AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 — INTRIGUE 4 : allison, marc & andréas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
Allison, Marc & Andréas

L'intro.

Il y a quelques temps, le Chemin de Traverse avait été témoin de choses bien étranges. Des fantômes. Dans les rues. Des fantômes qui n'avaient rien de ceux que l'on pouvait retrouver à Poudlard. Des fantômes dangereux qui pouvaient vous emporter. C'était ce qui était arrivé à un pauvre homme que l'on avait retrouvé les yeux grands ouverts et la peau tellement pâle qu'on aurait pu voir à travers. Oui, le Chemin de Traverse - au même titre que Pré-au-Lard - subissait des morts atroces et des événements étranges.

En ce jour de mi-février, la rue était bien plus peuplée que d'habitude. Poudlard avait organisé une sortie pour les étudiants qui avaient décidé de rester au sein de l'école pendant les vacances. Quelques élèves déambulaient innocemment dans les rues, leurs écharpes remontées jusqu'au nez : par ce froid, on n'était jamais trop prudent.

La mise en situation.


Passage obligatoire pour tous sorciers voulant se rendre au Chemin de Traverse, le Chaudron Baveur ramenait toujours du monde aussi bien en journée qu'en soirée, à toute heure. L'on y buvait, on y mangeait, tout était un bon prétexte pour passer un bon moment là-dedans. C'était le cas d'Andréas Montgomery, le récent décès de sa femme l'avait plongé dans une telle solitude qu'il passait ses journées dans des bars aussi bien sorciers que moldus. Il n'y allait pas pour se souler, non, plus pour voir la vie se dérouler devant ses yeux. Après tout, il ne connaissait personne et personne ne pouvait le connaître.

Quelques élèves de Poudlard poussèrent la porte et allèrent s'installer pas très loin. Quelques Gryffondors et une bonne majorité de Serdaigles se pressaient pour s'assoir. Andréas sourit en se rappelant l'époque bénie où il était encore jeune et insouciant. Un peu plus loin, il vit un homme qui lui disait vaguement quelque chose, il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus.

Soudain un hurlement retint l'attention général. La porte des toilettes fut projetée contre un mur et laissa passer un homme livide. « Y a... y a... y a un gosse dans les chiottes et il est... j'suis quasi sûr qu'il est mort. » Le barman se précipita à l'intérieur, mais il revint en haussant les épaules. « T'as déliré mon pauv' vieux c'est tout. » mais un rire enfantin s'éleva dans le bar.

Allison, Marc, Andréas l'un de vous doit commencer le sujet.
Sans le savoir encore, toutes les portes sont verrouillées, vous n'avez aucun moyen de sortir.

Les conditions.


Comme toujours, le minimum de mots est de 200 et le maximum de 1 000.

Si parmi vous, il y a déjà un marqué, vous allez ressentir des choses étranges et ça a commencé dès le matin pour vous. Depuis quelques jours vous vous sentez moins bien et surtout, vous avez sans arrêt des visions d'enfants et ça vous inquiète.

Le premier tour dure jusqu'au 28 avril 2014 inclus. Toute personne n'ayant pas posté aura son personnage éliminé de la course. Il est fortement recommandé de poster plusieurs fois dans le même tour histoire de rendre l'intrigue beaucoup plus intéressante.

Il n'y a pas d'ordre pour l'intrigue, vous postez quand vous en avez envie. Pour rendre le rp plus amusant, nous avons décidé de faire un nouveau barème.

— vous postez en 2h, vos points sont multipliés par 14.
— vous postez en 4h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en 6h, vos points sont multipliés par 10.
— vous postez en 8h, vos points sont multipliés par 8.
— vous postez en 10h, vos points sont multipliés par 6.
— vous postez en 12h, vos points sont multipliés par 4.
— vous postez en 14h, vos points sont multipliés par 2.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3068-andreas-father-of-drago
Hominum revelio
⚡ Registration : 08/12/2013
⚡ Missives : 533

⚡ Fizwizbiz : 1343
⚡ Âge du personnage : trente-quatre ans.
⚡ Nature du sang : né-moldu.
Aujourd’hui, c’était le Chaudron Baveur passage obligatoire pour tout sorcier voulant se rendre dans la rue commerçante du monde sorcier. Andréas avait décidé de ne pas partir trop loin aujourd’hui, mais suffisamment pour ne pas croiser des gens qu’il pouvait connaître. De toute façon qui pouvait bien se souvenir d’un Poufsouffle tout timide et amoureux des lézards ? Il eut un demi-sourire et tout en payant son café crème alla s’assoir à une table un peu à l’écart. Il n’avait pas pris de livre pour s’occuper, il restait simplement là à observer les clients se presser pour leur petit déjeuner ou pour leur boisson préférée d’autres prenant tout de même le temps de s’arrêter pour parler avec le barman ou les serveurs.

Andréas ne savait pas quelle heure il était lorsque la porte arrière s’ouvrit sur un groupe d’élèves de l’école de Poudlard. L’endroit rajeunit de plusieurs dizaines d’années et le pep’s qu’ils dégageaient réveilla tout le monde. L’homme tourna frénétiquement son alliance autour de son doigt tout en laissant vagabonder ses pensées d’une personne à l’autre. C’était leur jeu avec Claudia, lorsqu’ils s’asseyaient dans un bar, ils passaient leur temps à inventer la vie des clients sans les connaître. La jeune femme avait toujours des idées extravagantes qui donnaient le sourire à Andréas alors il s’amusait aux mêmes choses en imaginant la voix à l’accent Italien de sa défunte femme. Son attention fut attirée par l’arrivée d’un homme. Il fronça les sourcils, persuadé de l’avoir déjà vu quelque part sans savoir où exactement et avant qu’il ait pu prendre la décision de se lever pour aller lui parler, un homme poussa un hurlement et sortit en trombe des toilettes. « Y a... y a... y a un gosse dans les chiottes et il est... j'suis quasi sûr qu'il est mort. » Andréas fronça les sourcils et secoua la tête. Les ivrognes de nos jours. Le barman contourna une table et arriva à sa hauteur.  Il l’observa un moment avant de s’engouffrer dans les toilettes et d’en ressortir quelques secondes plus tard. « T’as déliré mon pauv’ vieux, c’est tout. » Pourtant l’homme tremblait de la tête aux pieds et il était plus blanc que sa chemise. Quelque chose l’avait terrifié c’était sûr. « Hé ! Pourquoi la porte est fermée ? » Un Serdaigle était en train de s’acharner sur ladite porte qui menait à l’arrière du bar. Le barman essaya à son tour, mais elle restait ostensiblement close. Il prit sa baguette et tenta tous les sorts possibles, mais au lieu de fonctionner, ils ricochaient lamentablement et allaient s’écraser contre les murs. Un second hurlement s’éleva, c’était une femme. Elle pointait quelque chose en haut des escaliers.

Andréas se leva et découvrit avec stupeur un jeune garçon aux cheveux flamboyants qui les pointait du doigt. « … C’est une plaisanterie… » Murmura Andréas.

476 mots en moins de deux heures ; + 280 points aux neutres


Δ I'm standing in the flames it’s a beautiful kind of pain
Revenir en haut Aller en bas
Allison Steadworthy
GRYFFINDOR
the braves lay here
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3040-we-are-young-so-let-s-s
Hominum revelio
⚡ Registration : 23/11/2013
⚡ Missives : 438
Britt Robertson
⚡ Fizwizbiz : 766
⚡ Âge du personnage : 16 ans
⚡ Nature du sang : Sang-mêlée
Okay, là, il faisait vraiment, vraiment froid. Allison frissonna pour la énième fois, et remonta un peu plus son écharpe aux couleurs de sa maison. Seuls ses yeux dépassaient, telles deux billes bleues et brillantes. Un courant d'air désagréable et glacial plaquait son épaisse cape contre son corps, et l'obligeait à rentrer la tête dans les épaules. Quelle idée elle avait eu, franchement, de sortir par ce temps. Mais, naïvement, elle s'était dit qu'une petite balade sur le Chemin de Traverse, qu'elle ne visitait, après tout, qu'une fois par an, serait une bonne idée, tant elle avait besoin de distraction. Elle détestait l'hiver, et elle comptait presque les jours jusqu'au retour des beaux jours. Les séances avec l'AD se passaient un peu mieux, mais elle était loin d'obtenir les résultats qu'on pourrait espérer d'une sorcière de son niveau. D'une manière générale, l'ambiance à Poudlard n'était pas à l'amusement, c'est pourquoi Allison avait choisie de rejoindre les quelques élèves qui sortaient aujourd'hui.
Mais au final, tout ce qu'elle avait tiré de cette sortie, c'est d'être littéralement gelée. Finalement, agacée et désireuse de se réchauffer, Allison rebroussa chemin, repoussant ses achats, et finit par franchir la porte du Chaudron Baveur. Aussitôt, la chaleur qui régnait dans la pièce lui fit un bien fou, et elle se détendit sensiblement, lâchant même un gris soupir de soulagement. L'endroit comptait quelques élèves de Poudlard, reconnaissables à leurs écharpes colorées, et d'autres sorciers, peut-êtres des habituées ou simplement des gens de passage. En dénouant son écharpe, Allison se dirigea vers le comptoir, avec l'intention de commander un chocolat chaud, et peut-être un petit en-cas.

« S'il-vous-plait... » commença-t-elle en se hissant sur un tabouret, ses pieds ne touchant pas le sol. « Est-ce que je pourrais avoir... » Un hurlement l'interrompit, la faisant sursauter par la même occasion. Tous les regards se tournèrent vers un homme qui sortait des toilettes, clamant qu'il avait aperçu un enfant mort dans les toilettes. Bien vite, le barman rétablit l'ordre en assurant qu'il n'y avait rien, ni personne, dans les toilettes. Allison roula des yeux, en songeant que l'alcool avait parfois de vilains effets sur les gens. Alors que le barman reprenait sa place derrière le comptoir, Allison reprit : « Excusez-moi, je voudrais... » mais une exclamation attira à nouveau l'attention de tous, poussant la barman à aller voir ce qui se passait, et Allison retint un juron, avant de pivoter sur son tabouret pour voir ce qui se passait.
L'un après l'autre, les sorciers rivalisèrent de talents pour jeter des sortilèges sur la porte, qui restait obstinément close. L'ambiance changea alors, subtilement, mais de façon notable. Des regards tendus et des mines légèrement effrayées rendaient l'atmosphère un tantinet angoissante, et des murmures parvinrent aux oreilles de la Gryffondor. Et si les événements horribles de Pré-au-Lard étaient sur le point de se reproduire.. ?

Allison déglutit, immobile sur son tabouret. Au moment où un nouvel hurlement faisait sursauter tout le monde, provoquant une vague de hoquets, l'adolescente s'agrippa au bord du comptoir, ses doigts gantés crispés autour du bois. Les regards s'étaient tournés vers les escaliers menant à l'étage, mais de là où elle se trouvait, Allison ne voyait pas ce qui semblait provoquer la stupeur et l'effroi des clients. Silencieusement, elle se laissa glisser en bas du tabouret, suivant les quelques sorciers qui se rapprochaient pour regarder en haut de l'escalier. L'enfant aux cheveux de feu, qui les désignait d'un doigt tendu, semblait irréel. « … C’est une plaisanterie… » murmura un homme à quelques pas d'elle, et Allison eut soudainement envie qu'il ne s'agisse que d'une blague, ou d'un malentendu. Parce qu'à en juger par l'extrême pâleur de l'enfant qui les dévisageait, et par tout ce que le monde sorcier avait traversé, cela ne présageait rien de bon. Secoués, les quelques élèves de Poudlard présents secouèrent une nouvelle fois la poignée de la porte pour sortir du pub. « C'est un fantôme ? » souffla Allison, sans s'adresser à personne en particulier.

665 mots ; + 30 points à Gryffondor


Things will get better
I promise
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Marc sortit de Gringotts dans un état d’énervement qui lui ressemblait peu. Il avait quitté la campagne depuis peu et ne risquait pas d’envier grand’monde avec son budget, mais ces gobelins étaient vraiment du genre à vouloir récupérer la moindre mornille. Quand on a le monopole des banques de tout le pays, on ne devrait pas avoir le droit d’être trop regardant sur les gens qui ouvrent un compte.

Le vent balayait la neige sur le Chemin de Traverse quand il franchit le pas de la porte, et la vision qu’il en eut ne l’enchantait guère. Il était déjà venu à l’époque, pour les baguettes, livres, robes et autres sorcelleries, mais, soit il était trop jeune, soit il n’était pas resté assez longtemps pour apprécier l’endroit. Il avait laissé sa moto du côté moldu, une vieille 125cc moldue, et il avait hâte de la retrouver, mais il avait encore une course à faire.

Il arpenta le Chemin vers la boutique de chaudrons : un des futs des Trois Balais fuyait, et il avait besoin de matériel pour le réparer. Il passa devant chez Ollivander et ne put s’empêcher de regarder à l’intérieur. Le marchand sans âge le vit, leva la main et, avec un petit sourire affectueux, le salua. Marc ne put s’empêcher de lui faire un grand sourire, presque enfantin, et de le saluer en retour. Toujours aussi bizarre ce vieillard, pensa-t-il avec son sourire toujours coincé sur un coin de sa bouche.

Une fois arrivé dans la boutique, il chercha immédiatement des yeux ce dont il avait besoin, mais, peut-être un réflexe de barman, il finit par embrasser la salle du regard. Il arrivait à capter beaucoup de choses en peu de temps, et il vit énormément de matériel dont il pourrait avoir besoin, et se promit de revenir une fois en avoir parler à la patronne pour qu’elle débloque le budget nécessaire.

En sortant, il était manifestement de moins mauvaise humeur qu’à l’arrivée, et dans le coin de son œil, une enseigne semblait lui rendre le même regard : LE CHAUDRON BAVEUR. Il en avait déjà entendu parlé, mais n’y était jamais allé. Mais sa moto lui manquait, et le trajet retour était long puisque la moto n’avait reçu aucune modification magique. Mais il pouvait bien prendre une petite bière, c’était d’un intérêt tout professionnel. Et pendant qu’il pensait, ces pas le menaient déjà devant la porte du bar. Bon … de dit-il.

Il ouvrit la porte et entra.

Il y avait du bruit, du monde, et des tireuses. Décidemment, le Chemin réservait bien des surprises, se dit-il en souriant.

- Y a... y a... y a un gosse dans les chiottes et il est... j'suis quasi sûr qu'il est mort.
- T’as déliré mon pauv’ vieux, c’est tout.
- Hé ! Pourquoi la porte est fermée

Marc n’avait même pas eu le temps de bouger de devant la porte que tout semblait s’accélérer autour de lui. Les gens jetaient des sorts, criaient. Jeunes ou adultes. Mais qui gère ce bordel ? se dit Marc.

- C’est une plaisanterie …
- C'est un fantôme ?
- Mais de quoi vous …

Marc ne finit pas sa phrase. Il avait suivi les regards vers le haut de l'escalier et en fut pétrifié. Que quelqu'un fasse quelque chose … Quelqu'un doit agir. Ne serait-ce que pour mettre les plus jeunes à l'abri. Mais Marc ne pouvait pas, il était incapable d'obéir à sa propre proposition, ni même capable de bouger …

582 mots - 48h après (mais j'ai pas un petit bonus parce que je suis sympa ? ^^)
Je suis pas sûr pour la mise en forme non plus ...
+ 30 points aux neutres.
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
Allison, Marc & Andréas

Second tour.

Et il est là, à vous dominer comme un conquérant du haut des escaliers. Il fait peur à voir. Le bar devient soudain très froid. Des volutes de fumée blanche sortent de votre nez et de votre bouche quand vous respirez. Vous commencez à trembler de froid en vous demandant ce que ces choses peuvent bien être. Il n’y a que les personnes s’intéressant au monde moldu qui peut avoir reconnu ce visage pâle. Il fait partie de ces enfants qui ont été enlevés en novembre dernier. Cinq ans tout au plus, mais ses yeux en montrent tellement plus. Un enfant qui fait froid dans le dos. Un enfant probablement mort vu la pâleur de sa peau. Si pour beaucoup la question du qui a pu faire ça à un petit garçon se pose, pour les autres l’instinct de survie s’est mis en route.

Un homme sort sa baguette et lance un sortilège au petit garçon. Il l’écarte d’un simple geste de la main. Il ricoche contre les murs pour finir par toucher une femme présente dans le bar. Elle s’envole et s’écrase contre un mur. Un ivrogne se réveille en sursaut et se met à hurler qu’il fait trop froid par ici. En se levant pour sortir, le petit garçon fait un léger mouvement du poignet et l’homme s’effondre, la nuque brisée. Maintenant, vous le savez, il ne rigole pas. Près de la porte, une petite fille apparaît et d’une même voix – une voix à vous glacer le sang – ils disent : Vous ne pouvez pas sortir. Nous avons faim. Faim ? Ce mot suffit à créer un mouvement de panique. Tout le monde se précipite vers la sortie, on vous bouscule, on vous pousse et les quelques élèves de Poudlard présents cèdent aux larmes et à la crainte de finir là comme il y a quelques mois.

Paniquez-vous ? Vous sentez-vous l’âme d’un héros en prenant les choses en main ? Ce qui est sûr c’est que ces choses ne vont pas vous laisser partir et le froid est  de plus en plus présent. Que faire ?

Les conditions.


Comme toujours, le minimum de mots est de 200 et le maximum de 1 000.

Chers marqués, ça va faire mal pour vous. Les symptômes vous rendent bien faibles tout d'un coup. Les enfants sont là, vous pouvez les voir. Vous pouvez en faire apparaître autant que vous voulez, mais ils ne peuvent pas vous toucher. Pas encore :jule:

Le second tour dure jusqu'au 10 mai 2014 inclus. Toute personne n'ayant pas posté aura son personnage éliminé de la course. Il est fortement recommandé de poster plusieurs fois dans le même tour histoire de rendre l'intrigue beaucoup plus intéressante.

Il n'y a pas d'ordre pour l'intrigue, vous postez quand vous en avez envie. Pour rendre le rp plus amusant, nous avons décidé de faire un nouveau barème.

— vous postez en 2h, vos points sont multipliés par 14.
— vous postez en 4h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en 6h, vos points sont multipliés par 10.
— vous postez en 8h, vos points sont multipliés par 8.
— vous postez en 10h, vos points sont multipliés par 6.
— vous postez en 12h, vos points sont multipliés par 4.
— vous postez en 14h, vos points sont multipliés par 2.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3068-andreas-father-of-drago
Hominum revelio
⚡ Registration : 08/12/2013
⚡ Missives : 533

⚡ Fizwizbiz : 1343
⚡ Âge du personnage : trente-quatre ans.
⚡ Nature du sang : né-moldu.
Si les suppositions allaient bon train, le gamin ne bougeait et ne semblait pas vouloir donner des réponses aux questions qu’on pouvait lui poser. Andréas songea que l’Angleterre avait bien changé depuis son départ et qu’au final la politique stricte des Chinois lui manquait. Au moins là-bas, il n’y avait pas d’enfant bizarre pour vous terroriser lorsque vous voulez simplement boire un verre ou un simple café. L’homme soupira et sursauta en voyant passer une femme dans les airs. Il se tourna vers la porte pour voir un sorcier blême, baguette à la main. Rassurant. Le sort semblait avoir ricoché. Ils étaient donc piégés à l’intérieur du bar avec une chose qui ressemblait à un enfant, mais qui agissait comme une créature sadique. Doublement rassurant. L’atmosphère se met à refroidir très soudainement. Dans un réflexe purement humain, il referma ses bras contre sa poitrine et laissa échapper une fumée blanche de sa bouche. Bien, le gamin avait la possibilité de modifier la température de la pièce, au moins il ne lui était pas venu à l’esprit de les faire rôtir. Ça n’aurait pas été beau à voir. Bien vite, Andréas ne sentit plus ses doigts et il dut prendre sur lui pour maitriser les tremblements qui parcouraient son corps. Non loin, un homme qui était dans le bar bien avant que l’ancien draconologue ne franchisse la porte se réveilla. Il se plaignit du froid… du moins, il hurla à qui voulait bien l’entendre qu’il avait froid. Vu la tête que tirait le petit garçon, ça l’embêtait qu’on lève la voix à ce point. Andréas le vit faire un mouvement du poignet et il entendit un craquement sinistre ainsi que la chute d’un corps. Il réprima une grimace de dégoût en comprenant que le gamin venait de tuer un pauvre ivrogne. Il entendit des exclamations de la part des autres sorciers et un gémissement d’horreur venant d’une élève de Serpentard qui se réfugia dans les bras d’un Serdaigle.

En plus du froid, ils allaient devoir côtoyer un cadavre maintenant. C’était probablement la meilleure journée du monde pour Andréas. Avec ironie. Comme pour dissuader d’autres tentatives d’évasion, une petite fille fit son apparition près de la porte. Elle était aussi flippante que le petit garçon. Vous ne pouvez pas sortir. Nous avons faim. Dirent-ils d’une même voix. Si Andréas en doutait, désormais il était plus sûr que jamais : il était en plein cauchemar. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer en Angleterre ? Si jamais il sortait vivant de toute cette histoire, il enverrait un hibou à Jayce pour qu’il lui raconte ce qu’il avait manqué. Sortant de ses pensées, il remarqua enfin le brouhaha incessant et le mouvement de foule dans le bar. Il comprit que la panique avait laissé place à tout calme possible. Même lui commençait à avoir peur de ce qu’il se passait autour d’eux. Faim. Il n’existait aucune créature prenant l’apparence d’un enfant qui se nourrissait de la chair humaine. A moins que le ministère n’ait laissé s’échapper une nouvelle espèce qu’ils avaient en expérimentation ? « Faut trouver un moyen de sortir d’ici ! » S’exclama une voix. « Ouais et finir comme ce pauvre Joe ? Non merci… » « Et tu veux faire quoi ? Qu’on reste là à mourir de froid et nous faire… bouffer par ces trucs ? »  « Non bien sûr que non ! » Andréas les laissa à leur discussion et il s’approcha du groupe d’élèves. Etrangement, c’était eux qui semblaient donner envie aux enfants vu les regards qu’ils leur lançaient. « Restez pas près de l’escalier. Venez avec nous. » Il les fit passer devant lui et sortit sa baguette de la poche de sa veste. On n’était jamais trop prudent.

624 mots en moins de deux heures ; + 420 points aux neutres.


Δ I'm standing in the flames it’s a beautiful kind of pain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Marc était tétanisé. Son esprit hurlait mais il était absolument incapable de bouger. Il se faisait bousculer par des gens qui couraient n'importe où mais ça ne changeait rien. Il savait qu'il aurait du avoir froid, mais il ne tremblait même pas, il était dans un tel état de choc que même les mouvements réflexes de son corps étaient désactivés.

Il vit l'enfant pâle contrer le sortilège lancé contre lui et briser la nuque d'un ivrogne dans une sorte de torpeur extatique. Cela ne pouvait pas être réel, c'était trop gros, trop absurde. De plus, si les enfants commençaient à tuer les ivrognes, Marc n'aurait plus qu'à remplacer ses tonneaux de bière par des cruchons de lait-fraise …

Marc sortit de sa torpeur grâce à cette pensée complètement absurde et hors de propos. Comme si son inconscient lui avait lancé une décharge pour qu'il puisse reprendre le contrôle. Il sentit avec surprise sa main droite trembler légèrement. C'était bon signe.
Vous ne pouvez pas sortir. Nous avons faim.
Marc tiqua. Pas de lait-fraise pour ces deux-là …
- Restez pas près de l’escalier. Venez avec nous.

Un "héros" s'était réveillé. Il avait, peut-être sans le savoir, annoncé à tout le monde que c'était à lui qu'il fallait se fier. Basiquement, il avait eu les couilles de dire "Prem's". Marc sortit sa baguette et se place à côté de lui, dos aux jeunes, tout en gardant les deux horreurs en vue.

Il fit une analyse rapide de la situation : les deux créatures parlaient d'une même voix, comme une sorte d'esprit de ruche. Si l'enfant du haut des escaliers (que Marc baptisa mentalement "Michel") pouvait renvoyer les sorts comme on chasse une mouche et briser des membres à main nue et sans contact, l'autre (qu'il appela "Géraldine") devait aussi en être capable. Conclusion : ne pas les attaquer.

L'air s'était refroidi : ces créatures devaient sûrement changer l'atmosphère en fonction de ce qui leur plaît. Une créature à moitié morte devrait effectivement préférer les environnements glacés. Conclusion : du feu peut-être ?

Les créatures ne semblaient pas vraiment vouloir se déplacer pour l'instant. Ils ne devaient pas encore avoir très très faim, ou bien ils attendaient de savoir qui servirait d'apéro. En tout cas, quand il s'agissait de foutre les jetons, ils étaient assez doués …

382 mots ; + 20 points aux neutres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3068-andreas-father-of-drago
Hominum revelio
⚡ Registration : 08/12/2013
⚡ Missives : 533

⚡ Fizwizbiz : 1343
⚡ Âge du personnage : trente-quatre ans.
⚡ Nature du sang : né-moldu.
Andréas sentit une présence à ses côtés lorsqu’il tourna légèrement la tête, il put apercevoir l’homme qu’il semblait connaître sans arriver à mettre un nom dessus. Il lui fit un vague sourire. « Bonjour, moi c’est Andréas et j’espère que tout ceci est une mauvaise blague parce que ça commence à devenir légèrement inquiétant. » Fit-il pour détendre l’atmosphère. Les deux enfants ne bougeaient pas et ne semblaient pas décider à bouger. Du moins, pas pour le moment. Andréas remarqua que la température avait encore baissé, si ces trucs ne venaient pas les manger avant, ils allaient tous mourir d’hypothermie. Les élèves de Poudlard ne méritaient pas ça, c’était que des gosses après tout. Andréas se mit à regretter les journées passées près des dragons et de leurs flammes. « Faut trouver un moyen pour que les gosses soient au chaud ou aient un minimum de chaleur pour les protéger… et vu les courageux hommes présents autant ne pas compter sur eux. Des idées ? » Andréas avisa quelques Gryffondors en se disant qu’ils allaient probablement tout faire pour protéger les autres. Il trouvait ça limite scandaleux de voir les autres adultes en train de soit pleurer comme des bébés soit rester dans leur coin en ne bougeant pas. En Chine, c’était totalement différent. Ne pas comparer la culture anglaise et chinoise, ça n’avait aucun rapport de toute façon. Andréas soupira en laissant s’échapper une fumée blanche de sa bouche. C’était l’horreur. Il se demandait s’il faisait aussi froid en Antarctique.

251 mots ; + 20 points aux neutres.


Δ I'm standing in the flames it’s a beautiful kind of pain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
- Bonjour, moi c’est Andréas et j’espère que tout ceci est une mauvaise blague parce que ça commence à devenir légèrement inquiétant.

Marc salua intérieurement la force de caractère qui permettait à cet homme de lancer des euphémismes pendant un moment pareil. Il avait l'air sûr de lui, et c'était toujours ça à quoi il pouvait s'accrocher. Car Marc, lui, n'en menait pas large.

- Faut trouver un moyen pour que les gosses soient au chaud ou aient un minimum de chaleur pour les protéger… et vu les courageux hommes présents autant ne pas compter sur eux. Des idées ?

Si tout ça n'était pas une blague, Michel et Géraldine, les deux horreurs, auraient commencé le carnage avant de laisser les pauvres gosses mourir de froid, pensa Marc. Pourtant, l'idée de réchauffer l'atmosphère n'était pas une mauvaise idée, ça pourrait éloigner les créatures et rendre l'apéro un poil plus agréable. Il fallait faire quelque chose, c'était évident, mais il n'était pas un guerrier.

- Et puis merde … dit-il à voix haute. Reculez !

Ce n'était pas vraiment utile, tout le monde était déjà le plus éloigné possible des enfants aux prétentions cannibales, mais il avait besoin de dire quelque chose, comme pour ponctuer son futur geste, pour gueuler un bon coup. Il pointa sa baguette sur le sol et y mis le feu, puis bougea son bras de sorte à faire un arc de cercle autour du groupe de gens apeurés. Il fit quand même attention à ne pas trop approcher les flammes des monstres : c'est de la défense, pas une attaque directe.

Marc tremblait de tout son corps. Pour l'instant, il était encore en vie. Il se tourna vers Andréas, lui tendit la main et, sans trop savoir pourquoi, il ne put s'empêcher de se présenter de la sorte :

- Marc, roi du barbeuc'

308 mots en moins de 2h ; + 280 points aux neutres.
Revenir en haut Aller en bas
Allison Steadworthy
GRYFFINDOR
the braves lay here
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t3040-we-are-young-so-let-s-s
Hominum revelio
⚡ Registration : 23/11/2013
⚡ Missives : 438
Britt Robertson
⚡ Fizwizbiz : 766
⚡ Âge du personnage : 16 ans
⚡ Nature du sang : Sang-mêlée
Pétrifiée par cette apparition aussi soudain qu'inexpliquée, Allison déglutit avec difficultés. A mesure que les clients présents dans le bar cédaient à la panique, elle-même sentait la peur lui nouer les entrailles. Le fait d'être enfermés, sans que la magie ne puisse ouvrir la porte, en compagnie d'une sorte de fantôme carrément flippant, c'était trop pour les personnes présentes. Un brouhaha grondait, ponctué de temps en temps par un petit cri aigu, et si personne ne réagissait, il y avait de fortes chances pour que la panique finisse par créer un mouvement de foule, et il y aurait alors des blessés.
Pourtant, elle n'arrivait pas à bouger. Si son esprit tentait d'analyser la situation, son corps avait tout simplement décidé de rester figé. Allison ignorait alors qu'ils étaient loin d'avoir tout vu. Un sortilège fusa, quelque part sur sa gauche, droit vers le fantôme qui ne chercha même pas à s'écarter.  En levant sa petite main blafarde, il dévie le sortilège, qui rebondit avant de percuter une femme de plein fouet, l'envoyant voler contre un mur. Des cris retentissent, et un homme, hurlant, s'effondre à son tour, son cou formant un angle absolument pas naturel, et signe certain qu'il est mort. « Vous ne pouvez pas sortir. » Allison fit volte-face, le cœur battant à tout rompre. Une nouvelle silhouette vient de faire son apparition, coupant toute retraite vers la sortie. Une fillette qui les dévisage du même regard démoniaque. « Nous avons faim. »

Pendant un moment, Allison eut peur de mourir, non pas des mains fantomatiques des créatures, mais piétinée par les clients qui s'étaient mis à courir en tout sens, cherchant un refuge quelconque dans l'immense salle du bar, fuyant la proximité des deux apparitions. Trop petite, trop menue, elle ne parvint pas à résister et fut ballottée dans un sens, puis dans l'autre, grimaçant alors qu'elle recevait des coups d'épaules et de coudes. Malgré elle, elle finit plaquée contre le comptoir, et se réfugia en dessous, à l'abri sous l'épais panneau de bois. « Restez pas près de l’escalier. Venez avec nous. » La voix autoritaire et calme attira immédiatement son attention malgré le bruit incessant des cris et des hoquets de frayeur, et Allison pivota sur elle-même, cherchant du regard l'homme qui entraînaient avec lui les quelques élèves de Poudlard pris au piège, et sans défenses puisque trop tétanisés pour réagir. L'adolescente se força à sortir sa baguette, malgré ses doigts engourdis par le froid qui s'intensifiait à mesure que les minutes passaient. Le contact du bois contre sa peau la rassura, étrangement, et elle serra les dents avant de sortir de sa cachette sous le comptoir, et de courir pour se réfugier derrière l'homme qui avait réunis les élèves dans un même recoin du bar, à l'abri du mouvement de foule et de la panique générale. « Moi c’est Andréas. » lança l'homme en question, sa propre baguette à la main. Allison lui jeta un rapide coup d’œil, ainsi qu'au second homme qui les avait rejoint, se plaçant entre les élèves et les deux fantômes.
A cet instant, Allison sut que sa mère aurait fait la même chose. L'ancienne Auror qu'elle était aurait mis en sécurité les plus faibles, et se serait portée garante de leur sécurité. Puis son esprit lui envoya l'image d'Hermione, et de tous les membres de l'AD, avec lesquels elle s’entraînaient presque quotidiennement depuis des mois. Malheureusement, aucun d'entre eux n'étaient présents avec elle aujourd'hui. Cependant, elle s'était entraînée, très dur, pour être capable de réagir à ce genre de situation. Ou du moins, pour essayer de ne pas rester les bras ballants, pétrifiée et incapable de bouger. Allison se força à avaler sa salive, ignorant la boule d'angoisse qui lui obstruait la gorge. Elle se força à se redresser, et affirma sa prise sur sa baguette. Elle ne céderait pas à la panique. Elle ne serait pas victime de ses peurs.

Le second homme venait d'enflammer le sol, formant un mur de flammes entre eux et les fantômes, et cette source de chaleur fut la bienvenue, tant l'air s'était refroidie entre les murs du pub. « Marc, roi du barbeuc'. » se présenta-t-il avec humour. Rassurée par la présence d'Andréas et de Marc, Allison se permit de détourner le regard des deux créatures, qu'elle n'avait pas lâché des yeux, craignant qu'ils n'attaquent à tout moment. « Est-ce... » Sa voix flancha et elle se racla la gorge. « Est-ce qu'on ne devrait pas avertir le château ? » demanda-t-elle d'une voix un peu plus forte mais néanmoins tremblante d'émotions.

760 mots ; + 30 points à Gryffondor


Things will get better
I promise
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

— INTRIGUE 4 : allison, marc & andréas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Intrigue #4 ; Truth & Death-