AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 — INTRIGUE 5 : le Tournoi des 4 Maisons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.


Le Tournoi des 4 Maisons
rassemblement

Contexte
Certains groupes avaient rencontré des difficultés à s'entendre dés la début. La preuve était sûrement le nombre d'élèves présents à l'infirmerie à peine dix minutes après que les épreuves aient commencé. James, l'infirmier, avait eu du pain sur la planche en voyant débarquer des élèves de toutes les maisons, plus ou moins blessés. Mais bon, ce n'était pas si surprenant, avec le climat qui régnait en ce moment à Poudlard. Il s'était presque rendu à l'évidence, et prévoyait de parler de tout ça à Crow quand les explosions commencèrent. Tous les groupes, affolés, sortirent des petites baraques montées pour l'occasion qui hébergeaient les épreuves, et les professeurs rassemblèrent tous les élèves dans l'infirmerie de fortune, pour faire un inventaire des dégâts, humains et matériels. Nathaniel et Graham se rejoignirent et décidèrent d'appeler le reste des professeurs pour mener l'enquête et surveiller la salle, qui était en ébullition. Les blessés, les énervés, les inquiets, tout cela mêlé à une guerre des clans de plus en plus virulente... Ce n'était pas gagné pour retrouver le calme. Qui avait bien pu mettre en place ce chaos ? Qui avait préparé tout ça sous le nez des professeurs ? Les élèves se pointaient du doigt, attisant les flammes des querelles déjà trop présentes et prêtes à exploser de plus belle.
Au fond de la salle, plusieurs Serpentard pro-mangemorts savouraient leur victoire. Bien sûr, personne ne devait découvrir qu'ils étaient les auteurs de ce carnage, alors ils s'amusaient à jouer les blessés, à mettre tout sur le dos de l'armée de Dumbledore, ou de ce groupe de neutre qui cherchait à garder la paix.
Allez-vous réussir à garder votre calme ?
This is war

Explications
Souvenez-vous que ça doit aller vite, privilégiez donc les RPs courts et n'hésitez pas à vous amuser un peu, nous interviendrons avec le PNJ mais si vous avez des idées, c'est le moment de vous lâcher !

Pas d'ordre, vous pouvez poster autant de fois que vous voulez, tant que ça fait avancer le rp. Après tout ça, amusez-vous bien !

Bonus points

Et parce que c'est plus amusant avec ça et que ça rajoute de la motivation, nous avons décidé de faire comme pour les grosses intrigues et de rajouter des bonus points en fonction du temps de réponse Noeils brillants (aa N'oubliez donc pas d'aller réclamer vos points ici !

— vous postez en moins de 2h = 150 points.
— vous postez en moins de 4h = 140 points.
— vous postez en moins de 6h = 120 points.
— vous postez en moins de 8h = 110 points.
— vous postez en moins de 10h = 100 points.
— vous postez en moins de 12h = 75 points.
— vous postez en moins de 14h = 50 points.
— vous postez en plus de 14h = 10 points.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Rosebury
RAVENCLAW
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3947-louisa-the-beginning-of
Hominum revelio
⚡ Registration : 19/10/2014
⚡ Missives : 599

⚡ Fizwizbiz : 261
⚡ Âge du personnage : seize ans
⚡ Nature du sang : née-moldue
intrigue 5 - rassemblement

Ils étaient là, tous, à courir vers la tente de l'infirmerie, venant de tous les côtés, de tous les épreuves. Louisa restait bouche bée devant ce spectacle terrifiant. Il y avait des blessés, bien sûr, mais il y avait aussi toute cette fumée qui s'échappait de chacun des lieux des épreuves, et ces explosions... Ce n'était pas prévu, c'était évident. Les professeurs qui déboulaient avaient eux aussi des airs inquiets sur le visage. Et s'il s'agissait d'un attentat commis par les mangemorts, ou la résistance, pour déstabiliser Poudlard ? Louisa avait du mal à croire qu'ils se soucient à ce point d'eux. Qui avait pu faire une chose pareille ? Sans hésiter, elle se lança vers son amie Zelda qui avait une plaie béante et vraiment moche à l'épaule. « Zelda qu'est-ce qui s'est passé, merde ? Comment tu t'es fait ça ? » fit-elle, pressante, en regardant la plaie, et en entraînant la jeune femme dans la tente de l'infirmerie. Pour l'instant, elle ne voyait aucun blessé très grave, mais la peur et la tension qui s'était emparée de toute la salle suffisait à la rendre complètement folle. Beaucoup d'élèves criaient, et Louisa ne put s'empêcher de lancer un regard à James, qui ne devait pas savoir par où commencer. Elle laissa Zelda pendant une demi-seconde pour venir à côté de l'infirmier, et lui demander : « Tu veux que j'aille chercher l'infirmière titulaire ? » Elle était prête à courir à toutes jambes. De toute manière, ils n'avaient pas trop le choix, certains professeurs pouvaient aider, mais ils avaient bien besoin de la deuxième infirmière pour gérer ce chaos. « Qu'est-ce que je peux faire ? » Il fallait qu'elle s'occupe, de toute manière. En tant que préfète, elle devait être là pour les élèves, notamment ceux de sa maison, comme elle était indemne, elle. Cette pauvre égratignure sur la joue n'était rien du tout. Elle balaya une nouvelle fois la pièce du regard. Ils étaient tous là, tous les élèves, et les professeurs accouraient à la porte. Qui avait pu bien faire une chose pareille, provoquer un tel chaos ? Louisa avait bien sa petite idée, mais ce n'était pas le moment de blâmer qui que ce soit, pour l'instant, le plus important était de s'occuper des blessés. Cette école n'était-elle pas censée être la plus sûre du monde?




if loving you is wrong, i don't want to be right
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Le tournois des 4 maisons
Intrigue 5


Ce n’est pas une surprise que ce bordel qui arrive du labyrinthe à toute allure. Elle aurait pu deviner cela, elle en était l’auteure. Du moins elle et ses compères. La belle observe les misérables petits insectes affluer vers la tente. Disons qu’elle ne peut  que feindre son étonnement.  Elle s’approche de Stan qui frotte frénétiquement sa joue encore meurtrie par Rosebury. Elle lui lance un sourire en coin et un «  Enfant terrible va. » ne tarde pas à sortir de la bouche d’Eberhart.

« Tu n’as pas idée… » Sourire de celle qui se souvient de toutes les bêtises de l’enfant. Monsieur Tigre pourrait en raconter des histoires mais c’est une peluche, il ne parle plus depuis que Calixte a décidé d’être une adulte. A neuf ans le tigre s’est tu pour toujours car l’enfant a compris qu’il n’était pas utile de se bercer d’illusions, que ce qu’elle connaissait de sa prison serait sa vie jusqu’à ses dix huit ans. C’est à partir de cet instant qu’elle a oublié toute forme d’imagination, celle qui lui permettait de donner une apparence féroce à son compagnon rayé. Plus jamais.  Elle relève les yeux vers James qui semble paniqué. Il était parvenue à la comprendre, parce qu’il  l’avait vu grandir, il  n’avait pas cessé de voir Calixte, cette petite fille mais il avait perçu l’horreur au fond de ses yeux, vu cette création du monstre. Et c’est parce qu’il n’avait jamais eu peur d’elle qu’elle était parvenue à voir au delà des masques. James était peut-être cette dernière pièce de son puzzle, l’élément de l’équilibre entre les miroirs. James sa faiblesse. Elle se mord la lèvre tandis que Jolene la rejoint.

La blonde cherche alors celui qui possède maintenant une partie de son cœur, celui qui est à l’origine du déclenchement de l’explosion. Ellias Lindgren.  L’homme est au centre de la pièce,  inflexible. Et elle, à l’autre bout. C’est un drame théâtral. Il n’y a pas la symbolique de la porte qui claque. Non. Il règne seulement le chaos total ainsi que la panique. D’un air entendu elle regarde ses compères et telle une dramaturge elle laisse place à un visage paniqué. « Mon dieu ! C’est horrible ! » elle s’approche assez prés d’un groupe d’élèves serpentard. « Vous pensez que c’est l’AD ou pire les résistants ? Ca ne m’étonnerais pas qu’ils suivent la trace de leurs ainés à coup d’attentat ! » des murmures se lèvent dans l’assemblée, les bruits de couloirs c’est sa spécialité.
Revenir en haut Aller en bas
Opale R. White
GRYFFINDOR
the braves lay here
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4203-opale-love-it-will-get-
Hominum revelio
⚡ Registration : 16/03/2015
⚡ Missives : 767

⚡ Fizwizbiz : 2758
⚡ Âge du personnage : 16 ans
⚡ Nature du sang : Moldu
Vie de merde...
Le chaos. Elle regardait partout et elle ne pouvait que voir le chaos qui régnait. Le sang quittait chacun de ses organes alors qu’elle voyait les étudiants qui courraient dans tous les sens en pleurant et en criant. Elle porta sa main à sa tête et ferma les yeux, alors que tout le monde se bousculait à l’intérieur. Que pouvait-elle faire ? Elle jeta des regards paniqués de tous les côtés, cherchant à trouver une tête qu’elle connaissait, mais sans succès. Elle ne voyait personne et ça, c’était ce qui lui faisait le plus mal. Avait-elle perdue un être cher aujourd’hui ? Ellie ? Andrew ? Elle tourna sur elle-même, bousculée par tous les étudiants hystériques qui ne savaient plus où donner de la tête. Qui pouvait bien être à la tête de toute cette souffrance ? Elle avait bien une idée, mais elle ne pouvait pas la confirmer, bien qu’elle en fût pratiquement certaine. « Mon dieu ! C’est horrible ! » Opale tourna la tête vers l’origine de cette voix qu’elle ne connaissait que trop bien. « Vous pensez que c’est l’AD ou pire les résistants ? Ça ne m’étonnerais pas qu’ils suivent la trace de leurs ainés à coup d’attentat ! » Ah oui ? Vraiment ? Étant un membre de l’AD, la rouquine était certaine qu’il ne s’agissait pas d’eux. Et le fait que Calixte agisse de la sorte ne venait que lui confirmer qu’elle était à l’origine de tout ça. En secouant la tête, elle s’approcha à son tour de James. Oui, elle était une peste, oui, elle n’arrivait pas facilement à se faire apprécier dans cette école, mais aujourd’hui, on avait besoin d’elle. « Je suis en pleine forme, c’est pas le cas de tout le monde. » Elle plongea son regard dans le sien, attendant qu’il tourne la tête vers lui. « Je vais aider, parce qu’il est hors de question que je vois quelqu’un mourir aujourd’hui. » Elle tourna la tête vers Louisa qui semblait, elle aussi, prête à venir en aide à tous ceux qui se trouvait à l’infirmerie. Venant d’elle, ce n’était absolument pas étonnant. Elle croisa les bras, non pas pour se donner une contenance, mais pour s’empêcher de sauter au visage de Calixte qui débitait des mensonges dans le seul but de se couvrir.


i will follow you till the end of time

I will make you mine, until the end of time
I will capture you, I will follow you
I will watch you, when youre not aware
I will catch your eye, I will make you stare
I will make you fly, up into the sky
I will pull you down, I will make you drown, I will find you

I will love you
Revenir en haut Aller en bas
May-Linh S. Eberhart
SLYTHERIN
cunning folks lay here
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2566-may-linh-remember-daddy
Hominum revelio
⚡ Registration : 04/07/2013
⚡ Missives : 1019
/
⚡ Fizwizbiz : 870
⚡ Âge du personnage : 18 ans
⚡ Nature du sang : Sang-pur
May-Linh n’avait pas peur. Face à cette immense créature aux dents longues et acérées, elle ne bougeait pas, se tenait droite et attendait que le maléfice, l’illusion ou quoi que cela puisse être fasse apparaitre sa plus grande crainte. Distraitement, elle se demandait quelle forme prendrait celle-ci. Et quelle serait sa réaction, bien sûr.
Et puis elle perdit complètement le contrôle de son corps. En sentant tous ses organes faire un looping, elle comprit qu’elle venait de décoller du sol. Elle perdait tous ses repères, ne voyait plus rien et n’entendait plus rien non plus. Une violente douleur lui vrilla le genou, puis son corps s’écrasa sur le plancher. Pendant quelques minutes, elle peina à reprendre son souffle, incapable de reprendre complètement pied avec la réalité. Ses oreilles bourdonnaient, sa gorge et son nez piquaient. Il y avait de la fumée, beaucoup trop pour que ce soit simplement un sort qui avait mal tourné, et des cris retentissaient au loin.

Quelque chose de mal venait de se produire.

Zelda chancelait mais tenait debout, bien qu’étant sérieusement blessée à l’épaule. Dakota était visiblement très sonné et clignait des yeux frénétiquement. May releva tout dabord la tête, ses doigts crispés raclant le sol, et elle amorça un geste pour se relever, avant de glapir de douleur. Son genou refusait de se plier, des aiguilles de douleur lui remontaient le long de la jambe, et elle serra les dents.
Son père allait encore être furieux de la savoir blessée.

Se relever fut un véritable défi, et elle tenait à peine debout lorsque la fumée se dissipa. Une énorme explosion avait eu lieu, faisant disparaitre les deux apparitions et mettant très probablement un terme à l’épreuve. Le professeur Lancaster se précipita pour l’aider à tenir debout, et elle ne chercha même pas à le repousser, s’appuyant sur lui avec reconnaissance et soulagement. « Suivez-moi, restez groupés ! » ordonna-t-il en les entrainant à sa suite hors de la pièce.

Dehors, c’était une véritable scène de chaos. De la fumée s’échappait de tous les baraquements, des élèves en sortaient en toussant, pleurant, voir en arborant des blessures plus ou moins graves. Tous se dirigeaient du mieux qu’ils pouvaient, parfois dans la bousculade, vers l’infirmerie qui avait été installée pour l’occasion. « Qu’est ce qui s’est passé, merde ? » La Serdaigle qui s’était précipitée vers Zelda venait d’ôter les mots de la bouche de May. Elle aperçut son jumeau qui échangeait quelques mots avec Calixte, et surprit un léger sourire en coin sur les lèvres de la terrible blonde. Puis elle arbora un air paniqué qui ne lui allait pas du tout. « Mon Dieu ! C’est horrible ! » Quelle comédienne. May se détourna, trop occupée à ne pas s’appuyer sur sa jambe. Il lui semblait que son genou enflait, et quand Mr Lancaster la déposa prudemment sur une chaise, elle baissa enfin les yeux. Une bosse qui n’aurait pas dû se trouver là déformait son articulation, très vraisemblablement démise. La poisse. Légèrement étourdie, May s’appuya contre le dossier de sa chaise. « Vous pensez que c’est l’AD, ou pire, les Résistants ? » La voix de Calixte couvrait celles des autres, volontairement. « …attentat. »
« Ferme la Calixte. Tu l’ouvres déjà suffisamment pour les gars de l’école, alors contente toi juste de la fermer, pour une fois. » répliqua May sèchement, la voix pleine de froideur et de sous-entendus insultants. Son jumeau la fusilla du regard, elle l’ignora. A la place, elle sortit sa baguette et s’occupa de remettre son genou en place avec un sortilège de guérison.


I am not a Princess anymore
I am a Witch
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
par le caleçon de merlin..

James était las d'entendre tous ces ricanements et chamailleries derrière son dos. Il voguait de lits en lits, de blessés en blessés avec rapidité et ne savait presque plus ou donner de la tête. Il râlait contre l'infirmière titulaire de l'avoir laissé seul un jour aussi important car contrairement à lui, elle aurait du savoir qu'il y allait avoir des retombées de ce genre. Un mal de tête certain commençait à s'installer alors qu'il lançait un sort de repousse capillaire sur une élève chevronnée. La pointe de sa baguette sur sa tempe, James apaisait rapidement sa douleur crânienne lorsqu'une explosion survint. Une, puis deux, puis plusieurs à la suite. Tétanisés, c'était le mot. Plus personne ne bougeait durant de longues secondes au sein de l'infirmerie de fortune. Un silence pesant et inquiet était de mise. En alerte, le châtain resserra son emprise sur sa baguette et serra les dents. Ses yeux balayèrent la pièce pour s'assurer qu'aucun ne soit trop effrayé puis il s'engouffra en dehors de la zone adressée à l'infirmerie pour courir en direction des blessés, sur la zone de l'explosion. Parce qu'il y avait des blessés, il en était certain. Les premiers cris de souffrance s’élevèrent et un frisson lui parcourut l'échine. Une odeur de brulé lui vint à l'odorat, une senteur de chaire humaine mélangée à celle d'un brasier. Quelque chose clochait. Il le ressentait, comme chacun ici. Les professeurs savaient ce qu'ils faisaient en organisant ce genre d'évènements, jamais ils ne se serraient trompés quelque part dans l'équation, se risquant à blesser, voir tuer des élèves. Jamais. A moins bien sûr, que certains soient d'un camp voulant faire mal.
James venait déjà de faire léviter cinq élèves vers des lits de la tente de l'infirmerie quand Louisa et Opale vinrent lui proposer de l'aide. Il fut reconnaissant de leur aide et particulièrement confiant et fier d'entendre la Gryffondor se positionner. Tout en étant agenouillé auprès d'un jeune étudiant de première année dont la bras formait un angle anormal, il leur répondit : Si l'infirmière titulaire n'est toujours pas arrivée, c'est qu'elle a du avoir un problème ou qu'elle est en train de rapatrier les élèves à la tente. Un crac sonore survint du membre bleuté de l'élève qui lâcha un petit cris de surprise. James essaya alors de lui faire un sourire réconfortant mais déjà, il devait accourir ailleurs. Avant toute chose, il demanda aux filles : Vous pouvez amener celui-là sous sur un lit ? Je vais vous en envoyer d'autres puis revenir, il faudra les calmer, passer de la pommade aux brulés comme pour Naausica. N'ayez pas peur des brulures, pensez surtout que vous pouvez les sauver en les soignant au plus vite. Même si ils hurlent. Il entend alors une voix familière et relève la tête. Son regard se pose quelques instants sur Calixte et ses sourcils se froncent. L'infirmier repart aussitôt auprès d'autres blessés.
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Rosebury
RAVENCLAW
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3947-louisa-the-beginning-of
Hominum revelio
⚡ Registration : 19/10/2014
⚡ Missives : 599

⚡ Fizwizbiz : 261
⚡ Âge du personnage : seize ans
⚡ Nature du sang : née-moldue
intrigue 5 - rassemblement

Louisa attendait une réponse de James, et fus plutôt contente quand elle vit Opale les rejoindre pour proposer son aide, elle aussi. Disons que dans leur malheur d'avoir échoué dés le début de leur épreuve, au moins, elles avaient eu le bonheur d'éviter les explosions, ce qui n'était pas plus mal quand on jetait un coup d’œil aux élèves qui accouraient dans des états parfois vraiment préoccupants à la tente de l'infirmerie. James était déjà sur le qui-vive, à s'occuper d'un petit première année dont le bras n'était pas beau à voir. Si l'infirmière titulaire n'est toujours pas arrivée, c'est qu'elle a du avoir un problème ou qu'elle est en train de rapatrier les élèves à la tente. fit l'infirmier, concentré sur sa tâche. Louisa pinça les lèvres. Bien sûr, c'était évident, mais elle ne voyait quand même aucune trace de cette femme dans les parages, il devait bien y avoir une raison. Vous pouvez amener celui-là sous sur un lit ? Je vais vous en envoyer d'autres puis revenir, il faudra les calmer, passer de la pommade aux brûlés comme pour Naausica. N'ayez pas peur des brûlures, pensez surtout que vous pouvez les sauver en les soignant au plus vite. Même si ils hurlent. Louisa acquiesça d'un coup de tête et laissa le jeune homme repartir au pas de course. Elle posa une main rassurante sur l'épaule valide du petit garçon qu'il venait de soigner et l'entraîna, avec Opale, dans la tente, où elles lui trouvèrent un coin où s'asseoir, et une potion contre la douleur. C'est là qu'elle entendit Calixte Lockhart, de sa voix portant sur toutes les autres. La jeune Serdaigle leva les yeux au ciel et tourna son regard vers Opale. Quelque chose me dit que celle-là se réjouit plus qu'autre chose de ce qui est en train de se passer. Elle est beaucoup trop affligée pour être honnête. Louisa s'attendait à ce qu'Opale rétorque quelque chose à la blonde, mais ce fut May-Linh Eberhart qui fut plus rapide. Ferme la Calixte.  Tu l’ouvres déjà suffisamment pour les gars de l’école, alors contente toi juste de la fermer, pour une fois. Lou fut quelque peu surprise de cette réplique acerbe. Après tout, les filles étaient dans la même maison, et Calixte était l'une des meilleures amies de Stanislas, le frère jumeau de May-Linh. Peut-être que finalement, la Serdaigle avait mal jugé la fille d'Eberhart. Elle semblait elle aussi ne pas porter Calixte dans son cœur. Bon, tu veux bien être mon binôme pour le temps que cette folie durera ? demanda-t-elle à Opale avec un sourire. Tout le monde partait dans tous les sens, alors l'idée d'être deux, bien organisées et efficaces lui plaisait pas mal. Elle ne connaissait pas bien Opale, après tout elles n'étaient ni de la même année, ni de la même maison, mais voyait bien que la Gryffondor était quelqu'un en qui elle pouvait avoir confiance, là tout de suite. Je pense que deux personnes qui aident vraiment au milieu de ce carnage, ce ne sera pas de trop. On fait un tour sur deux ? L'une applique la pommade et l'autre tient les gens en place ? proposa-t-elle. Au fond, peut-être qu'elle faisait ça aussi pour retenir Opale de foncer dans Calixte. Elle l'avait fait tout à l'heure alors mieux valait éviter que ça se reproduise. Les dégâts étaient déjà assez lourd pour que ça tourne encore plus au vinaigre.




if loving you is wrong, i don't want to be right
Revenir en haut Aller en bas
Opale R. White
GRYFFINDOR
the braves lay here
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4203-opale-love-it-will-get-
Hominum revelio
⚡ Registration : 16/03/2015
⚡ Missives : 767

⚡ Fizwizbiz : 2758
⚡ Âge du personnage : 16 ans
⚡ Nature du sang : Moldu
Binôme...
Pourquoi tout le monde semblait si heureux de la voir coopérer sans faire de chichi ? Comme si elle allait claquer la porte et retourner dans son dortoir dans un moment comme celui-là. Non, Opale était peut-être impulsive et semblait avoir une façade de sans-cœur, mais ce n’était absolument pas le cas. Elle était une gryffindor après tout, alors elle devait rendre sa maison fière et aider ceux qui se retrouvaient blessés par cette attaque… parce que oui, soignons francs, il s’agissait sans aucun doute d’une attaque et elle n’était très certainement pas la seule à penser dans cette direction. Mais qui ? « Vous pouvez amener celui-là sous sur un lit ? Je vais vous en envoyer d'autres puis revenir, il faudra les calmer, passer de la pommade aux brûlés comme pour Naausica. N'ayez pas peur des brûlures, pensez surtout que vous pouvez les sauver en les soignant au plus vite. Même si ils hurlent. » Opale regarda le pauvre jeune qui, d’un coup de baguette, avait souffert le martyre pour que son bras retrouve un angle normal. Déjà, Louisa le rassurait alors qu’Opale acquiesçait pour montrer qu’elle avait compris. Elle aida Louisa à transporter le pauvre petit à un lit, à l’intérieur de l’infirmerie.

Une fois le jeune allongé, Opale poussa un soupir de soulagement. Bah, c’est qu’il était quand même lourd le jeune de première année… « Quelque chose me dit que celle-là se réjouit plus qu'autre chose de ce qui est en train de se passer. Elle est beaucoup trop affligée pour être honnête. » Opale tourna la tête vers Calixte qui jouait les dramaturges avec peu de conviction. Cependant, avec la panique environnante, ses paroles n’apportaient que plus de panique. Elle ouvrit la bouche, prête à lui cracher quelque chose, quand elle fût prise de vitesse. « Ferme la Calixte.  Tu l’ouvres déjà suffisamment pour les gars de l’école, alors contente toi juste de la fermer, pour une fois. » Et bien, visiblement elle n’était pas la seule à penser que Calixte parlait trop souvent pour ne rien dire. Elle afficha un grand sourire à Louisa. « Même pas besoin de parler, May a tout dit. » Opale sortit de sa poche le pot d’onguent qu’elle avait utilisé sur Naausica un peu plus tôt. Comme si Louisa suivait le fil de ses pensées, elle lui demanda : « Bon, tu veux bien être mon binôme pour le temps que cette folie durera ? » Un grand sourire apparut sur les lèvres d’Opale. « Je pense que deux personnes qui aident vraiment au milieu de ce carnage, ce ne sera pas de trop. On fait un tour sur deux ? L'une applique la pommade et l'autre tient les gens en place ? » Opale regarda l’onguent et déposa ensuite son regard sur Louisa. Elle semblait si petite et frêle. Sans une hésitation, elle lui tendit le pot. «Je vais pas te laisser toute seule avec cette bande de fous. En ce moment, c’est la folie et personne ne fera attention à ce qu’il fait. » Elle marqua un temps de pause. « Cette fois, c’est toi qui pommade et moi qui retient. » Elle lui fit un clin d’œil suivit d’un sourire rassurant. « T’inquiète pas, personne ne touchera à un seul de tes cheveux tant que je serais là. »


i will follow you till the end of time

I will make you mine, until the end of time
I will capture you, I will follow you
I will watch you, when youre not aware
I will catch your eye, I will make you stare
I will make you fly, up into the sky
I will pull you down, I will make you drown, I will find you

I will love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Tout se passa si rapidement que Zelda n'eut le temps de comprendre que la douleur intense à l'épaule et les acouphènes qui faisaient vriller ses tympans. Quand elle se revint à elle et au trouble que l'explosion avait provoqué, le loup-garou avait disparu. Elle esquissa un faible sourire; au moins, la bête féroce avait disparu. Mais la panique générale refit surface aussitôt et tout le monde sorti de la petite pièce où se tenait lieu l'épreuve.

Quand ils arrivèrent à la tente des soins, Zelda se fit assaillir par Louisa.  « Zelda qu'est-ce qui s'est passé, merde ? Comment tu t'es fait ça ? » Impossible de répondre aux questions de son amie et elle se posait exactement les mêmes. Son épaule la lançait et elle sentait sa robe de sorcier se remplir de sang. La main sur le bras et appuyant de toutes ses forces pour faire disparaître l'insupportable douleur, Zelda s'assit sur le premier lit qu'elle trouva. « Je n'en sais rien mais May-Linh est aussi bien amochée et je ne parle même pas de la main de Graham. » Elle grimaça de douleur.

Quand Louisa et une jeune gryffondor s'éloignèrent avec James pour soigner les blessés, la serdaigle se dit que tout n'était pas perdu et qu'ils restaient encore des gens bien dans cette guerre non-officielle. Pas comme Calixte qui l'ouvrait à l'autre bout de l'infirmerie de fortune et qui l'agaçait. Zelda était toujours calme mais aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres. Quelqu'un avait fait sauter les maisonnettes, ce ne pouvait pas être un accident. Personne n'aurait risqué de blesser ou même de mettre un terme à la vie d'un élève. A une surprise générale, May-Linh lui dit sur un ton plus ou moins gracieux que Zelda avait supporté quelques minutes avant de se la fermer. Un autre sourire en coin apparu sur les traits de la brunette malgré la souffrance qu'elle endurait.

S'allongeant sur le lit qu'elle s'était appropriée, elle souffrait en silence, serrant les dents en attendant que l'on vienne lui prodiguer quelques soins. Elle observait la folie qui grandissait au fur et à mesure où les élèves et professeurs blessés arrivaient, tout cela n'était que le début de la fin. Les neutres n'auraient, une fois de plus, pas leur place dans cette guerre. Elle ferma les yeux et tenta d'imaginer sa famille, son lit douillet... Tout ce qui pouvait être un bon souvenir pour lui faire oublier la douleur.[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Cette histoire de coupe des quatre maisons était tout simplement ridicule. Comme si les forcer à travailler en équipe avec des détritus allait pouvoir arranger quoique ce soit à leur guerre des clans. Rien ne changerait entre eux parce qu’aucune source de lumière ne pouvait éclairer les fous. Les sang-de-bourbe resteraient une espèce à éliminer et tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec cela les rejoindraient dans leur espèce en danger. C’était ainsi, ils l’avaient décidé. Le ton avait donc été donné : Sabotage.
Elle-même avait pourri admirablement « son » groupe tant et si bien que Grayson en avait fini inconsciente dans un lit à l’infirmerie. Là-bas Jolene avait retrouvé Calixte et le ton avait continué de monter alors que White avait cherché des toises à sa meilleure amie et la Rosbury en avait fait de même avec Stanislas. La terre s’était ensuite mise à trembler laissant Jolene devant une vision qui ne prêtait qu’à la délectation et au contentement : Chaos à Poudlard. Elle en savourait chaque instant sans en montrer un seul indice. Calixte et elle étaient loin d’être bête et elles allaient mettre cette situation au profit de leur cause. Parce que si leur but était d’écraser l’AD, cette guerre était aussi une guerre d’image où toutes propagandes étaient de mise. Après avoir affiché un air surpris entremêlé de scandale et mélangé à un soupçon d’angoisse bien feinte. Jolene allait démontrer son talent de comédienne. Calixte, à une dizaine de mètres d’elle, lui donnait la réplique à merveille en parlant à un groupe de serpentard.

« Mon dieu ! C’est horrible ! Vous pensez que c’est l’AD ou pire les résistants ? Ca ne m’étonnerait pas qu’ils suivent la trace de leurs ainés à coup d’attentat ! »

Jolene allait faire de même avec un groupe d’élèves neutres lorsque May-Linh décida, de manière peu maligne il fallait bien l’avouer, d’attaquer Calixte. Il fallait être fou pour s’en prendre ainsi à une mangemort.

« Ferme la Calixte. Tu l’ouvres déjà suffisamment pour les gars de l’école, alors contente toi juste de la fermer, pour une fois. »

Certaines personnes avaient de la chance d’avoir des pères influents… Et May-Linh en faisait partie. Autrement Jolene ne se serait pas retenue pour lui faire sa fête à cet instant précis. Il lui avait fallu tout son sang-froid pour arriver à contenir son excès de rage. Si la blondinette n’était pas de nature impulsive, les preuves de non-allégeances à leurs grands idéaux telle celle que venait de faire May-Linh, la mettait tout simplement hors d’elle. D’autant plus venant de la fille du grand Erehn Eberhart, la pilule était dure à digérer. Jolene ne comprenait sincèrement pas cette rousse qu’elle détesterait tant qu’elle ne les rejoindrait pas. Elle était de sang-pur, faisait partie d’une grande famille au nom porteur de force et de frayeur et elle ruinait son héritage à coup de nonchalance et de vanité mal placée. Malheureusement pour May-Linh, être une « fille de » ne la sauverait en rien, et elle se frottait à bien trop forts qu’elle. Les faits étaient là, posés sur la table qui aurait dû pourtant se tenir dans sa petite tête, les pro-mangemorts agissaient en groupe, sans retenue aucune et utilisaient des armes bien noires… Comment une simple petite rousse prétentieuse pouvait bien faire le poids ? Le fait que Laserian et elle partagaient ils-ne-savaient-pas-quoi ne l’aiderait en rien. Tout simplement parce que Laserian, tout comme elle, n’était pas bien placé sur la liste des privilégiés des pro-mangemorts.
White avait rajouté de l’huile sur le feu, si bien que Jolene ne pouvait dignement pas laisser cela impuni.

« Même pas besoin de parler, May a tout dit. »

Heureusement pour ces deux rousses, les actions de Jolene étaient ici limitées. Elle se contenterait d’une petite vengeance bien menée mais la blondinette n’oublierait pas et, plus tard lorsqu’elle pourrait frapper, elle ne se priverait pas de le faire. La serpentard profita donc d’une nouvelle arrivée de blessé pour lancer son sort en toute discrétion, s’assurant d’abord que personne ne la voit faire. Il y en avait quatre (oui Rosbury et Rosenbach faisaient partie de l’affaire parce que quitte à s’amuser, il fallait le faire entièrement) qui allaient voir leur cheveux tomber dans les quelques minutes à venir. Voir les têtes chauves de May, Louisa, Opale et Zelda serait infiniment drôle et ajouterait un côté comique à cette scène pour la rendre parfaite. Une fois son sort lancé, Jolene ne se fit pas prier pour reprendre la situation à leur avantage. Il ne fallait pas qu’elle perde le nord et cette occasion de tout mettre sur le dos de l’AD était bien trop belle pour la laisser passer. Elle prit le ton de la révélation alors qu’elle disait à un groupe d’étudiants réputés neutres amassé à ses côtés tout en regardant May-Linh et Opale.

« Tu les entends ? Franchement, c’est suspect comme comportement ça. Qui d’autre que les coupables voudrait nous faire taire ? » Elle se rapprocha de Calixte alors que quelques mèches de cheveux commençaient doucement leur chute. « Calixte doit avoir raison. C’est exactement le moyen de procéder des résistants ! »

Une nouvelle fournée d’élèves fit son entrée et Jolene, bien que dégoutée d’avoir à faire cela, ce rapprocha d’eux pour aider un sang-pur à marcher jusqu’à un lit. Qu’est-ce qu’elle paraissait innocente cette jolie blondinette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
 « Fait chier. » Cette phrase reflétait bien l'état d'esprit dans lequel se trouvait le Lindgren à cet instant précis, quelques éraflures par-ci par là, des fringues pleines de poussière et surtout une godasse à moitié cramée. Il s'avançait lentement dans la foule, poussant, éructant. Il balançait des béquilles aux personnes refusant de se pousser, il ne faisait pas les choses discrètement. Arrivant devant un tas de Serpentards affalés et blessés il s'agenouilla et tendit la main pour les aider à se relever, il avait reconnus une bande de sangs purs, des confrères, qu'il aida donc à relever. Ils étaient amochés, mais peu importe leur état à cet instant précis, il fallait qu'ils se tiennent debout face à l'adversité, qu'ils soient rugueux et montrent que les Serpentards n'étaient pas des chiffes molles. Un brouhaha s'éleva tandis qu'Ellias prenait un de ses camarades sur son épaule, il avança d'un pas relativement rapide pour se rapprocher d'un groupe de personnes qui caquetaient un peu trop à son goût, il croisa Jolène à qui il adressa un bref regard concerné, puis s'empressa de rejoindre Calixte qu'il avait vu au milieu de la foule. Tout le monde se tenait face à elle, caquetant, essayant de lui faire porter le chapeau. Le sang du Lindgren ne fit qu'un tour alors qu'il déposait le Serpentard qui était sur son épaule non loin de l'endroit, il repris sa marche rapide en poussant quelques élèves pour arriver devant Calixte et faire face aux autres.

« Ferme la Calixte. Tu l’ouvres déjà suffisamment pour les gars de l’école, alors contente toi juste de la fermer, pour une fois. »

« Même pas besoin de parler, May a tout dit. »

Ellias soupira et décida de se poster devant Calixte la poussant soigneusement derrière lui avec un petit sourire il décida d'ajouter.

« Ton nom de famille ne te permet pas ce genre de remarque Eberhart, je trouves que tu l'ouvres également un peu trop pour quelqu'un qui n'a rien à se reprocher.» Il laissa un léger rictus apparaître sur ses lèvres avant de poursuivre. «Avant de tirer une conclusion hâtive et de tous pointer du doigt notre chère Calixte, je me permets de vous rappeler quelque chose.» Il croisa lentement les bras, laissant le soin à son auditoire d'attendre la suite. «Si cela avait été nous les instigateurs, croyez moi qu'on vous aurait pas loupés. » Il repris son souffle lentement puis haussa le ton. « En attendant, réfléchissez bien à qui profite ce genre d’événement, et aidez nous à ramener les blessés, pas juste vos proches. »

Ellias passa au milieu de l'attroupement lâchant quelques coups d'épaules bien sentis au passage, il reprit le Serpentard sur son épaule et le déposa au niveau de l'infirmerie improvisée, puis il revint se poster aux côtés de Jolène et Calixte. « Je voulais gagner ce tournoi bordel. » La mine déconfite Ellias se laissa retomber sur les fesses, laissant ses mains se déposer sur son visage, il sentit une sorte de liquide relativement chaud couler le long de ses doigts, il était blessé au niveau des mains, une plaie ouverte recouverte de suie et de terre. « Merde »
Revenir en haut Aller en bas
May-Linh S. Eberhart
SLYTHERIN
cunning folks lay here
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2566-may-linh-remember-daddy
Hominum revelio
⚡ Registration : 04/07/2013
⚡ Missives : 1019
/
⚡ Fizwizbiz : 870
⚡ Âge du personnage : 18 ans
⚡ Nature du sang : Sang-pur
Au moment où May ouvrit la bouche, elle sut qu’elle venait de fendiller sa précieuse couverture. La fille fragile, trop studieuse, trop timide et trop renfermée, qui faisait déjà honte à son sang, venait d’insulter une des « siens », comprenez par là une pro-Mangemort, ce qu’elle aurait normalement dû être également. Devant tout le monde, elle venait de faire preuve non seulement d’audace mais également de mépris, et il ne fallait pas s’attendre à ce que cela soit passé inaperçu.
Son regard croisa celui de Louisa, qui la dévisageait avec une lueur de surprise dans les yeux. May accrocha son regard pendant quelques secondes, avant de se détourner et de baisser la tête. C’était la première fois qu’elle affichait publiquement son dégout envers Calixte et sa compagnie de dégénérés. Erreur ou pas, elle allait en entendre parler. Mais après tout, cela ne pouvait pas faire de mal non plus qu’elle s’émancipe un peu. D’autant plus avec les projets qu’elle avait. Avec un soupir de douleur et d’agacement, elle s’occupa de remettre sa rotule en place.

« Tu les entends ? Franchement c’est suspect comme comportement ça. Qui d’autre que les coupables voudraient nous faire taire ? Calixte doit avoir raison. » La meilleure copine de Calixte ne se fit pas prier pour intervenir et abonder dans le sens de la Serpentard. Cette fois, May ne se fatigua pas à remettre Jolene à sa place. Elle n’avait pas que ça à faire. Elle ne vit pas Jolene qui levait discrètement sa baguette en profitant de l'arrivée massive de nouveaux blessés. Il fallait compter sur la Serpentard pour se montrer fourbe, mais également pour ne pas se faire piquer, on pouvait au moins lui reconnaitre ça. Le sortilège, invisible, toucha ses cibles, mais rebondit sur la silhouette de May.

Sa rotule remise en place, elle plia le genou avec précaution, s’assurant d’être guérie avant de se lever. « Ton nom de famille ne te permet pas ce genre de remarque Eberhart, je trouve que tu l’ouvres également un peu trop pour quelqu’un qui n’a rien à se reprocher. » May-Linh ne leva même pas la tête pour regarder Elias, l’ignorant avec superbe et avec toute l’élégance des personnes de son rang. Elle tenait cela de son père. « Si cela avait été nous les instigateurs, croyez-moi qu’on vous aurait pas loupés. » s’efforça de menacer Elias. May ne put retenir un léger hoquet moqueur. Sans un regard pour le jeune homme, elle se leva, passa devant lui sans faire attention à lui, et se dirigera spontanément vers Zelda, qui était la plus proche d’elle.  « Ca va faire mal. » prévint-elle sur un ton bas. La pointe de sa baguette effleura l’épaule meurtrie de la jeune fille, et elle marmonna une formule.
La guérison n’était pas son point fort. Mais la magie noire l’était peu à peu devenue. C'est pourquoi, depuis peu, elle se protégerait avec des sortilèges noirs, par mesure de précaution et aussi parce qu'elle était loin d'être stupide. Elle savait que de sombres événements étaient à venir. Le maléfice de Jolene, au lieu de faire son oeuvre sur ses boucles rousses, avaient ainsi été bloqué, sans même que May s'en rende compte. Elle ne saurait jamais que Jolene voulait se venger de la pique qu'elle venait d'envoyer à Calixte.

Le meilleur sortilège de guérison que May connaissait faisait partie des arts sombres. Le seul inconvénient, c'est qu'il faisait souffrir.
Les chairs se refermèrent, laissant une cicatrice assez peu ragoutante mais qui ne saignait plus. « Il faudra quand même voir l’infirmière. » jugea May avec une moue navrée. Puis sans plus attendre elle se leva pour chercher du regard un autre blessé dont elle pourrait s’occuper, sans songer que s’exposer comme elle le faisait pouvait, à terme, devenir dangereux. Et si son père apprenait qu’elle pratiquait la magie noire ? Et si on la prenait, finalement, pour une pro-Mangemort, elle aussi ?


I am not a Princess anymore
I am a Witch
(gif tumblr/code northern lights.)


Dernière édition par May-Linh S. Eberhart le Mar 12 Mai - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
par le caleçon de merlin..

Le jeune infirmier n'était resté que peu de temps au sein de l'infirmerie de fortune. Préférant s'occuper des blessés à l'extérieur dans un premier temps, il délaissa les fausses jérémiades et autres discours hypocrites pour du concret, pour sauver. Peut-être avait-il tord, peut-être valait-il mieux qu'il reste au sein de ces quatre ou cinq toiles assemblées maladroitement. Peut-être oui, qu'ils étaient beaucoup plus dangereux tous ensemble, confinés et que James ferait mieux de se dépêcher. Malgré qu'il n'avait aucune envie de retourner à leurs côtés, il ne put faire autrement que revenir au bout d'une dizaine de minutes, une fois qu'il fut sûr et certain que plus personne ne restait en dehors de l'infirmerie. Cela en faisait du monde et un brouhaha immense s'élevait où, parmi celui-ci, pouvait se distinguer certaines lamentations douloureuses. La tente s'était magiquement agrandie selon le nombre d'élèves arrivant et s’agglutinant en son sein. James passait dans les rangs en donnant des fioles de potions qu'il avait prit le temps de préparer la veille. Il anesthésiait, ressoudait certains os et faisait des bandages. Parfois il enduisait de pommade de sacrées brulures aussi. Surtout, il priait la venue d'une aide extérieure, de Médicomages en renfort. Il espérait que l'infirmière titulaire ne se soit pas faite explosée dans la défragmentation des explosions aussi. La plupart des professeurs présents ne connaissaient qu'un, voir deux sortilège de soin et donc, ne pouvaient pas l'aider avec efficacité. Alerte, il fut tout de même légèrement soulagé lorsqu'il se rendit compte qu'aucun des élèves n'était vraiment entre la vie et la mort. Il vint alors à recroiser le groupe qu'il avait quitté quelques minutes plus tôt. Le châtain n'aima pas entendre leur sujet de conversation mais se tut. Il avait bien mieux à faire que rentrer dans leur jeu, ou s'énerver Il s'approcha alors d'une septième année à la longue chevelure blonde qui semblait dans un grand besoin de soins. Néanmoins, lorsque James arriva à son niveau, son attention se porta principalement sur le sort qu'une camarade à elle venait de lui octroyer. Un sort de guérison oui, mais un sort transpirant de Magie Noire. James fronça les sourcils devant l'incohérence des faits. Je m'occupe du reste de la plaie. intima t'il d'un ton bas envers l'autre élève. Il ne plonge son regard que quelques instants dans le sien, un court moment lui permettant de savoir instinctivement qu'elle n'était pas n'importe qui. Que ce soit par rapport à son background familial, ou son intellect. Du bout de sa baguette, un fil argenté longea alors la longue cicatrice restant à Zelda. James se concentre pour la refermer le plus doucement possible, comprenant que la jeune fille devait souffrir. Une fois fini, il lui propose une potion anti-douleur. Tiens, prends cela, tu es courageuse. Il lui sourit doucement. Si ton amie n'était pas intervenue, tu aurais peut-être déjà tourné de l’œil. Il continue tout en inspectant une dernière fois du regard, sa plaie. Tu m’appelles si t'as besoin d'autre chose ou que ça va mal. Essaies de te reposer. Le châtain effectue un geste de tête entendu et reconnaissant envers May. Il ne la sermonne pas, mais il garde en tête son geste, ne sachant pas forcément s'il était bien venu ou non. En se tournant, il entend un Merde plus ou moins sonore et son regard se pose sur Ellias. Il s'approche et sans aucune mise en garde, il lui attrape la main. La pointe de sa baguette touche la plaie, mais elle la nettoie et la referme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Le tournois des 4 maisons
Intrigue 5


« Ferme la Calixte. Tu l’ouvres déjà suffisamment pour les gars de l’école, alors contente toi juste de la fermer, pour une fois. »  Ses yeux fusillent la rouquine qui prononce des mots bien trop dangereux pour sa petite personne. Repartir. La laisser, vivante. Ne pas voler sa vie. Elle n’en est plus capable. Se détacher. Son regard rencontre le sien, terni, elle sait que c’est la fille de Monsieur Eberhart . Elle baisse les yeux afin d’observer son genou et en déduit qu’elle n’est pas encore totalement remise. Elle aurait put  l’aider, mais elle en est incapable après cette affront. Non ce que souhaite la blonde à présent c’est enfoncer sa baguette dans la plaie de May-Linh afin de  l’entendre pleurer comme une enfant, l’emmener avec elle et  la perdre un peu plus dans sa propre folie. Je vais te détruire. Ca hurle à l’intérieur de son être. « Tu les entends ? Franchement c’est suspect comme comportement ça. Qui d’autre que les coupables voudraient nous faire taire ? Calixte doit avoir raison. » Jolene. Fidèle au poste. Boucle d’or toise son amie observant la malice qui se dégage de son être. Superbe femme. Splendide petit rapace. Ellias se poste en rempart devant elle, la surplombant de sa carrure. « Ton nom de famille ne te permet pas ce genre de remarque Eberhart, je trouve que tu l'ouvres également un peu trop pour quelqu'un qui n'a rien à se reprocher.» Ses lèvres s’étirent en un léger rictus. Provoquant. Insolant. «Avant de tirer une conclusion hâtive et de tous pointer du doigt notre chère Calixte, je me permets de vous rappeler quelque chose.» Le maitre de l’auditoire. Les regards se tournent vers lui tantôt admiratifs, tantôt emplis de crainte. «Si cela avait été nous les instigateurs, croyez moi qu'on vous aurait pas loupés. »Elle observe ses traits fins, ravissement pour ses yeux. « En attendant, réfléchissez bien à qui profite ce genre d’événement, et aidez nous à ramener les blessés, pas juste vos proches. » BOUM. Les sages mots de maitre Lindgren sonnent comme un rappel à l’ordre.

« Tu les entends ? Franchement, c’est suspect comme comportement ça. Qui d’autre que les coupables voudrait nous faire taire ? » Sa compère se rapproche d’elle ; sournoise, le regard empli de satisfaction. Calixte prend alors un air grave, elle est sincère cette fois.  « Calixte doit avoir raison. C’est exactement le moyen de procéder des résistants ! » Tandis que le groupe de neutres semble dans sa poche Jolene s’affaire à aider un groupe de sang pur. La belle tourne la tête et observe les personnes aux alentours. Un mot pour la définir : Destruction. Une chose en enchainant une autre le regard de la belle se stoppe sur Louisa, Zelda, Opale et May-Linh. Sont-elles déjà aveugle ? Sourire de satisfaction qui gagne ses lèvres, si proche d’une moquerie. Pas envers elle, pour les mèches de cheveux qui tombent à terre. La magie leur permet de jouer avec l’expression des sentiments, évoquer des figures héroïques. Elle meurtrie ses lèvres en les mordants. Combien de temps encore avant que les mots soient prononcés ? Ceux qui sonneront la sentence ? Ils sont enfermés dans une cage, piège pour retenir ce qu’on ne veut pas prononcer. Elle penche la tête tandis que le sort de la Eberhart l’interpelle. Magie noire elle en mettrait sa main à coupé. C’est donc ça qu’elle trame avec Laserian. Bien. « Que veux-tu Jolene on dirait que les élèves de Poudlard jouent à un drôle de jeu ! Et forcément on accuse les grands méchants soit ! » elle se penche vers une serdaigle à terre, attrape une lotion sur la table et commence à masser sa jambe frénétiquement «  Ils ne voient que ce qu’ils veulent voir… Le jour où ils se retrouverons au milieux d’une attaque à l’extérieur nous en reparlerons. Parlez en bien, parlez en mal en attendant vous devriez vous atteler à soigner vos amis au lieu de vous préoccuper de l'Apocalixte...» dit-elle en un murmure plus à elle-même qu’à l’attention des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
A travers les plaintes de douleurs éparses, la voix de Calixte raisonnait toujours et s'accompagnait de deux autres voix toutes aussi serpentines. Zelda se rassit sur son lit de camps, sa main gauche empoignant toujours son bras droit sous l'épaule. Elle assistait de loin à la scène qui attirait tous les regards. La réponse d'Eberhart avait provoqué une sorte de micro explosion à elle seule. Jacobs se joint à la partie, défendant sa maison, suivie de près par Lindgren. La serdaigle se rendit compte alors qu'il ne s'agissait plus de futiles guerres entre maisons. L'originel faussé entre les gryffondors et les serpentards devenait une légende. Aujourd'hui, c'était l'AD contre les pro-mangemorts. Un frisson parcourus l'échine de la blonde déclenchant de nouveau une douleur aiguë à son épaule largement balafrée.

« Si cela avait été nous les instigateurs, croyez-moi qu'on vous aurait pas loupés. » Zelda concentra son regard sur Ellias et ne pût se sentir encore plus concerné que May-Linh. Les né-moldus avaient toujours été les premiers visés et cela ne changerait pas de si tôt. Les "sangs purs" voulaient rétablir une lignée propre de sorciers. Elle se leva brutalement de son lit, prise d'une soudaine envie de meurtre mais la douleur s'intensifia et elle renonça à poursuivre ses pensées. En voyant les neutres avaler les énormités que les trois serpentards arrivaient à leur faire gober, elle était d'un côté fière et heureuse de s'être plus ou moins tournée vers la résistance. Ils prônent la paix mais qu'en connaissent-ils ? Ce ne sont que des pigeons qui se mettent du côté qu'ils pensent vainqueurs.

A travers la foule, May-Linh s'en détacha et Zelda la vit s'approcher d'elle, la baguette sortie. « Ca va faire mal. » prévînt-elle doucement en passant sa baguette sur la plaie. La blonde serra les dents pour étouffer ses propres cris de douleur pendant l'opération qui lui sembla durer de longues minutes. Elle entendit à peine marmonner ce que la serpentard formulait. "Je pense que je me suis trompée sur ton compte Eberhart, merci" répliqua Zelda après que la rousse est finie le traitement. Zelda remua lentement l'épaule, admirant le travail et appréciant l'absence de douleur. « Il faudra quand même voir l'infirmière » « Je m'occupe du reste de la plaie. »Le ton qu'avait employé James était soupçonneux puis il s'affaira sur l'épaule de la petite blonde. Il lui tendit une fiole qu'elle but rapidement et l'intima de le rappeler si cela n'allait pas et surtout de se reposer. « Vous savez tend que je peux rejouer au Quidditch, tout ira bien. » elle esquissa un sourire à l'adresse de l'infirmier puis se releva. « En attendant, je pense que les autres élèves ont besoin de soutien. »

Zelda marchait à travers les blessés, essayant d'en rassurer un et deux au passage jusqu'à ce qu'elle atteigne Louisa un peu plus loin. Elle lui posa une main sur l'épaule pour lui montrer sa présence « Lou, fais attention à tes arrières, les gens comme toi et moi seront les premières cibles. » Quand elle retira sa main, une poignée des cheveux de Louisa lui resta entre les mains et son visage se décomposa.
Revenir en haut Aller en bas
May-Linh S. Eberhart
SLYTHERIN
cunning folks lay here
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2566-may-linh-remember-daddy
Hominum revelio
⚡ Registration : 04/07/2013
⚡ Missives : 1019
/
⚡ Fizwizbiz : 870
⚡ Âge du personnage : 18 ans
⚡ Nature du sang : Sang-pur
Trop tard, l’attention était déjà tournée vers elle. L’apprenti infirmier, James, lui jetta un coup d’œil soupçonneux et qui brillait d’une lueur entendue. Il avait reconnu la magie noire qui suintait du sort qu’elle venait de jeter pour soigner Zelda. Calixte s’était brièvement tue pour l’observer elle aussi, et May se détourna sans broncher. Stan ne devait pas être bien loin, il ne faudrait pas longtemps avant que Calixte aille lui murmurer à l’oreille que sa sœur faisait de la magie noire. Et dans la minute, Stan aura écrit un rapport complet à leur père, comme le jour où Melle Jeferson l’avait attaquée. May serra les lèvres. Elle n’avait ni le temps, ni le courage de se préoccuper de tout ça maintenant. Elle marcha sur des gouttes de sang, longea la rangée de lits, la gorge serrée. « Ils ne voient que ce qu’ils veulent voir. » Calixte n’avait pas tort. Tout le monde jouait au jeu de l’autruche depuis déjà un bon moment, et May en avait toujours bien profité d’ailleurs. Son regard s’attarda sur le petit groupe que formait Calixte, Jolene, Elias et son frère jumeau. Stan gardait les bras obstinément croisés, refusant de prêter secours à qui que ce soit, dardant sur la scène un regard dur. May les observa tout en nattant ses longs cheveux roux afin de ne pas en être gênée.

« Lou, fais attention à tes arrières, les gens comme toi et moi serons les premières cibles. » La voix de Zelda parvint à ses oreilles lorsqu’elle les frôla, et malheureusement, la Serdaigle avait bien raison. Louisa et elle n’avaient pas le sang pur, autrement dit, elles étaient des cibles toutes désignées. Et May ne pouvait plus jouer la comédie de la fille trop lâche dans le but de les aider. Elle devait s’y prendre autrement.
Elle s’agenouilla devant un cinquième année au front ouvert, qui ne parvenait plus à garder l’œil droit ouvert à cause du flot de sang qui s’écoulait de sa plaie. Il frémit en apercevant la couleur du blason de May, et celle-ci fronça les sourcils mais ne dit rien. « Ca va faire mal. » prévint-elle à nouveau. Et elle posa la pointe de sa baguette sur le front de l’adolescent.


I am not a Princess anymore
I am a Witch
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Rosebury
RAVENCLAW
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3947-louisa-the-beginning-of
Hominum revelio
⚡ Registration : 19/10/2014
⚡ Missives : 599

⚡ Fizwizbiz : 261
⚡ Âge du personnage : seize ans
⚡ Nature du sang : née-moldue
intrigue 5 - rassemblement

Opale lui tendit le pot de pommade.  «Je vais pas te laisser toute seule avec cette bande de fous. En ce moment, c’est la folie et personne ne fera attention à ce qu’il fait. Cette fois, c’est toi qui pommade et moi qui retient. » Louisa n'allait pas se faire prier, elle aimait autant être celle qui passerait la pommade. « T’inquiète pas, personne ne touchera à un seul de tes cheveux tant que je serais là. » Le regard d'Opale se voulait rassurant, et très franchement, Louisa était prête à la croire. Cette fille avait un tempérament de feu, et était sûrement toute aussi venimeuse que la bande de fanfarons de Serpentard quand on touchait aux choses pour lesquelles elle se sentait concernée. Elle allait rétorquer qu'elle savait aussi se défendre et qu'elle pourrait aussi l'aider en cas de problème, mais n'en fit finalement rien. Les gens la sous-estimaient souvent parce qu'elle était si petite et si mince… Et pourtant, une vraie colère, un désir de sécurité l'habitait. Quand elle devait se battre, Louisa ne le faisait pas qu'à moitié, en général. Mais elle décidait rarement de se battre, préférant le profil bas. Son coup de poing à Eberhart n'avait été qu'une erreur de parcours dans sa neutralité exemplaire. Les deux filles s'appliquèrent auprès d'un troisième année, qui souffrait d'une brûlure sur l'épaule gauche. Il grimaçait de douleur mais faisait de son mieux pour rester en place. Un peu plus loin, Jolene Jacobs s'y était mise elle aussi, ce qui provoqua un nouveau regard exaspéré, mais complice entre Opale et Louisa. Ellias Lindgren en rajouta une couche. La jeune Serdaigle avait vraiment horreur de ces gens-là. Heureusement pour elle, elle n'avait pas trop à les croiser, comme elle n'était ni de leur promo, ni de leur maison. Mais devoir supporter leurs bêtises dans une situation pareille lui donnait presque envie de rejouer le coup du coup de poing. Mais bien sûr, cette fois, elle resta maître d'elle-même. Pas besoin de causer de problèmes en plus aujourd'hui, et elle ne tenait pas à ce qu'on la mette dans le même panier que les membres de l'armée de Dumbledore. Cela ne lui apporterait que des problèmes supplémentaires. La voix de Calixte jacassa une nouvelle fois derrière elle et Louisa leva les yeux au ciel. « Garder son sang-froid. » se murmura-t-elle deux fois, tout en continuant à passer de la pommade, à Dakota Collins cette fois, lui aussi de septième année, qui avait une brûlure au front. Elle fut interrompue dans sa tâche par Zelda, qui visiblement allait mieux. « Lou, fais attention à tes arrières, les gens comme toi et moi seront les premières cibles. »  fit-elle, une main sur son épaule. Bien sûr, qu'elles seraient les premières cibles, et Louisa n'avait pas arrangé son cas en frappant Eberhart. Elle allait sourire à son amie quand elle vit le visage décomposé de celle-ci. Elle l'interrogea du regard puis baissa les yeux vers sa main, où des cheveux châtains trônaient. Louisa fronça les sourcils. « qu'est-ce que... » Puis, abandonnant la pommade sur le brancard, elle posa une main sur ses cheveux, et une autre poignée se retrouva dans sa main. Les larmes lui vinrent immédiatement aux yeux. Il n'y avait qu'une explication à un phénomène pareil, et c'était un sortilège. Elle n'avait aucun doute sur qui venait de le lancer. « Les sal... » lâcha-t-elle avant de s'interrompre en levant les yeux sur Opale. Des mèches rousses s'échappaient déjà de sa chevelure. Elle aussi avait été touchée. « Non ! » Elle se retourna et vit une dizaine de têtes tournées vers elle. « Merde, merde, merde. »




if loving you is wrong, i don't want to be right
Revenir en haut Aller en bas
Opale R. White
GRYFFINDOR
the braves lay here
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4203-opale-love-it-will-get-
Hominum revelio
⚡ Registration : 16/03/2015
⚡ Missives : 767

⚡ Fizwizbiz : 2758
⚡ Âge du personnage : 16 ans
⚡ Nature du sang : Moldu
Complètement chauve...
Opale était plutôt fière d’elle-même alors qu’elle retenait les élèves pour qu’ils ne puissent pas empêcher Louisa d’appliquer la pommade sur leurs brûlures.  En fait, ce n’était pas qu’ils ne désiraient pas coopérer, mais la douleur finit toujours par nous faire bouger contre notre volonté. La rouquine les retenait donc fortement pour qu’ils ne frappent pas la Serdaigle ou quoi que ce soit d’autre. Alors qu’elles prenaient soin d’un autre étudiant, une autre élève de la maison de Louisa vint lui parler. Opale la reconnut comme étant l’amie de cette dernière, celle vers qui elle avait dirigé ses pas lors de l’arrivée des blessés. Elle ne dit pas un mot, mais comprit tout de même le sens de sa phrase. Les gens comme elles ? Les nés-moldus ? C’était pourtant évident, quand l’on prenait la peine d’y penser un peu. Elle baissa la tête vers Dakota et termina d’appliquer la pommade que Louisa avait délaissé à l’arrivée de sa collègue. Elle ne releva les yeux que lorsqu’elle entendit les mots « qu'est-ce que... » Mais qu’est-ce que quoi ? C’est en relevant les yeux qu’elle remarqua les cheveux de Louisa… dans sa main. « Les sal... » Et elle plongea son regard dans le sien au même moment où quelque chose lui chatouillait l’arrière du cou. Elle ne prit même pas la peine de passer sa main, elle se doutait qu’elle vivait le même phénomène que Louisa. « Moi aussi, c’est ça ? » Opale garda un calme olympien alors que Louisa jetait des regards autour d’elle en laissant glisser des « Merde, merde, merde. ». Opale se releva, une mèche énorme de ses longs cheveux entre les mains. Elle jeta un regard noir à tous ceux qui les regardaient. Il était hors de question que quelqu’un rigole… en dehors de ses Serpentards, c’est c’était déjà le cas. « Le prochain qui rigole, il va avoir droit au même traitement. C’est clair ? » Opale tourna de nouveau son regard sur celui de Louisa. Elle lui fit un sourire qui se voulait rassurant. Pour elle, la perte de ses cheveux, ce n'était pas grand chose à côté de ceux qui hurlaient de douleur a ses côtés. « Ne t’inquiète pas ! Heureusement, que ça repousse ! » Elle jeta un regard du côté de l’infirmier. Tout à l’heure, elle avait bien remarqué une certaine complicité entre eux, bien qu’elle n’ait pas dit un seul mot. Ce n’était pas de ses affaires en fait. « Tu devrais peut-être aller voir l’infirmier. Il a surement quelque chose pour ça. » dit-elle en lui montrant ses cheveux roux. Maintenant qu’elle avait le crâne chauve, elle ressentait la moindre brise du vent… ce n’était pas si désagréable. Elle tourna la tête dans toutes les directions et trouva enfin quelqu’un qu’elle connaissait. Le professeur Croft. Un grand sourire s’afficha sur ses lèvres. « Aide James, il a plus besoin de toi. Je vais m’occuper de la pommade toute seule. » Elle prit le pot et, avec un clin d’œil rassurant, elle se dirigea à grand pas vers son professeur de potions. Devant lui, elle lui fourra sa mèche de cheveux sous le nez. « Hey ! Vous avez quelque chose contre ça ? »


i will follow you till the end of time

I will make you mine, until the end of time
I will capture you, I will follow you
I will watch you, when youre not aware
I will catch your eye, I will make you stare
I will make you fly, up into the sky
I will pull you down, I will make you drown, I will find you

I will love you
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Rosebury
RAVENCLAW
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3947-louisa-the-beginning-of
Hominum revelio
⚡ Registration : 19/10/2014
⚡ Missives : 599

⚡ Fizwizbiz : 261
⚡ Âge du personnage : seize ans
⚡ Nature du sang : née-moldue
intrigue 5 - rassemblement

« Le prochain qui rigole, il va avoir droit au même traitement. C’est clair ? » lança Opale à la paire d'yeux curieux qui les regardaient. Décidément, elle prenait la situation avec un certain sang-froid, chose que Louisa avait du mal à faire. Elle était là, avec ses cheveux dans les mains, les yeux humides, parce qu'elle les entretenait avec amour et les faisait pousser depuis un petit moment maintenant pour qu'ils soient beaux et assez longs pour faire des chignons et… C'était peut-être complètement idiot et superficiel de penser à ça. Surtout avec ce qui se passait autour d'elle et dans le monde en général mais… On se raccroche toujours aux petites choses quand tout va mal, et pour Louisa, ses cheveux était l'une d'entre elles. « Ne t’inquiète pas ! Heureusement, que ça repousse ! » tenta de la rassurer Opale. Louisa fut reconnaissante à la jeune Gryffondor d'essayer de la rassurer. Au moins, il y avait une personne de son côté dans cet endroit. Elle resta là, interdite pendant quelques minutes, sans savoir quoi faire, tout en voyant des mèches tomber à terre. Elle se tourna vers Zelda et se rendit compte qu'elle aussi perdait ses cheveux. Décidément, quelqu'un avait décidé de s'en prendre à elles. Louisa laissa son regard balayer la pièce, en envoyant des éclairs. Dakota, à côté d'elles, semblait vraiment ennuyé pour elles. « Tu devrais peut-être aller voir l’infirmier. Il a sûrement quelque chose pour ça. » fit Opale, qui voyait bien que la Serdaigle était légèrement choquée par ce qui venait de lui arriver. Elle ne devait pas laisser des petites choses comme ça la déstabiliser. Bien sûr. James. Dans l'absolu c'était à lui qu'elle devait s'adresser, mais le pauvre était déjà complètement débordé. Opale semblait finalement prendre bien la situation, et son crâne chauve ne semblait pas la déranger plus que cela. Ou alors elle savait très bien faire comme si. Louisa se mordit la lèvre en voyant James un peu plus loin, et fit également de son mieux pour ne pas croiser le regard des pro-mangemorts qui étaient sans aucun doute derrière tout ça. Elle devait prendre exemple sur Opale et ne pas se laisser déstabiliser. « Aide James, il a plus besoin de toi. Je vais m’occuper de la pommade toute seule. » C'était rare d'entendre quelqu'un à Poudlard prononcer le prénom de James, et Louisa se demanda bien ce que ça voulait dire. En tous cas, Opale était déjà partie de son côté avec le pot de pommade, donc il fallait croire que la Serdaigle était livrée à elle-même. Elle enleva les derniers cheveux qui lui restaient sur le caillou en espérant que personne ne remarque, et fila vers son sac de cours, qu'elle avait posé dans un coin de la salle un peu plus tôt, avant que les épreuves ne commencent. Elle y farfouilla et trouva son foulard, qu'elle noua autour de sa tête. Elle fit attention à ce qu'il soit bien fixé, revint sur ses pas, et mis ses mains sur ses hanches. Bon. Allez, on se ressaisit et on se bouge. s'encouragea-t-elle elle-même. Elle avança vers James, et fit comme si tout allait bien. Avec un peu de chance, il serait tellement obnubilé par ses patients qu'il ne remarquerait même pas son foulard. Ou alors, il penserait juste qu'elle a voulu s'attacher les cheveux. « Bon.. Qu'est-ce que je peux faire de plus ? » demanda-t-elle en s'approchant, derrière lui. Confiance en soi, Louisa, confiance en soi. Ne pas laisser de petites choses nous déstabiliser. Faire passer les choses importantes avant tout. Comme guérir tout le monde.




if loving you is wrong, i don't want to be right
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel J. Croft
TEACHERS&CIE
draco dormiens nunquam titillandus
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4221-noooon-ne-buvez-pas-ca-
Hominum revelio
⚡ Registration : 18/03/2015
⚡ Missives : 356

⚡ Fizwizbiz : 2014
⚡ Âge du personnage : 35 ans
⚡ Nature du sang : Sang-Mêlé
Le tournoi des quatre maisons



Nathaniel n'avait pas été touché par l'explosion. Bien entendu, il avait été assez prêt d'elle pour en être abasourdi et être victime d'acouphènes, mais contrairement aux étudiants qui se trouvaient en face de la caisse, il pouvait s'estimer heureux de n'avoir été qu'un surveillant dans cette histoire. Il avait donc été rejoint par son collègue, le professeur Lancaster, et ensemble, ils avaient escorté les blessés jusqu'à la tente de l'infirmerie. Cette tente, qui ne devait pas être aussi bondée, fut très vite remplie des étudiants victimes de l'explosion. Il s'agissait d'un attentat, mais qui avait pu orchestrer ceci sous le nez des professeurs sans que ceux-ci ne s'en rendent compte ? Il fallait être brillant pour faire un coup pareil.

Le professeur de potions avait reçu une formation de soins lors de son épisode à Sainte-Mangouste, alors il serait une aide supplémentaire. Certains étaient pas mal plus amochés que d'autres, alors qu'une infime partie s'en était sortie sans égratignure. Nathaniel et Graham se séparèrent les étudiants et les placèrent magiquement sur des lits d'infirmerie libres. Le professeur Croft s'attarda sur ses étudiants les plus touchés et leur fit des soins mineurs pour qu'ils puissent au moins ne plus avoir mal. Il pointa sa baguette vers la sortie de la tente et lança un Accio informulé pour faire venir son sac de potions. Il avait toujours un sac prêt avec quelques potions diverses basiques, et certaines seraient utiles aujourd'hui.

Alors qu'il terminait avec son groupe, une voix familière retentit derrière lui. Il se retourna alors qu'Opale lui tendit une mèche de ses cheveux.

« Hey ! Vous avez quelque chose contre ça ? »

Il leva alors les yeux et constata avec stupeur qu'Opale était devenue chauve. Il regarda autour de lui, et constata qu'elle n'était pas la seule. La jeune Louisa semblait avoir elle aussi été victime de ce maléfice. Qui avait fait ça ? Personne n'avait la tête d'un coupable en ce moment même, mais il avait bien quelques idées. Son regard balaya le petit groupe de Serpentard composé de Calixte, Ellias et Jolene. Il était certain que cela venait de par là, mais il n'avait aucune preuve, et de toute façon, ce n'était pas le plus urgent pour l'instant.

« Nom d'un chaudron... »

Quel tact, et si peu de compassion. Nathaniel ne pouvait cacher sa stupeur. Il imaginait la tête de sa femme si une telle chose venait à lui arriver. Il trouvait la situation cocasse, et malgré lui, un peu amusante. Surtout qu'Opale ne semblait pas trop s'en faire avec ça.

« Lorsque nous aurons fini avec les blessés, venez me rejoindre devant ma réserve, et amenez Mrs. Rosebury avec vous. J'ai une potion qui décuplera la vitesse de repousse de vos cheveux, mais hélas, je n'ai rien d'autre à vous proposer, hormis une perruque... C'est un maléfice très vil, créé par des sorciers malveillants qui voulaient embarrasser leur victime. Il n'y a donc rien d'autre à faire pour le moment... »

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.


Le Tournoi des 4 Maisons
rassemblement

Contexte
Johnathan Crow n'était pas vraiment le genre d'homme qu'on voyait se précipiter. Au contraire, il s'était taillé une réputation d'homme plutôt flegmatique, parfois cynique au point qu'on l'imagine nonchalant. Mais toutes les réputations étaient brisées un jour où l'autre, et pour la première fois depuis son arrivée à Poudlard, il descendait à toutes vitesse les escaliers de l'école pour déboucher dans le parc, juste derrière les professeurs Faulkner et Traynor, qui étaient venues le chercher, essoufflées et les joues rouges. Quand le directeur arriva sur les lieux de l'accident, il eut du mal à garder son calme légendaire. Les deux professeurs ne lui avaient pas menti sur la gravité de la situation. La tente qui était censée servir d'infirmerie ressemblait plus à l'hôpital de fortune d'un camp de réfugiés. Crow jeta un coup d’œils aux pièces réservées aux tournois. Certaines tenaient encore debout, mais pour la plupart, elles avaient été en partie soufflée dans les explosions que lui avait décrites la directrice des Serdaigle. Les choses se présentaient mal. Très mal. Pourtant, se dit l'homme, ils avaient fait bien attention à vérifier les installations tôt le matin même, pour s'assurer qu'il n'y aurait pas de problèmes. La seule vraie inquiétude de Crow quant à ce tournoi avait été la capacité des élèves à se supporter. Mais visiblement, la menace venait d'ailleurs, et ça, il ne l'avait pas vu venir. Il détourna les yeux des petites baraques pour se tourner vers l'infirmerie bondée et bruyante, emplie de cris et même de ce qui semblait être des disputes. Le directeur fit un pas en direction de l'entrée et scruta l'endroit attentivement. Il savait. Il savait que ce jour serait peut-être l'un de ses derniers en tant que directeur de l'école. On avait déjà lancé une pétition pour demander sa démission, ce nouvel échec ne ferait que confirmer les opinions déjà bien arrêtées de certains parents qui ne le soutenaient plus depuis longtemps. « Monsieur Crow. » fit le professeur Lancaster en arrivant auprès du directeur. « Faîtes quelque chose. » Ce n'était pas simplement une demande, mais une supplication. Les voix se faisaient plus agressives, plus énervées de secondes en secondes, et le directeur remarqua même que plusieurs élèves avaient perdu leurs cheveux. Il secoua la tête pour annoncer au directeur de Serpentard qu'il allait parler, et pointa sa baguette sur sa gorge. « Je veux l'attention de tout le monde. » Sa voix, maximisée par le sortilège, porta sur toute l'assemblée. « Ce qui s'est passé aujourd'hui est terrible. Vous devez tous être un peu choqués et déboussolés. Mais j'aimerais que vous preniez quelques minutes de silence pour m'écouter. » Les derniers murmures se turent. « Nous ne connaissons pas encore la cause de l'accident, mais nous allons dés maintenant mener l'enquête, et vous serez informés au plus vite de ce qui s'est réellement passé. » Il laissa une pause, puis reprit : « Afin que les choses se passent au mieux, je demande à tous les élèves qui ne sont pas blessés ou qui le sont juste légèrement de suivre leur directeur de maison et leurs préfets en direction du château. Nous allons nous occuper des élèves plus gravement touchés en priorité, et nous avons besoin d'espace pour le faire. » Il vit le regard des deux infirmiers, reconnaissants. « Vous serez conduits dans vos salles communes, et je vous ferai parvenir la suite des informations via vos directeurs. Je vous annonce tout de suite que les cours sont suspendus pour deux jours, le temps que nous menions l'enquête et que vous preniez du temps pour vous reposer. Vos parents seront bien entendu informés. » Il ajouta : « Je ferai un point sur les événements à vingt heures dans la Grande Salle, à l'heure du dîner. Merci de votre attention. » Il regarda les professeurs, tour à tour. « Mesdames et messieurs les directeurs, c'est à vous. » Et tandis que les quatre professeurs appelaient leurs élèves sains et saufs, Crow balaya une nouvelle fois la salle qui se vidait peu à peu du regard. Ce n'était que le début. Il le savait.


MERCI A VOUS TOUS LES LOULOUS  Love
Vous allez voir, des choses très intéressantes vous attendent suite à ceci dans les semaines à venir, stay tuned, ça va être vraiment sympa de la mort qui tue  cute  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

— INTRIGUE 5 : le Tournoi des 4 Maisons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Intrigue #5 ; opération sauvetage ; Cromwell ; Poudlard-