AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 — INTRIGUE N°4 : don't lie to me. (Hadrian, Uriel & Abygail)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
Hadrian, Uriel & Abygail

L'intro.


« Comment ça les Anglaises sont frigides ? » Des éclats de voix trahissaient le silence sensible du cinquième niveau du Ministère. Un jeune homme roux dépassait son aîné de vingt centimètres. L’œil vif, la bouche légèrement tremblante, il était prêt à en découdre avec ce petit français impertinent. « Tu m’as bien entendu p’tit ! Frigides ! Les Françaises sont comme une bouteille de champagne givrée. Glaciales à l’extérieur mais une fois qu’on les réchauffe bien...» Le petit homme trapu n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’il se trouva happé par le col. Ces derniers mots fort peu délicats avec la gente féminine moururent dans sa bouche à la langue un peu trop pendue. Une jeune femme aux cheveux blonds comme les blés et à l’accent à couper au couteau s’interposa entre les deux goujats. « Noundidiou ! C’est ainsi qu’on voit les Françaises ? Comme des piches ? Té... les anglais se permettent de nous donner des leçons alors qu’ils ne savent pas cuisiner ! Ça m’enfade ! » Un gros monsieur au teint pâle et à la moustache épaisse s’interposa face à la jeune femme. « My dear, bien sûr que nous savons festoyer ! Simplement, nous n’apprécions guère les... Frog Legs comme vous autres ! Ce ne sont que les sauvages qui...» L’homme enveloppé reçut un coup de canne sur la tête, l’arrêtant dans ses divagations et surtout mettant un terme à cet abominable accent british. « Comment ça elles sont pas bonnes nos cuisses de grenouilles ?! » Les insultes fusaient si vites que les rares sorciers de l’étage ne participant pas à la bagarre avaient du bien mal à séparer les belligérants.



La mise en situation.


Parce que les emmerdes appellent les emmerdes, plus rien ne va dans les couloirs du Ministère. Les ascenseurs magiques sont coincées, et il est impossible de passer de niveau en niveau. Hadrian, Uriel & Abygail se retrouvent donc coincés au cinquième niveau, celui de la coopération magique internationale. C’est à vous d’expliquer pourquoi ils sont ici !
N’oubliez pas que vos langues doivent fourcher !

Hadrian, Uriel, Abygail l'un de vous doit commencer le sujet.

Les conditions.


Comme toujours, le minimum de mots est de 200 et le maximum de 1 000.

C'est le premier tour ! Réfléchissez aux quatre secrets que vous allez faire éclater au grand jour, du plus insignifiant au plus grave ! Pour cet échauffement, n'hésitez pas à dire ce qui vous agace chez l'autre/les autres !

Le premier tour dure jusqu'au 28 avril 2014 inclus. Toute personne n'ayant pas posté aura son personnage éliminé de la course. Il est fortement recommandé de poster plusieurs fois dans le même tour histoire de rendre l'intrigue beaucoup plus intéressante.

Il n'y a pas d'ordre pour l'intrigue, vous postez quand vous en avez envie. Pour rendre le rp plus amusant, nous avons décidé de faire un nouveau barème.

— vous postez en 2h, vos points sont multipliés par 14.
— vous postez en 4h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en 6h, vos points sont multipliés par 10.
— vous postez en 8h, vos points sont multipliés par 8.
— vous postez en 10h, vos points sont multipliés par 6.
— vous postez en 12h, vos points sont multipliés par 4.
— vous postez en 14h, vos points sont multipliés par 2.
Revenir en haut Aller en bas
Abygail Chase
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t1088-abygail-there-are-t
Hominum revelio
⚡ Registration : 20/12/2011
⚡ Missives : 1152

⚡ Fizwizbiz : 1790
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : sang-pur
don't lie to me

Abygail tapotait du bout de sa plume sur son bureau en bois vieilli, dans la pièce qui servait de hall d'entrée au bureau d'Owen Edelstein, dont elle était l'assistante et secrétaire. La porte de son supérieur était fermée, et elle se demandait comment il faisait pour ne pas se lever en trombe et venir se plaindre. Pas d'elle, bien sûr. Elle, elle était toujours irréprochable. Mais plutôt du boucan qu'on pouvait entendre à travers la porte de leurs bureaux à tous les deux. Les couloirs de l'étage de la coopération magique internationale semblaient en proie à une manifestation, ou quelque chose du genre. Le temps d'un instant, la jeune héritière s'était demandée s'il s'agissait là d'une nouvelle action des résistants, mais c'était peu probable... Elle en aurait été informée, surtout si les choses étaient susceptibles d'arriver jusqu'au cinquième étage. En tapotant toujours un peu plus rapidement sur le bois, elle commença à voir pointer un début de mal de tête. La curiosité lui tordait les entrailles, mais elle ne devait pas se laisser déconcentrer. Son dossier et les derniers rendez-vous de son supérieur étaient plus importants que quelques idiots qui décidaient de faire la java dans les couloirs. Mais alors qu'elle était prête à se remettre à l'ouvrage, Edelstein ouvrit sa porte brutalement avec un air agacé sur le visage. « Mademoiselle Chase, je peux savoir pour quoi je vous paie ? Je suis au téléphone avec le ministre russe de la coopération magique, faîtes taire ces idiots qui osent faire un tel boucan. » Telle une sauterelle, la secrétaire bondit de son siège. « Oui monsieur Edelstein. » commença-t-elle avant de se retourner vers lui, les sourcils froncer. « Mais je dois vous rappeler que ce n'est pas par vous que je suis payée. » Sur ce, elle tourna les talons et se rendit dans le hall, fermant la porte derrière elle.

Ici, c'était le chaos. Abygail fut pris dans cet inévitable flash-back qui la ramena à Pré-au-Lard, quelques semaines auparavant, quand la folie avait pris tous les passants au point qu'ils se mettent à s'entre-tuer. Dans les couloirs et dans le hall, c'était comme si tout le monde était devenu fou. Elle vit Gedwyr attraper le col de Panderman et l'envoyer valser contre le mur. Sans compter le flot d'insanités qui sortait de la bouche de tous ses collègues de la coopération magique internationale, ainsi que de tous les sorciers présents sur place. Chase fronça une nouvelle fois les sourcils et vit Hadrian Wheland, qu'elle ne portait, bien évidemment, pas dans son cœur, mais qui semblait être la seule personne un minimum calme, au bout du couloir. « Monsieur Wheland? » cria-t-elle. Mais il ne se retourna pas. Soit il était sourd, soit il faisait exprès de l'ignorer. Ce serait bien son genre, pensa-t-elle, il est tellement snob et froid. Ce mec lui faisait froid dans le dos. « Monsieur WHELAND! » cria-t-elle encore plus fort, un air énervé sur le visage. Il tourna la tête vers elle. « Ah bah enfin! » Elle parvint à sa hauteur et croisa les bras devant sa poitrine. « Je peux savoir ce qui se passe ici, pourquoi vous n'avez pas éloigné tous ces brailleurs? » Il était réputé pour être un grand mangemort, un homme d'action, pourquoi n'avait-il pas déjà mis un terme à tout ça? Il restait silencieux, à observer la foule. Abygail leva les yeux au ciel. « ça vous brûlerait la langue de me répondre? Déjà que vous souriez jamais, vous pourriez vous montrer aimable pour une fois. » Elle eut envie de se flageller elle-même. Les mots étaient sortis tous seuls. Elle qui fayottait depuis des mois venait peut-être de ruiner sa réputation en l'espace de quelques secondes.

622 mots en moins de huit heures ; + 240 points à la résistance.





i was wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Mikhail Wheland
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2161-hadrian-je-suis-ton-pir
Hominum revelio
⚡ Registration : 16/02/2013
⚡ Missives : 509

⚡ Fizwizbiz : 1210
⚡ Âge du personnage : trente-six ans.
⚡ Nature du sang : pur.
« Faut que vous vous rendiez au niveau cinq monsieur. » Annonça un auror à son supérieur. Hadrian parut surpris. « Et je peux savoir pourquoi ? » L’autre haussa les épaules. « J’en sais rien, on m’a demandé de transmettre le message, j’ai pas cherché plus rien. » Hadrian siffla entre ses dents. « Pourquoi je ne suis même pas étonné… » L’auror lui jeta un regard noir et partit à son bureau. Le chef des Aurors se leva de son siège et prit la direction du niveau cinq. En chemin, il croisa plusieurs employés qui étaient en train de se mettre littéralement sur la gueule. Roy perdait-il le contrôle de son pouvoir ? Parce qu’à en juger les propos que tenaient les employés, c’était plus des vérités qui n’étaient pas bonnes à dire et à entendre. La journée risquait d’être longue. Très longue.

Hadrian pressa le bouton de l’ascenseur et s’engouffra à l’intérieur avec une dizaine de notes. Par chance il était seul, il n’avait pas spécialement envie de se retrouver avec des personnes qui risquaient de s’insulter pour n’importe quelle raison. Il aurait fait un massacre sinon. La voix annonça finalement le niveau cinq et là, il assista au plus pitoyable des spectacles. D’autres employés qui se tapaient dessus pour une histoire de… grenouilles ? Le chef des aurors fronça les sourcils en se disant qu’il y avait des gens vraiment stupides dans ce ministère et qu’un petit ménage ne pouvait pas faire du mal. « Monsieur Wheland? » Il soupira, la voix appartenait à l’héritière Chase. Il décida de l’ignorer une première fois, peut-être qu’elle partirait. « Monsieur WHELAND! » Loupé. Il finit par se tourner vers elle et haussa un sourcil en guise de questionnement. « Ah bah enfin! » Elle était furibonde et Hadrian se demandait bien pourquoi. « Je peux savoir ce qui se passe ici, pourquoi vous n'avez pas éloigné tous ces brailleurs? » L’homme marqua un temps d’arrêt. Pardon ? Depuis quand est-ce qu’elle se permettait de lui parler sur ce ton ? « ça vous brûlerait la langue de me répondre? Déjà que vous souriez jamais, vous pourriez vous montrer aimable pour une fois. » La main du mangemort fut agitée de tic nerveux. Il lui jeta un regard noir et la domina de toute sa hauteur. « Bien le bonjour à vous aussi, miss Chase. » Fit-il avec un sourire dangereux sur les lèvres. « Je viens d’arriver à votre étage parce qu’un de mes aurors m’a dit qu’on voulait que je sois ici. J’aimerai bien savoir pourquoi ? Votre chef désirait me voir peut-être ? » Il fut interrompu par un des employés projeté au sol. « Quant à… ça » Fit-il en désignant la scène. « Je pensais que votre chef devrait apprendre  à tenir un peu mieux son service parce qu’on ne peut pas dire que ce soit… un lieu propice au travail. » Il s’écarta de la jeune fille. « Et faites attention à votre attitude également. Votre manque de respect ne peut pas vous apporter que de bonnes  choses. » Et c’était clairement une menace pour elle.

523 mots ; + 30 points aux mangemorts


No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man behind blue eyes. No one knows what it's like to be hated, to be fated, to telling only lies. But my dreams, they aren't as empty as my conscience seems to be. I have hours, only lonely. My love is vengeance that's never free.
Revenir en haut Aller en bas
Abygail Chase
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t1088-abygail-there-are-t
Hominum revelio
⚡ Registration : 20/12/2011
⚡ Missives : 1152

⚡ Fizwizbiz : 1790
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : sang-pur
don't lie to me

Mais Hadrian Wheland gardait son flegme légendaire. Quand bien même cet homme pouvait perpétuer des horreurs et prendre des décisions à faire pâlir la majorité des sorciers... Rien ne semblait l'ébranler. Et même si Abygail pouvait lire dans ses yeux qu'il était piqué par son intervention inattendue, il ne fit rien de menaçant.  Bien le bonjour à vous aussi, miss Chase. » lança-t-il d'un air détaché mais qui ne pouvait être interprété que comme... Menaçant. Au moins il connaissait son nom, c'était déjà un début. Abygail pensa cependant qu'il se souvenait sûrement des noms quand ça l'arrangeait. Après tout, elle avait beau être la fille de deux illustres mangemorts, il n'avait sûrement pas fait attention à elle depuis qu'elle était employée ici. Enfin bon. Qu'attendait-il? Ils n'avaient pas le temps pour les formalités, il fallait faire quelque chose à propos de la situation. « Je viens d’arriver à votre étage parce qu’un de mes aurors m’a dit qu’on voulait que je sois ici. J’aimerai bien savoir pourquoi ? Votre chef désirait me voir peut-être ? Quant à… ça. Je pensais que votre chef devrait apprendre  à tenir un peu mieux son service parce qu’on ne peut pas dire que ce soit… un lieu propice au travail.Et faites attention à votre attitude également. Votre manque de respect ne peut pas vous apporter que de bonnes  choses. » Abygail leva les sourcils. Sa menace était totalement à prendre au sérieux mais elle ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. « Non, comme visiblement vous ne l'avez pas compris... Vous avez été appelé ici parce que c'est le chaos et que nous avions besoin de quelqu'un pour calmer les esprits. Vous êtes le chef des aurors, tout de même! » Elle se garda bien de lui dire qu'il était celui qui inspirait sûrement le plus la crainte après Caldwell dans cet établissement de malheur. « Et au cas où vous ne le sauriez pas, vous avez été appelé parce que, contrairement à mes supérieurs que vous osez critiquer ouvertement devant moi, vous n'avez rien d'autre à faire d'urgent là, tout de suite. » Elle croisa les bras devant la poitrine. « Monsieur Newgate, dois-je vous le rappeler, est en mission d'urgence aux émirats arabes unis pour régler une affaire des plus pressantes avec son collègue. Quant à son second, monsieur Edelstein, il est à ce moment même en plein milieu d'une entrevue des plus tendues. » Elle leva les bras comme si elle tentait de lui montrer l'évidence. « Vous n'avez pas le temps de lire les journaux, il faut croire. Ça fait trois semaines que ça fait les gros titres, le gouvernement allemand désapprouve notre politique et ce sont à de grands hommes comme eux de calmer le jeu et de trouver des compromis. Il font tout ça pour vous comme pour tous les citoyens de ce pays, je ne vous laisserai pas leur reprocher quoi que ce soit. » Wheland était pourtant un homme censé... Enfin, il était supposé être doté d'une grande intelligence. Parce que tout compte fait, ce n'était pas ce qu'Abygail appelait un homme censé. Pas ça, pas ce monstre qui se plaisait à tuer des innocents. Il était au cœur de la vermine qui tissait sa toile ici, dans les entrailles du pays. Bien sûr, elle se garderait bien de lui dire, bien que ça lui brûlait la langue. Elle en avait déjà assez dit pour qu'en plus il comprenne instantanément qu'elle n'adhérait pas au nouveau système du monde sorcier. « Bon allez, maintenant, je vous regarde. On dit que vous avez du sang sur les mains, que vous savez répandre la peine et la mort autour de vous. Êtes-vous capable de répandre le calme aussi bien ? » El il avait plutôt intérêt à faire vite, parce qu'Abygail devait absolument se remettre à son dossier.

640 mots en plus de 14 heures ; + 30 points à la résistance





i was wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Coincé dans cet ascenseur étriqué, Uriel se demandait si ça valait bien la peine qu'il vienne jusqu'au ministère pour la voir elle. Du temps où ses parents vivaient encore, Uriel avait espéré que tout cela aboutirait  un mariage un jour. Cela aurait été une grande victoire pour la famille Jones. Eux qui essayaient de purifier leur sang et de rectifier les erreurs de leurs ancêtre, un mariage avec une Chase paraissait trop beau pour être vrai. Ayant la bénédiction de ses parents, il avait courtisé la jeune femme, essayant d'entrer dans ses bonnes grâces, sans que cela ne porte réellement ses fruits malheureusement. Elle avait toujours gardé ses distances avec lui et après la mort de ses parents il n'avait plus eut l'occasion de la revoir. Il n'avait pas jugé bon de la brusquer pendant un temps, respectant son deuil. Aujourd'hui il pensait lui avoir laissé assez de temps et il espérait qu'elle accepterais de prendre un café avec lui, pour discuter un peu. Sans être bonne, leur relation n'était pas mauvaise. Du moins le pensait-il. Avec un tintement, les portes de l’ascenseur s'ouvrir enfin et Uriel en sortit, accompagné par tout un groupe de personnes. À cet étage  régnait un désordre sans nom. C'était comme si tout le monde avait décidé de se dire ses 4 vérités au même moment. Il entendait fuser des remarques désobligeantes, sur les tons les plus irrespectueux que l'on aurait pu imaginer sur un lieu de travail. Puis il la vit, aussi belle que toujours, mais plus énervée que jamais. Elle criait, agitant les bras comme si la pire des catastrophes était arrivée. Il s'approcha, traversant le tumulte avec son air éternellement calme.  « Bonjour Abygail, cela faisait bien longtemps que nous ne nous étions pas vu. » Finalement ce n'était peut être pas le moment idéal pour l'aborder, mais une fois qu'Uriel avait décidé de faire quelque chose il n'abandonnait pas si facilement.

320 mots en plus de 14h ; + 20 points aux mangemorts

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Abygail Chase
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t1088-abygail-there-are-t
Hominum revelio
⚡ Registration : 20/12/2011
⚡ Missives : 1152

⚡ Fizwizbiz : 1790
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : sang-pur
don't lie to me

Alors que la jeune femme attendait une quelconque réaction de la part du chef des aurors, un air snob assumé sur le visage, une surprise de taille fit son apparition. « Bonjour Abygail, cela faisait bien longtemps que nous ne nous étions pas vu. » L'héritière tourna la tête tout en espérant que l'appréhension que cette voix avait fait naître n'allait pas être confirmée. Mais c'était trop tard, déjà trop tard. Elle ne l'avait pas vu venir. Dommage, parce que si elle avait été informée de son arrivée, elle aurait pris soin de se trouver quelque chose de très urgent à faire, ou d'avoir un rendez-vous plus ou moins important à un autre étage. Décontenancée, elle resta silencieuse face au visage d'Uriel. Qu'allait-elle donc bien pouvoir lui dire? Il arrivait vraiment au mauvais moment, qui plus est. Hadrian Wheland semblait vraiment en colère contre elle désormais, alors elle n'avait pas besoin d'un souvenir de ses parents et de son enfance dorée en plus de ça. Pour le coup, ce n'était pas forcément la meilleure des choses pour elle d'être vue en compagnie du jeune Jones devant ce fidèle sbire de Caldwell. Elle n'avait pas vu Uriel depuis des siècles. D'aussi loin qu'elle se souvienne, leur dernière rencontre remontait aux obsèques de ses parents. Il était venu lui présenter des condoléances sincères et était venu au buffet organisé en leur honneur dans leur ancien manoir. Depuis ce moment, elle avait beaucoup évolué. Elle avait eu ses ASPIC, avait acheté son propre manoir à Charing Cross, laissant derrière elle celui de ses parents, vide, et elle était devenue une employée du ministère de la magie. Un long chemin parcouru. Abygail se demandait comment elle avait pu passer tout ce temps sans penser à lui. Après tout, ils passaient beaucoup de temps ensemble, à l'époque, quand ses parents étaient vivants. Bien sûr, la jeune femme avait toujours compris le but de ces rencontres, mais n'avait jamais joué le jeu, se contentant d'être polie et fidèle à la personne qu'elle était autrefois. Elle avait bien changé aujourd'hui. Et elle l'avait oublié. Sa mémoire était devenue sélective, et s'était fait un plaisir de placer Uriel Jones en dernière place dans ses priorités. Maintenant qu'il était là, elle était comme une idiote. Elle n'avait réfléchi à aucune stratégie. Bon, tant pis, il fallait qu'elle fasse quelque chose, maintenant, de toute manière, elle était coincée. « Uriel Jones » dit-elle, toujours prise de court par la surprise. « En effet, on peut dire ça, bien longtemps. » Elle posa le regard sur la scène autour d'elle. « Que.. Que faîtes-vous là? » Elle avait peur de la réponse à cette question, et espérait de tout son cœur qu'il soit venu régler une affaire aléatoire auprès d'un bureau du service. « Le moment n'est pas très bien choisi pour venir ici, comme vous pouvez le voir... » Ni pour revenir dans sa vie.

485 mots en moins de dix heures ; + 120 points à la résistance.

Spoiler:
 





i was wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
Hadrian, Uriel & Abygail

L'intro.


« Aguamenti ! » Le sortilège lancé venait de rétablir le silence  dans le département de la coopération magique internationale. Personne ne s’attendait à ce qu’un sorcier ne jette un sort aussi puissant, sur tous ses collègues. Jusque là, les rixes s’étaient cantonnées à des joutes verbales, des petits coups de coudes dans les côtes. Avec ce sort jeté, les esprits allaient s’échauffer davantage, et personne n’allait en sortir gagnant. Pourquoi se battaient-ils déjà ? Plus personne ne le savait vraiment. Les impervius étaient jetés à tout va alors que les sorciers continuaient à se mettre sur la tronche. « Chase attention ! » Un courant d’eau percuta violemment la jeune Abygail Chase qui, pour gagner un minimum d’équilibre, attrapa la chemise de Uriel Jones. Cependant, la force du jet d’eau fut si violent que les deux sorciers s’affaissèrent de tout leur long. « Miss Chase, c’est sur mon pantalon que vous tirez.» Sans raison, Abygail avait agrippé le bas du pantalon de Hadrian Wheland qui tentait, tant bien que mal, de le remonter pour éviter qu’il ne tombe à ses genoux.



La mise en situation.


N’avez-vous pas remarqué que les esprits commencent à s’échauffer dans tous les départements du Ministère ? Ne sentez-vous pas que tous les agents ministériels ressentent une profonde colère monter en eux ? Tout ceci ne peut être l’objet du hasard.  Vérité s’est invitée dans les couloirs du Ministère, et rien ne peut alors l’arrêter. Vos langues vont bientôt se délier, et laisser éclater dans le silence du Ministère vos secrets les plus enfouis. Vous ne pourrez lutter contre cette envie irrépressible de tout dévoiler. Vérité adore jouer.

Les conditions.


Comme toujours, le minimum de mots est de 200 et le maximum de 1 000.

C'est le deuxième tour ! Vous avez pris vos marques mais le plus amusant commence. Il est grand temps de laisser vos langues fourcher parce que Vérité a décidé de s’incruster au Ministère ! Vos secrets dévoilés au cours de ce deuxième tour doivent être assez «soft» pour garder le meilleur pour la fin :jule:

Le deuxième tour dure jusqu'au 10 mai 2014 inclus. Toute personne n'ayant pas posté aura son personnage éliminé de la course. Il est fortement recommandé de poster plusieurs fois dans le même tour histoire de rendre l'intrigue beaucoup plus intéressante.

Il n'y a pas d'ordre pour l'intrigue, vous postez quand vous en avez envie. Pour rendre le rp plus amusant, nous avons décidé de faire un nouveau barème.

— vous postez en 2h, vos points sont multipliés par 14.
— vous postez en 4h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en 6h, vos points sont multipliés par 10.
— vous postez en 8h, vos points sont multipliés par 8.
— vous postez en 10h, vos points sont multipliés par 6.
— vous postez en 12h, vos points sont multipliés par 4.
— vous postez en 14h, vos points sont multipliés par 2.
Revenir en haut Aller en bas
Mikhail Wheland
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2161-hadrian-je-suis-ton-pir
Hominum revelio
⚡ Registration : 16/02/2013
⚡ Missives : 509

⚡ Fizwizbiz : 1210
⚡ Âge du personnage : trente-six ans.
⚡ Nature du sang : pur.
Et la jeune fille enchaîna les remarques à son encontre. Il serra la mâchoire la toisant d’un air mauvais avec l’envie d’accrocher la Chase au crochet qui soutenait les panneaux d’affichage habituellement. Il n’avait plus autant envie de massacre depuis que Hailey était partie. « Je me fous pas mal de ce qu’il se passe en Allemagne ou d’une potentielle mésentente, si votre chef n’est pas capable d’entretenir de bonnes relations avec les pays, ça n’est pas mon problème. » Et c’était vrai. Peu importe ce qu’il pouvait se passer dans le monde sorcier, tant qu’il avait la possibilité de répandre le malheur autour de lui, ça lui allait. « Quant au calme à faire régner, ils n’ont pas perturbé le mien, je ne vois pas pourquoi j’interviendrai. Laissez-les se battre, vous ne pouvez pas comprendre les hommes et leurs besoins de tester leur testostérone. » Au contraire, les voir se battre ravissait le chef des Aurors. Ça lui rappelait les innombrables bagarres entre ses frères et lui. Hadrian toisait la jeune Chase avec amusement cette fois et leva la tête lorsqu’il vit arriver Uriel Jones. Il fronça les sourcils, que faisait-il au ministère ? Ça faisait des années qu’il ne l’avait pas vu. « Bonjour Abygail, cela faisait bien longtemps que nous ne nous étions pas vu. » Ah. Oh. Hadrian sourit d’un air mauvais. Abygail. « Bonjour Uriel. Content de te revoir au ministère. » Il joignit ses mains derrière son dos tout en le regardant d’un air insistant. « J’ignorais que tu connaissais Abygail Chase. » Fit-il avec un sourire mauvais. Peu importe ce que cela signifiait et peu importe le lien qui les unissait, il était prêt à révéler que Uriel Jones n’était pas l’homme le plus pieu de la terre. Pourquoi ? Il n’en savait rien, il n’était pas du genre à sortir des secrets pareils, mais ça l’amusait d’imaginer la réaction de l’héritière Chase. Il ouvrit la bouche pour continuer, mais fut interrompu par une masse d’eau puissante qui balaya Uriel et la jeune secrétaire d’un seul coup.

Le mangemort fusilla du regard les imbéciles qui se battaient un peu plus loin et sortit sa baguette, prêt à faire un carnage. Il fit un pas en avant et remarqua qu’il avait du mal à se déplacer. Il baissa les yeux et s’aperçut que Abygail Chase s’accrochait à son pantalon comme à une bouée. « Miss Chase, c’est sur mon pantalon que vous tirez.» Il la fusilla du regard avant de la faire lâcher prise en agitant brusquement sa jambe. Il ne prit pas la peine de la redresser et se dirigea à grand pas vers le bureau d’où venait le sort. « Quel est la triple buse qui s’est amusé à balancer ce sort à l’intérieur du bureau ? Va falloir expliquer à monsieur le Ministre pourquoi un étage se retrouve inondé par votre faute. Les règlements de compte se font à l’extérieur, pas ici surtout pour une raison aussi puérile. Je vous reprends à vous mettre sur la tronche et je m’occupe personnellement de vous. » Menaça-t-il. Il toisa chacun des occupants du bureau d’un air mauvais, prêt à leur sauter à la gorge si l’un d’eux répliquait. Il n’était vraiment pas d’humeur maintenant.

541 mots en moins de deux heures ; + 420 points aux mangemorts.


No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man behind blue eyes. No one knows what it's like to be hated, to be fated, to telling only lies. But my dreams, they aren't as empty as my conscience seems to be. I have hours, only lonely. My love is vengeance that's never free.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
La réaction de la jeune femme fut comme il le craignait : surprise, mais pas agréablement. Elle donnais l'impression qu'il était la dernière personne qu'elle ait souhaité voir en cet instant. Mais il ne pouvait pas tout à fait lui en vouloir étant donné la pagaille qui régnait. Il se demandait ce qui avait bien put déclencher toute cette agitation. Tout le monde semblait sur les nerfs. Certains avaient même sortit leurs baguettes, ce qui l'alarma quelque peu. « Uriel Jones. En effet, on peut dire ça, bien longtemps. Que.. Que faîtes-vous là? » « Je n'aime pas perdre de vue mes connaissances de longues date. Surtout lorsqu'il s'agit de quelqu'un d'aussi charmant que vous... » Ajouta-il sur un ton malicieux. La revoir après tant de temps avait quelque chose d'amusant. Comme si ce qu'il y avait entre eux restait encore à définir. Ils savaient tout les deux ce qu'il en était avant le décès de ses parents, mais depuis leur mort... Tout était resté en suspens. La jeune femme s'était certainement attendue à ne jamais le revoir, mais elle ignorait à quel point Uriel aimait jouer à ce genre de petits jeux. Il était manipulateur et calculateur. Il vivait sa vie comme on joue une partie d'échecs. Sa stratégie misait sur la sécurité. Il attendait toujours le bon moment avant d'agir. Finalement toute cette agitation pouvait lui être bénéfique. Plus qu'une surprise il la prenait véritablement au dépourvu. Sans doute avait-elle trop de choses auxquelles penser pour trouver une façon de l'éconduire poliment. « Le moment n'est pas très bien choisi pour venir ici, comme vous pouvez le voir... » Belle tentative, mais malheureusement insuffisante. Elle lui donnait même l'excuse parfaite pour avancer une de ses pièces. Serait-ce la tour ? Non, plutôt le cavalier. « C'est ce que je constate. Peut-être pourrions nous nous retrouver un autre jour pour prendre un café ? »

Mais peut être que le vacarme et l'agitation ambiante n'étaient pas tout à fait à l'avantage d'Uriel. Celui-ci n'avait absolument pas remarqué qui était la personne à qui la jeune femme était en train de parler. « Bonjour Uriel. Content de te revoir au ministère. » Le sorcier leva le regard, surpris, et croisa celui d'Hadrian Wheland. Après un moment d'hésitation il sourit d'un air entendu. « Hadrian ! Je ne t'avais pas vu. » « J’ignorais que tu connaissais Abygail Chase. » Le sourire qu'il lui rendit ne lui inspirait pas confiance, mais cet homme était comme ça. Pourtant, il y avait également quelque chose chez lui qui n'était pas comme d'habitude. Il semblait lui aussi irrité, peut être que l'ambiance générale des lieux avait finit par l'affecter. Et peut être qu'elle l'affectait lui aussi. Au départ il voulait s'abstenir de dire quoi que ce soit sur lui et Abygail, mais sans savoir pourquoi, une terrible envie d'exposer leur véritable lien lui vint. « Il se trouve que je connais Abygail depuis de longues années. Je m'excuse, j’ignorai avoir à rendre des comptes sur... » Malheureusement il ne put finir sa phrase. Un jet d'eau venait de les faucher. Sans savoir comment il se retrouva par terre, trempé, la jeune sorcière agrippée à lui. Il avait pu rêver en certaines occasions d'avoir la jeune femme ainsi près de lui... Mais il aurait préféré que cela se fasse autrement qu'après s'être pris de plein fouet un Aguamenti. Hadrian s'éloigna pour réprimender les personnes qui avaient été ce sort. Uriel pour sa part n'enviait pas du tout le sort de ces pauvres malheureux qui avaient affaire à lui. Il aida Abygail à se redresser et à se remettre debout. « Et bien... Je n'aurais jamais imaginé que nos retrouvailles se fassent dans de telles conditions... »

[621] + 30 points aux mangemorts.
Revenir en haut Aller en bas
Abygail Chase
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t1088-abygail-there-are-t
Hominum revelio
⚡ Registration : 20/12/2011
⚡ Missives : 1152

⚡ Fizwizbiz : 1790
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : sang-pur
don't lie to me

Décidément, Hadrian Wheland était bien aussi idiot et égoïste qu'elle l'avait toujours pensé. Après avoir montré une indifférence complète envers le travail de ses supérieurs, il se refusait à intervenir dans cette situation chaotique qui pourtant, nécessitait la poigne de quelqu'un qui avait de l'influence. Ces hommes puissants, décidément, étaient tous des cons. Les hommes et leur besoin de tester leur testostérone, il pouvait bien parler, lui, à parler comme un macho qui se délectait du spectacle désolant que les autres donnaient. Montrer qu'on n'en a rien à faire, se prendre pour quelqu'un de supérieur qui vaut mieux que ça, c'était tout aussi désolant, et franchement, elle lui aurait bien fait remarquer, si Uriel n'avait pas débarqué comme une fleur en plein milieu de leur conversation. Pourquoi tant d'événements fâcheux s'entrecroisaient-ils ? Abygail n'en avait aucune idée. Tout ce qu'elle savait, c'était que tout ça commençait à la mettre franchement en colère, et que bien qu'Uriel n'ait rien demandé, s'il s'obstinait à rester pour aujourd'hui, elle se ferait un plaisir de l'envoyer bouler. Mais pour l'instant, la jeune femme se contenta de lui faire remarquer que le moment n'était pas très bien choisi. « C'est ce que je constate. Peut-être pourrions nous nous retrouver un autre jour pour prendre un café ? » proposa alors le professeur d'arithmancie. La première réponse qui s'apprêtait à franchir les lèvres d'Abygail fut un non franc et massif, parce que non, elle n'avait vraiment pas envie de prendre un café avec lui, elle préférait autant rester toute une nuit sur des dossiers, à vrai dire. Mais elle n'eut pas le temps de le dire à Uriel, qui fut coupé par le retour de Hadrian Wheland dans toute sa splendeur. Abygail assista à une conversation des plus surprenantes entre les deux hommes... Visiblement, ils se connaissaient, et leurs relations n'avaient pas l'air d'être des plus agréables, à en juger le regard mauvais et presque... amusé de Wheland, qui semblait préparer un mauvais coup. Bon, il était peut-être temps qu'Abygail prétexte qu'elle avait un dossier urgent à finir, non ? « Il se trouve que je connais Abygail depuis de longues années. Je m'excuse, j’ignorai avoir à rendre des comptes sur... »

Aguamenti. Le sort avait jailli à la plus grande surprise de tout l'étage. Abygail vit la masse d'eau arriver vers elle sans savoir comment réagir. Inévitablement, l'eau vint la déséquilibrer, à tel point qu'elle fit une chose qu'elle allait franchement regretter par la suite : elle se cramponna à Uriel pour retrouver un peu de stabilité. Mais cette action spontanée ne l'aida pas beaucoup. Au lieu de ça, elle entraîna le professeur dans sa chute, et alors qu'elle avait l'impression que le monde tournait autour d'elle et qu'elle n'avait plus aucune notion de réalité, ses mains trouvèrent un point d'ancrage qui lui remit les yeux en face des trous. « Miss Chase, c’est sur mon pantalon que vous tirez.» La jeune employée releva des yeux surpris, et lâcha précipitemment le pantalon du chef des aurors. Bien sûr, de toutes les personnes à qui elle aurait pu se raccrocher, elle avait choisi Uriel Jones et Hadrian Wheland. Bravo Abygail, applaudissons. Tandis que le second s'éloigna pour enfin réagir, le premier aida la Chase à se redresser. « Et bien... Je n'aurais jamais imaginé que nos retrouvailles se fassent dans de telles conditions... » La jeune femme observa avec une tristesse infinie sa robe verte émeraude complètement trempée. Un morceau s'était même déchiré en se prenant dans ses talons. Journée merdique. Tout ça la mit encore davantage en colère. « Eh bien moi non plus, croyez-moi. » dit-elle d'un ton plus sec qu'elle ne l'aurait voulu. « et je dois vous dire que je ne pensais pas vous revoir avant un bon moment. » Autant dire que ne plus revoir son visage aurait été un soulagement infini. Il lui rappelait toute la pression que ses parents mettaient sur elle, toutes ces années pleines de secrets, à devoir dorer encore et encore le blason des Chase. Des années qui l'avaient épuisée et dont elle repoussait les souvenirs du mieux qu'elle pouvait. « Je suis même surprise que vous reveniez me voir, franchement. Vous étiez l'ami de mon père, pas le mien, dois-je vous le rappeler ? » Sans pouvoir se contrôler, elle ajouta : « Maintenant qu'il est mort, je ne pensais pas me retrouver de nouveau obligée de passer du temps avec vous... »

737 mots + 30 points à la résistance.





i was wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
Hadrian, Uriel & Abygail

Tour numéro 3.


Tu l’entends cette petite voix. Au début, ce n’est qu’un souffle qui s’infiltre dans tes oreilles. Tu te grattes l’oreille pour effacer l’effet chatouilleux de ce souffle. Puis, ça devient plus intense, plus consistant. Des mots commençaient à résonner dans ton esprit, et tu ne peux plus rien faire pour ne plus les entendre. Heure, Vérité, Soulagement. Tu tentes tant bien que mal de repousser ces mots au plus profond de ton esprit, mais la voix se fait de plus en plus sonore. De plus en plus invasive. Alors malgré tes craintes et tes appréhensions, tu tentes de déceler son message. C’est l’heure de Vérité. Le soulagement viendra d’une langue déliée. Quelle vérité ? Quelle soulagement ? Tu ne comprends pas, et tu secoues frénétiquement la tête pour ôter cette présence dérangeante de ton esprit. Tu ne peux pas. Elle reste là, et cette voix devient alors un sifflement. Tu en as marre de l’entendre, mais elle répète les mêmes mots. C’est l’heure de Vérité. Le soulagement viendra d’une langue déliée. Tu ne vas plus pouvoir tenir longtemps. Au départ, tu pensais que c’était un conseil. Son ton semblait si doux, si chaleureux que tu avais voulu l’écouter. Maintenant, cette voix sifflante comme un serpent te lance un peu partout dans la nuque. Tu ne vas plus tenir longtemps, tu sais que c’est l’heure. Oui, l’heure d’obéir à Vérité.

La mise en situation.


Chaque personnage entend cette petite voix déranger ses pensées. Il tente de lutter, mais il comprend bien qu'il est trop tard. Il a envie d'extirper tous ses secrets qui lui pourrissent la vie. On a beau dire que la vie est une succession de secrets, ces cachotteries, mensonges ou omissions pourrissent les petits bonheurs de la vie. Alors il est temps d'aider votre personnage à aller mieux, à dégueuler sa Vérité. À vous de jouer !

Les conditions.


Comme toujours, le minimum de mots est de 200 et le maximum de 1 000.

Certains d'entre vous ont commencé à avouer quelques petits secrets. Cependant, il est temps de passer à la vitesse supérieure. Le but est d'en avouer beaucoup, et ceux de votre choix. Si vous avez des doutes vis-à-vis de ce que vous voulez avouer, n'hésite pas à venir nous voir !

Le troisième tour dure jusqu'au 25 juin 2014 inclus. Toute personne n'ayant pas posté aura son personnage éliminé de la course. Il est fortement recommandé de poster plusieurs fois dans le même tour histoire de rendre l'intrigue beaucoup plus intéressante.

Il n'y a pas d'ordre pour l'intrigue, vous postez quand vous en avez envie. Pour rendre le rp plus amusant, nous avons décidé de faire un nouveau barème.

— vous postez en 2h, vos points sont multipliés par 14.
— vous postez en 4h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en 6h, vos points sont multipliés par 10.
— vous postez en 8h, vos points sont multipliés par 8.
— vous postez en 10h, vos points sont multipliés par 6.
— vous postez en 12h, vos points sont multipliés par 4.
— vous postez en 14h, vos points sont multipliés par 2.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
« Eh bien moi non plus, croyez-moi. Et je dois vous dire que je ne pensais pas vous revoir avant un bon moment. » Uriel fut choqué par la dureté du ton de sa voix. Lui aurait-il fait quelque chose pour qu'elle réagisse comme ça ? Certes il avait toujours su que la jeune femme ne l’appréciait pas tout à fait, mais il ne se doutait pas qu'il lui inspirait une telle animosité. Il avait toujours fait tout son possible pour se rendre agréable. Pour sa part il appréciait assez la jeune femme, au delà de se que représentait l'union de leurs deux familles. Elle était belle, mais elle était aussi brillante. Son intelligence l'attirait presque autant que son physique. Mais en cet instant là il était loin de la trouver belle. La colère qu'elle laissait transparaître déformait son visage d’ordinaire si doux en un masque emprunt du dégoût qu'il semblait lui inspirer. La douce jeune fille s'était transformée en une harpie. « Je suis même surprise que vous reveniez me voir, franchement. Vous étiez l'ami de mon père, pas le mien, dois-je vous le rappeler ? » Il leva les sourcils, prit de court par sa remarque. Ne l'avait-elle donc jamais apprécié ? Même pas un peu ? Il était évidement désormais que c'était tout le contraire. Pour la première fois elle laissait s'exprimer ce qu'elle ressentait réellement à son égard. « Maintenant qu'il est mort, je ne pensais pas me retrouver de nouveau obligée de passer du temps avec vous... » « Obligée ? » C'était donc ça la vérité. Il n'avait été qu'une obligation. Son père lui avait imposé leur relation. Ce n'était pas comme si c'était une surprise totale, il savait que c'était le père d'Abygail qui souhaitait leur union et que leurs rendez-vous étaient arrangés par lui. Mais il avait espéré qu'elle l'apprécie au moins un peu, du moins comme ami. « Je dois vous avouer que je n'avais pas envisagé cela sous cet angle. Sachez que je vous appréciait et j'ai fait mon possible pour être agréable mais apparemment vos préjugés sur mon compte compte plus pour vous que mes actions. » Ses mots étaient teintés d'une amertume naissante. Les paroles d'Abygail l'avaient dérangé, il devait le reconnaître. Après tout ces efforts tout était réduit à néant. Il n'avait qu'une envie, lui dire en face ce qu'il pensait d'elle. C'était plus fort que lui, comme si une force invisible le poussait à lui dire le fond de sa pensé. « Mais peut-être que dans le fond vous n'êtes qu'une traître à votre sang. » Les mots étaient sortis sans qu'il parvienne à les freiner. « Vous allez à l'encontre de tout ce que votre père avait mit des années à construire. On en aurait attendu un peu plus de l'héritière des Chase. C'est à cause de gens comme vous que les grandes familles de sorciers disparaissent. Sans doute finirez vous marié à un sang de bourbe. Mais, dans le cas où vous préféreriez un sang pur, alors vous vous rendrez compte que vous n'êtes pas si différente de moi. »

516 mots
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

— INTRIGUE N°4 : don't lie to me. (Hadrian, Uriel & Abygail)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Intrigue #4 ; Truth & Death-