AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 SIANE ⚡ the highway to hell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Siane Callaghan
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 01/04/2011
⚡ Missives : 384

⚡ Fizwizbiz : 615
⚡ Âge du personnage : 20 ans.
⚡ Nature du sang : sang mêlée.
Siane Iverna Callaghan
Ab origine fidelis

I ϟ Me, myself and I
Bienvenue au Ministère Siane Callaghan — oh c'est donc vous que l'on appelle la dragonne, la furie ? Je suis la responsable aux inscriptions des sorciers dans nos registres, Dolorès Ombrage. Si vous voulez bien vous installer juste là. Une tasse de thé peut-être ? Bien, je vais vous poser quelques questions afin de finaliser votre dossier. Veuillez indiquer votre date de naissance et votre âge : « 12 mars 1980, j'ai donc vingt ans depuis peu de temps ». Quelles sont vos origines ? Votre nationalité ? « Britannique et pour les origines, j'en sais rien. Ici et là, mes ancêtres ont beaucoup voyagé ». Parfait, vraiment parfait. Et vous exercez quel métier ? « Euh, Résistante, ce n'est pas vraiment un métier ». Très intéressant tout ça. Est-ce que vous possédez une... particularité ? « Aux dernières nouvelles, non ». On a besoin de vous avoir dans nos registres du département des créatures magiques mh. Et vous êtes ? « Sang Mêlée. Enfin, ma mère est une sorcière, mais elle est née-moldue alors très franchement, je suis le bas de l'échelle alimentaire quoi ». Par pure curiosité, vous êtes plutôt Hétéro. Oh mais je sais que ça ne me regarde pas, pas besoin de me faire le faire remarquer, mais vous voulez entrer en Angleterre non ? Bien. Parlons plus sérieusement, votre baguette est composée de quoi ? « Elle mesure 27cm, se compose de bois de rose et d'un cheveu de Vélane ». Est-ce que vous savez à quoi ressemble votre patronus ? « Oui. ». Et il prend quelle forme ? « Celle d'un renard, malin, agile. ». Et vous êtes effrayé par Autrefois, les ténèbres suffisaient à m'effrayer. Désormais, je ne sais pas trop à quoi il pourrait ressembler. A Kazhan, certainement. Comme c'est fâcheux. Bien, j'en ai bientôt terminé avec vous. Est-ce que vous possédez un animal ? « Ah ça, oui ! Une saloperie du nom de Vlad, une boule de poils toute blanche qui adore planter ses griffes un peu partout ». Oui c'est essentiel pour savoir si vous n'êtes pas un trafiquant. Il y a déjà bien des... bestioles sur nos terres. Bon et pour finir, vous soutenez qui ? La Résistance, what else ?. Alors faites bien attention à vos arrières.

Vous pouvez y aller. J'en ai fini avec vous, mh.

II ϟ In my weak and drunken heart
›  Pourquoi être dans la résistance ? Avec une mère sorcière née moldue et un père moldu, Siane a très rapidement été la victime des moqueries des gamins de sang pur à l'esprit trop étroits à son arrivée à Poudlard. Elle n'a jamais été du genre à se laisser abattre, extrêmement fière de ses origines et de ses parents, elle s'est très vite montrée redoutable lorsque l'on tentait de la rabaisser. Répartie à Gryffondor, de la même année que Harry Potter, elle a appris à faire sa connaissance et lorsqu'il a affirmé que Voldemort était de retour, elle l'a cru sans l'ombre d'un doute. Lorsque Hermione et lui ont décidé de former l'AD, elle les a rejoints avec sa petite soeur sans même réfléchir aux conséquences. Ce n'était pas important, elle voulait juste apprendre à se défendre et se dresser contre Ombrage. Elle a lutté contre les Mangemorts de toutes ses forces et après la défaite de Voldemort et la prise de pouvoir de Caldwell, c'est sans hésiter qu'elle a remonté l'Armée de Dumbledore aux côtés d'Hermione et d'Alexis. Ça a fait d'elle une cible évidente, facile, pour les hommes de main de Caldwell. Mais qu'importe, Siane n'a plus rien à perdre. Alors elle a rejoint la Résistance, parce qu'elle devait se réfugier à St James, mais aussi et surtout pour lutter contre ceux qui ont fait de sa vie un enfer. ›  Quel a été votre premier sentiment quand vous avez découvert que le gouvernement et Poudlard avaient gardé secret ce nouveau virus ? Est-ce que vous avez peur qu'il y ait une contamination à grande échelle ? Étant donné que Siane enquête sur ce fameux virus depuis des mois, qu'avec Snape, ils ont compris qu'il ne s'agissait pas d'une simple maladie mais d'une malédiction, provoquée par un être surpuissant réveillé par Caldwell, Siane en sait plus sur toute cette histoire que la plupart des gens. Que le gouvernement ait tenté de cacher cette affaire ne l'étonne absolument pas, après tout, ils sont lâches et leur précieux Ministre est responsable de toute cette merde. Certains de ses amis sont touchés, alors oui, Siane a peur, mais peut-être pas pour les mêmes raisons que les autres. Elle sait que ce Mal les dépasse, complètement. › Quant au fait que le Ministre ne se montre plus, vous en pensez quoi ? Un délire des journaliste ou il cache réellement quelque chose ? Cet imbécile a joué avec le feu et s'est brûlé, profondément, à jamais. Il se cache parce qu'il a peur, d'eux, de ce qu'il a fait. Il se cache parce que son âme est peu à peu absorbée par la Vérité. Siane pourrait en rire, si elle ne savait pas que tout cela risque de plonger le monde dans un véritable chaos. › Le métier que vous faites vous plaît-il réellement ? Qu'est-ce qui vous a poussé à le faire ? Agent de terrain pour la Résistance, ce n'est pas vraiment un métier. Siane aime ce qu'elle fait parce qu'elle sait qu'elle lutte de toutes ses forces contre tout ce qui va mal dans ce monde. Mais elle n'a pas vraiment eu le choix non plus. C'était ça ou s'écraser et peut-être bien mourir. Elle n'a pas eu le temps de réfléchir à son avenir, de penser à ce qu'elle ferait après tout ça. Elle a obtenu ses ASPICs et s'est terrée à St James pour rester en vie, c'est pas vraiment la joie.

IV ϟ Muggle inside
› Pseudo/âge/sexe : MOONY/22 ans/F. › Fréquence de connexion : tous les jours ou presque. › Que pensez-vous du forum? c'est le plus beau, le plus cool, le plus mieux. › Comment l'avez-vous découvert ? à une époque lointaine. › Besoin d'un parrain : oui [...] non [X] › Célébrité choisie : Ashley Greene › Crédits : tumblr.


i'm up to no good
I cheated myself like I knew I would, I told ya, I was trouble. You know that I'm no good. Upstairs in bed, with my ex boy, he's in the place, but I can't get joy, thinking of you in the final throes, this is when my buzzer goes.  (⚡️) AWinehouse.


Dernière édition par Siane Callaghan le Dim 12 Avr - 12:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Siane Callaghan
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 01/04/2011
⚡ Missives : 384

⚡ Fizwizbiz : 615
⚡ Âge du personnage : 20 ans.
⚡ Nature du sang : sang mêlée.


CHAPITRE I ϟ two worlds.
« Papaaaa, arrête ! » gloussa la petite fille en essayant de se dégager de la prise de son père qui riait si fort qu’on avait l’impression qu’il aboyait.  Bien évidemment, il était beaucoup trop fort pour elle et Siane n’avait aucune chance. Alors brusquement, une petite fille presque identique à elle surgit de nulle part et accrocha ses bras autour du cou de l’homme qui poussa un cri bien trop aigu. « Aaaaaargggh, nooooon, au secouuuurs ! » s’exclama-t-il en faisant mine d’être en proie à une grande douleur. Il libéra son aînée qui afficha un large sourire et en profita pour faire courir ses petits doigts le long de ses côtes. Il hurla de rire, se tortillant dans tous les sens, les larmes aux yeux. « Je me rends ! Je me rends, je me rends les filles ! » s’écria-t-il avant d’ouvrir les yeux pour croiser le regard amusé de son épouse. « Aide-moiii, par pitiééé ! » feint-il de la supplier, lui tirant un rire à elle aussi.
« Tu t’es fourré dans ce pétrin tout seul, mon amour ! » susurra-t-elle en lui tirant une moue dépitée. Alors dans un rugissement, il attrapa ses filles, une sous chaque bras et se leva d’un bond. Elles se débattirent furieusement, mais John Callaghan était un géant, c’était peine perdue pour les deux petites. « Allez les enfants, c’est l’heure de manger, » intervint finalement sa femme. John déposa donc ses deux filles à terre et ils se regardèrent un moment sans rien dire, essoufflés, les joues rouges. Siane plissa les yeux, contenant difficilement son envie de rire. « Le dernier arrivé est trop nul ! » s’exclama-t-elle alors avant de détaler vers la maison.

« Siane, tu triches ! » s’exclama Amy avant de partir à sa poursuite. Secouant la tête d’un air faussement désapprobateur, Susan parvenait difficilement à retenir un sourire. Son époux passa une main dans ses cheveux trop longs et s’avança vers elle, pour passer un bras autour de sa taille et l’embrasser tendrement sur les lèvres. « On a fait du bon boulot, Mrs Callaghan, » souffla-t-il avec un large sourire. Avec un rire léger, elle s’écarta de lui et se dirigea vers la maison à son tour. « J’ai fait du bon boulot, toi tu as surtout beaucoup crié et paniqué ! » lança-t-elle en tirant une moue à son mari. « Hé, reviens ici, femme ! » gronda-t-il en courant après sa femme qui fonça vers la cuisine en gloussant.

———————— ϾҨϿ ————————

Siane se retint de rire en plaquant une main contre sa bouche. Elle avait trouvé la cachette parfaite, Shawn ne le trouverait jamais, ici. D’un air amusé, elle regarda sa petite sœur détaler devant elle à la recherche d’une planque. Elle s’immobilisa, visiblement incapable de trouver un endroit satisfaisant et son aînée s’empêcha de ricaner. Hors de question de l’aider, la dernière fois, Amy n’avait pas su se tenir tranquille et Tallulah les avait tout de suite trouvées ! Finalement, elle la vit se diriger vers l’arbre du jardin et commencer à l’escalader avec moue. Elle avait oublié l’agilité de sa sœur qui crochetait les branches comme s’il s’agissait de la chose la plus facile au monde. Au même moment, Shawn déboula dans le jardin et commença à chercher, dos à elles. Siane regarda Amy continuer son ascension et fronça les sourcils en voyant son pied glisser plusieurs fois sur de la mousse un peu humide. Un mauvais pressentiment lui saisit alors les entrailles et la jeune fille poussa un cri de pure terreur en voyant sa petite sœur lâcher prise, à plusieurs mètres du sol.
Elle se précipita hors de sa cachette et fonça vers l’arbre en criant, mais Amy s’arrêta brusquement dans sa chute. Alertés par les cris de Siane, ses parents sortirent de la maison pour trouver leur cadette dans les airs. Elle retomba mollement au sol, les yeux brillants d’excitation. « J’ai fait de la magie ! » s’exclama-t-elle en se précipitant vers sa grande sœur, comme si elle venait de tout sauf échapper de peu à de très graves blessures, ou pire encore. « Siane, Shawn, j’ai fait de la magie moi aussi ! » Ça la travaillait depuis presque deux ans. Depuis que Tallulah, sa meilleure amie, avait réussi à faire de la magie, Amy s’était imaginée rester ici pendant qu’ils iraient à Poudlard. Voir Shawn et Siane développer leurs pouvoirs avait déjà été difficile, mais l’idée d’être la seule à ne pas en être capable l’avait vraiment déprimée.
« Amy ! » s’exclama alors Susan, l’air furieuse, en se précipitant vers ses deux filles. Elle s’accroupit devant elles et saisit sa cadette dans ses bras, le cœur battant. « Je t’ai déjà dit d’arrêter de grimper partout ! » glapit-elle en contenant difficilement l’angoisse qui s’était emparée d’elle en entendant Siane hurler. « Mais maman ! Je suis une sorcière, moi aussi ! » Sa mère s’écarta et saisit le visage d’Amy entre ses mains tremblantes. « Ma chérie, je suis très contente et très fière, mais tu aurais pu te faire très mal, sorcière ou non ! » gronda-t-elle avant de se radoucir en voyant les yeux de sa fille se remplir de larmes. « Maman a eu peur, d’accord ? » murmura-t-elle et Amy hocha doucement la tête. « Allez, retournez jouer. Et plus d’escalade ! » prévint-elle en les regardant courir à l’autre bout du jardin. Elle sentit alors deux bras puissants l’entourer et alla se blottir contre le torse de son mari en soupirant doucement.

« Qu’est-ce que je vais faire, moi ? » marmonna-t-il contre son oreille et Susan se retourna pour le regarder, intriguée. « Mes deux princesses vont bientôt partir pour une école loin d’ici. Elles vont apprendre à lancer plein de sorts dangereux et moi, je n’aurai plus aucune autorité, » bougonna-t-il et Susan se mit à rire. Elle posa une main sur son torse et l’embrassa sur les lèvres. « Allons, tu sais bien qu’elles n’auront pas le droit de te transformer en crapaud avant leur majorité. Et puis, tu n’auras qu’à sortir ta grosse voix pour les recadrer, » susurra-t-elle contre ses lèvres. « Oh, ma grosse voix, hein ? » fit-il d’un air taquin en resserrant sa prise autour de la taille de sa femme. « Oui, tu sais, celle qui… » Elle approcha ses lèvres de son oreille et parla si doucement que lui seul pouvait l’entendre. Une lueur amusée s’alluma dans les yeux de John. « Susan, je t’aime, tu sais ? » Elle rit et il crut tomber amoureux d’elle une nouvelle fois.

———————— ϾҨϿ ————————

« Oooh, maman, regarde la chouette ! » s’exclama Amy avec de grands yeux en s’approchant de la vitrine d’Eeylops. « Je pourrai en avoir une, quand j’irai à Poudlard ? Diiis, diiiiis ! » fit-elle en tirant sur la veste de Susan qui rit doucement. John s’approcha de la vitrine et plissa le nez avec un air dégoûté. « Je suis toujours pas remis de ta vieille carne qui faisait ses besoins partout, Susan. Un chat, c’est mieux non ? » fit-il en se tournant vers sa femme, plein d’espoir. Cette dernière rit légèrement. « Les filles auront ce qu’elles veulent, mon chéri, même un sale hibou qui viendra te pincer les doigts. » Il fit la moue tandis qu’Amy poussait un cri de joie. « Mamaaan, je m’en fiche des animaux, je veux ma baguette ! » intervint alors Siane, les sourcils froncés. Aujourd’hui, ils préparaient sa rentrée, pas celle d’Amy ! Elle voulait juste sa baguette, pour pouvoir l’agiter sous le nez de Shawn qui l’avait rendue terriblement jalouse en lui montrant la sienne. Ils se détournèrent donc de la boutique Eeylops pour se diriger vers celle d’Ollivander. Siane ne tenait plus en place, aussi manqua-t-elle de fracasser le carreau de la porte tant elle l’ouvrit brusquement.
« Bonjouuuuuuuuuuur ! » s’exclama-t-elle et un bruit sourd suivi d’un grognement lui répondit. Mr Ollivander s’extirpa de sous une étagère en frottant son crâne endoloris. « Oh, on vient chercher sa première baguette, mademoiselle ? » dit-il avec un sourire. Puis il leva les yeux et nota John sur lequel il ne s’attarda bien longtemps avant de s’arrêter sur Susan. « Oh, Miss Lynch ! Vingt-cinq centimètres, bois de chêne et crin de licorne, n’est-ce pas ? » fit-il en s’avançant pour lui serrer vigoureusement la main. Susan rit de bon cœur. « C’est exactement cela, Mr Ollivander. Je vous présente mon époux, John Callaghan et mes deux filles, Siane et Amy. » « Oh, c’est donc Mrs Callaghan à présent ! » gloussa-t-il avec un clin d’œil. Puis il se tourna vers Siane et l’observa minutieusement. Plongeant une main dans sa poche, il en tira un mètre et commença à mesurer la jeune fille, de sa taille à la longueur de son bras, jusqu’au tour de sa tête. Elle le laissa faire, un peu confuse, puis il disparut entre ses étagères remplies de baguettes. « Mmmmh, oui oui oui ! Non ! Certainement pas… Peut-être… Non. Ah ! Oui ! Mais oui, bien sûr ! » Siane lança un regard à sa mère qui la rassura d’un sourire.

Le fabriquant de baguette surgit brusquement de l’autre bout de sa boutique, couvert de poussière, les bras chargés de boîtes à moitié ouvertes. « Vingt-cinq centimètres, bois de hêtre, plume de phénix ! » s’exclama-t-il en tendant une baguette à Siane. La jeune fille s’en empara et… rien, absolument rien. « Mmmh, non alors, » marmonna-t-il en saisissant la baguette avant de lui en tendre une autre. « Trente centimètres, bois de peuplier, ventricule de dragon ! » annonça-t-il fièrement. Siane referma ses doigts autour de la baguette et l’objet se mit à trembler dans sa main, la brulant presque avant d’émettre un éclair rouge qui fit exploser une chaise, un peu plus loin. « Ouh, peut-être un peu trop… Bon, alors… Ah, voilà, Vingt-sept centimètres, bois de rose et… cheveu de Vélane, pourquoi pas, » fit-il en ayant l’air de réfléchir. Il s’ébroua et la donna à Siane. Elle la saisit et une douce chaleur s’empara de son corps, tandis que la baguette émettait une faible lumière, douce et apaisante.
« Mmmh, attention mademoiselle, cette baguette ne laissera personne d’autre que vous la manier ! » fit-il avec un petit clin d’œil avant de laisser tomber toutes les autres boîtes sur son bureau. Mais Siane ne l’écoutait absolument pas. Un large sourire aux lèvres, elle observait sa baguette et se délectait du sentiment qui s’était emparé d’elle lorsqu’elle avait refermé ses doigts autour de l’objet. « On peut pas prendre la mienne un peu en avance ? » intervint Amy qui affichait une moue boudeuse, jalouse de voir que sa sœur aînée avait désormais sa propre baguette. Susan rit doucement et glissa une main dans les cheveux de sa fille. « Non, ma chérie, nous reviendrons l’année prochaine. »

———————— ϾҨϿ ————————

« Chéri, je te promets que c’est sans danger ! » s’exclama Susan en saisissant la main de son mari avec un sourire rassurant. « Allez, les filles, traversez ! » Siane et Amy échangèrent un regard et foncèrent droit dans le mur avant de reparaître de l’autre côté, face au Poudlard Express. John poussa une exclamation en voyant ses deux filles disparaître brusquement. « Non ça… ça tu vois, c’est trop ! » balbutia-t-il, blanc comme un linge. Son épouse gloussa, clairement amusée par son comportement, puis elle l’entraîna vers le mur. John ferma les yeux, leva un bras pour se protéger le visage et… rien. « Papaaa, regaaaarde ! » Il leva une paupière, puis deux, pour se retrouver face à une énorme locomotive qui crachait des panaches de fumée, ainsi qu’une foule énorme d’enfants et de parents. « Alors, tu vois, tu es toujours entier, » fit Susan avec un clin d’œil. John marmonna dans sa barbe, lui tirant un autre rire.
Autour d’eux, des enfants et des adolescents bavardaient joyeusement, se couraient après sur le quai. Des parents criaient, donnaient des indications, des conseils pour l’année à venir. John se figea en voyant une bonne femme replète aux cheveux roux et ondulés, suivie de près par une ribambelle d’enfants tout aussi roux qu’elle. « Les garçons, pas de bêtises cette année ! » s’exclama-t-elle et deux rouquins parfaitement identiques affichèrent un large sourire qui fit comprendre à John qu’ils n’avaient absolument pas l’intention de l’écouter. Ils passèrent à côté d’eux, s’enfoncèrent dans la foule et disparurent. Alors il reporta son attention sur sa propre famille, la gorge nouée.

« Bien, ma chérie, le voyage risque d’être un peu long, alors tiens, » dit Susan en confiant une bourse remplie de quelques gallions à Siane. « Tu pourras prendre quelques sucreries, pour passer le temps. Ah, mais attention, ne te gave pas tout l’après-midi, tu serais déçue de ne plus avoir faim pour le banquet de ce soir. Bon, ton déjeuner est dans ton sac… Papa va se charger de monter ta valise, d’accord ? » Elle se tourna vers son mari qui hocha la tête avant de s’emparer de la lourde valise de sa fille et se dirigea vers le train. Sur le chemin, ils croisèrent des gamins portant des cages, remplies de rats, hiboux, chats et crapauds. « T’es sûre, t’en veux pas un ? » fit-il à Siane en pointant un garçon qui portait un énorme crapaud dans ses mains. Sa fille afficha une mine dégoûtée et ils montèrent dans le train, jusqu’à trouver un compartiment à peu près vide. Il n’y avait là qu’un garçon du même âge que Siane et une fille brune à l’air un peu perdue. « Vous attendez quelqu’un ? » demanda John avec un large sourire et les deux gamins secouèrent la tête négativement, timides. Alors il monta la valise de Siane dans le porte-bagage et ils retournèrent sur le quai, où se trouvaient encore Susan et Amy. Cette dernière affichait une moue, visiblement triste de voir sa grande sœur partir et surtout, sans elle.
Susan s’accroupit face à Siane et posa ses mains sur ses épaules. « Pense à nous écrire, ma puce, je veux tout savoir ! » s’exclama-t-elle en contenant son émotion. « Tu verras, Poudlard, c’est merveilleux. » La jeune fille hocha vigoureusement la tête et sa mère la serra contre elle. Lorsqu’elle la relâcha, elle se tourna vers Amy qui semblait à deux doigts de pleurer. « T’en fais pas crevette, j’pars en exploration, je te dirai comment c’est ! » fit Siane avec un large sourire. La petite parvint à faire de même et hocha la tête à son tour.

Enfin, elle se tourna vers son père qui faisait la gueule depuis la veille au soir. « C’est bon, papa, j’suis une grande ! » marmonna-t-elle et il la saisit par la taille pour la soulever au-dessus de lui. « Si quelqu’un t’embête, tu me le dis et j’lui casse la tête ! » s’exclama-t-il. Siane gloussa et posa ses deux mains sur les joues de son père. « T’es bête, t’es un moldu, tu peux pas aller à Poudlard ! J’lui casserai la tête toute seule, » murmura-t-elle pour que sa mère ne l’entende pas, avant d’embrasser son père sur la joue. John rit doucement, le cœur battant. « Ça c’est ma fille ! » fit-il avant de la reposer. Alors elle les salua tous et bondit dans le Poudlard Express pour retourner dans son compartiment. Susan continua de lui faire des signes de la main, tandis que John la regardait à travers la vitre.

« Papa… tu pleures ? » fit alors Amy avec une grimace. Il sursauta, frotta ses yeux et marmonna : « Mais non, c’est toute cette fumée, là. » Susan alla se blottir contre lui et il s’autorisa à verser une autre larme. Juste pour cette fois.


i'm up to no good
I cheated myself like I knew I would, I told ya, I was trouble. You know that I'm no good. Upstairs in bed, with my ex boy, he's in the place, but I can't get joy, thinking of you in the final throes, this is when my buzzer goes.  (⚡️) AWinehouse.


Dernière édition par Siane Callaghan le Lun 13 Avr - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Siane Callaghan
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 01/04/2011
⚡ Missives : 384

⚡ Fizwizbiz : 615
⚡ Âge du personnage : 20 ans.
⚡ Nature du sang : sang mêlée.


CHAPITRE II ϟ we had it all.
Siane fit un dernier signe de la main à ses parents et s’installa dans le compartiment du Poudlard Express. Les deux élèves lui adressèrent un petit sourire mais ne décrochèrent pas un mot, lui tirant une moue. De toute évidence, ils n’étaient pas très bavards. La porte s’ouvrit alors brusquement sur une jeune fille aux cheveux bruns et touffus qui les salua avec enthousiasme. « Je peux m’installer ici ? » demanda-t-elle et Siane hocha la tête. « Oui, bien sûr ! » lui dit-elle en la regardant s’asseoir sur la banquette, à côté d’elle. « Je m’appelle Hermione Granger ! » s’exclama-t-elle sans se départir de son sourire et la jeune fille se sentit soulagée que quelqu’un veuille enfin faire la conversation. « Moi c’est Siane Callaghan, » répondit-elle avant de se tourner vers les deux autres. « Duncan Gleneagles, » fit enfin le garçon en leur adressant un sourire. « Alexis Hoover, » annonça la fille aux cheveux bruns. Les présentations faites, ils commencèrent à bavarder, de tout et de rien, puis de Poudlard, de leurs attentes, de leurs craintes. Finalement, ils en vinrent à parler de leurs origines, de leur vie avant de mettre un pied à bord du Poudlard Express.
« Ma mère a tout de suite dit à mon père qu’elle était une sorcière. Enfin, dès que c’est devenu sérieux, » dit Siane avec un petit sourire. Hermione la regardait, l’air de se demander comment c’était de grandir entourée de magie. « Je crois qu’il a toujours du mal de croire que ça existe, aujourd’hui encore, » pouffa-t-elle en attrapant une chocogrenouille qu’elle décapita pour lui avaler la tête. « Mes parents ont eu du mal d’y croire, au début… Mais une fois sur le Chemin de Traverse, ils ne voulaient plus partir ! » dit la jeune fille et ils se mirent à rire. « Et toi, Duncan ? » Le garçon afficha une mine un peu gênée et sembla hésiter. « Mes deux parents sont des sorciers, » dit-il plus comme s’il s’agissait d’un fait dérangeant. Voyant qu’il ne semblait pas vouloir en dire plus, ils se mirent à parler d’autre chose, jusqu’à ce que Hermione décide d’aller se changer pour mettre son uniforme et prévenir les autres premières années.

Alors Siane ne tarda pas à faire de même et lorsque le Poudlard Express s’immobilisa enfin en gare de Pré-au-Lard, elle portait son uniforme, le cœur battant la chamade. Ils se rassemblèrent sur le quai de la gare pour se retrouver face à un être immense à la barbe et aux cheveux hirsutes. « Les premières années, par ici ! » s’exclama-t-il et Siane fit de son mieux pour refermer la bouche et ne pas avoir l’air stupide. Décidant de rester proche de Duncan qui semblait plus à l’aise qu’elle, ils se dirigèrent vers un immense lac aussi noir que de l’encre. Alors ils grimpèrent à bord de barques et la jeune fille se retrouva avec ceux qui avaient voyagé avec elle, à l’exception d’Hermione qui était déjà loin. A la place se trouvait à présent un garçon brun à l’air jovial qui dit répondre au nom de Maxim. Les barques se mirent à glisser sur l’eau toutes seules et ils demeurèrent silencieux, les yeux écarquillés en admirant les fenêtres illuminées de l’énorme château qui se dessinait devant eux, à travers la brume.

———————— ϾҨϿ ————————

« Sors de là, Grayson ! Espèce de mauviette, t’as cru que t’allais t’en sortir comme ça hein ? » s’exclama le Serpentard en tambourinant contre la porte du placard. Siane s’immobilisa, les sourcils froncés et le regarda sortir sa baguette tandis que sa bande de copains ricanait bêtement. « Et si j’foutais le feu à ta cachette ? » fit-il avec un rire gras et cette fois-ci, la Gryffondor vit rouge. Elle tira sa baguette et visa le postérieur du cerveau du groupe. « Lashlabask ! » s’exclama-t-elle et une gerbe d’étincelle alla immédiatement brûler les fesses du garçon qui poussa un cri de rage avant de plaquer ses mains sur son postérieur. « Callaghan ! » siffla-t-il entre ses dents, prêt à répliquer, mais elle leva sa baguette. « Essaye, Montague. Juste pour rire, essaye ! » La dernière fois qu’ils s’étaient affrontés, il avait passé deux jours à l’infirmerie pour soigner d’immondes furoncles purulents et il s’en rappelait plus que bien. « Tu m’le payeras ! » s’exclama-t-il avant de décider qu’il était plus judicieux de se replier. « Quand tu veux, Montague ! » fit-elle avant de s’approcher du placard à balais.
D’un Alohomora, elle déverrouilla la porte pour se retrouver face à ce garçon de Serpentard qui semblait être devenu la victime de ses camarades. Visiblement terrifié, il voulut d’abord se recroqueviller sur lui-même, mais il sembla s’apaiser en voyant qu’il ne s’agissait pas de ses bourreaux. « Par Godric, qu’est-ce qu’ils t’ont fait ?! » s’exclama Siane en voyant son visage et sa chemise couverts de sang. « Viens, sors de là, » dit-elle d’une voix douce et il hésita un moment avant de saisir la main qu’elle lui tendait. Elle l’aida à sortir du placard et il grimaça à cause de son corps endoloris. « Je t’emmène à l’infirmerie, d’a… » « Non ! s’exclama-t-il, l’air paniqué. Pas l’infirmerie, ce sera pire sinon. » Siane serra les dents et s’imagina insister mais finit par renoncer.

« D’accord, d’accord. Suis-moi, alors, » dit-elle doucement, sa main toujours dans la sienne. Elle l’entraîna vers les toilettes de Mimi Geignarde qui se trouvaient à quelques pas de là. Pour une fois, ils n’étaient pas inondés. Elle lui fit signe de s’asseoir sur le rebord d’un lavabo en pierre, puis farfouilla dans son sac, jusqu’à en tirer un mouchoir en tissu qu’elle alla humidifier avec de l’eau froide. Puis elle revint vers lui et entreprit de lui nettoyer le visage avec beaucoup de douceur. Le garçon grimaça, mais il fit de son mieux pour encaisser la douleur, ne souhaitant pas s’humilier plus encore. « Ils n’y sont pas allés de main morte… Sérieusement, Nolhan, tu devrais en parler à quelqu’un. » Il la fixa quelques secondes sans rien dire, abasourdi qu’elle connaisse son prénom, puis il secoua la tête. « Et à qui, hein ? » marmonna-t-il sombrement. « Snape ! C’est ton directeur de maison, non ? Il doit bien pouvoir faire quelque chose ! » Le jeune homme renifla d’un air dédaigneux. « Tu parles, comme s’ils en avaient quelque chose à faire, de Snape. Ils n’auraient qu’à se plaindre à leurs parents et même Dumbledore ne pourrait rien faire, » dit-il en luttant contre les larmes qui perlaient à ses yeux.
« Dans ce cas, défends-toi, » dit-elle comme s’il s’agissait de la chose la plus simple au monde. Il écarquilla les yeux, complètement effaré. « Me défendre ? Et comment, hein ? C’est parce que j’ai essayé de me défendre que j’en suis là aujourd’hui ! » Siane soupira et posa ses mains sur les épaules de Nolhan avant de prendre un air sévère. « Comme moi, Nolhan ! Tu t’acharnes et tu répliques, jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’ils ne pourront pas s’en prendre à toi sans morfler eux aussi. Ce sont des idiots et des lâches, je t’assure qu’ils te laisseront tranquille s’ils se retrouvent avec quelques blessures ! Et tu peux être sûr que ces petites merdes préfèreront se taire plutôt que d’aller dire à leurs parents qu’un petit sang mêlé leur a collé une déculottée ! » annonça-t-elle d’un air farouche.

Nolhan baissa la tête et alla meurtrir sa lèvre inférieure. « J’suis pas courageux non plus, » souffla-t-il en pleurant pour de bon, cette fois-ci. « Alors sois vicieux, » conclut-elle avec un sourire goguenard. « Écoute, tu connais Nathanaël Lawford ? » « Le cousin de Judikaël ? » fit-il en pâlissant légèrement. Siane hocha la tête. « Il n’est pas comme lui, mais il a l’avantage de porter un nom de famille prestigieux. Je vais lui en toucher deux mots, » dit-elle avec un doux sourire mais Nolhan fit la grimace. « J’veux pas qu’on me protège comme si… » « Il n’y a aucun mal à trouver de l’aide où on peut, Nolhan, » assura-t-elle fermement.

———————— ϾҨϿ ————————

« On se pousse ! » s’exclama Siane en se glissant entre Amy et Maxim, les bousculant un peu au passage. Elle jeta un regard à Alexis et Duncan qui se trouvaient là eux aussi. « Dites donc, y a des restrictions budgétaires, à Serdaigle ? » fit-elle d’un air goguenard et ses deux camarades levèrent un regard intrigué vers elle. « On vous a volé votre table ? Je vous vois plus souvent ici qu’avec vos petits camarades, » fit-elle avec un clin d’œil et tous les quatre regardèrent ailleurs, l’air affreusement gênés. Non mais franchement, ils croyaient vraiment qu’elle n’avait rien remarqué, ou ils avaient besoin d’un coup de pied au derrière ? Autant elle pouvait comprendre la gêne de Duncan, après tout, il s’agissait d’Amy, la petite sœur de Siane et autant dire qu’elle mettait un point d’honneur à protéger sa cadette, mais Alexis et Maxim ? Ils avaient besoin d’un télégramme pour comprendre l’évidence ? Elle entreprit de se servir dans les plats remplis de nourriture qui se tenaient devant elle et soupira en réalisant qu’elle semblait avoir pourri l’ambiance. Ah lala, ces jeunes…
« J’ai un cavalier pour le bal, » signala-t-elle distraitement, récupérant ainsi leur attention. « Qui ça ? » lui demanda Alexis, les yeux brillants en attente des derniers potins. « Volodia Oulianov, charmant garçon. Un peu nul en anglais, mais nous y allons surtout pour danser, n’est-ce pas ? Et vous ? » « Euh, non, personne pour le moment, » « Moi non plus, » répondirent la jeune Serdaigle et Amy, tandis que les deux garçons grognaient de concert. La jeune fille fit un effort pour ne pas rire et but une gorgée de jus de citrouille. « Faudrait peut-être vous bouger, sinon vous allez finir comme Ron et Harry, fit-elle avec un sourire moqueur. Regardez-les ! » Un peu plus loin, les deux amis regardaient passer toutes les filles d’un air désespéré. « Euh, j’ai fini, on se voit en cours, » fit Duncan avant de se lever un peu précipitamment. « Ouais, pareil, » dit Maxim en le suivant hors de la Grande Salle. Siane secoua la tête en réprimant un rire et retourna à son petit-déjeuner.

———————— ϾҨϿ ————————

« Alors, Duncan ? » fit John avec un sourire goguenard. L’adolescent regardait autour de lui avec de grands yeux, la main d’Amy fermement serrée dans la sienne. « Okay, je dois l’admettre, les concerts moldus déchirent ! » s’exclama-t-il pour couvrir le bruit de la foule. Siane s’esclaffa et alla se presser contre son père afin d’éviter d’être emportée par la foule : « J’te l’avais dit Dunc ! » fit-elle avant de se tourner vers la scène sur laquelle PJ Harvey venait de monter. Les premières notes de guitare résonnèrent et Siane se tourna vers son père avec un large sourire. « T’es le meilleur, » souffla-t-elle à son oreille avant de profiter du concert, comme sa sœur et Duncan le faisaient déjà. Ils s’abreuvèrent d’accords et de basses, crièrent, sautèrent, dansèrent jusqu’à ne plus avoir de forces et lorsque la lune surplomba totalement leur tête, ils se frayèrent un chemin à travers la foule pour quitter le festival. Amy avait abandonné l’idée de lutter contre sa fatigue et avait trouvé refuge sur le dos de John, le menton appuyé dans le creux de son épaule. Quant à Siane et Duncan, ils étaient bras-dessus, bras-dessous, et parlaient de leur journée avec enthousiasme.
Quelques semaines plus tôt, Cedric avait trouvé la mort durant la dernière épreuve du Tournoi des Trois Sorciers. Quelques semaines plus tôt, Harry avait annoncé en larmes que Voldemort était responsable de sa mort. Siane aurait souhaité que ce soit un mensonge, qu’il se trompe, mais elle connaissait Harry, suffisamment pour savoir qu’il ne mentirait jamais à ce sujet. A leur retour de Poudlard, leur mère avait tenté de les rassurer, mais Siane et Amy n’étaient pas dupes. Et puis, les parents de Duncan s’étaient montrés incroyablement enthousiastes d’après lui, ce qui ne pouvait signifier qu’une seule chose. Alors il était parti, encouragé par Siane, il avait décidé de rejoindre les Callaghan, là où personne ne le forcerait jamais à faire ce qu’il n’avait pas envie de faire.

Le début des vacances avait été plus que sombre et si John ne se mêlait que très rarement des histoires magiques, il avait bien compris à la pâleur et l’inquiétude de Susan que les choses étaient graves, cette fois-ci. Alors il avait décidé de s’occuper un peu des enfants, de les emmener loin de tout cela, ne serait-ce que pour une journée. Le monde moldu était peut-être ennuyeux, depuis que ses filles avaient découvert la magie, mais il avait cet aspect rassurant dont elles avaient besoin actuellement. Et même si John Callaghan faisait de son mieux pour ne pas le montrer, lui aussi s’inquiétait terriblement. Parce que sa femme lui avait raconté la guerre qui avait fait rage lorsqu’elle n’était encore qu’une adolescente. Elle lui avait raconté la terreur que tous les nés-moldus avaient éprouvée lorsque le Seigneur des Ténèbres était en vie.
John avait peur pour ses filles et il se sentait terriblement impuissant. Il les avait toujours protégées, lorsqu’elles étaient enfants, fier de posséder cette carrure qui le rendait impressionnant et empêchait quiconque d’oser s’en prendre à ses précieuses filles. Mais que pourrait-il bien faire, face à un puissant mage noir ? Il ne pouvait rien faire d’autre qu’être le grand bêta qui faisait de son mieux pour les amuser. Si cela lui avait suffi autrefois, désormais, John trouvait ça insupportable.

Ils arrivèrent à proximité de la voiture qu’il déverrouilla avant de déposer Amy sur la banquette arrière. Duncan grimpa à son tour et ses genoux allèrent servir d’oreiller à sa petite amie, tandis que Siane montait à l’avant. Elle remarqua les sourcils froncés de son père lorsqu’il s’installa derrière le volant et avec un doux sourire, se pencha vers lui pour déposer un baiser sur sa joue et entourer son cou de ses bras. « C’était parfait, papa. Merci, » murmura-t-elle doucement et John esquissa enfin un sourire. Il glissa une main dans les cheveux de Siane pour les caresser tendrement. « Moi aussi, je sais faire un peu de magie, » taquina-t-il sans grande conviction et Siane rit légèrement. « Tu es le plus grand magicien de tous les temps, papa. »

———————— ϾҨϿ ————————

Siane prit appuis contre le mur derrière elle, tandis qu’Amy s’était assise à côté de Duncan. Après s’être éclairci la gorge, Hermione entreprit de leur expliquer pourquoi ils se trouvaient là. Parce qu’Ombrage les empêchait d’apprendre quoi que ce soit, parce que le monde extérieur était dangereux et ils n’avaient aucun moyen de s’en protéger si Poudlard ne leur enseignait pas comment. Parce que le Seigneur des Ténèbres était de retour. Bien évidemment, les sceptiques ne purent s’empêcher de mettre la parole d’Harry en doute et la Gryffondor leva les yeux au ciel, excédée. Elle ne doutait pas que beaucoup d’entre eux n’étaient venus que pour entendre le Survivant parler de ce qu’il avait vu ce soir-là dans le cimetière, mais ils devaient apprendre à lui foutre la paix. A chaque fois que cet évènement était mentionné, Harry pâlissait tant qu’il semblait sur le point de disparaître. Quand comprendraient-ils que l’on n’inventait pas ces réactions-là ? Que Potter, entre tous, ne pouvait pas mentir lorsqu’il s’agissait de Voldemort ?
Ce monstre avait massacré ses parents, quel intérêt aurait-il à mentir sur son retour ? Pour se faire mousser, disaient certains, pour se rendre intéressant. Siane ne connaissait pas Harry aussi bien que Ron et Hermione, mais elle avait bien compris qu’il était tout sauf du genre à vouloir qu’on le remarque. C’était bien le contraire. Elle n’écoutait plus la conversation mais elle releva la tête en remarquant que tous s’étaient tus. Alors quoi, ils avaient compris, maintenant ?

Finalement, ils se levèrent pour former une file indienne et Siane se décolla du mur pour attendre son tour. Chaque élève inscrit son nom sur le parchemin fourni par Hermione puis quitta la Tête de Sanglier en bavardant. Elle regarda Amy, puis Duncan faire et leur fit signe de l’attendre dehors. Son regard se posa sur sa main recouverte de cicatrices, grâce aux châtiments infligés par Ombrage à tous ceux qui désobéissaient à ses règlements stupides. Sans plus hésiter, elle s’empara de la plume qui se trouvait là et inscrit son nom et son prénom sur le parchemin. Alors elle leva les yeux et adressa un sourire sincère à Harry avant de quitter la pièce à son tour. Elle ne resterait pas les bras croisés face aux injustices commises par Ombrage. Elle ne resterait pas impuissante face aux dangers qui menaçaient sa famille et ses amis.

———————— ϾҨϿ ————————

Siane serrait les dents et les poings, luttant de toutes ses forces contre les larmes qui perlaient aux coins de ses yeux. Amy avait trouvé refuge dans les bras de Duncan et les sanglots de Harry étaient la seule chose qui venait perturber le silence qui régnait dans la cour de Poudlard. Allongé là se tenait Dumbledore, il semblait presque serein alors qu’il venait d’être trahi et assassiné par Snape. La gorge nouée, la Gryffondor balaya l’assemblée du regard et elle comprit que tous pensaient à la même chose qu’elle. Dumbledore était mort, sans lui, Poudlard n’était plus un lieu sûr. Incapable de rester là plus longtemps, la jeune femme se détourna et fonça vers le château d’un pas rageur. Il n’y avait pas que Poudlard. Que deviendrait l’Ordre du Phénix sans Dumbledore ? Il était le seul encore capable d’effrayer Voldemort et de le tenir à l’écart, à présent, plus rien ne pourrait l’empêcher de prendre le contrôle.




i'm up to no good
I cheated myself like I knew I would, I told ya, I was trouble. You know that I'm no good. Upstairs in bed, with my ex boy, he's in the place, but I can't get joy, thinking of you in the final throes, this is when my buzzer goes.  (⚡️) AWinehouse.


Dernière édition par Siane Callaghan le Ven 17 Avr - 21:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Siane Callaghan
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 01/04/2011
⚡ Missives : 384

⚡ Fizwizbiz : 615
⚡ Âge du personnage : 20 ans.
⚡ Nature du sang : sang mêlée.


CHAPITRE III ϟ this is war.
SEPTIÈME ANNÉE - FUITE RAFLEURS FT AMY/TALLULAH/SHAWN.

———————— ϾҨϿ ————————

SEPTIÈME ANNÉE - CROISE LE TRIO.


———————— ϾҨϿ ————————

SEPTIÈME ANNÉE - CROISE MAXIM.


———————— ϾҨϿ ————————

SEPTIÈME ANNÉE - MORT AMY/JOHN/SUSAN.


———————— ϾҨϿ ————————

SEPTIÈME ANNÉE - NOLHAN.


———————— ϾҨϿ ————————

SEPTIÈME ANNÉE - BATAILLE DE POUDLARD.



i'm up to no good
I cheated myself like I knew I would, I told ya, I was trouble. You know that I'm no good. Upstairs in bed, with my ex boy, he's in the place, but I can't get joy, thinking of you in the final throes, this is when my buzzer goes.  (⚡️) AWinehouse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

SIANE ⚡ the highway to hell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Fiches en rénovation-