Je suis sur que je me suis encore fait avoir en beauté... » soupira-t-il, le dos courbaturé. Il avait besoin de quelque chose pour se remonter le moral. Un bon verre d’alcool, ça devrait faire l’affaire.  

Andrew s’autorisa encore quelques minutes - presque trois quart d’heure, à vrai dire - de flemmardise intense avant de trouver le courage pour se lever. Un rapide coup d’oeil à l’horloge lui apprit qu’il avait encore un peu de temps devant lui. Il avait soudain besoin de changer d’air, de s’éloigner de Poudlard pour une soirée. Il adorait les enfants, vraiment, mais parfois, ils devenaient un peu trop envahissants pour sa propre santé mentale. Enfilant sa veste de cuir noir, il remua quelque peu les cendres de sa cheminée et se dirigea finalement vers la sortie.

Quelques instants plus tard, le jeune homme poussa les portes du Dice et, déjà, la musique et le brouhaha des discussions l’envahirent, lui faisant oublier son début de soirée catastrophique. Un sourire apaisé se dessina sur ses lèvres tandis qu’il se dirigeait vers le bar. Il n’était venu qu’une ou deux fois ici, mais il appréciait particulièrement le mélange des genres. Lui même fréquentait plutôt le côté feutré de la salle, et il adorait ces gros fauteuils en cuir qui lui faisaient de l’oeil... Mais il n’hésitait pas à rejoindre les joueurs après quelques verres de trop. Il n’était pas spécialement sociable parmi la foule, en temps normal, mais l’alcool aidait beaucoup. Peut-être qu’il se laisserait aller pour quelques parties, ce soir. Andrew se hissa sur un tabouret à côté du bar dans un soupir de satisfaction. Déjà, le serveur se dirigeait vers lui. « Que puis-je vous servir ? » Andrew se permit un rapide regard pour dévisager l’homme qui se dressait face à lui, et son instinct lui souffla qu’il n’avait rien à craindre. Une vieille habitude qu’il avait prise, par les temps qui courent : il ne pouvait pas se permettre de baisser la garde, même si les gens paraissaient d’apparence inoffensifs. Il pouvait malgré tout se fier à son instinct : lui, il ne lui avait jamais menti. « Un whisky, ce sera parfait, » demanda-t-il avec enthousiasme. Andrew attendit qu’il lui serve et en but une large gorgée, le liquide ambrée descendant avec chaleur dans sa gorge. « Aaaah... Rien de mieux pour entamer sa soirée. Vous avez le droit de boire, en service ? » demanda-t-il à l’homme qui l’avait servi. Il savait que certains bars étaient plus cools que d’autres, et il appréciait de briser la glace entre les clients et les serveurs. Son regard passa alors sur le reste de la salle, jugeant les autres personnes du regard. Les jeunes femmes riaient à gorge déployée, leur musculature lui sautant aux yeux. Pas de doute, elles devaient faire partie d’une équipe de Quidditch. Les hommes du fond, par contre, lui laissaient une sensation plus étrange, une sorte de mise en garde sur laquelle ils ne parvenaient pas à mettre les mots... « Vous devez rencontrer des personnes de tous horizons, ici... Ca doit faire de sacrés histoires à raconter, » glissa-t-il avec un petit sourire, l’air de rien.

© Pando



I could write a million songs about the way you say my name x I could live a lifetime with you and then do it all again x and like I can't force the sun to rise or hasten summer's start x neither should I rush
my way into your heart
Revenir en haut Aller en bas
Noah MacCarthy
WIZARD
it's a kind of magic
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4567-noah-maccarthy-strike-a
Hominum revelio
⚡ Registration : 29/05/2015
⚡ Missives : 140
Mist
⚡ Fizwizbiz : 1285
⚡ Âge du personnage : 23 ans
⚡ Nature du sang : Sang-mêlé

Le Dice N’Magic. Cela ne faisait que quelques années que le casino avait pris sa place dans Pré-Au-Lard, mais cela n’empêchait pas le casino d’avoir une renommée plus qu’établie et  de profiter de son excellent emplacement. Contrairement au monde des moldus, les sorciers étaient peu pour l’idée de monter des franchises que l’on retrouvait un peu partout dans le monde afin d’écouler sa marchandise. Cela amenait chacun des magasins qui ouvraient à pouvoir se faire facilement sa clientèle et à la fidéliser. Il fallait dire que la magie facilitait bien des choses également. Après tout quelle utilité d’aller ouvrir des magasins un peu partout, à s’étendre et ne plus rien contrôler lorsque les clients pouvaient venir à vous en un clin d’œil ou presque ? Faire un voyage entre l’Angleterre et l’Écosse pouvait vous prendre plusieurs heures pour un moldu. Un sorcier sachant transplaner n’en avait lui que pour quelques secondes. A partir de là, inutile de se prendre la tête, si vous êtes le meilleur, le client viendra à vous et le village se trouvant au pied de l’école de Magie de Poudlard en était bien la preuve. Malgré son apparence pittoresque, l’on y trouvait pour ainsi dire tout ce que l’on pouvait souhaiter.

Même plus maintenant que le lieu de jeux de hasard avait ouvert. Après tout à la connaissance de Noah, le Dice était le seul établissement de sa catégorie. C’est ainsi que tous les soirs, mais surtout ceux de week-end, des personnes venant de tous les horizons venaient dépenser leur argent durement gagné dans les machines à sous, les jeux de cartes, la roulette, le billard ou les fléchettes ainsi que dans l’alcool qui accompagnait tout ça. Le tout permettant à chacun de ceux qui y travaillaient de vivre confortablement, mais également d’assurer des revenus financiers réguliers à la résistance, ce qui pouvait également être utile. Quelques fois seule la magie des gallions permettait d’obtenir certaines choses.

Enfin… peu importait ce que venaient faire les gens dans le casino, tant qu’ils restaient respectueux et qu’ils payaient. Sinon le service d’ordre se ferait une joie de les empêcher de troubler la soirée des autres à grands renforts de sorts et de muscles. Le barman connaissait maintenant parfaitement bien cet univers qui constituait un étrange mélange pourtant équilibré entre le clinquant de l’entrée et la discrétion de la salle où lui-même servait.  Cet endroit était parfait pour observer les gens, car peu de monde se méfiait de lui. Les habitués l’appelaient par son prénom et n’hésitaient quelques fois pas à tester ses nouveautés, qu’il avait tendance à proposer entre trois et quatre fois par an. Après selon le succès de ces dernières, il voyait si elles pouvaient intégrer la carte ou bien resteraient exceptionnelles.

L’homme qui venait d’arriver ressemblait lui aussi à une sorte de cocktail au niveau de son apparence. A la fois semblant respectueux, mais avec un brin de rébellion qui se retrouvait entre autre dans sa veste en cuir. Pourtant, un je-ne-sais-quoi dans son allure globale lui laissa penser que cette tenue n’était pas celle qu’il portait le plus souvent. L’irlandais essayait de deviner le métier de sa nouvelle connaissance, sans réussir à se fixer, pour le moment.


« Un whisky, ce sera parfait, »

Le whisky fut rapidement servit à l’homme en question qui l’avait observé, semblant se faire son avis sur le barman. Tiens, quelqu’un qui avait la même habitude que lui. Amusant. En tous les cas, il ne semblait pas venu pour causer des ennuis, semblant plutôt être quelqu’un de bien. Peut-être un professeur de Poudlard. Le résistant l’imaginait bien face à plusieurs personnes écoutant son savoir, même si son regard semblait plutôt chercher l’aventure. La question le ramena sur l’échange cordial qui démarrait :

« Aaaah... Rien de mieux pour entamer sa soirée. Vous avez le droit de boire, en service ? »
- Uniquement si cela ne gêne pas celui-ci. Je n’ai rien contre un verre si vous me l’offrez.

Après tout, ça ne serait pas ni la première, ni la dernière fois qu’un client lui offrirait une boisson, que ce soit par pure sympathie, ou bien parce qu’il espérait pouvoir en tirer un quelconque bénéfice.  Le dernier arrivé observa la salle avant de lui adresser à nouveau la parole :

« Vous devez rencontrer des personnes de tous horizons, ici... Ça doit faire de sacrés histoires à raconter. »
- En effet. C’est l’un des avantages de cet endroit, il n’y a pas un client qui ressemble à un autre.

Faire la conversation était toujours quelque chose qu’il appréciait, parce qu’au-delà du simple échange, des infos intéressantes pouvaient arriver quelques fois, même si cela restait rare.


- Je crois que vous pourriez me citer n’importe quel métier que je pourrais vous trouver une personne l’exerçant qui soit venu ici. Cela peut aller du simple jeune adulte pouvant enfin entrer ici et qui prévoit de s’amuser aux personnes importantes venues pour oublier un peu ses dossiers grâce à l’aide salutaire de l’alcool en passant par les médicomages, les sportifs et j’en passe…

L'ancien Griffondor en profita pour détailler un peu les personnes présentes :

- D’ailleurs, je m’amuse souvent à tenter de deviner ce que fait tout à chacun. Prenons le cas des personnes ici présentes : les jeunes là-bas au billard doivent à peine être sortis de Poudlard. Le trio de femmes qui rigole depuis quelques minutes fait sans doute partie d’une équipe de Quidditch et les hommes dans le fond qui parlent à voix basse sont sans doute dans le commerce… après dur de savoir lequel. Quand à vous, je parierai que vous travaillez à Poudlard, justement.

Au final, il n’avait pas tellement répondu à sa question sur les histoires, mais oui, il en avait des tas à raconter, des plus drôles aux plus tristes en passant par les plus sordides et les plus surprenantes.




La résistance... C'est oser aller contre l'ordre établi lorsque celui-ci est nocif au plus grand nombre.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Prescott
TEACHERS&CIE
draco dormiens nunquam titillandus
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4406-andrew-prescott-x-happi
Hominum revelio
⚡ Registration : 17/04/2015
⚡ Missives : 287

⚡ Fizwizbiz : 657
⚡ Âge du personnage : 25 ans
⚡ Nature du sang : Sang-mêlé


❝Don't believe in what you see❞
Noah et Andrew

Malgré les sources de lumière quelque peu restreintes au coeur de la pièce, Andrew pouvait sentir le regard du barman peser sur lui. Oh, pas de beaucoup, juste de quoi assouvir sa curiosité, certainement. Le jeune homme ne s'en formalisait pas le moins du monde. Il était lui-même sujet à de nombreux accès de curiosité qu'il ne pouvait s'empêcher d'assouvir, comme un enfant découvrant le monde, alors il ne pouvait pas en tenir rigueur à ses pairs... Et puis, être le centre d'attention de quelqu'un d'autre, cela apportait toujours une certaine sorte d'amusement de la part de l'anglais. D'autant plus que d'habitude, les regards qui se posaient sur lui n'étaient pas vraiment appréciateurs. Le garde-chasse était très exubérants, ça, il le savait ; et même trop pour certains sorciers un peu trop coincés dans leurs vieilles années. Mais peu importe - ce soir, il était venu pour s'amuser et se détendre, et il n'existait rien de tel qu'un petit verre de whisky pour se mettre dans l'ambiance.
Le verre tant désiré arriva rapidement sur le comptoir, puis directement dans sa main. Andrew le leva en signe de remerciement face à l'homme qui l'avait servi puis y trempa directement ses lèvres, appréciant la brûlure de l'alcool qui glissait lentement dans sa gorge.

« Aaaah ! Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas bu quelque chose d'aussi agréable. J'ai passé une journée de fou, je crois que je n'attendais plus que ça. »

Andrew reposa le verre, accompagné d'un son un peu sec lorsque le fond toucha le bar.

« Uniquement si cela ne gêne pas celui-ci. Je n’ai rien contre un verre si vous me l’offrez. »

Il hôcha la tête, un sourire avenant sur les lèvre.

« Bien sur ! C'était ce que j'avais en tête. Buvez donc avec moi, cela me donnera une excuse si jamais j'abuse un peu trop. Je dirais que j'ai voulu vous suivre ! »

Son sourire s'élargit, taquin. Il avait cette fâcheuse habitude de prendre n'importe quel nouvel étranger comme un ami de longue date, concotant blagues et plans foireux comme s'ils avaient élevés les cochons ensembles. Parfois, cela l'amenait à vivre des soirées vraiment cocasses, et il espérait que celle-ci en ferait parti.

« Je crois que vous pourriez me citer n’importe quel métier que je pourrais vous trouver une personne l’exerçant qui soit venu ici. Cela peut aller du simple jeune adulte pouvant enfin entrer ici et qui prévoit de s’amuser aux personnes importantes venues pour oublier un peu ses dossiers grâce à l’aide salutaire de l’alcool en passant par les médicomages, les sportifs et j’en passe… »

Andrew avait penché la tête sur le côté, signe qu'il écoutait avec attention. Ses yeux, déjà, pétillaient de curiosité. Il leva son verre pour en boire une longue gorgée avant de finalement lui poser la question qui lui brûlait les lèvres, avide d'en savoir plus :

« Vraiment ? Est-ce que vous avez déjà rencontré des éleveurs de flamants noirs ? Ou des cireurs de moustache ? Ou des boulangers-fleuristes ? Oh non, je sais, je sais ! Des voyageurs spatio-temporels ? Ceux-là me fascinent ! Personne ne me croit lorsque je parle, mais je suis certains qu'ils sont parmi nous... »

A peine eut-il fini sa phrase qu'Andrew jeta un regard à la dérobée, observant les moindres recoins de la salle, comme si des oreilles indiscrètes les observaient. Il mit un doigt devant sa bouche pour mimer le secret au barman.

« Mais surtout n'en parle pas, » chuchota-t-il sans se rendre compte qu'il venait de passer naturellement au tutoiement, « si jamais ils s'en aperçoivent... »

Andrew hôcha la tête, comme s'il tentait de se persuader lui-même de ce qu'il venait de lui annoncer. Puis le barman reprit parole et le garde-chasse l'écouta de nouveau, fixant du regard une à une les personnes qu'il lui désignait. Il plissait parfois les yeux, impressionné par le pouvoir de déduction du jeune homme.

« Vous devez avoir une sacré expérience pour les reconnaître d'un seul coup d'oeil... Je ne m'en serais jamais douté pour les joueuses de Quidditch ! Par contre, pour ces "hommes du commerce"... Je dois avouer qu'ils ne me paraissent pas tout à fait net non plus. Mais je n'ai pas votre sens de l'observation, bien sur. »

Il fit tourner ses glaçons dans son verre, puis le leva pour trinquer avec le barman.

« Allez, à la notre ! »

© Pando



I could write a million songs about the way you say my name x I could live a lifetime with you and then do it all again x and like I can't force the sun to rise or hasten summer's start x neither should I rush
my way into your heart
Revenir en haut Aller en bas
Noah MacCarthy
WIZARD
it's a kind of magic
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4567-noah-maccarthy-strike-a
Hominum revelio
⚡ Registration : 29/05/2015
⚡ Missives : 140
Mist
⚡ Fizwizbiz : 1285
⚡ Âge du personnage : 23 ans
⚡ Nature du sang : Sang-mêlé
La curiosité était un vilain défaut, si l’on en croyait le proverbe moldu. Noah pourtant avait toujours désapprouvé ce dernier. Certes, être trop curieux pouvait se révéler dangereux. Seulement, tout dépendait des circonstances. Le jeune homme lui était curieux et l’assumait. La curiosité permettait la compréhension du monde. Ouvrait à l’exploration et à l’envie d’apprendre. Les personnes curieuses étaient vitales aux découvertes de ce monde. Après tout sans ceux ayant osé aller au-delà des limites connues, le monde actuel serait sans doute bien moins intéressant qu’actuellement. L’homme qui venait de se présenter à lui semblait en tous les cas avoir besoin d’un remontant, ce qu’il ne tarda pas à exprimer lui-même après avoir bu une gorgée de sa boisson. La demande d’accompagnement fut respectée et le barman ne tarda pas à se servir un mojito. Ce cocktail terrien était appréciable et le sorcier pouvait en boire plusieurs sans risquer d’avoir la tête qui tourne. L’idée de servir d’excuse à un client l’amena à rire doucement.

- Libre à vous de garder cette histoire, mais je suis certain que parmi nos clients une partie d’entre eux doivent mieux tenir l’alcool que moi. Après je ne sais pas si c’est le cas pour vous.

En effet, le fait d’être barman l’avait amené à boire un nombre relativement peu calculable de verres d’alcool et permis donc d’augmenter sa résistance avec le temps, même si le MacCarthy restait toujours raisonnable. Le client semblait en tous les cas d’humeur à rire vu les métiers qui étaient sortis. Peut-être qu’il n’en avait pas vu de ceux-là. Sans parler du regard à la dérobée qu’il lui lança, ressemblant soudainement à un conspirateur.

- Pour reprendre tout ce que vous m’avez cité, je crains devoir arrêter de dire que j’ai croisé tous les métiers possibles. Je n’ai pas croisé ni les éleveurs de flamands noirs, ni les cireurs de moustaches. Encore moins les boulangers-fleuristes. Ces derniers trouvent souvent que l’on nuit à leur clientèle avec l’alcool ce qui les empêche de manger ou de paraître romantique, donc ils boycottent les endroits comme ce casino.

Le serveur se pencha par contre un peu plus vers son interlocuteur, parlant à voix basse, ne relevant même pas sur le moment le tutoiement.

- Par contre pour les voyageurs, effectivement ils n’aiment pas tellement que l’on en parle. Cependant je partage votre conviction, à cause d’une histoire étrange…

La suite, redevint elle plus sérieuse, lorsqu’ils évoquèrent les différentes personnes présentes. Un je-ne-sais-quoi cependant lui laissait penser que son affirmation n’était pas complètement vraie.

- La force de l’habitude. Je sais bien que l’on dit que l’habit ne fait pas le moine, mais assez souvent les personnes rattachées à tel ou tel groupe en adopte les codes. C’est une habitude humaine qui peut être utile pour ne pas être isolé, mais qui permet également à une personne extérieure de se rendre compte des « forces » en présence. Pour les joueuses de Quidditch, il suffit de voir leurs corps et leurs expressions les unes envers les autres. Une apparence athlétique, un esprit à la rigola de et pourtant une cohésion qui ne fait aucun doute, j’irai même jusqu’à dire que ce sont des poursuiveuses. Pour les hommes, je ne suis pas certain que tout soit très clair, mais du coup je les garde à l’œil.

Il n’était d’ailleurs pas le seul. A voir sa posture, le sorcier garde de sécurité restait méfiant lui aussi. Noah leva son verre et trinqua.

- A la nôtre !


Puis l’irlandais bu une gorgée également de sa boisson. Boire frais lui faisait du bien, et une discussion agréable avec une personne distrayante était un bon début de soirée. D’ailleurs en parlant de la personne qui était la plus proche de lui…

- Voyons cependant si j’arrive à m’en sortir avec vous, pour trouver votre travail.

Le regard de Noah se posa plus longuement sur l’homme.

- Vous avez dit avoir eu une longue journée. Ce qui veut dire que vous pouvez avoir jusqu’à travailler tard un Samedi soir. Cela reste plutôt rare. Ensuite, vous êtes à la fois curieux, observateur et capable de faire preuve d’humour. Un trio de qualités qui permet de s’adapter à bien des situations, mais que l’on retrouve rarement ensemble.

Cela réduisait déjà son champ de recherches. Puis il repensa à la tenue de l’homme, à son allure, au choix de ses mots. A ses réactions.

- Vous êtes une personne complexe. Comme cela, je vous aurai bien dit professeur à Poudlard, l’envie de parler de ce que l’on sait, la passion de la transmission des choses, des horaires tardifs pouvant s’expliquer par des copies ou des retenues, et le fait que votre voix ne trahisse pas le fait que vous veniez d’ailleurs… pourtant, un détail ne va pas avec tout ça. Je ne sais pas encore lequel, mais vous ne devez pas être un professeur classique, si vous en êtes un. Je maintiens cependant le lien avec Poudlard.

Puis le regardant dans les yeux.

Alors dites-moi, ai-je tort ?




La résistance... C'est oser aller contre l'ordre établi lorsque celui-ci est nocif au plus grand nombre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

Don't Belive In What You See

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Highlands :: Pré-au-Lard :: Dice N' Magic-