AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 — INTRIGUE 5 : irish horror story.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.


Irish Horror Story
Groupe 1 : Duncan, Judikaël, Dante, Hermione, Pansy, Edouard & Hope.

Contexte
Edouard acheva de mettre son manteau et s'apprêta à quitter l'Institut Cromwell mais les lourdes portes refusèrent de bouger. Confus, il se tourna vers la vieille bique désagréable qui tenait l'accueil pour constater qu'elle ne s'y trouvait plus.
Un peu plus loin, un cri inhumain retentit et glaça les sangs du jeune homme qui se figea, interdit. Dans la cafétéria presque vide, Hope, Hermione et Pansy cessèrent leurs activités pour lever un regard vers l'autre, inquiètes.
C'était la fin d'après-midi aussi la luminosité déclinait-elle peu à peu, mais alors que Duncan était plongé dans la lecture d'un livre qu'il avait réussi à négocier, l'obscurité s'empara de sa chambre. Le jeune homme se leva, pour se diriger à l'aveugle vers l'interrupteur qui se trouvait près de la porte mais lorsqu'il l'actionna, rien ne se produisit. Le Résistant se plaqua contre la porte pour constater qu'il faisait aussi noir dans le couloir. « Excusez-moi, il y a quelqu'un ? » appela-t-il en essayant de masquer son inquiétude. Il avait un mauvais pressentiment. « Alloooo, je vous cause ! » s'exclama-t-il, clairement agacé.
La porte de sa chambre émit alors un cliquetis et s'ouvrit sur le couloir plongé dans les ténèbres. Duncan serra les dents, il n'aimait pas ça. Brusquement, toutes les portes du couloir s'ouvrirent dans un grand fracas, le faisant sursauter. « C'est quoi cette merde ? » fit une voix étouffée, devant lui. « Judikaël ? » appela-t-il et un grognement approbatif lui répondit. Alors un autre hurlement retentit et les deux garçons se figèrent. Tout n'était que ténèbres autour d'eux et un vent glacial sembla s'engouffrer dans le couloir pour saisir leur corps déjà affaibli. Instinctivement, Judikaël se rapprocha de Duncan, jusqu'à ce que son épaule touche la sienne, simplement pour dire je suis là, on n'est pas seuls dans cette merde. Le Serpentard voulut ouvrir la bouche pour parler, mais d'autres cris lui percèrent les tympans, alors suivis de suppliques désespérées et de sanglots. Duncan ne pouvait pas les percevoir, ils étaient trop étouffés, mais l'ouïe fine de Judikaël lui permettait de tout entendre. Alors son sang se glaça dans ses veines. « Dante ? » murmura-t-il d'une voix rauque. C'était elle, il en était persuadé. « Dante ! » s'exclama-t-il, plus fort. Un autre hurlement retentit et il se jeta en avant en ignorant la fatigue de son corps. « DANTE ! » s'écria-t-il en courant comme il ne l'avait plus fait depuis des mois. Il arriva alors dans un couloir, non loin du hall de l'Institut pour trouver sa meilleure amie acculée contre un mur, la gorge serrée par le fantôme bien trop réel de Gabriel Etherington.

Explications
Dante est en proie à un fantôme de son passé. Ce n'est pas inhabituel ici, à Cromwell. Ce qui l'est en revanche, c'est que Judikaël soit en mesure de le voir. Comme s'il était réel. Duncan l'a suivi et est également en mesure de voir l'ancien chef de la Résistance. Quant à Hope, Hermione, Pansy et Edouard, ils ont été alertés par les cris, mais l'obscurité les entoure, épaisse et malsaine. Une odeur de brûlé émane de nulle part, donnant presque des haut-le-cœur à ceux qui la sentent. Edouard peut la sentir, lui aussi, alors qu'il n'est pas Marqué... Que se passe-t-il, ici ?

Souvenez-vous que ça doit aller vite, privilégiez donc les RPs courts et n'hésitez pas à vous amuser un peu, nous interviendrons avec le PNJ mais si vous avez des idées, c'est le moment de vous lâcher !

Pas d'ordre, vous pouvez poster autant de fois que vous voulez, tant que ça fait avancer le rp. Après tout ça, amusez-vous bien !

Bonus points

Et parce que c'est plus amusant avec ça et que ça rajoute de la motivation, nous avons décidé de faire comme pour les grosses intrigues et de rajouter des bonus points en fonction du temps de réponse Noeils brillants (aa N'oubliez donc pas d'aller réclamer vos points ici !

— vous postez en moins de 2h = 150 points.
— vous postez en moins de 4h = 140 points.
— vous postez en moins de 6h = 120 points.
— vous postez en moins de 8h = 110 points.
— vous postez en moins de 10h = 100 points.
— vous postez en moins de 12h = 75 points.
— vous postez en moins de 14h = 50 points.
— vous postez en plus de 14h = 10 points.
Revenir en haut Aller en bas
Hermione Granger
TEACHERS&CIE
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3017-we-are-the-fallen-hermi
Hominum revelio
⚡ Registration : 10/11/2013
⚡ Missives : 879

⚡ Fizwizbiz : 1911
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : née-moldue
intrigue 5


Du bout des doigts, Hermione tapotait l'une des tables de la cafétéria. Son regard, perdu dans la contemplation des jardins de l'institut, trahissait son envie irrépressible de passer à travers la fenêtre pour s'échapper de cet endroit de malheur. Elle n'avait même pas encore touché à son repas, comme d'habitude, puisqu'elle n'osait rien prendre de ce que le ministère lui mettait devant les yeux. Elle était peut-être paranoïaque, mais elle avait de bonnes raisons que toute personne sensée était capable de comprendre. Neville lui apporterait sûrement de quoi survivre plus tard dans la journée, et elle s'en contenterait, comme tous les soirs. Elle venait dans la cafétéria uniquement parce que la vue était plus agréable que dans sa chambre exigüe. Elle réfléchissait, à tout et n'importe quoi. Cherchait des réponses à des questions qu'elle ne trouveraient jamais. Elle répétait dans sa tête des choses qu'elle avait apprises, afin que le savoir ne s'échappe pas de sa tête bien pleine, celle qui faisait sa réputation, et sa force. Ce n'était pas facile. La maladie laissait peu de place à la santé de l'esprit. Mais elle essayait, parce que c'était tout ce qui lui restait à faire.

Alors que le silence de l'institut lui broyait les entrailles, un cri retentit. Strident, glaçant. Ce n'était pas franchement rare, d'entendre des cris, ici. Mais un cri comme celui-là, Hermione n'en avait jamais entendu. Elle se leva d'un bond, consultant du regard Pansy, qui était assise deux tables plus loin. La brune lui rendit un regard inquiet, mais ne dit rien. Étrangement, Hermione remarqua que la médicomage qui se trouvait elle aussi au fond de la pièce avait tiqué. Ce n'était donc pas le fruit de son imagination. Elle s'apprêta à aller lui demander d'où elle pensait que le bruit venait lorsque tout à coup, la lumière baissa. La jeune femme se tourna vers les fenêtres, mais la dernière lueur disparut derrière un épais brouillard, qui finit par devenir obscurité totale. Elle resta immobile une seconde, tandis que la peur s'emparait de son corps. Peut-être le moment était-il venu. Celui où le ministère allait la faire disparaître de la circulation. La mise en scène était parfaite : il n'y avait qu'une médicomage, sûrement envoyée par le ministère, et qui, en plus de cela, portait le même nom de famille que le chef des aurors, et Pansy Parkinson, bonne petite fille de Serpentard, qui avait sûrement renseigné les agents du ministère sur les habitudes de sa vieille camarade Gryffondor. Merde, Merde, Merde pensa Hermione, tout en restant immobile. Si l'obscurité était aussi profonde pour elle que pour eux, il fallait qu'elle tire ça à son avantage. Qu'ils ne la trouvent pas. Un autre cri retentit et glaça la pièce entière. Ne pas se faire remarquer, se répéta Hermione. Ils jouent avec tes nerfs pour mieux t'épuiser. ajouta-t-elle.




always the tone of surprise.

Revenir en haut Aller en bas
Judikaël Lawford
SLYTHERIN
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4379-judikael-lose-yourself
Hominum revelio
⚡ Registration : 12/03/2011
⚡ Missives : 980

⚡ Fizwizbiz : 1724
⚡ Âge du personnage : 19 ans.
⚡ Nature du sang : sang pur.
Judikaël se figea en reconnaissant l’ancien chef de la Résistance. Pâle, les yeux exorbités, l’air complètement fou, il resserrait ses doigts blancs autour de la gorge de Dante, dans le seul but de l’étouffer. De la tuer. Ignorant son corps épuisé, endoloris, le jeune homme se précipita vers l’être qui osait s’en prendre à sa meilleure amie. Il voulut saisir ses bras, pour l’empêcher de faire plus de mal à Dante, mais il se contenta de les traverser. Une hallucination. Un fantôme. Qu’importe, il ne s’agissait pas d’un être qu’il pouvait arrêter physiquement. Alors Judikaël se laissa tomber à terre, sur ses genoux, et saisit la main glacée de la jeune femme. « Dante, » appela-t-il d’une voix rauque. « Dante ! s’exclama-t-il plus durement. Regarde-moi, regarde-moi, je t’en prie ! » Il serra sa main dans la sienne, le plus fort possible. « Dante, il n’est pas là, ce n’est pas réel ! »  poursuivit-il en essayant de garder son calme. Elle paniquait déjà suffisamment sans qu’il en rajoute une couche. « Dante, fais-moi confiance, »  murmura-t-il en cherchant son regard.
Elle ne pouvait pas succomber ainsi, pas maintenant. Elle était forte, plus qu’il ne l’avait jamais été, alors si elle se laissait duper par une telle illusion… il ne pourrait pas faire mieux, il ne pourrait que suivre, parce qu’elle avait toujours été la plus forte des deux. La gorge nouée, il se tourna vers Duncan qui se tenait derrière lui. « Fais quelque chose ! » s’écria-t-il en voyant que ce qu’il tentait de faire ne fonctionnait pas.


help me tame this animal
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become. Help me believe it's not the real me. (⚡️) TDG.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

     
Intrigue 5 Հ Irish horror story




La jolie Hope Wheland se donnait toujours à fond dans son métier, le bien être de ses patients passaient toujours avant ses besoins et elle était toujours prête à laisser tomber ce qu'elle faisait à l'instant si quelqu'un appelait à l'aide. Certain la trouvait naïve, d'autre se demandait si elle ne jouait pas double jeu...mais la rouquine n'avait rien à cacher sur sa générosité, elle n'avait aucune once de méchanceté quand il s’agissait de ses patients et elle s’efforcer de faire du mieux qu’elle pouvait malgré sa lycanthropie qui lui rendait la vie difficile. “ ne laisse personne changer ce que tu es mon petit espoir.” lui avait dit sa mère quelques mois avant de mourir. Et même après la mort de ce parent sous ses yeux lors de cette terrible nuit où elle avait été transformée, elle était restée fidèle à cette promesse. Sa fragilité apparente lui donnait toujours un air mystérieux, comme si les failles de son êtres pouvaient laisser entrevoir son passé...Mais la jeune médicomage ne parlait jamais de son passé, personne n'était au courant pour elle, et c'était bien mieux ainsi. Du moins personne sauf son nouveau patient Judikaël, elle ne s’était pas encore retrouver seule face à lui, Orphelda ayant du mal à lui céder ce patient ; mais il la regardait vraiment, VRAIMENT bizarrement. De plus elle avait « sentie » une sorte de reconnaissance à son approche. Soit, elle n’y connaissait rien en relations entre loups garous mais elle ne pouvait nier qu’il s’était passé quelque chose.

La jeune femme fut sortie de ses pensées par une sensation désagréable de froid. Bizarre le chauffage était pourtant allumé, quand soudain elle entendit un cri. Pas un de ces cris qu’elle était habituée à entendre venant de ses patients, non, un cri strident, inquiétant… Inhumain ? Ses sens de loup en alerte elle releva la tête afin de regarder les patientes l’entourant dans la cafétéria, Hermione et Pansy étaient assise à des table et semblait aussi perplexe qu’elle.


«  Bordel c’est quoi ça ? » cracha la louve sentant qu’il ne se passé pas quelque chose de bon.


Elle voulu s’approcher du couloir entendant les supplications de ses patients lorsque tout autour d’elle fut plongé dans l’obscurité. Elle ne voyait strictement plus rien, elle ne comprenait plus rien. Prenant une grande bouffée d’air, elle se concentra sur son ouïe et son odorat, priant pour que pour une fois « le monstre » qui se trouvait à l’intérieur d’elle lui serve à quelque chose. Ses patients étaient en danger et elle ne laisserait personne leurs faire de mal … Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Édouard Douglas
WIZARD
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 15/03/2015
⚡ Missives : 489

⚡ Fizwizbiz : 1657
⚡ Âge du personnage : vingt-sept ans.
⚡ Nature du sang : mêlé. sali. impie.

Il se retourna quand la poignée de la porte ne tourna pas. Édouard n'aimait pas qu'on lui résiste, encore plus quand c'était un vulgaire morceau de bois sans signifiance. Ses yeux d'un noir orageux se tournèrent pour regarder par-delà son épaule, là où se tenait normalement derrière le comptoir une petite vieille apavide aux yeux vicieux et aux sourires crispés.

Il n'y avait personne.

La peur ne vint pas tout d'abord; ce fut l'incompréhension. L'incompréhension, la surprise, ses sourcils qui se froncent sur son front, son poing qui se serre et tremble. Et puis le noir. Je n'ai pas peur du noir, murmure-t-il pour lui-même. Le noir ne peut rien contre moi. Jusqu'à récemment, le noir n'était rien, à peine un handicap, pour lui: ses nouveaux dons surhumains de lycanthrope lui permettaient de se déplacer avec aisance même dans l'environnement le plus sombre. Mais ce n'était pas un noir-noir tel qu'on l'entendait normalement; c'était un noir étouffant, magique, qui inséra dans la gorge d'Édouard une boule d'angoisse insurmontable.

Il se figea comme une bête traquée en entendant le cri inhumain provenant de… quelque part dans l'Institut. Ses pensées se projetèrent aussitôt vers son frère cadet, à qui il était venu rendre visite aujourd'hui. Il se précipita aussitôt dans le couloir qui reliait le hall d'entrée à la cafétéria, où il avait abandonné son frère quelques minutes plus tôt; mais il ne s'y trouvait plus. Il ne croisa le regard que de trois jeunes femmes, à qui il fit à peine attention, avant de faire un pas vers l'escalier menant aux chambres; mais l'obscurité s'épaississait déjà et il s'arrêta net.

Enfin, il y eut l'odeur. Du brûlé, devina-t-il. Un incendie? Non. Pas du bois. Il se tourna vers les jeunes femmes et recula d'un pas vers elles, ses yeux trahissant sa panique et son appréhension. Il avait l'impression que le noir - maintenant si effrayant, si étouffant, qui se glissait, insidieux, sous les pores de sa peau - s'épaississait autour d'eux. Il croisa le regard d'une femme plus âgée que les deux autres - une médicomage? - de qui il se rapprocha instinctivement. “ Que se passe-t-il ici? ” demanda-t-il platement, alors qu'il était évident qu'elle n'en savait pas plus - ses injures étant plutôt… éloquentes. “ Où sont les autres patients? Et la femme de l'accueil? Comment… ” Il s'interrompit de lui-même en entendant un autre cri, plus bref, venant de l'étage.


Dernière édition par Édouard Douglas le Jeu 16 Avr - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Duncan Gleneagles
THE WANTED
Like the wind
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t240-duncan-gleneagles
Hominum revelio
⚡ Registration : 01/04/2011
⚡ Missives : 437

⚡ Fizwizbiz : 681
⚡ Âge du personnage : 20 ans
⚡ Nature du sang : Pur
Je sursaute en sentant l’épaule de Judikaël contre la mienne et mets quelques secondes à m’en remettre. Bon, au moins je ne suis pas seul. C’est déjà ça. Mais l’ex Serpentard pousse soudain un « Dante ! » avant de commencer à s’éloigner en courant.
Il est sérieux là ? Il se barre comme ça ? Et puis qu’est ce qu’il a entendu ? Est ce que c’est sa lycanthropie qui lui permet d’entendre aussi bien ?
Un faible cri me parvient enfin mais je ne parviens pas à reconnaître la voix de Dante. Ça me fait mal, mais je dois bien avouer que pour une fois je suis content de me trouver avec Judikaël. Du moins tant qu’il ne se transforme pas...

La voix de Judikaël commence à s’éloigner alors qu’il hurle dans le couloir et je tente de le suivre, tant bien que mal, malgré la pénombre.
Putain mais c’est quoi cet institut ? Il porte la poisse ou alors c’est nous qui sommes maudits ? Est ce que nous allons enfin pouvoir “vivre” tranquillement ici ? Parce que là, je commence à trouver ça gonflant.

La voix du Serpentard fini par se rapprocher et j’arrive finalement dans son dos, essoufflé et en transe mais heureux. Je ne suis plus tout seul.
« ...moi confiance, » Sont les seuls mots que je comprends mais je devine qu’il s’adresse à Dante. Je finis par poser mes yeux sur elle et ce que je vois me glace le sang. « Etherington ? Qu’est ce qu’... » La fin de ma phrase reste bloquée dans ma gorge quand je remarque que ce fantôme est en train de l’étrangler.

Est ce que c’est encore une hallucination ? Non, Judikaël semble aussi capable de le voir. Mais putain c’est quoi ce truc ?
La voix du loup garou me tire de mes pensées « Fais quelque chose ! » Ah ouais, t’en as d’autres des comme ça ? « Et tu veux que je fasse quoi putain ? J’ai même pas ma baguette ! »

Ok… Calme toi Duncan, réfléchis à une solution. T’es un Serdaigle, t’es censé être intelligent alors sers toi de ton cerveau ! Ça n’a servi à rien quand Judikaël s’est adressé à Dante alors peut être que…

Je passe devant Judikaël et lui murmure « Je vais tenter un truc, prépare toi à embarquer Dante à la moindre occasion. » qu’est ce qu’il t’arrive Duncan ? Tu joues aux héros maintenant ?

Je me plante à quelques centimètres du spectre et l’interpelle d’une voix la plus forte possible. « Eh connard ! » Peut être que si j’arrive à attirer suffisamment son attention il la laissera. Ouais, j’aurais pu trouver mieux mais c’est tout ce que j’ai trouvé pour le moment. « La résistance s’est jamais aussi bien portée que depuis ta mort ! » Je ne devine pas de changement chez le spectre. Visiblement la provocation sur sa vie passée n’a pas l’air de marcher mais je continue malgré tout. Qu’est ce que je peux faire d’autre de toute façon. « Oh regarde moi ! Tu veux pas t’en prendre à quelqu’un avec un peu plus de répondant ?! » Ouais, c’est pas terrible mais j’espère de tout mon cœur que ça va marcher, ou au moins le faire lâcher Dante...


“Pourquoi j’avais fait ça ? J’avais des tas d’explications, toutes fausses. La vérité c’est que je suis un sale type, et ça va changer, je vais changer, tout ça est bien fini, désormais je suis clean, j’avance dans le droit chemin, je choisis la vie.”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

     
Intrigue 5 Հ Irish horror story




Quelle était la raison de vivre ? Pouvait-on rester ce que l’on était depuis le début sans jamais faiblir ? L’innocence de l’âme pouvait-elle rester protégée de toutes les attaques oppressantes de la cruauté de l’Homme ? La rousse était la preuve vivante que oui. Après tout ce qu’elle avait essuyé, après toutes les tempêtes et les naufrages qui l’avaient faite chavirée, elle n’avait jamais failli aux prémices même de ce qu’elle était. Elle était la force incarnée dans un corps fait de pourtant très peu de chair. Lorsqu’on lui avait obligée a courber le dos, a plier le genou sous les coups, elle n’avait pas bronché, elle n’avait pas hurlé à la mort, elle s’était juste relevée comme on se relève lorsqu’on tombe et avait poursuivi son chemin en étant sûre et certaine que le monde n’était pas si mauvais qu’on aimait à le penser. C’était ce qu’elle était, une femme forte capable de voir et de faire partager sa vision du monde de manière à ouvrir les yeux sur les choses qui méritaient que l’on se batte pour elles. Et ses patients valait la peine que l’ont se batte pour eux voilà tout.

La jeune chercheuse en médicomagie respira lentement cherchant le calme au plus profond d’elle. C’est fou dans quelle état l’ont pouvait se retrouver dans de tels situations. Pas que CETTE situation soit normale, loin de là. Mais elle ne pouvait nier que la peur s’emparait d’elle progressivement. De plus cette odeur de brulé l’empêchait de bien se concentrer afin d’identifier l’origine des cris. Un visiteur s’approcha progressivement d’elle tout aussi paniqué que les personnes présentes dans la cafétéria. « Où sont les autres patients? Et la femme de l'accueil? Comment… » mais il fut bien vite coupé par un cri en provenance de l’étage.

Hope toisa l’homme du regard essayant de le distinguer du mieux qu’elle pouvait sa vision de lycanthrope l’aidant peut-être à voir mieux que tout autre personne normale. «  Ecoutez monsieur, je n’en sais pas plus que vous …  Ce qui est sûr c’est qu’ils ont besoin d’aide, peut-être même plus que nous. Miss Granger ? Miss Parkinson ? Est-ce que ça va ?  » fini-t-elle par lâcher avec un calme qui semblait olympien alors que la peur l’envahissait totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Dante Rosewood
SLYTHERIN
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4315-dante-i-m-a-reckless-mi
Hominum revelio
⚡ Registration : 23/03/2011
⚡ Missives : 6226

⚡ Fizwizbiz : 5814
⚡ Âge du personnage : dix-sept ans.
⚡ Nature du sang : pur.
Qu’est-ce qu’elle faisait dans le hall déjà ? Ah oui elle voulait donner une lettre pour son frère à la dame de l’accueil pour qu’elle puisse la transmettre rapidement. Elle n’avait pas eu des nouvelles d’Eliott depuis un moment et son petit frère lui manquait beaucoup. Tu veux aussi lui demander des nouvelles de ton fiancé en fait. Depuis quelques temps, la voix de Gabriel revenait de plus en plus souvent dans sa tête et elle détestait ça. Elle avait l’impression qu’elle ne pourrait jamais faire son deuil et que le chef de la résistance serait toujours dans les parages prêt à lui rappeler à quel point elle était seule depuis qu’il n’était plus là et qu’elle ne manquerait à personne lorsqu’elle irait le rejoindre. Dante ne supportait plus cette voix. Elle ne supportait plus cet endroit. Elle ne supportait plus cette maladie. Elle souhaitait se réveiller un matin et que tout ceci soit un mauvais rêve. T’es indigne. Totalement souillée. Qui voudrait de toi de toute façon ? « Ferme-la sérieusement. » Soupira-t-elle tout en déposant sa lettre dans le casier prévu et en lançant un sourire à la femme de l’accueil qui lui lançait un regard courroucé ayant entendu ce qu’elle baragouinait. Dante s’éloigna avec la merveilleuse compagnie du fantôme de Gabriel Etherington. Ah ça y est, tu daigne enfin à me répondre, c’est pas trop tôt ! Dante leva les yeux au ciel et monta les quelques marches avant que les lumières du bâtiment ne se mette à clignoter. Les bâtiments étaient neufs aussi cela étonna la Serpentard qui fronça les sourcils. Réponds-moi Dante. Elle l’ignora encore une fois. C’était ce qu’elle avait convenu avec Eliott : ignorer les voix pour éviter de plonger dans la folie. C’était ce qu’il voulait qu’elle fasse et Dante s’évertuait à appliquer ce qu’il disait à la lettre. Je vais finir par te tuer, tu m’énerves. Elle eut un mouvement d’épaule montrant qu’elle s’en moquait. De toute façon que pouvait-il faire ? Il était le fruit de son cerveau malade, rien de plus. Il n’était pas matériel.

Elle se stoppa net en plein milieu du couloir lorsqu’un cri absolument inhumain retentit dans tout l’hôpital lui collant un frisson d’horreur dans tout le dos. Par réflexe, elle chercha sa baguette avant de se rappeler qu’elle ne l’avait plus. A côté d’elle, Gabriel ricana avec une voix déformée. Dante se tourna vers le fantôme en haussant un sourcil. « Quelqu’un dans l’au-delà t’a fait une blague hilarante ? Fais pas ton égoïste, partage un peu. » Le fantôme cessa immédiatement et posa un regard meurtrier sur Dante. Un rictus vint étirer ses lèvres et il s’avança dangereusement vers la Serpentard. Tu te crois drôle peut-être ? Tu m’agaces, Dante. Je te l’ai dit plusieurs fois ça je crois, mais je vais finir par te tuer. La jeune fille allait rétorquer en se moquant ouvertement de lui, mais s’arrêta instantanément en sentant une main glacée se poser sur son bras. En baissant les yeux, elle s’aperçut qu’elle appartenait à Gabriel. « Comment… ? » Son cœur s’était mis à battre très fort contre sa poitrine et avant d’avoir pu faire un geste pour se dégager, Gabriel la fit tomber en arrière. La tête de Dante rencontra le sol avec force la sonnant sur le coup. Les mains du fantôme vinrent entourer son cou avec force la faisant lâcher un cri. Elle tenta de se débattre, mais ses mains traversaient le corps de l’ancien chef de la résistance. C’était quoi ce délire ?

Elle sentit un autre contact et une autre voix lui parler quelques secondes après. Dante ouvrit les yeux avec difficulté et jeta un coup d’œil vers l’origine de la voix. Elle reconnut avec grande peine Judikaël. Elle essayait toujours de se débattre, mais elle sentait que l’air commençait à lui manquer. Elle étouffait totalement. Aide-moi. Tenta-t-elle de dire ne formant que les mots en silence. « Dante, il n’est pas là, ce n’est pas réel ! Dante, fais-moi confiance, » Elle sentait des larmes couler sur ses joues, elle paniquait totalement et elle n’avait pas envie de mourir. Elle ferma les yeux un instant avant d’entendre la voix de Duncan Gleneagles qui tentait d’attirer le fantôme ailleurs. Dante essaya de se calmer, mais elle sentait que l’air se faisait de plus en plus rare et sa tête lui tournait. Elle suppliait Gabriel d’arrêter par la pensée. « Oh regarde moi ! Tu veux pas t’en prendre à quelqu’un avec un peu plus de répondant ?! » Et la pression autour de son cou s’arrêta d’un coup. Dante se recroquevilla près de Judikaël tout en prenant de grande bouffée d’air et en lui serrant la main avec toute la force qu’elle possédait. Elle avait eu très peur. Elle se posait une question cependant : c'était quoi ce bordel ?



RECKLESS MISTAKE. BROKEN GIRL.
in the eyes of a teenage crystallized. oh the prettiest of lights that hang the hallways of the home and the cries from the strangers out at night. they don’t keep us up at night, we have the curtains drawn and closed©️.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Hermione Granger
TEACHERS&CIE
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3017-we-are-the-fallen-hermi
Hominum revelio
⚡ Registration : 10/11/2013
⚡ Missives : 879

⚡ Fizwizbiz : 1911
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : née-moldue
intrigue 5


Certains pourraient penser qu'Hermione pensait comme une égoïste. Après tout, le monde n'était pas non plus centré sur elle. Le ministère avait peut-être d'autres choses à faire qu'essayer de la faire disparaître. Mais elle était consciente que le ministère était partout, et que chaque jour où elle se réveillait saine et sauve à Cromwell était un miracle. Elle resta silencieuse quand la médicomage qui se trouvait dans la pièce jura. Mais le fait qu'elle se demande ce qui se passait alors qu'elle travaillait elle-même pour le ministère soulagea légèrement l'ancienne Gryffondor. Au bout de quelques secondes, une nouvelle voix se fit entendre, masculine cette fois. Hermione reconnut le timbre du libraire, Édouard Douglas. L'obscurité était profonde, mais il était possible de distinguer tout de même les silhouettes et quelques couleurs. « Que se passe-t-il ici? » demanda Douglas. « Où sont les autres patients? Et la femme de l'accueil? Comment… » La femme de l'accueil avait donc disparu ? Hermione interpréta cela comme un nouveau signe que son heure était venue, mais quelque part, son instinct lui chuchotait que si une opération du ministère avait été prévue, ils n'auraient pas laissé d'autres personnes être sur leur chemin. Douglas aurait été arrêté à l'entrée même de l'institut, on ne l'aurait laissé entrer qu'une fois le corps d'Hermione déplacé, c'était évident. Mine de rien, la jeune femme se sentit de plus en plus soulagée, malgré l'ambiance malsaine qui régnait. Si ce n'était pas une manœuvre du ministère, cela n'annonçait pas pour autant quelque chose de bon. Un nouveau cri la fit sursauter et surprit également tous ceux qui se trouvaient dans la pièce avec elle. Un frisson parcourut la jeune Granger. Finalement, la médicomage s'exprima, brisant le silence terrifiant. «  Écoutez monsieur, je n’en sais pas plus que vous …  Ce qui est sûr c’est qu’ils ont besoin d’aide, peut-être même plus que nous. Miss Granger ? Miss Parkinson ? Est-ce que ça va ?  » Hermione prit son courage à deux mains, bien que le fait de ne pas avoir sa baguette lui faisait extrêmement peur. « Je vais bien, mais vous avez raison, ils ont sûrement besoin de nous. » Elle tourna le visage vers la silhouette de la médicomage et ajouta : « Ce n'est pas la première fois qu'un incident étrange se produit ici. Il y a quelques semaines nous avons entendu des cris de la même manière, et Judikaël s'était transformé et était en liberté dans les couloirs. » Elle prit un ton ferme. « Je pense que nous devrions aller dans la direction du bruit en restant groupés. En tous cas, si vous vous voulez restez là, vous pouvez. Moi, j'y vais. La dernière fois, on est passé à côté d'un drame, je n'ai pas envie que cette fois, on ait des morts sur la conscience, et je suppose que vous non plus mademoiselle. » lança-t-elle à l'attention de la jeune Wheland.




always the tone of surprise.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

     
Intrigue 5 Հ Irish horror story




On dit que lorsque l'on est en train de mourir, toute notre vie défile devant nos yeux. On dit aussi que l'on marche dans un long corridor blanc, attiré par une lumière irradiant tout, d'une couleur blanche pure. La vérité, c'est que ce n'est absolument pas le cas, à moins que l'état d'agonie diverge selon la personne touchée par la mort. Certains même prétendait avoir vu l'avenir dans ce long couloir, lorsqu'ils « revenaient ». Mais au fond, pourquoi le temps devrait-être linéaire ? Un puzzle. Pour la jeune chercheuse en médicomagie, il ne s'agissait que d'un ensemble de fragments qui s’enchevêtraient les uns aux autres tandis qu'elle marchait à travers ses propres souvenirs en se demandant quel serait le souvenir final.  Est-ce que le souvenir de cette soirée serait le dernier ? Est-ce ses cris inhumains et ses patients rongés par la mort la hanterait jusqu’à la fin de ses jours ? Tant de question que la jeune médicomage se posait. Ce qui était sûr pour elle lors de cette fin de journée c’est que l’image de ce qui allait se dérouler aller la hantée durant des nuits et des nuits.

La voix d’Hermione interrompit ses sombres pensées. « Je vais bien, mais vous avez raison, ils ont sûrement besoin de nous. » Hope cru l’apercevoir se retourner vers elle et elle ajouta : « Ce n'est pas la première fois qu'un incident étrange se produit ici. Il y a quelques semaines nous avons entendu des cris de la même manière, et Judikaël s'était transformé et était en liberté dans les couloirs. » La jeune sorcière continua avec un ton ferme. « Je pense que nous devrions aller dans la direction du bruit en restant groupés. En tous cas, si vous vous voulez restez là, vous pouvez. Moi, j'y vais. La dernière fois, on est passé à côté d'un drame, je n'ai pas envie que cette fois, on ait des morts sur la conscience, et je suppose que vous non plus mademoiselle. » conclu t elle.

Hope se retourna en direction du libraire à ses côtés. « Ce n’est pas Judikaël …On ne peut pas la laisser y aller seule… Miss Granger nous venons ! » si elle semblait aussi sûre d’elle c’est parce que si le jeune loup ce serait transformé à proximité elle l’aurait senti.. et Edouard aussi. Non, ce qui se trouvait la bas était bien pire qu’un loup errant dans les couloirs. La jeune médicomage entreprit de passer devant, baguette en main, suivit par une Hermione aux aguets, un Edouard peu rassuré et une Pansy des plus silencieuse. Le petit groupe gravit les marches une à une essayant d’y voir tant bien que mal.

Lorsqu’Hope arriva à destination bien aidé par sa malédiction, elle n’en cru pas ses yeux. Là à quelques pas d’elle se trouvait le fantôme d’un Gabriel plus vrai que nature… Enfin un peu plus mort aussi.

« C’est pas vrai … » souffla-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Édouard Douglas
WIZARD
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 15/03/2015
⚡ Missives : 489

⚡ Fizwizbiz : 1657
⚡ Âge du personnage : vingt-sept ans.
⚡ Nature du sang : mêlé. sali. impie.
« Ecoutez monsieur, je n’en sais pas plus que vous …  Ce qui est sûr c’est qu’ils ont besoin d’aide, peut-être même plus que nous. Miss Granger ? Miss Parkinson ? Est-ce que ça va ? » Wheland voulait-elle vraiment aller à l'étage, aider quelque patient des quelques démons qu'il ou elle combattait? Édouard - un peu couard pour une fois -, fronça légèrement les sourcils à son adresse, sa main volant jusqu'à sa poche d'où il dégaina d'un mouvement ample sa baguette. Il ne releva pas - quoique sa désapprobation se lisait clairement sur ses traits - et ses yeux se portèrent sur les deux autres jeunes femmes, qu'il connaissait de vue pour avoir passé plus de temps dans cet Institut qu'il ne l'aurait voulu. Granger abonda dans le sens de Wheland et les sourcils d'Édouard se froncèrent un peu plus, sa lèvre inférieure mordillée nerveusement par ses dents.

À l'entente d'un loup-garou laissé en liberté, une désagréable et douloureuse sueur froide lui dévala le long du dos mais, en échangeant un regard équivoque avec Wheland, il se rassura machinalement. Pas de loup-garou. Pas ce soir. Pas encore. Édouard s'était promis, en quittant son poste d'auror, de ne plus jamais se retrouver dans une situation similaire, où la lourdeur de l'atmosphère vous étouffait, où des vies semblaient dépendre de vous. C'en était presque trop pour lui maintenant, et ses frêles épaules brisées. Toutefois, il suivit docilement les deux jeunes femmes dans les ténèbres, articulant un “ Lumos Maxima ” pour essayer de les éclairer un tant soit peu.

Miss Granger, si vous me permettez, ” marmonna-t-il à l'adresse de la jeune femme, la dépassant d'autorité en montant les marches. Sa réputation de sorcière brillante n'était plus à refaire, certes, mais il y avait quelque de malsain à demander à une gamine de vingt ans de prendre la tête de la file. Et pourtant, Édouard était bien conscient que Granger avait dû en voir un rayon - peut-être même plus que lui - et que c'était presque risible de la protéger ainsi. Sa prise sur sa baguette se raffermit alors qu'il se rapprochait de Wheland, s'arrêtant brusquement avec elle au sommet des escaliers.

Un loup-garou. Peut-être le Judikaël dont parlait Granger, quelques instants auparavant. Une jeune fille. Un autre jeune homme.
Et Gabriel Etherington.
Édouard leva machinalement une baguette tremblante, le fantôme d'un chef des aurors appréciable mais vindicatif polluant ses pensées. Mort, mort, mort. Et pourtant se trouvait-il là, comme en chair et en os, venant à peine de lâcher la jeune fille d'une poigne musclée. Édouard n'osait même pas formuler un sortilège à son encontre. Gabriel Etherington.Miss Wheland, il faut sortir ces jeunes gens d'ici, ” marmonna-t-il à l'adresse de la jeune femme, tenant toujours en respect le fantôme d'Etherington. Mais qui trompait-il? Sa baguette tremblait, ses yeux nerveux balayaient les alentours à la recherche d'une sortie: voir un fantôme n'était pas donné à tout le monde, et personne ne lui avait jamais dit combien c'était angoissant.


Dernière édition par Édouard Douglas le Jeu 16 Avr - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.


Irish Horror Story
Groupe 1 : Duncan, Judikaël, Dante, Hermione, Pansy, Edouard & Hope.

Contexte
Qu'ils sont courageux, à tous braver la Mort là où ils devraient fuir sans penser aux autres. Réunis dans le couloir de Cromwell, patients, employés et visiteurs se retrouvent face au fantôme trop réel d'Etherington. Il a relâché sa prise sur Dante qui reprend son souffle et rassemble ses esprits. Des baguettes sont pointées sur lui mais à quoi bon ? Il est déjà mort. Un sourire déforme ses traits, trop large, il lui donne un air fou, terrifiant. Alors les lumières s'éteignent brusquement et ils se retrouvent tous dans les ténèbres. Totales, épaisses.
Hope, Judikaël et Edouard ont de la chance, s'ils demeurent incapable de voir dans la pénombre, leurs sens plus aiguisés leur permettent de sentir la présence des autres, de ne pas avoir l'impression d'être complètement seuls dans le noir. Mais est-ce vraiment une bonne chose ?
Des bruits de pas. Ils résonnent, autour d'eux, un courant d'air. Il passe à côté d'Hermione, rapide. Au même moment, un rire aigu retentit. Alors tout à coup, il fait froid. Merlin, si froid qu'ils ont l'impression de geler sur place. Édouard a pourtant enfilé son manteau, tout prêt à quitter les lieux qu'il était, mais ça ne sert à rien. Figé, la boule au ventre, il perçoit alors un souffle dans sa nuque. Pire encore que les rires, ce sont des pleurs qu'ils entendent à présent. Ils viennent de partout et de nulle part à la fois, comme s'ils avaient quitté le monde des vivants pour se retrouver dans le pire endroit qui soit. Les Enfers.

Bonus points

Et parce que c'est plus amusant avec ça et que ça rajoute de la motivation, nous avons décidé de faire comme pour les grosses intrigues et de rajouter des bonus points en fonction du temps de réponse Noeils brillants (aa N'oubliez donc pas d'aller réclamer vos points ici !

— vous postez en moins de 2h = 150 points.
— vous postez en moins de 4h = 140 points.
— vous postez en moins de 6h = 120 points.
— vous postez en moins de 8h = 110 points.
— vous postez en moins de 10h = 100 points.
— vous postez en moins de 12h = 75 points.
— vous postez en moins de 14h = 50 points.
— vous postez en plus de 14h = 10 points.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

     
Intrigue 5 Հ Irish horror story




Hope se sentait mal, vraiment mal, ce sentiment la dérangeait vraiment. Pourquoi ? Pourquoi ressentait-elle ça maintenant alors qu’elle s’était juré à elle-même de tout faire pour défendre ses patients sans défenses? Il fallait qu’elle se reprenne tout de suite. La médicomage secoua énergiquement la tête afin de retrouver ses esprits, puis son regard se posa à nouveau sur le petit groupe de marqués se trouvant face à elle. La jeune Dante Rosewood semble reprendre petit à petit son souffle, ce qui est bon signe. Gabriel était là, leur faisant face, son sourire déformant son visage en une moue affreuse. Comme si l’univers c’était légué contre eux leur faisant vivre les pires minutes de leur vie. Tous les jours elle y pensait. Comment en étaient-ils arrivés là ? C'est comme si le monde était devenu une pierre s'effritant peu à peu sous les doigts, oppressé par un étau qui était déterminer à le rendre poussière.

Son regard bleuté se tourna vers les jeunes gens l’entourant puis le noir complet, à nouveau.« Et ça recommence » souffla la rouquine. « Est-ce que tout le monde va b… »

Sa voix se cassa net lorsqu’elle sentit une présence non loin d’elle. Ne pas se retourner, ne pas le regarder. La biche poursuivie par le chasseur, voilà ce qu’elle était. Ironie, elle qui était censé être un prédateur, elle n’était à présent qu’un vulgaire gibier. Son cœur battait tellement vite, tellement fort. L’adrénaline parcourait chaque partie de son corps une à une. Il était là, à quelques mètres derrière elle se préparant à lui sauter dessus, à l’attaquer, à s’extasier de son être. Clic clac clic clac. La chose se déplace rapidement dans un courant d’air. Oh douce malédiction pourquoi ne me laisse tu pas dans l’ignorance ? Un rire aigue retentit soudain, strident, irritant, toujours aussi irréel. Et soudain le froid, glaciale, violent, se déversent dans ses veines tels des milliers de petites aiguilles. Par merlin il fait si froid qu’elle a l’impression de geler sur place. La jeune médicomage garde cependant sa main fermement accroché à sa baguette.

« Lumos » souffle-t-elle espérant ainsi y voir plus clair, mais rien à faire le brouillard est tellement épais qu’elle a l’impression de s’étouffer « Nox .»

Elle ferme alors les yeux essayant de se concentrer à nouveau sur ses sens. Judikaël, elle sent sa présence tout prêt d’elle, la jeune femme avance timidement sa main vers lui histoire de le rassurer après tout ce n’est pas le moment pour qu’il fasse une crise.
Revenir en haut Aller en bas
Judikaël Lawford
SLYTHERIN
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4379-judikael-lose-yourself
Hominum revelio
⚡ Registration : 12/03/2011
⚡ Missives : 980

⚡ Fizwizbiz : 1724
⚡ Âge du personnage : 19 ans.
⚡ Nature du sang : sang pur.
irish horror story
you never get used to this shit


Judikaël sentit ses entrailles se dénouer quelque peu lorsque la provocation de Duncan fit son petit effet sur Etherington. Resserrant ses doigts autour de la main de Dante, il chercha son regard pour s’assurer qu’elle allait bien. Autour d’eux, des gens s’agitaient et le jeune homme n’eut aucun mal à percevoir la présence d’Hope qu’il commençait à bien connaître maintenant. Il se figea en entendant une voix qu’il ne connaissait pas du tout. Se détournant de Dante, il croisa le regard d’un visiteur et un frisson parcourut son échine. Lui aussi, en était un. Il aurait voulu confirmer ses paroles mais quelque chose lui dit qu’ils ne pourraient pas s’exécuter aussi facilement. Sortir d’ici lui semblait impossible, Judikaël ne se l’expliquait pas, mais il le sentait.
Il n’avait pas sa baguette sur lui et pour être honnête, le Serpentard avait l’impression qu’il lui manquait une partie de son corps. Il se sentait sans défense et c’était un sentiment que le Lawford détestait. Alors qu’il s’apprêtait à demander à Dante comment elle se sentait, l’obscurité les enveloppa complètement. Judikaël se figea, mal à l’aise. Il n’était pas du genre à avoir peur du noir, mais ici, dans ces circonstances, il était terrorisé. Il ne voyait plus rien et avait la sensation que n’importe quoi pouvait désormais s’en prendre à eux. Il ne devait pas paniquer. S’il se laissait aller maintenant alors il serait plus vulnérable encore.
Le jeune homme inspira profondément. « Ne bougez pas, la pire chose à faire serait de nous disperser un peu partout et de nous retrouver seuls, » dit-il d’une voix rauque. Il voulut se redresser et aider Dante à faire de même mais des pleurs se mirent à résonner autour d’eux. Sa gorge se noua et il se figea. Il se sentait encerclé, pris au piège. Un souffle rauque balaya sa nuque et il prit sur lui pour ne pas s’enfuir en courant. La peur qu’il avait éprouvée à l’idée que Dante soit en grave danger lui avait fait oublier son corps fatigué et douloureux. A présent, il avait l’impression que toutes ces sensations regagnaient chaque fibre de son corps.
Il n’avait pas lâché la main de Dante, il en était incapable. La main froide de la jeune fille était tout ce qui l’ancrait à la réalité, l’empêchait de perdre pied. Il avait besoin de ce contact et tant pis s’il affichait sa peur. Elle était bien la seule présente avec laquelle il pouvait assumer ce sentiment qui saisissait ses entrailles. Il entendit alors Hope tenter de lancer un sortilège, sans succès. Il sursauta lorsqu’une main se posa sur son épaule et comprit alors qu’il s’agissait de la Médicomage. La gorge nouée, il alla frôler le dos de sa main du bout des doigts, comme pour lui dire ça va aller. Il n’allait pas craquer, il ne pouvait pas. « On ne peut pas sortir d’ici, n’est-ce pas ? » marmonna-t-il d’une voix moins maîtrisée qu’il ne l’aurait souhaité. Tout le monde avait vu Etherington et se retrouvait dans cette obscurité. Il percevait les battements affolés des cœurs des gens autour de lui, ce qui signifiait qu’ils subissaient la même chose que lui, Marqués ou non. S’agissait-il d’une nouvelle manifestation de la Mort, ou était-ce encore autre chose ?


help me tame this animal
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become. Help me believe it's not the real me. (⚡️) TDG.
Revenir en haut Aller en bas
Hermione Granger
TEACHERS&CIE
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3017-we-are-the-fallen-hermi
Hominum revelio
⚡ Registration : 10/11/2013
⚡ Missives : 879

⚡ Fizwizbiz : 1911
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : née-moldue
intrigue 5


Si elle devait y aller toute seule, elle allait le faire, mais très franchement, elle espérait que les autres la suivent. Ils seraient plus forts groupés si jamais ils se trouvaient en face de quelque chose qui les dépassait. « Ce n’est pas Judikaël …On ne peut pas la laisser y aller seule… Miss Granger nous venons ! » Hermione fut quelque peu surprise par la façon dont elle s'était adressée à Édouard. Visiblement, ces deux-là se connaissaient. Et comment la médicomage pouvait-elle être aussi sûre qu'il ne s'agissait pas de Judikaël ? Il y avait bien une explication, mais Hermione avait du mal à imaginer qu'elle puisse être la bonne. De toute façon, elle n'avait pas vraiment le temps de réfléchir à tout cela. Tous les quatre commencèrent à emprunter l'escalier, sur leurs gardes. Hermione vit Pansy un petit peu à la traîne, et se rappela que la jeune femme n'était sûrement pas familière avec ces situations pleines de danger et d'incertitudes. Cela la renvoya à sa propre expérience. Jusqu'alors, elle n'avait jamais vraiment saisi à quel point elle s'était habituée à être sur ses gardes, et à ne pas se sentir en sécurité. Ça faisait presque partie d'elle, et, aussi étrange que cela puisse paraître, elle se sentait presque plus elle-même en ce moment précis. La vraie Hermione, celle qui se taisait depuis son internement à Cromwell, reprenait ses droits. Wheland était à la tête du petit groupe, et semblait savoir parfaitement où elle allait. Édouard dépassa Hermione, ce qui vexa légèrement la jeune bibliothécaire qui aimait être maître de la situation. Mais le jeune libraire avait une baguette, alors elle le laissa faire sans broncher. Au fond, ce n'était pas comme si elle avait les moyens de se défendre. Ils arrivèrent près du hall, et Hope prit un nouveau couloir, où ils se retrouvèrent face à une scène des plus incroyables.

Duncan semblait en train de se battre avec... Gabriel. Hermione resta immobile, interdite pendant quelques longues secondes tandis que les autres n'en croyaient pas leurs yeux. Le fantôme semblait plus vrai que nature. Judikaël était bien là, aussi, et il y avait Dante, qui tentait de reprendre son souffle, ce qui était compréhensible quand on savait qui avait été le chef de la résistance pour elle. Édouard murmura à Wheland qu'il fallait les sortir d'ici. Tout à coup, Gabriel leur fit face, un sourire mauvais sur le visage. Hermione n'avait jamais vu cette expression sur le visage de l'homme, de son vivant. C'était terrifiant. Comme si le monde avait pris possession de son apparence pour mettre leur cerveau sans dessus dessous. Hermione chercha une explication, comme à son habitude, mais tout semblait marcher au ralentit. Elle s'élançait vers Dante lorsque les ténèbres les enveloppèrent de nouveau. « Et ça recommence » fit Hope Wheland. « Est-ce que tout le monde va b… » Elle se stoppa net, et Hermione comprit tout de suite pourquoi. Les bruits de pas, les cris, tout recommença, comme dans les cauchemars qu'elle faisait tous les soirs dans l'obscurité de sa chambre. Mais cette fois, c'était bien réel. Plus réel que jamais. Et ceux qui n'étaient pas marqués entendaient tout aussi. Hermione plongea sa tête dans ses mains, tentant de calmer la peur qui s'emparait d'elle et paralysait ses membres. « Ne bougez pas, la pire chose à faire serait de nous disperser un peu partout et de nous retrouver seuls, » La voix de Judikaël semblait proche, tout comme celle de la médicomage qui tenta de lancer un sortilège en vain, quelques secondes plus tard. Les pleurs s'insinuaient dans les veines d'Hermione qui s'accroupit par terre, se repliant sur elle-même. Tout ça n'est pas réel, c'est impossible, se répéta-t-elle plusieurs fois. Il y avait ces petits courants d'air, comme des souffles, qui s'agitaient autour d'elle et menaçaient de lui faire perdre la raison. « On ne peut pas sortir d’ici, n’est-ce pas ? » Judikaël avait posé la question sans trop d'espoir dans la voix. Hermione fut bousculée par une silhouette, tiède cette fois. Elle se raccrocha immédiatement au bras de la personne qui passait à côté d'elle, c'était Pansy. Elle la reconnaissait au toucher de l'étoffe luxueuse qui couvrait ses bras. L'ex-Serpentard tenta de se libérer, mais Hermione s'accrocha. « Ne sois pas idiote, il faut qu'on reste ensemble, la situation est déjà assez grave comme ça. » Puis en se relevant, elle décida de faire un pas en avant, et sentit son corps se glacer quand un nouveau souffle effleura son épaule. Elle fit deux nouveaux pas en avant, entraînant Pansy. « Dante, Duncan, Judi ? » lança-t-elle, aveugle. « Parlez, on va essayer de vous rejoindre. » Puis elle ajouta : « Il faut que Hope et Édouard se protègent.. La dernière fois que quelque chose comme ça est arrivé, il y a eu de nouveaux marqués. Essayez de ne pas les laisser vous toucher, soyez sur vos gardes. » Puis, quelques secondes plus tard. « Il doit bien y avoir une porte quelque part, ou le bout du couloir. Le hall n'est pas loin, donc le jardin non plus. Si on arrive à tous se retrouver et qu'on arrive à trouver cette porte, on a peut-être moyen de s'en sortir, non ? »




always the tone of surprise.

Revenir en haut Aller en bas
Édouard Douglas
WIZARD
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 15/03/2015
⚡ Missives : 489

⚡ Fizwizbiz : 1657
⚡ Âge du personnage : vingt-sept ans.
⚡ Nature du sang : mêlé. sali. impie.
L'obscurité lui tombe dessus comme une faux et bientôt, Édouard se surprend lui-même à fermer les yeux pour ouvrir ses autres sens. Il perçoit les rires, froids et distants et se rapprochant toujours plus; et le froid, s'infiltrant en lui insidieusement, avec la lenteur malsaine des grandes maladies; puis les pleurs, inconsolables, trop réels pour être mimés. Il ne peut pas s'empêcher de penser à son petit frère, son cher Derek, quelque part dans l'Institut; un tressaut passe dans ses muscles mais il demeure immobile. On lui a appris, dans sa formation d'auror, à rester neutre, à garder la tête droite et froide. Il ne peut pas faiblir maintenant.

Un coup de vent sur sa nuque, ses poils se hérissent sur ses bras, il serre les poings. Il devine au ton de Wheland que son sortilège n'a pas fonctionné, sent aussi la peur commencer à coller sur la peau des autres personnes présentes.

(Il y a même la panique qui s'infiltre en lui - malheureux! incapable de rester stoïque, et droit, et calme, et froid! - en entendant Granger parler de Marque et de Marqués et il voit aussitôt sa vie comme ces jeunes la vivent: morne et triste et sombre et douloureuse, avec la Mort riant à chaque tournant, avec les cernes qui grossissent sous les yeux et les membres qui ont de plus en plus de mal à se déplacer. Il pense à son frère et à Rose et aux quelques autres patients qu'il connait; il déglutit et repousse ces pensées loin de lui. Pas maintenant.)

Nous sortirons d'ici, ” dit-il donc d'une voix forte et ferme, à l'intention du loup-garou qu'il n'a jamais vu avant. Il essaie de sentir leurs positions à tous, pour les rejoindre et les ramener vers la sortie dont parle Granger - il se maudit de se sentir si faible, avec les pleurs qui ne s'arrêtent pas, le froid qui le paralyse, le noir qui l'effraie plus qu'il ne veut l'avouer. Le plus simple, c'est Wheland et l'autre loup-garou: il sait parfaitement où ils sont, lupins et chaleureux et similaires et à l'odeur subtile si caractéristique. Pour les autres, c'est une toute autre affaire.  Il tend timidement la main en arrière dans la direction de là où la voix de Granger lui est parvenue il y a quelques secondes; il tâtonne, se concentre sur sa respiration et celle de Parkinson; entrelace ses doigts à ceux qu'il finit par trouver. Il ne peut pas s'empêcher d'espérer que c'est elle et non quelque fantôme. “ Miss Wheland, votre main. Monsieur… ” Il s'interrompt. Il ne connait pas le nom de l'autre loup-garou. “ Attrapez les mains de vos amis. Vers la sortie. Granger — Hermione, se corrige-t-il en se souvenant qu'elle l'a appelé par son prénom —, je vous suis. ” Sa voix est ferme, il interdit tout tremblement de passer sur sa langue. Granger doit sentir sa main trembler légèrement dans la sienne, il essaie de ne pas y penser. De l'autre, il serre un peu plus sa baguette, toujours aveugle. Et le noir semble se resserrer autour d'eux. Quand on se tient l'un à l'autre, on ne se sent pas plus en sécurité, mais mieux. Pour un instant ou deux, l'obscurité ne semble pas si terrible.


Dernière édition par Édouard Douglas le Jeu 16 Avr - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dante Rosewood
SLYTHERIN
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4315-dante-i-m-a-reckless-mi
Hominum revelio
⚡ Registration : 23/03/2011
⚡ Missives : 6226

⚡ Fizwizbiz : 5814
⚡ Âge du personnage : dix-sept ans.
⚡ Nature du sang : pur.
Dante se sentait tellement mal. Elle avait la tête qui tournait à cause du choc de tout à l’heure et elle luttait pour ne pas tomber dans les pommes. Elle attrapa doucement le bras de Judikaël. « Il m’a fait mal ce con, Judi. J’ai mal au crâne. » Ça la lançait beaucoup trop. Alors que Gabriel semblait s’intéresser à Duncan, elle vit d’autres personnes approcher. Et l’une d’entre elles sortit sa baguette et la pointa en direction du fantôme. Ça n’allait rien faire, mais ça rassurait un peu la jeune fille quelque part. L’ancienne Serpentard s’aida de son ami loup-garou pour se redresser et se massa la gorge. Elle avait encore la sensation de ses mains autour de son cou. Un frisson désagréable parcourut son dos. Maudit fantôme. Elle allait se mettre debout lorsque l’obscurité les enveloppa. Dante crut d’abord qu’elle était finalement tombée dans les pommes alors pour vérifier elle cligna plusieurs fois des yeux et bougea légèrement son bras gauche. C’était bon signe ; elle y arrivait. Ce qui l’était moins c’était cette soudaine absence de lumière. « Judi ? » Appela-t-elle. « Ne bougez pas, la pire chose à faire serait de nous disperser un peu partout et de nous retrouver seuls, » Elle sentit ses muscles se détendre légèrement avant de se retendre quelques secondes après. Des rires terrifiants s’étaient élevés, des rires qui n’avaient rien d’humain. Dante se demandait si ça venait du fantôme de Gabriel. Si c’était le cas, elle désespérait de pouvoir un jour se débarrasser de lui définitivement. Elle sentit que Judikaël serrait sa main contre la sienne alors pour le rassurer, elle posa l’autre sur son bras. « Ça va aller, Judi. » Murmura-t-elle. Elle entendit la médicomage qui était là avec eux tenter de lancer un sort, Dante plissa les yeux pour éviter de se faire éblouir par le lumos, mais rien. Ils étaient toujours dans cette obscurité oppressante. « On ne peut pas sortir d’ici, n’est-ce pas ? » « Je ne sais pas ce que c’est, Judi, mais ce délire va bien finir par s’arrêter. Si nous ne sommes pas que les marqués dans cette situation c’est bon signe quelque part. » Elle tentait de le rassurer comme elle pouvait et allait rajouter qu’ils avaient connu pire lorsqu’elle sentit un souffle froid dans sa nuque. Elle tressaillit et se figea, se demandant ce que c’était. Elle commençait à en avoir un peu marre de ces fantômes. “ Nous sortirons d'ici, ” Fit la voix de l’homme qui était en compagnie d’Hermione et de Wheland. « Dante, Duncan, Judi ? Parlez, on va essayer de vous rejoindre. » C’était Hermione. « Eum… vous croyez qui fait beau dehors ? Non parce qu’ici honnêtement on se caille totalement. J’aimerai bien sentir un peu le soleil histoire qu’on puisse se réchauffer. Puis si on pouvait arrêter de nous souffler dessus, ça serait vraiment cool. » Elle disait n’importe quoi pour éviter de sombrer dans la folie encore plus. Elle ne voulait pas paniquer. « Il faut que Hope et Édouard se protègent.. La dernière fois que quelque chose comme ça est arrivé, il y a eu de nouveaux marqués. Essayez de ne pas les laisser vous toucher, soyez sur vos gardes. » « Hermione… c’était peut-être pas à dire ça, ça va pas vraiment les rassurer je crois. » Autant dire à quelqu’un qui va mourir et attendre sa réaction. Dante sentait qu’elle commençait à trembler des pieds à la tête. Elle ferma les yeux un instant et tenta de calmer ses nerfs qui semblaient la lâcher. Pas question, ce n’était pas le moment. « Il doit bien y avoir une porte quelque part, ou le bout du couloir. Le hall n'est pas loin, donc le jardin non plus. Si on arrive à tous se retrouver et qu'on arrive à trouver cette porte, on a peut-être moyen de s'en sortir, non ? »

Elle n’avait pas tort, mais dans le noir total il était difficile de se repérer. Comment savoir s’ils n’allaient pas dans le mauvais sens ? Dante manqua de se taper le front avec sa main lorsqu’elle réalisa qu’ils étaient en présence d’au moins un loup-garou. Judikaël devait arriver à mieux savoir où il allait. De nouveau, la voix de l’inconnu s’éleva leur intimant de tous se tenir la main. Dante fit une légère pression sur la main de son ami pour le rassurer et chercha à tâtons la main de Duncan. « Dunc’, si je t’en mets une, je m’excuse hein. Cette fois, ce n’était pas voulu. » Elle réussit à lui attraper le bras et s’appuyant sur lui, se releva. Elle entraîna Judikaël à sa suite. Il fallait qu’ils suivent les autres. « Judi, guide-nous s’il te plaît. » Chuchota-t-elle de nouveau. Elle avait confiance en lui, ils pouvaient tous s’en sortir. C’était obligé qu’ils s’en sortent.



RECKLESS MISTAKE. BROKEN GIRL.
in the eyes of a teenage crystallized. oh the prettiest of lights that hang the hallways of the home and the cries from the strangers out at night. they don’t keep us up at night, we have the curtains drawn and closed©️.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Judikaël Lawford
SLYTHERIN
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4379-judikael-lose-yourself
Hominum revelio
⚡ Registration : 12/03/2011
⚡ Missives : 980

⚡ Fizwizbiz : 1724
⚡ Âge du personnage : 19 ans.
⚡ Nature du sang : sang pur.
irish horror story
you never get used to this shit


« Dante, Duncan, Judi ? » Un grondement angoissé répondit à Hermione. Il faisait de son mieux pour ne pas paniquer mais très franchement, c’était plus difficile que prévu. Inspire, expire, inspire, expire. Il voulait survivre à ça, d’accord ? Il jouait au type résigné, qui acceptait son destin sans broncher mais sérieusement, Judikaël n’avait aucune envie de crever dans ce fichu Institut. « Parlez, on va essayer de vous rejoindre. » Il ouvrit la bouche, prêt à dire n’importe quoi tant que cela leur permettait de se guider, mais Dante fut plus rapide que lui. « Eum… vous croyez qui fait beau dehors ? Non parce qu’ici honnêtement on se caille totalement. J’aimerai bien sentir un peu le soleil histoire qu’on puisse se réchauffer. Puis si on pouvait arrêter de nous souffler dessus, ça serait vraiment cool. » Par Salazar oui, parce que c’était sur le point de le rendre complètement dingue. Il alla saisir la main de Hope, cette fois-ci pour ne plus la relâcher. En l’absence d’Orion, elle était ce qui se rapprochait le plus d’une meute pour lui et même s’il aurait préféré qu’elle ne se retrouve pas mêlée à tout cela, elle l’empêchait très certainement de péter un câble en cet instant. « Il faut que Hope et Édouard se protègent... La dernière fois que quelque chose comme ça est arrivé, il y a eu de nouveaux marqués. Essayez de ne pas les laisser vous toucher, soyez sur vos gardes. » Okay, génial. Hermione était une fille brillante et ce qu’elle redoutait, Judikaël y avait pensé lui aussi, mais il n’avait pas osé formuler ses craintes à voix hautes. « Hermione… c’était peut-être pas à dire ça, ça va pas vraiment les rassurer je crois. » Oui, voilà, c’était un peu pour ça qu’il avait préféré ne rien dire. S’ils se mettaient à paniquer, ce serait pire encore. « Il doit bien y avoir une porte quelque part, ou le bout du couloir. Le hall n'est pas loin, donc le jardin non plus. Si on arrive à tous se retrouver et qu'on arrive à trouver cette porte, on a peut-être moyen de s'en sortir, non ? » Il admirait sa capacité à réfléchir à une solution dans ce genre de situation. Elle semblait faire preuve d’un sang-froid exceptionnel que Judikaël ne possédait pas, en cet instant.

« Attrapez les mains de vos amis. Vers la sortie. Granger — Hermione, je vous suis. » Comment Granger pourrait-elle les faire sortir de là ? Elle n’était pas nyctalope, aux dernières nouvelles. « Judi, guide-nous s’il te plaît. » lui chuchota Dante et Judikaël déglutit avec difficultés. Sérieusement, c’était à lui de prendre la tête de l’expédition ? Oh il comprenait parfaitement pourquoi elle lui demandait cela, mais il n’était pas le seul, par Salazar. Il y avait Hope, ou l’autre, Edouard, comme Hermione l’avait appelé. Ses doigts resserrèrent la main de la Médicomage pour lui faire comprendre que toute aide serait la bienvenue, puis il fit un premier pas en avant. Si ses souvenirs étaient bons, la porte devait se trouver un peu plus loin, sur sa gauche. Il ne voyait rien, il faisait bien trop sombre, mais son instinct prenait le pas sur ses sens. Autour d’eux, les pleurs se faisaient de plus en plus insistants et Judikaël avait la désagréable sensation de se diriger droit vers eux. Alors il se figea, la gorge nouée. « Hope, c’est… J’aime pas ça, tu les entends, toi aussi, hein ? » murmura-t-il d’une voix rauque. Quelque chose le frôla et il serra les dents, de toutes ses forces, pour ne pas pousser un cri. La Marque sur son omoplate se mit à le brûler terriblement et il poussa un grondement sourd, craignant le pire. Hermione avait peut-être raison. S’ils ne faisaient pas attention, Hope et Edouard allaient peut-être se retrouver marqués eux aussi. Il fit un pas en avant et les pleurs redoublèrent, plus loin devant, il crut percevoir des murmures également, une litanie désespérée. Plus ils s’avançaient, pire était la douleur.

« Ça veut pas qu’on sorte, » murmura-t-il alors, le cœur battant la chamade. « Hermione, ça veut pas qu’on sorte, c’est… » Il s’interrompit, car un hurlement retentit derrière eux, puis à gauche et à droite. Alors il cessa de réfléchir et instinctivement, poussa Hope derrière lui, avant d’agripper le bras de l’autre loup pour faire de même, les Marqués formant ainsi un cercle autour de ceux qui ne l’étaient pas.


help me tame this animal
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become. Help me believe it's not the real me. (⚡️) TDG.
Revenir en haut Aller en bas
Hermione Granger
TEACHERS&CIE
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3017-we-are-the-fallen-hermi
Hominum revelio
⚡ Registration : 10/11/2013
⚡ Missives : 879

⚡ Fizwizbiz : 1911
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : née-moldue
intrigue 5


sortirons d'ici répondit Édouard. Hermione se sentit un peu soulagée que quelqu'un réponde aussi positivement à ce qu'elle venait de dire. Elle avait bien besoin de soutien, d'où qu'il vienne, dans cette situation inexplicable. Elle avait beau dire qu'ils allaient s'en sortir, elle ne pouvait pas en être pleinement certaine, et le fait que quelqu'un d'autre lance un éclair d'espoir lui allégea le cœur. Au moins ils étaient tous ensemble, c'était déjà une force en soi. Elle repensa au jour où elle avait contracté dans la maladie, quand elle s'était retrouvée dans cet espèce de labyrinthe où toutes ses plus grandes peurs avaient pris vie. Elle n'aurait pas été prête à affronter quelque chose comme ça aujourd'hui. Quand elle l'avait surmonté, ce jour-là, elle était plus forte qu'aujourd'hui. La marque l'affaiblissait maintenant, et aussi l'éloignement forcé avec tout ce qui la rendait heureuse et forte : la résistance et l'armée de Dumbledore, son travail de bibliothécaire et ses recherches, et bien sûr, Harry et Ron, sa famille.   Miss Wheland, votre main. Monsieur… fit Édouard après avoir trouvé sa main dans le noir. Attrapez les mains de vos amis. Vers la sortie. Granger — Hermione —, je vous suis. annonça-t-il finalement. Hermione sentit son estomac se tordre. Comme d'habitude, elle avait parlé comme si elle maîtrisait la situation et allait devoir en assumer les conséquences. Elle tendait sa main libre dans le noir, priant pour que l'un de ses camarades la trouve. Mais personne ne trouva sa main, si ce n'est le terrible froid qui s'était emparé de l'endroit dans lequel il se trouvaient. La jeune femme se mit en marche, entraînant Édouard et les personnes qu'il avait réussi à trouver. Dunc’, si je t’en mets une, je m’excuse hein. Cette fois, ce n’était pas voulu. La voie de Dante, derrière eux, la rassura. Quelque part, même si Hermione avait passé sa vie à Poudlard essentiellement avec les Gryffondors, Dante, Judikaël et Duncan étaient aussi des figures familières qui lui mettaient du baume au cœur. Le fait d'être avec eux avait le don de lui redonner espoir. Judi, guide-nous s’il te plaît. Hermione tremblait des pieds à la tête, même en essayant de se contenir. Les pleurs autour d'eux étaient entêtants, déchirants. Ils lui donnaient envie de se recroqueviller par terre, les mains plaquées sur les oreilles, et d'attendre que tout s'arrête. Que quelqu'un d'autre les aide à tout arrêter. Mais il n'y avait personne de l'autre côté de la porte, personne pour les aider. Ils devaient être leurs propres sauveurs. « Hope, c’est… J’aime pas ça, tu les entends, toi aussi, hein ? » fit Judikaël, visiblement inquiet. S'il était inquiet, c'était vraiment la fin des patacitrouilles. La marque sur le dos d'Hermione commençait à la brûler, lui faisant venir les larmes aux yeux. La douleur était de plus en plus insoutenable, de plus en plus horrible à mesure qu'elle avançait dans le noir. Mais la main du libraire, dans la sienne, et la présence de ses vieux amis la poussait à continuer, envers et contre tout. « Ça veut pas qu’on sorte, » lança Judikaël. « Hermione, ça veut pas qu’on sorte, c’est… » Un cri l'interrompit. Puis un second. Puis un troisième. Stridents, déchirants. Hermione eut elle aussi envie de crier. Des larmes de terreur et de douleur coulaient sur ses joues, mais dans le noir, personne ne pouvait le remarquer. Elle se sentit tirée en arrière, et compris que Judikaël tentait d'ériger un bouclier entre les créatures invisibles et les deux seules personnes qui n'étaient pas marquées. Ils étaient cinq pour les protéger. « Je m'en fous qu'ils veuillent pas qu'on sorte, bordel. » lâcha-t-elle, même si ce genre de mot n'était pas dans ses habitudes. « Restez autour de Wheland et Douglas, je vais tâter les murs à la recherche d'une porte. » Bien sûr, qu'elle était dévorée par la peur mais.. Il fallait bien que quelqu'un le fasse, non ? Elle trouva rapidement le mur, froid, et recouvert d'une substance qu'elle ne voulait même pas identifier. Aveugle, elle avança le long du mur et finit par trouver du bois. « La porte. » fit-elle tout bas, avant de répéter, en criant presque : « LA PORTE ! Par ici, je l'ai trouvée ! »




always the tone of surprise.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

     
Intrigue 5 Հ Irish horror story




« Hope, c’est… J’aime pas ça, tu les entends, toi aussi, hein ? » la voix tremblante de Judikaël résonne comme un murmure sans fin à ses oreilles. Bien sûre qu’elle les entend. Mourir. Ce n’est pas pour elle, pas encore. Pourtant, elle en prend lentement le chemin. Mais la panique est intenable, elle manque de suffoquer. Réapprendre les gestes simples : inspirer, expirer. Les voies respiratoires sont obstruées. La panique. L’anxiété. « Ça veut pas qu’on sorte, » les mots sont peu rassurants mais elle le sent elle aussi. « Hermione, ça veut pas qu’on sorte, c’est… » La voix s’arrête, net. Un cri horrifiant s’élève dans les airs. Sensation d’être prisonnière. Rappel des fers. Les quatre murs de sa prison. Pas d’entrave. Plus jamais. Le corps frêle de Judikael se poste devant elle. Il est étrangement grand, étrangement protecteur. « Je m'en fous qu’ils ne veuillent pas qu'on sorte, bordel. » Granger. Pourquoi donne-t-elle toujours l’impression de tout maitriser ? Elle peut sentir sa peur d’ici. Les doigts de la médicomage s’agrippent au Tshirt de Judikael, tandis qu’elle resserre son emprise sur Edouard. « Restez autour de Wheland et Douglas, je vais tâter les murs à la recherche d'une porte. » Paroles entrecoupées. Le souffle ne vient pas. Avaler l’air. La voix de Granger est plus tremblante qu’à l’ordinaire. Un danger. L’environnement n’est plus distinct, ses sens se troublent. Manège infernal qui ne veut pas s’arrêter. « La porte. » ça sonne presque comme une libération « LA PORTE ! Par ici, je l'ai trouvée ! » cri-t-elle à présent. « Reformez la chaine il faut que l’on reste soudés ! » elle laisse son odorat la guider vers Granger, mettant de coter ses angoisses, il faut qu’ils sortent. MAINTENANT.
Revenir en haut Aller en bas
Dante Rosewood
SLYTHERIN
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4315-dante-i-m-a-reckless-mi
Hominum revelio
⚡ Registration : 23/03/2011
⚡ Missives : 6226

⚡ Fizwizbiz : 5814
⚡ Âge du personnage : dix-sept ans.
⚡ Nature du sang : pur.
« Ça veut pas qu’on sorte, » Ces mots eurent le don de faire paniquer Dante. Pourquoi est-ce qu’il fallait qu’elle se retrouve toujours dans les endroits qu’il ne fallait pas ? À croire que le destin s’acharnait sur sa tête depuis qu’elle était née. Elle resserra sa prise sur la main de Duncan, vraiment pas rassurée. Qu’est-ce qui pouvait bien vouloir les retenir à l’intérieur de l’institut ?  « Hermione, ça veut pas qu’on sorte, c’est… » Elle frissonna lorsqu’elle entendit ce hurlement à glacer le sang. Elle avait l’impression que ça venait de tous les côtés et elle sentait la crise de panique arriver à grand pas. « Faut qu’on sorte. » Fit-elle pour elle-même. Elle essaya de réguler les battements de son cœur, mais plus elle essayait plus elle sentait la panique l’envahir. Les cris ne l’aidaient pas et elle était à deux doigts de se mettre à hurler également. Sa tête bourdonnait trop fort et elle sentit son corps se mettre à trembler. « Je m'en fous qu’ils ne veuillent pas qu'on sorte, bordel. » Granger. C’était la première fois qu’elle l’entendait jurer de la sorte. « Restez autour de Wheland et Douglas, je vais tâter les murs à la recherche d'une porte. » Dante secoua la tête. Ça n’était pas une bonne idée. Les moldus n’arrêtaient pas de dire que c’était la pire chose à faire lorsqu’on se retrouvait dans une situation flippante et Dante commençait à comprendre pourquoi. Dante resta muette et guetta l’obscurité espérant entendre Hermione à un moment donné. « Granger ? T’es toujours avec nous ? » Fit-elle pour percer le silence et aussi parce qu’elle n’en pouvait plus d’attendre. « La porte.  LA PORTE ! Par ici, je l'ai trouvée ! » Son cœur fit un bond dans sa poitrine. Enfin une bonne nouvelle. «  Reformez la chaine il faut que l’on reste soudés ! » Hope avait raison. Ils se trouvèrent dans le noir et avancèrent progressivement en direction d’Hermione. Ils étaient guidés par Judikaël et un peu par Hope… se pourrait-il qu’elle aussi soit un loup-garou ?

Ils finirent par trouver Hermione dans le noir et en sentant le bois de la porte sous ses doigts, Dante crut qu’elle allait se mettre à pleurer. Elle était tellement contente de sentir cette matière sous ses doigts que ça en devenait ridicule.



RECKLESS MISTAKE. BROKEN GIRL.
in the eyes of a teenage crystallized. oh the prettiest of lights that hang the hallways of the home and the cries from the strangers out at night. they don’t keep us up at night, we have the curtains drawn and closed©️.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.


Irish Horror Story
Groupe 1 : Duncan, Judikaël, Dante, Hermione, Edouard & Hope.

Contexte
DONG. Le bruit d’une cloche au loin. DONG. On racontait que dans le fond du parc de l’institut se trouvait une tour avec une cloche. Elle signalait aux villageois les morts de l’hôpital à une ancienne époque. DONG. Ainsi les familles qui avaient été mises au courant de l’état de santé de leur malade savaient que c’était pour eux. DONG. Elle avait été laissée à l’abandon lors de la fermeture de l’institut. Les villageois de Dùnaidh disaient l’entendre certains soirs. DONG. Avec la reconstruction de Cromwell, les sorciers du Ministère avaient décidé d’abattre la tour et de déplacer la cloche agrandissant le parc et chassant les mauvais souvenirs liés à cette tour. DONG. Pourtant, vous qui étiez coincés dans l’institut faisant face à vos cauchemars, vous l’entendiez. Elle était bien là, sonnant le gong libérateur. DONG. Votre vue revint instantanément vous éblouissant d’une douce lumière. La porte sur laquelle vous aviez espéré pouvoir sortir s’ouvrit sous le poids vous faisant tous tomber en avant. DONG. Le soleil envahit juste l’endroit où vous vous teniez et les oiseaux dans les arbres s’en donnaient à cœur joie. DONG. C’était comme si rien ne s’était passé. Les voix avaient cessé au même moment pour laisser le calme faire place. La cloche résonna encore trois fois avant de s’éteindre de nouveau. C’était la fin d’un terrifiant cauchemar.

Bonus points

Un grand merci pour votre participation yeux brillants on espère que ça vous aura plu et que ça vous permettra de faire d'avancer dans vos rp comme vous le souhaitez Coeur tout ceci nous aura permis de bien avancer dans l'intrigue générale du contexte Noeils brillants (aa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

— INTRIGUE 5 : irish horror story.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Intrigue #5 ; opération sauvetage ; Cromwell ; Poudlard-