AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 05 — MINI-INTRIGUE ϟ Le Bal Masqué du Ministère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
MINI-INTRIGUE ϟ Le Bal Masqué du Ministère

Vous avez sélectionné votre plus belle robe ou votre costume le plus cher. Vous avez sûrement passé de très longues minutes à décider du masque que vous allez porter. Des heures même pour certaines. Pour une fois, vous avez quitté le travail de bonne heure et vous vous êtes préparés minutieusement avant d'emprunter votre cheminée afin de vous rendre directement au Ministère de la Magie. L'atrium a été complètement modifié pour l'occasion. La fontaine a disparu afin d'offrir un immense espace de danse. Sur une estrade, l'orchestre a déjà commencé à jouer pour saluer les premiers arrivants. Une immense table recouverte de boissons et de plats colorés a été dressée en face des cheminées par lesquels les convives continuent d'arriver. D'immenses tentures noires et argent descendent du plafond et frôlent le sol, donnant l'impression d'offrir des espaces intimes pour discuter. L'atrium est devenu une véritable salle de bal en l'espace de quelques heures à peine, faisant presque oublier à tous les cadavres qui le décoraient il n'y a pas si longtemps que ça. Vous vous assurez une nouvelle fois que votre masque est bien mis en place et vous vous avancez dans la foule sous le regard de Roy Caldwell.
Le masque d'argent qui recouvre la moitié de son visage est digne d'un véritable travail d'orfèvre. Il porte un costume noir et argent, aux couleurs de la soirée. Il est le seul que vous pouvez reconnaître sans aucun mal parmi toutes les personnes présentes. Une flute entre les doigts, il observe la foule d'un œil de prédateur tout en échangeant quelques mots avec l'homme et la femme qui l'accompagnent, sûrement les Carrow. Le Roi observe sa cour, prêt à repérer les malheureux qui osent nier sa suprématie.

—————— ▲ ——————


Vous travaillez au Ministère et vous avez donc été invité par Roy Caldwell en personne. Accompagné des membres de votre famille qui ont pu venir, au bras de votre cavalier ou de votre cavalière, vous pénétrez dans l'atrium pour constater à quel point tout a changé. Que vous soyez complètement dans votre élément ou extrêmement mal à l'aise, vous voilà dans la gueule du lion. Heureusement, votre masque protège votre identité et personne ne sait vraiment qui est qui, à part la personne qui vous accompagne. Décrivez votre arrivée dans l'atrium et commencez à vous amuser ! Ou pas...

Comme précisé dans le post général, il n'y a pas d'ordre. L'event sera bloqué quand il y aura intervention du pnj. Vous pouvez poster de 200 mots minimum à 1 000 mots maximum, n'oubliez pas d'inscrire le nombre à la fin de vos réponses comme d'habitude. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à envoyer un mp à Ehren.

— vous postez en moins de 2h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en moins de 12h, vos points sont multipliés par 6.
— vous potez en moins de 24h, vos points sont multipliés par 2.

Pour les heures c'est par rapport au message de votre vdd, pas du message d'origine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Le bal masqué du ministère

Diane observa une dernière fois son reflet dans le miroir avant de sortir de sa salle de bain. Elle était vêtue d’une robe de soirée uniformément noire et avait choisit un masque -noir lui aussi- avec des bordures en or. Elle attrapa rapidement son sac à main et son masque qui trônaient sur le canapé avant de quitter son appartement. Ne possédant pas de cheminée chez elle, elle transplana dans une vieille habitation moldue désaffectée qu’elle utilisait pour se rendre au ministère.
Arrivée devant la masure, elle ajusta une dernière fois sa robe, mit son masque et pénétra dans la cheminée.

Lorsqu’elle atterrit enfin dans l’atrium, elle se surprit à lâcher un « whoah » d’émerveillement. Visiblement, être mangemort n'empêchait pas d’avoir du goût en matière de décoration. C’était bien simple, l’atrium était totalement méconnaissable. Exit la statue et les cadavres qui le décoraient il y avait encore quelques heures. On se croyait vraiment dans une salle de balle.
Observant les alentours à la recherche d’Alister, elle se rendit vite compte qu’elle était l’une des premières à être arrivée. Elle salua rapidement d’un bref signe de tête les quelques personnes présentes et se dirigea vers la table où se trouvaient les boissons.

Son verre en main, elle observa à nouveau les alentours pour essayer de voir si son cavalier arrivait mais il n’y avait aucun signe de lui. A croire que la ponctualité n’était pas son fort.
Au loin, elle aperçut le ministre flanqué d’un couple qu’elle ne parvenait pas à identifier. Elle leur fit un grand sourire avant de se retourner pour garder un oeil sur les cheminées d’où arrivait de plus en plus de monde.
La soirée pouvait commencer.

275 mots en moins de deux heures ; + 240 points aux neutres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Le bal masqué du ministère


Amelia passa un dernier coup de rouge sur ses lèvres et se contempla dans le miroir satisfaite. La jeune femme sourit en voyant son reflet. Parfait, vraiment parfait ! Un point narcissique ? Elle ? Bien sûr que non quelle idée ! Elle tourna sur elle-même et agita son corps au rythme de la musique qui raisonnait dans son appartement de Godric’s Hollow. Un groupe moldue passait à la radio, il fallait reconnaître que parfois ces personnes savaient y faire. La secrétaire s’était apprêtée pour cette soirée, elle avait tout préparé dans les moindres détails. Elle était vêtue d’une magnifique robe rouge sur laquelle était brodée de la dentelle noire, son corset mettait bien ses formes en valeurs, oui Amelia aimait faire sensation. Elle attrapa sa longue cape rouge et ramena sa capuche sur sa tête, elle laissa tomber sa chevelure flamboyante sur ses épaules et prit son masque rouge et noir parfaitement accordé à sa robe à la main. Lorsqu’ elle avait reçu l’invitation de cet idiot de Roy Caldwell  elle avait levé les yeux au ciel et jeté le carton d’invitation dans la poubelle. Elle ne voulait pas passer une soirée avec ces culs serrés du ministère, ce n’était pas son truc du tout. Malheureusement le patron en avait décidé autrement il l’avait regardé avec un sourire en coin et lui avait demandé de se rendre à ce bal afin d’exécuter une mission. Et quelle mission surveiller un membre du ministère qu’il soupçonnait d’être une taupe pour le compte de la résistance. Pourtant, il lui semblait qu’Ehren avait déjà testé la loyauté de cet homme. Amelia haussa les épaules, après tout ce Mihael Stigma était loin d’être repoussant, elle espérait juste qu’il ne soit pas aussi … coincé que ses collègues ? Le visage du blondinet lui revint en tête et un sourire étira à nouveau ses lèvres. Oui loin, vraiment loin d’être repoussant. Elle ne passerait peut-être pas une mauvaise soirée après tout. La rouquine attrapa sa baguette et la glissa doucement dans son porte jarretelle. Elle était enfin prête, elle jeta un dernier regard à son appartement et ouvrit la porte afin de se rendre chez Stigma. Par chance il habitait non loin de là, elle se pointa devant sa porte, respira un grand coup et sonna. Un léger bruit se fit entendre dans la maison et Amelia ne put s’empêcher de lâcher un petit rire amusé. La porte s’ouvrit enfin sur un Mihael vraiment classe, la jeune femme le scruta de la tête au pied puis un sourire en coin se figea sur son visage. « Oh charmant … Vraiment charmant… Vous êtes Monsieur Stigma c’est ça ? Bien ! Monsieur Eberhart m’a désignée comme étant votre cavalière. » Amelia entra dans la maison de Stigma en prenant soin de poser sa main sur son épaule, elle laissa glisser ses doigts sur le bras de Stigma et plongea son regard dans les yeux bleus du blondinet. « Monsieur Eberhart a du goût à ce que je vois. Et bien qu’attendez-vous pour m’emmener à ce fameux bal auquel nous allons tant nous amuser? » dit elle avec une pointe d’ironie. L’homme la dévisagea quelques secondes. Amelia, malgré son air détaché et dévergondé était une femme intelligente. Ehren ne l’avait pas choisi elle pour rien, il savait qu’elle était une vil manipulatrice quand elle le voulait et qu’aucun détail ne lui échapperai quand au comportement du blond. Il s’approcha doucement d’elle et la prit par le bras, la secrétaire lui accorda son plus beau sourire et le suivi jusqu’à la cheminée.

Ils se retrouvèrent bien vite au ministère, son regard se porta directement sur le premier ministre. Par merlin qu’est-ce qu’elle pouvait détestait cet homme. Puis la jeune femme scruta la pièce la décoration était magnifique, le ministre avait sorti le grand jeu ! Tentures noirs et argents, une immense piste de danse, un orchestre. Il n’avait pas fait les choses à moitié ! La salle se remplissait peu à peu des membres du ministère, tous cachés derrière leurs petits masques. Ils se sentaient vraiment protégés derrière ces vulgaires morceaux de cartons ? Elle leva à nouveau les yeux au ciel. Ils lui faisaient décidément tous pitiés, petites choses fragiles qu’ils étaient. Elle reporta alors son attention vers son cavalier qui lui aussi sondait la pièce. « Magnifique décoration n’est-ce pas ? Qui pourrait croire qu’un tas de cadavres se trouvait ici il y a peu de temps. » La jeune femme attrapa doucement le bras de Mihael et s’engouffra dans la foule. It’s time to play the game.

Amelia's color  [color=Peru]

762 mots; En moins de 12h. ; + 180 points aux mangemorts.


Dernière édition par Amelia J. Thorn le Mar 27 Aoû - 2:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ehren Eberhart
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/05/2013
⚡ Missives : 293

⚡ Fizwizbiz : 435
⚡ Âge du personnage : 40 ans.
⚡ Nature du sang : sang pur.
le bal masqué du ministère


Ehren détestait ce genre d’évènements. Devoir porter un costume dans lequel il ne serait pas libre de ses mouvements, donner l’impression qu’il était quelqu’un d’aimable et de sociable. Quant à cette idée de masque qu’avait eu le Ministre… Il ne préférait pas y penser. Il n’était pas fait pour ce genre de choses. Oh il se débrouillait très bien lorsqu’il s’agissait de faire croire qu’il était à l’aise dans ces assemblées d’idiots, mais cela ne l’empêchait pas d’avoir envie d’exploser à chaque fois. Hélas, il n’était pas question pour lui de ne pas y aller. Observer chaque faits et gestes de Caldwell et ses sbires faisait désormais partie de son quotidien et il se voyait mal passer à côté d’une telle soirée. Il avait parfaitement conscience des raisons pour lesquelles Roy avait décidé de l’organiser et il voulait lui faire comprendre qu’il était de son côté, même s’il ne rêvait que d’écraser sa tête contre son fichu bureau jusqu’à ce que son sang s’écoule de ses oreilles. Ehren laissa échapper un soupir et observa son reflet dans le miroir qui se dressait devant lui. Il avait enfilé un costume entièrement noir par-dessus une chemise blanche pour l’occasion. Sa cravate, noire également, était rayée en diagonale de fins liserés argentés. Il avait retaillé sa barbe de manière à ce qu’elle lui donne un air plus sophistiqué qu’homme des cavernes et c’était suffisant. Il s’empara du masque qu’il avait laissé sur son lit et sortit de sa chambre. Il descendit calmement les escaliers qui le menèrent dans le salon où se trouvait sa femme, occupée à lire. Cela faisait maintenant presque dix ans qu’elle ne daignait plus l’accompagner à ce genre de soirées et pour être honnête, il n’avait pas eu l’intention de l’inviter. Elle ne lui était d’aucune utilité et sa compagnie étant difficile à supporter, il préférait qu’elle reste ici.
De plus, Ehren avait d’autres plans que sa chère épouse pour ce soir. Il ne prit même pas le temps de la saluer et transplana directement devant l’habitation de Sacha. Il n’eut que quelques secondes à attendre après avoir sonné et la porte s’ouvrit enfin devant une jeune femme méconnaissable. Bien sûr, il avait toujours trouvé la Lindgren particulièrement… troublante, mais il avait pour habitude de la voir dans des vêtements pratiques, pour le travail ou comme la dernière fois, pour la traque. Il ne l’avait jamais vue dans une tenue comme celle qu’elle portait actuellement. Et il devait dire qu’il appréciait d’être celui qui la prendrait par le bras pour se rendre à ce bal, surtout dans cette robe-là. Presque malgré lui, un sourire se dessina sur ses lèvres et il ne se priva pas pour se délecter des courbes de la jeune femme d’un regard profond. « Bonsoir, » dit-il alors de sa voix rauque. « Tu es… époustouflante. » Ehren n’était pas vraiment le genre à vomir des compliments à tout bout de champ mais cette fois-ci, il devait bien admettre à voix haute que Sacha l’impressionnait. Il était plutôt content d’avoir décidé de l’inviter ce soir car de toute évidence, elle faisait une cavalière exemplaire.

Il se retourna légèrement et lui présenta son bras avec un léger sourire en coin. « Prête à partir ? » demanda-t-il avant d’attendre sa réponse pour transplaner dans une vieille maison abandonnée dont les employés se servaient pour prendre une cheminée en direction du Ministère. Ehren n’avait quitté le boulot que quelques heures plus tôt aussi fut-il assez impressionné en voyant à quel point l’atrium avait été modifié pour l’occasion. Les couleurs étaient intéressantes elles aussi et il fut surpris de se dire que finalement, Caldwell possédait peut-être un peu de goût. Il délaissa le bras de sa cavalière quelques instants afin de poser son masque sur son visage et de nouer les rubans noirs derrière son crâne afin qu’il tienne en place. Il recouvrait une bonne partie de son visage, ne laissant que sa bouche et son menton à découvert. Ehren l’avait pris entièrement noir et la matière avait un aspect métallisé qui lui correspondait plutôt bien. Ici et là, de très légers filaments argentés décoraient le masque de manière subtile et discrète. Il se doutait bien qu’il demeurait reconnaissable mais l’idée de porter ce masque et de pouvoir faire ce qu’il souhaitait avait quelque chose d’assez excitant, il fallait bien l’admettre. Un sourire aux lèvres, il jeta un coup d’œil à Sacha et lui proposa à nouveau son bras avant de s’exclamer d’un ton joyeux : « Alors, qui est qui, à ton avis ? » demanda-t-il en apercevant la crinière flamboyante de sa secrétaire, un peu plus loin.

771 mots en moins de 12h; + 180 points aux mangemorts.
ehren's color =#787746


dance with the deads
Graze the skin with my finger tips, the brush of dead cold flesh pacifies the means.  Dance with the dead in my dreams, listen to their hallowed screams. The dead have taken my soul. Temptation's lost all control. (⚡️) slayer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

masquerade, paper faces on parade

Elle n’en revenait toujours pas. Un timide sourire aux lèvres, Sacha se pencha une fois de plus vers le vieux miroir piqué, dangereusement en équilibre sur le manteau de sa vieille cheminée inactive, transformée pour l’occasion en coiffeuse pour les indispensables préparatifs qui s’imposaient à l’occasion du bal du ministère. Le bal du ministère. Elle n’en revenait toujours pas de s’y rendre en telle compagnie. Avec un soin extrême, elle appliqua une dernière couche de son rouge à lèvres pourpre comme le sang, balaya ses cils d’une ultime touche de mascara, épousseta ses sourcils d’un geste machinal et joua nerveusement avec ses boucles soyeuses en observant le résultat. Sacha nourrissait une passion pour la séduction et s’apprêtait toujours avec soin lorsqu’elle sortait le nez de son minuscule appartement, excepté pour les missions dangereuses. Mais ce soir, elle avait décidé de montrer une autre facette d’elle-même, celle qu’elle avait toujours masquée à son arrivée en Angleterre. Ce soir, elle révélerait la Lindgren, la fille de nobles aristocrates suédois, habituée des banquets huppés et des luxueuses parures. Ce n’était pas tous les soirs qu’on se rendait à un bal mondain à Londres, il fallait donc mettre le paquet. Toute fière et aventureuse qu’elle était, Sacha avait pris un plaisir inouï à se pomponner. Une semaine avant le bal, la jeune femme avait envoyé une chouette au manoir de ses parents en Suède afin qu’ils lui fassent suivre sa plus belle robe. Somptueuse mais tempétueuse, d’un rouge si foncé que les reflets en devenaient de jais, elle avait néanmoins bataillé pour y rentrer entière. Doux Merlin, heureusement que les femmes n’avaient plus à souffrir de ces atrocités toute la journée comme c’était le cas un siècle plus tôt. Finalement, un coup de baguette impérieux obligea les lacets de soie à se croiser dans son dos, avec une rapidité qui aurait battu les meilleures domestiques de l’époque victorienne. Ses poumons étaient légèrement obstrués et sa respiration rendue difficile par le corset, mais cela avait aussi ses avantages... Avec un sourire satisfait, Sacha arrangea la fine dentelle de son décolleté afin de mettre en valeur sa poitrine ronde, tout en restant fort descente. La vulgarité était exclue. Elle voulait être belle, ce soir, pas sexy, vraiment belle. A couper le souffle. Admirant son reflet, Sacha ne put réprimer un sourire ravi, jouer avec les pans de sa robe et trépigner secrètement d’impatience. Tandis qu’elle accrochait un collier d’or blanc et de rubis à son cou, elle sentit son estomac sautiller sous l’effet des papillons qui trahissaient aussi bien sa nervosité que son contentement. Elle n’avait jamais espéré une telle marque de considération de la part d’Ehren Eberhart. Elle se doutait qu’elle ne lui était pas désagréable, mais pensant qu’il irait au bras de son épouse, sa demande de l’accompagner au bal l’avait prise au dépourvu. Croisant son propre regard dans le miroir, son sourire se ternit quelque peu ; elle craignait néanmoins que ses espérances ne dépassent celles de son cavalier. Elle devait garder la tête sur les épaules, Ehren n’allait pas lui demander sa main. Soudain, quelques coups retentirent à sa porte. Tout de suite, elle s’affola, et d’un rapide coup de baguette, rangea son maquillage et ses vêtements traînant au sol. Elle avait passé toute la journée à mettre son appartement en ordre, sachant qu’il viendrait l’y chercher. Elle voulait faire bonne impression, car son chez elle étant petit et modeste (si humble en comparaison avec son rang que reflétait beaucoup mieux sa robe), elle éprouvait une légère honte à l’y recevoir. D’une main distraite, elle attrapa au passage son masque vénitien vermillon, aux contours rehaussés d’or et parsemé de notes de musique. Une vraie merveille.  Rapidement, elle glissa sa baguette dans son corset, au creux de ses seins. Une fois devant sa porte, elle prit une longue inspiration, toucha pour la énième fois ses cheveux et ouvrit, un sourire hésitant sur ses lèvres. « Bonsoir. Tu es… époustouflante. » Son coeur s’emballa, et elle dut lutter pour s’empêcher de rougir. Lentement, elle admira la tenue de son cavalier. Jamais elle n’aurait cru qu’il jouerait le jeu à fond. C’était un autre homme, noble, magnifique. Elle s’inclina avec une grâce qu’elle se refusait habituellement. « Je vous remercie, monsieur. Vous êtes une vision à vous tout seul. » Elle avait été tentée de le taquiner, mais s’était ravisée, certaine qu’il était déjà mal à l’aise dans cette tenue trop guindée. « Prête à partir ? » Elle acquiesça d’un signe de tête et entrelaça délicatement son bras autour du sien, écoutant le cliquetis de la serrure derrière elle.

Sa bouche s’entrouvrit sous l’effet de la surprise. Tandis qu’ils s’avançaient dans l’atrium, les couleurs, les sons, et les reflets semblaient fuser de partout. Caldwell avait fait fort, cette fois. La décoration était sobre et élégante, jouant des camaïeux de noirs et d’argent, l’orchestre s’échauffait déjà sur la scène, et les petits fours étaient tellement beaux que c’eût été un crime de les manger. Autant l’admettre, Sacha était bluffée. Sentant son bras s’alléger, elle se tourna vers Ehren, inquiète. Il ajustait son masque, un joli masque original qui reflétait bien sa personnalité. Elle fut tentée de l’aider à attacher les lanières noires, mais freina finalement son geste. C’était le geste d’une épouse. Détournant le visage, le rose lui montant aux joues, elle noua maladroitement les rubans de soie pourpre de son propre masque derrière ses larges boucles blondes. Puis, se retournant vers son cavalier, ils se dévisagèrent avec amusement, et leurs bras se retrouvèrent. « Alors, qui est qui, à ton avis ? » Sacha laissa échapper un petit rire. « Toujours à la chasse ? » Elle suivit le regard d’Ehren et découvrit Amelia, son impétueuse secrétaire. Son sourire s’assombrit lorsqu’elle découvrit que leurs robes étaient de la même teinte. Battant des cils, elle se ressaisit. Elle se demandait si Katherine serait présente ce soir. Mais qui pouvait y échapper ? Ses iris s’arrêtèrent alors sur Caldwell. Elle émit une petite pression le bras d’Ehren. « Mais ne serait-ce pas notre bon ministre ? »


995 mots en moins de 24 heures. ; + 60 points aux mangemorts.
Revenir en haut Aller en bas
Maxim Newton
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4314-maxim-improve-yourself-
Hominum revelio
⚡ Registration : 19/11/2011
⚡ Missives : 583

⚡ Fizwizbiz : 955
⚡ Âge du personnage : dix-neuf ans.
⚡ Nature du sang : pur

Surpris. C'était le mot qui était venu à l'esprit de Maxim lorsqu'il avait reçu le carton d'invitation pour un bal donné au ministère. Depuis quand Roy Caldwell faisait ce genre de chose ? Est-ce qu'il voulait apaiser les tensions naissantes au sein de son gouvernement ? Il croyait sincèrement que ça allait noyer le poisson ? Ce cher ministre devait être un brin naïf. Mais soit. Maxim avait envoyé la une de la Gazette du sorcier qui parlait de l'évènement à Gabriel et Sévan, il y avait peut-être quelque chose à faire de leur côté. Ce serait dommage que les membres de la résistance ne puissent pas en profiter eux aussi.

Le jeune homme ajusta sa chemise devant la glace de sa salle de bain puis sa cravate qu'il trouva mal nouée. Ça faisait une éternité qu'il n'avait pas enfilé un costume de ce genre. Il ne se sentait pas franchement à l'aise, mais il n'avait pas vraiment le choix. Il avisa pendant un quart de seconde l'horrible masque qu'il avait choisi. L'ensemble était noir et ressemblait un peu à un papillon, il cachait simplement ses yeux, rien de bien extraordinaire. Son regard dériva sur l'horloge de la cuisine et il jura entre ses dents en constatant à quel point il était en retard pour aller chercher sa cavalière. Il attrapa rapidement son masque et sa baguette qu'il rangea dans la manche de sa veste et sortit de son appartement. Il transplana à quelques rues de ministère et y trouva sa charmante cavalière. En voyant sa tenue, il se stoppa quelques secondes. Elle était magnifique. « Woaw. Magnifique. » Il lui sourit et lui tendit son bras. Ensemble, ils franchirent les derniers mètres et entrèrent dans la cabine téléphonique. Maxim composa le numéro magique et ils s’enfoncèrent dans les entrailles de la terre. L'atrium avait changé. Littéralement. Au diable la statue et les corps, bonjour magnifiques tentures, orchestre et buffet. Ce n'était plus le même endroit.

Ils s'avancèrent, Maxim montra son invitation et lorsqu'on lui demande qui l'accompagnait, il eut un sourire moqueur et posa son index sur sa bouche. « C'est justement ça qui est drôle dans un bal masqué, c'est qu'on ne sait pas qui est qui. » Il donna une tape sur l'épaule du gardien avant de se mettre à rire et d'entraîner sa cavalière un peu plus loin dans la salle. Par chance, Caldwell n'avait pas mis des gars trop parano à l'entrée...

Le jeune homme laissa passer un sifflement entre ses lèvres. Non, c'était magnifique. Les mangemorts avaient un don tout particulier pour préparer de bonnes réceptions. Ou alors c'était l'éducation sang pur qui faisait ça ? Il jeta un coup d’œil aux gens déjà présents pour essayer d'en reconnaître quelques uns. C'était pas évident. Il nota la chevelure flamboyante de la secrétaire de monsieur Eberhart, ça voulait dire qu'il n'était pas loin avec la sœur d'Aleksander. Du beau monde en somme. La soirée promettait.

490 mots (à une minute près xD) ; + 20 points à la résistance.


Spoiler:
 


refonte de la signature Heart
Revenir en haut Aller en bas
Mikhail Wheland
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2161-hadrian-je-suis-ton-pir
Hominum revelio
⚡ Registration : 16/02/2013
⚡ Missives : 509

⚡ Fizwizbiz : 1210
⚡ Âge du personnage : trente-six ans.
⚡ Nature du sang : pur.


Au départ, il ne voulait pas y aller. Il n'en avait pas eu envie. Voir tous ces abrutis lui donnaient la nausée et devoir écouter les discours merveilleusement chiants de Roy l'agaçait à l'avance. Il avait même prévu quelque chose ce soir-là puis en revoyant Hailey, il y a quelques jours, il s'était dit qu'elle avait besoin de sortir de Poudlard peut-être ? Alors il l'avait invitée sans réellement réfléchir aux conséquences. La jolie professeur avait accepté. Il savait qu'elle ne lui mettrait pas la honte comme aurait pu le faire Kastiel si jamais elle était encore en vie. Cette femme avait toujours eu le don pour faire l'intéressante. Parfois dans des moments où ça n'était pas nécessaire. Pour une fois, il n'allait pas être embarrassé et c'était tant mieux. La seule chose qui le chiffonnait c'était son costume. Habituellement, il en mettait un gris, mais ce dernier était foutu depuis qu'il s'était battu dans un bar alors qu'il le portait et qu'il s'était taché avec son propre sang. Hadrian avait fait les boutiques et en avait trouvé un noir, tout simple pourtant si inconfortable maintenant qu'il le réessayait chez lui à trois minutes du début du bal. Il râla pour la forme puis attrapa son masque. Un simple loup qu'il avait trouvé dans une boutique moldue de Londres. Roy et ses idées à la con, il le retenait. Par mesure de précaution, il rangea sa baguette dans sa veste et sortit de son appartement pour aller chercher sa cavalière. Il transplana jusqu'aux grilles de Poudlard où l'attendait la rouquine. Comme d'habitude, il la salua d'un sourire avant de lui tendre son bras pour qu'elle l'accompagne. Ils firent quelques pas avant qu'Hadrian glisse à l'oreille d'Hailey : « Tu es magnifique dans cette tenue. Tes étudiants ratent quelque chose là. » Il l'invita à se tenir à lui et ils transplanèrent jusqu'à l'entrée du Ministère.

La cabine téléphonique remontait à peine. Il tira la porte et laissa Hailey rentrer en première avant de s'y engouffrer à son tour. Il composa rapidement le numéro et ils descendirent lentement. Il espérait qu'il n'écrasait pas trop la professeur contre les vitres et qu'elle n'allait pas se retrouver avec une robe froissée. Lorsqu'ils touchèrent pied à terre, il s'excusa rapidement auprès de la jeune femme. Roy aurait pu prévoir un autre moyen pour entrer au Ministère.

Il bloqua pendant quelques secondes sur la nouvelle décoration de l'Atrium. Surprenant tout de même. Il sortit son masque et le mit sur ses yeux avant d'inviter Hailey à prendre son bras de nouveau et il l'entraîna parmi les invités. Hadrian constata rapidement que le fait de ne pas savoir qui il avait en face le gênait atrocement. Il ne savait jamais à qui il s'adressait. Inconsciemment, il referma un peu plus sa prise sur sa cavalière de peur de la perdre parmi la foule. « Quelle idée de porter des masques aussi. » Marmonna-t-il pour lui. Il baissa la tête sur la rouquine. « Tu veux boire quelque chose ? » Même si  les invités n'étaient pas tous présents, il fallait qu'ils profitent du buffet avant que tout le monde ait un petit creux ou une petite soif.

531 mots en moins de 2h ; + 360 points aux mangemorts.


No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man behind blue eyes. No one knows what it's like to be hated, to be fated, to telling only lies. But my dreams, they aren't as empty as my conscience seems to be. I have hours, only lonely. My love is vengeance that's never free.
Revenir en haut Aller en bas
Hailey J. Jeferson
TEACHERS&CIE
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2336-hailey-joy-jeferson
Hominum revelio
⚡ Registration : 18/05/2013
⚡ Missives : 2690
⚡ Fizwizbiz : 2772
⚡ Âge du personnage : 24 printemps.
⚡ Nature du sang : Sang-mêlé. Ses deux parents sont sorciers mais ses grands-parents maternels sont d'origine moldue.
Quand la compagnie créole se mêle à la fête !

Un bal. Mon dernier bal remontait à l’époque de Poudlard, à celui de dernière année. Alors un bal masqué... Mon cavalier ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable, je ne me souvenais même plus de son prénom. Ce soir, j’allais avoir un cavalier qui, pour sûr, ne me laisserait pas de marbre. Lorsqu’Hadrian m’avait proposé d’être sa cavalière pour le bal, je fus prise au dépourvu. Jamais, nous n’avions quitté notre petit chambre aux Trois Balais... alors nous exposer devant tout le Ministère, c’était un peu passer du coq à l’âne. Pourquoi j’avais bien vite compris la décontraction avec laquelle Hadrian m’avait proposé de participer à cette petite sauterie au Ministère. Le bal allait être masqué. « Au bal, au bal masqué, ohé, ohé.»  C’est bien le moment d’avoir la compagnie créole dans la tête... « Ell' danse, ell' danse, ell' danse au bal masqué.»  Pitié, cela ne faisait vraiment pas sérieux... Enfin, Roy Caldwell non plus n’avait pas étésérieux avec son idée de masques. Quel âge avaient les membres du ministère ? Onze ans, à moins que Caldwell ait un humour de merde, hypothèse à ne pas totalement exclure. Je commence à ne plus sentir mes orteils dans mes talons aiguilles lorsque je vois Hadrian apparaître. Son costume est élégant, je n’aurais au moins pas honte de mon cavalier ce soir. « Tu es magnifique dans cette tenue. Tes étudiants ratent quelque chose là. » Je lui adresse un sourire entendu. Ce n’était pas grand chose, simplement une petite robe que j’avais agrippée à la sortie de ma douche il y a dix minutes... Hailey ! Bon d’accord, j’avais bien mis deux heures avant de trouver la bonne robe pour ledit bal. Ni trop classique ni trop sexy, ni trop madame ni trop midinette... ce fut laborieux. Mon choix avait fini par se porter sur une robe noire ouverte jusqu’à mi-cuisse sur le côté, ainsi qu’un décolleté qui laissait apercevoir le début de ma poitrine. Ce n’était pas provocant, cela attirait à peine l’oeil. « Tu es très beau... habillé.» Je lui adresse un sourire entendu. Il fallait être honnête. J’avais rarement vu Hadrian habillé par autre chose qu’une serviette de toilette des Trois Balais.

Il serait temps que Caldwell fasse quelque chose pour l’entrée du ministère. Passer par les toilettes, ce n’est vraiment mais alors, vraiment pas glamour. La décoration de l’atrium ministériel me laissa quelques secondes sans voix. Roy Caldwell savait mettre les petits plats dans les grands. La fontaine avait disparu pour laisser place à d’immenses tables où étaient étalés à perte de vue des petits fours et des coupes de champagne. « Hadrian tu...» Les mots restèrent coincés dans ma gorge. Un loup... il avait fallu que son masque soit un putain de loup. Qu’ai-je fait à Merlin et à toute sa descendance pour qu’Hadrian choisisse ce masque ? Il y en a plein... Je ne sais pas moi ! Casanova, Napoléon, Joséphine, Colombine. L’éclat d’étonnement disparait dans mes yeux pour laisser place à un regard plus doux. Je met également mon propre masque avec des plumes noires et blanches qui partent vers le côté gauche. Hadrian me sert un peu trop fort le bras. Pourquoi est-il si inquiet ? Il ne semble pas dans son élément. Ne pas réussir à distinguer les personnes à qui l’on parle peut avoir un côté perturbant mais également... euphorisant. « Tu veux boire quelque chose ? » Je caressa sa main pour l’apaiser. Nous n’avions jamais eu de tels gestes de tendresse. Entre nous, c’est plus bestial moins niais. Je ressens le besoin de revenir sur un terrain qui nous est connu. « Une coupe de champagne s’il te plaît.» Normalement, je commence directement par le whisky pur feu, surtout celui du trois balais. Ce soir, je tente d’être une grande dame. Se pinter la gueule avec du whisky au ministère, c’est un très mauvais plan. Je me penche vers l’oreille d’Hadrian, mes plumes caressant son visage. « J’ai déjà vu ton loup...» Je respire plus facilement, nous sommes sur un terrain qui nous est plus connu, celui du jeu où tu m’allumes, je t’allume. Je lui adresse un clin d’oeil complice. Dans cette robe, je me sens étriquée. Je n’ai plus l’habitude de me faire si belle. Je regarde autour de moi. Les gens sont beaux, la lumière de leurs costumes scintille avec celle du haut lustre de l’atrium.  Fais-je tâche dans ce magnifique décor ? Je cherche des yeux une certaine personne. Es-tu ici Ethan ? Une magnifique chevelure blonde, un port de tête altier... je n’en vois pas. Les Kniteburry ne sont donc pas de sortie ? Mon attention se porte de nouveau sur Hadrian. Il n’a toujours pas l’air à l’aise. « Détends-toi Hadrian, ce n’est pas marqué sur ton masque qu’entre nous, ce n’est que du cul.» Je lui adresse un sourire coupable, le champagne n’a pas encore fait effet. Mon regard se perd parmi les convives. Le gratin du ministère doit se trouver à cette petite sauterie. J’espère que cela ne sera pas d’un ennui mortel, au pire, il reste le buffet. Les convives arrivent tous en même temps. Pourquoi Caldwell a-t-il voulu organiser ce bal, surtout après les évènements tragiques de ces dernières semaines ? Ell' ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé. D' danser, danser, danser, danser, danser... Oh non pas encore ça.

880 mots ; en moins de 2 heures. + 360 points pour les neutres.

Spoiler:
 


    lost in my life
    I try to start all over again. But they're still there to hold me back. Can they just let me live my life ? △ God, tell us the reason youth is wasted on the young. It's hunting season and the lambs are on the run. Searching for meaning. But are we all lost stars, trying to light up the dark?
    ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
le bal masqué du ministère



Son regard caressa le miroir une dernière fois, détaillant avec une affabilité nerveuse son reflet. Il remit à sa place une mèche de cheveux, fit mine d'épousseter une épaule. Il rajusta enfin le col de sa chemise, à moitié satisfait. Il était méconnaissable, rasé de frais, les cheveux coupés et coiffés, portant pour une fois des vêtements de bonne facture. C'était une chemise aux motifs alambiqués, provenant d'une méconnue maison de couture sorcière, dans les tons rouges et oranges, rehaussée par le costume cravate entièrement noir. Les motifs s'enroulaient et bougeaient sur le tissus, dans une spirale hypnotique et inattendue, s'arrêtant parfois pour reprendre aussitôt. Il darda sa montre d'un regard nerveux et grinça des dents en voyant qu'il était déjà en retard – il n'était pas vraiment le roi de la ponctualité. Un craquement de plancher plus tard, il était devant la porte de Daisy, y toquant à trois reprises, la mine atterrée, se flagellant mentalement de ne pas être arrivé à l'heure. Quelle honte, franchement ! Il craignait vraiment pour ce genre de choses. Enfin, la blonde apparut dans l'encadrement de la porte et il lui fallut cinq bonnes secondes avant de pouvoir parler : il avait la gorge serrée, les lèvres sèches. Il n'y a rien de tel que d'avoir une ravissante cavalière pour se sentir comme un moins que rien. « Euh, salut Daisy. Tu es... tu es très jolie. » balbutia-t-il avec maladresse, au terme de son long silence gênant. Il planta son regard dans le sien, un léger sourire timide se hissant sur ses lèvres. Ca lui faisait chaud au cœur – et aux joues – d'être accompagné par Daisy. C'était une jeune femme magnifique et puis, ils s'entendaient très bien – sans qu'il n'y ait eu aucune ambiguité entre eux jusqu'ici. A y réfléchir, Augustus n'était jamais allé à un bal avec une réelle cavalière, généralement un ou une amie, juste pour s'amuser et bien rire. Oh, c'était bien mieux ainsi. Il reste immobile un instant puis sursauta en lui proposant brusquement son bras avec son sourire bancal : « allons ? » proposa-t-il de sa petite voix timide. Elle glissa sa main sous son bras et, l'instant suivant, ils transplanaient et faisaient rapidement la queue jusqu'à la fameuse cabine téléphonique rougeâtre. Ils y entrèrent, et, arrivés à l'atrium, eurent un instant de flottement.

Augustus ne savait pas trop à quoi il s'attendait – peut-être des têtes d'agent-doubles sur des guirlandes, des cadavres comme piñatas ou des trucs morbides comme ça. Il s'attendaient vraiment à n'importe quoi – ou juste à rien, il ne savait trop – et voir l'atrium ainsi décoré et fondamentalement changé, l'arrêta un instant. Il glissa un regard vers Daisy. « Ca change des corps. » dit-il simplement, parlant peut-être de la fontaine ou bien des pendus. Finalement son visage s'éclaira alors qu'il sortait sa baguette de la poche de sa veste, l'agitant tandis que son masque apparaissait enfin sur son visage. Le masque lui dévorait les traits, les laissaient incertains, avec seul ses yeux anthracite, son nez et sa bouche pincée qui demeuraient. Les plastiques orangés se tordaient et mouvaient comme des flammes, les bouts enflammées renforçant l'impression qu'il allait se transformer en boule de feu sur la place. Le feu crépitant, heureusement inoffensif, inodore et ne dégageant aucune fumée, projetait une légère lumière sur son visage, donna à son sourire des accents dangereux. L'effet de mouvement perpétuel était renforcée par sa chemise, qui n'avait de cesse que de s'agiter sous sa veste. « Ne t'inquiète pas, ça ne brûle pas... normalement. » fit-il, ravi, à la jeune femme. Puis ses sourcils se arquèrent sous le masque, ses lèvres se tordirent d'inquiétude sur son visage. « Tu crois qu'on va devoir danser ? » demanda-t-il anxieusement, oubliant peut-être momentanément qu'en plus d'être masquée, la soirée était surtout un bal.


635 mots sous douze heures pour les mangemorts.; + 180 points.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

It's all a game, avoiding failure, when true
colors will bleed All in the name of misbehavior
and the things we don't need

Le bal du ministère… non mais sérieusement, Caldwell se faisait tant chier que ça pour organiser un bal masqué ? Et en quel honneur en plus ? Le retour du chef de la Résistance ? Autant lui payer un coup dans le bar du coin dans ce cas. Pourquoi en faire profiter tout le monde ? Ça n’avait aucune logique. Et quand Jedediah avait reçu le carton d’invitation, elle avait soupiré, si fort, que même Lynch présent dans le bureau à ce moment-là comprit qu’il ne devait absolument pas l’ouvrir. À la hâte, elle dut trouver un cavalier. Parce qu’évidemment, il en était hors de question qu’elle s’y pointe seule. Surtout si on devait y aller masquer. Tout ça était une vaste blague et elle avait râlé pour la forme, agacée.

« Caesar… on va être en retard ! » Son empressement dissimulait mal son manque d’enthousiasme à y aller. Non mais franchement, se retrouver entourer de ses collègues qu’elle voyait déjà tous les jours n’était pas suffisant ? Caesar avait accepté de l’accompagner, non sans rechigner et non sans une contre partie. Quel joueur ce Caesar n’est-ce pas ? D’ailleurs, lorsqu’il se montra à elle avec son costume, elle eut envie d’exploser de rire. « … c’est un bal masqué, pas costumé ! » Elle le vit se renfrogner, dépité. Elle le comprenait, il avait fait tellement d’efforts pour trouver ce costume. « Ces gens de la haute… tous des coincés. » Jedediah laissa échapper un petit rire amusé en mettant la touche finale à sa tenue. Lorsque Caesar revint, habillé de manière bien plus distinguée que précédemment, elle le trouvait… magnifique et élégant. « Je dois dire monsieur Podmore que ça sera un honneur d’être votre cavalière pour ce soir. » Elle lui tendit son masque en lui montrant par la même occasion le sien. « Je pense qu’on sera assortis comme ça, non ? » Elle lui sourit, simplement et enfila son gilet avant de quitter à son bras l’appartement.

Ça n’est qu’à l’entrée qu’elle dut donner son passe droit et son invitation pour pouvoir s’y engouffrer. Et qu’elle ne fut pas sa surprise de voir que l’atrium était débarrassé des corps et revêtait pour l’occasion un des décors les plus magnifiques au monde. « On voit où va l’argent du contribuable. » Murmures à peine audible, resserrant sa prise sur le bras de son cavalier par pure anxiété. « Désolé de t’infliger ça Caesar, mais la dette en échange que je te devrais est à la hauteur je pense. » Il n’avait pas tort de haïr ce genre de mondanité. Après tout, l’hypocrisie, même sous un masque se lisait parfaitement sur les visages qui les entouraient. Et une fois n’est pas coutume, ce soir n’échapperait pas à la règle. Mais elle s’en doutait, Caldwell ne l’avait pas organisé par hasard, il avait forcément quelque chose – ou une idée – derrière la tête pour se permettre une extravagance pareil. Et ça ne présageait rien de bon. La nuit promettait d’être longue, très longue.
• 505 mots en moins de deux heures (pour les neutres) ; + 360 points.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

Welcome to the Masquerade
welcome to the grand bal.


Qu’est-ce qui lui avait bien pris de se rendre à ce bal masqué ? Qu’est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête pour qu’elle envisage de s’y rendre et, qu’en plus de cela, elle propose à Ronald de l’y accompagner ? Non vraiment, parfois, Delilah aurait juré qu’une autre personne prenait ses décisions à sa place ; en un sens, imaginer être déchargée de toute responsabilité était plutôt réconfortant, surtout si la soirée tournait au désastre. Parce qu’après tout, il y avait mille et une raisons pour que ce soir finisse mal : tout d’abord, le simple fait que cela ait lieu au Ministère de la Magie, sous l’œil attentif de Caldwell. Sans oublier le fait que Wheland serait sans doute présent lui aussi. A la simple pensée de se retrouver en face de son regard de glace, ou sous celui du Ministre, elle sentit les poils de sa nuque se hérisser. Ces hommes la mettaient terriblement mal à l’aise. Pourquoi, pourquoi par Merlin avait-elle proposé à Ron de venir ? Maintenant, elle ne pouvait plus se défiler. Elle ne pouvait pas le laisser seul là-bas. Lui poser un lapin étant complètement inenvisageable, il ne restait plus à la jeune femme de se préparer et de ne plus penser à ses Némésis qui hanteraient les lieux. Au besoin, elle savait qu’elle pourrait compter sur son cavalier pour se distraire – peut-être trouverait-elle d’autres alliés ce soir, même si elle craignait qu’elle ne puisse pas tous les reconnaître avec leurs masques.

Delilah étant une éternelle insatisfaite – elle préférait le terme de perfectionniste – il lui fallut plusieurs jours avant de trouver la tenue idéale. Pour une fois, elle ne trouvait plus rien à redire face au reflet qu’elle entrevoyait dans le miroir minuscule de sa salle de bain. Effectuant une dernière retouche sur ses lèvres, elle veilla à ce que son mascara soit bien sec avant d’enfiler avec précaution son loup-papillon. Nouant les fines lanières de cuir juste au niveau de son chignon, elle ajusta les coins et jeta un coup d’œil au reflet. Pour cette soirée particulière, elle avait décidé d’aborder un blanc trompeur, qui renforcerait l’image de l’innocente touriste qu’elle était censée être. De nombreuses touches argentées rehaussaient les contours de sa tenue, de son masque jusqu’à sa robe longue. Un fin filigrane d’un gris plus sombre avait été cousu sur le tissu de son loup. C’était étonnant à quel point ses yeux semblaient plus grands, plus brillants avec cet accessoire. Avec son maquillage assorti, Delilah se surprenait à être plutôt satisfaite de ses choix. Ronald était plus grand qu’elle, elle avait opté pour des escarpins dont les fins talons la grandissaient du poignée de centimètres. Sept, très exactement. Fort heureusement pour elle, elle savait parfaitement marcher avec et ne finirait pas par se ridiculiser en trébuchant sur l’ourlet de sa robe ou en se tordant la cheville. Aussitôt, à cette pensée saugrenue, une montée d’adrénaline accéléra le rythme cardiaque de la Canadienne. Et si elle trébuchait effectivement ? Et si elle s’étalait de tout son long face à ses propres collègues ? Son masque ne suffirait pas à dissimuler son identité si elle commettait ce genre de bévue. Delilah se força à plus de calme. Rien de tout cela n’arriverait. Elle n’était pas une gamine qui se laissait méconduire par ses sentiments trop envahissants. Elle savait comment se comporter. Cela faisait bien deux ans qu’elle évoluait dans ce milieu et qu’elle avait son propre masque… En porter un de plus, ce n’était pas la chose la plus difficile à faire.

Juste avant de transplaner, elle glissa sa baguette dans la pochette blanche qu’elle avait choisie et ensorcelée la veille pour qu’elle puisse contenir toutes sortes d’objets utiles. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, la jeune femme se tenait au beau milieu du hall du Ministère revisité pour l’occasion. Sans l’imposante fontaine, la salle paraissait encore plus immense qu’elle ne l’était déjà. Sur une estrade, un orchestre s’était déjà mis à jouer. Son regard brun s’attarda sur les longues tables et les tentures noires et argent, qui étaient apparemment les couleurs de ce bal masqué. Au moins, elle en portait une sur deux. A voir l’ardeur que le Ministre avait mis à changer l’aspect du hall, elle aurait pratiquement pu oublier les corps et toutes les immondes choses qu’elle savait au sujet des Mangemorts. Mais qu’importe la décoration, c’était toujours en ce lieu que ses parents avaient été tués ; cette simple pensée l’aida à remettre de l’ordre dans ses pensées et à recouvrer une partie de son sang-froid habituel. Par la suite, son attention fut presque attirée par un trio de silhouettes et une, en particulier, qui sirotait une flûte de champagne en dévisageant l’assemblée. Caldwell était reconnaissable entre tous, que ça soit à cause de sa prestance, du dégoût qu’il lui inspirait ou de son costume. Elle garda les yeux rivés sur lui encore quelques instants avant de s’ébrouer mentalement et de s’avancer vers l’une des tables où elle s’empara d’une flûte pleine que lui tendait un serveur. Elle n’avait pas l’intention de se soûler au champagne, mais avoir les mains prises l’empêchait de se poser trop de questions. Sa pochette coincée sous son bras, ses ongles pianotant sur le pied en cristal du récipient, elle jetta un nouveau coup d’œil autour d’elle dans l’espoir de repérer quelqu’un qu’elle connaissait. Des blondes, des brunes, des rousses. Des blonds, des bruns, et aucun roux qui ne l’intéressait. Avec ce déguisement, elle ne parvenait pas à reconnaître clairement ses collègues. Ne serait-ce pas Maxim, là-bas ? Elle plissa les yeux, mais une femme dans une somptueuse robe rouge lui fit perdre de vue l’homme. Delilah se résigna bien vite à attendre que son cavalier fasse son apparition. Au fur et à mesure que les secondes passaient, une tension toute naturelle s’installa en elle. Où était-il ? Parviendrait-il à la reconnaître ? Pour la première fois de la soirée, elle eut un sourire amusé. Il la reconnaîtrait, elle le savait.

998 mots. ; + 30 points aux neutres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

▽ Extravagant, quand le diable est sur la scène.



U
n bal masqué, en voilà une idée qu'elle est bonne pour observer, flairer et dans une double mesure, capturer et abattre, si nécessaire. Caldwell était un amateur de battue, la chasse a bout portant, le tire a vue. Pas étonnant me direz vous, un lion de cette trempe ne se déplace pas pour croquer un bout de chaire. Évidement, pour lui la plus part des participants n'étaient que de vulgaires amuses gueules, tant bien même certain, plus coriace que d'autres, s'étaient présentés a lui sans baisser les yeux.  Tout le monde, ou presque, savait que le ministre visé plus haut que de simples traîtres habitants sous son toit. Mais la méfiance était au goût du jour, personne ne s'était véritablement jeté sur les petits plats et les coupes de champagnes. Tout le monde en tenait une fermement, mais personne encore n'avait eu l'envie d'y tremper les lèvres. Le sourire des uns et les grimaces des autres laissaient a croire qu'une bien malsaine tension reposée ici bas, dans cet endroit transformé en coup de baguette magique. Plus de cadavres, plus de sang, plus de peur virevoltante, juste la douce mélodie d'une valse qu'une fois encore personne ne s'était prit la peine d'essayé de quelques pas de danse. Edgard, qui était entré, bras dessus, bras dessous avec la délicieuse Lilith Stark, était vêtu d'un habituel costard blanc ivoire à deux boutons, surpiqure blanc sur col, avec un gorge très élégant  dont il avait prit soin d'ajuster et d'accompagner d'une cravate bleue. Dans tout ce noir, il ne passait pas inaperçu, mais a quoi bon s'en soucier, Newgate est et restera toujours l’excentrisme même, tant bien même son costume n'avait rien exceptionnel et d'original il était la petite tache, le presque vilain petit canard.

Le chef de département se baissa légèrement, n'ayant pas a plier les genoux pour atteindre l'oreille de la demoiselle et vint lui chuchoter un compliment sur sa robe qu'il trouvait tout simplement magnifique. Un véritable chef d’œuvre de couture. Une robe, se disait-il, qui pouvait faire jalouser toutes les dames de cette soirée. En dehors du fait que cette soirée s'annoncée drôlement venimeuse et sans aucun doute, explosive, pour rappeler les récents événements lié au ministère. Caldwell menacerait-il une ou deux proies parmi ces pingouins masqués ? Le ministre en personne accompagné de ses fidèles, montreraient leur puissance au yeux de tous pour faire imploser définitivement toute la part de doute qui régné en maître depuis son élection ? Ou au contraire, joueraient-ils la fine patte en faisant frémir moustaches et griffes dans des rires faussés ? Maquilleraient-ils tous leur intention dans un assaut ? Une chose est sûre, ce qui planait dans cette salle, en oubliant les cadavres qui avant gisaient, peut-être, sous ses pieds, l'ambiance était simplement frétillante de nervosité. Tous se regardaient, se pensant a l’abri derrière leur masque de fer d'un air septique. Qui était avec qui ? Qui était dangereux, qui ne l'était pas ? Toutes sortes de questions malheureusement sans réponses survolées la foule, enveloppant tout ce joli monde dans une couche tendue d'animosité. Edgard pouvait le sentir, sur sa droite, qu'un homme, venu seul, était contracté a même le sourire. Ses yeux cachaient sous un masque noir n'arrivait pas a déguiser son impétueuse envie d'agir. Le Newgate se pencha une fois de plus vers Lilith : « Je sens que la danse risque d'être « endiablé » ce soir. »


© by lizzou

568 mots ; + 180 points aux neutres (en moins de 12h)
— vous postez en moins de 2h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en moins de 12h, vos points sont multipliés par 6.
— vous potez en moins de 24h, vos points sont multipliés par 2.

Pour les heures c'est par rapport au message de votre vdd, pas du message d'origine.
Merci de le marquer à chaque fin de réponse en même temps que le nombre de mots !



Revenir en haut Aller en bas
Abygail Chase
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t1088-abygail-there-are-t
Hominum revelio
⚡ Registration : 20/12/2011
⚡ Missives : 1152

⚡ Fizwizbiz : 1790
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : sang-pur
le bal du ministère


Préparer un bal n'était pas une mince affaire quand on s'appelait Abygail Bailey Chase. Bien sûr, la jeune femme avait eu l'occasion de faire de nombreuses réceptions, et ce depuis qu'elle était toute jeune, mais ce bal-là, non, il avait quelque chose de différent. Peut-être était-ce le contexte, peut-être était-ce le comité d'organisation, ou peut-être que c'était seulement elle, qui avait changé, et qui considérait avec beaucoup plus de sérieux qu'à la normale la réception de ce soir. Quand elle avait reçu le carton d'invitation, elle avait réagi comme tout agent-double de la résistance travaillant au ministère était susceptible de réagir : avec un méfiance extrême. Roy Caldwell avait durci sa politique depuis qu'il avait découvert que des taupes travaillant pour le camp d'Etherington s'étaient infiltrées dans SON fief. Depuis quelques temps désormais, il était impossible d'aller au ministère de la magie sans les voir, les cadavres des agent-doubles qu'il avait réussi à coincer. Dans des circonstances différentes, Abygail aurait sûrement trouvé l'acte horrible, mais il n'aurait pas eu une grande résonance pour elle. Mais depuis qu'elle était entrée à son tour au service de la résistance, il lui était difficile de garder son sang-froid, de rester indifférente à ce massacre, à ces meurtres perpétués sans scrupules. Bien entendu, la reine des glaces continuait son petit numéro, celui de la parfaite petite pro-mangemort, qui ne cherche qu'à monter en grade quitte à écraser les autres. L'ambition avait toujours été l'une de ses plus grandes qualités, et elle la sauvait très régulièrement depuis quelques temps. Faire abstraction des horreurs et se concentrer sur la montée de l'échelle, c'était son plus grand atout, avec sa capacité incroyable à mentir comme elle respirait. Elle avait donc décidé d'aborder cette soirée comme le moyen de retrouver des personnes qu'elle appréciait, de passer une bonne soirée avec eux, mais aussi de rencontrer les grands de ce monde, qui pourraient éventuellement lui être utiles dans le futur. Quand on voulait devenir ministre de la magie, ou grande politicienne, il fallait savoir se faire son réseau le plus tôt possible, et bien que les personnes qui pourraient l'aider à gravir des échelons la dégoûtaient plus qu'autre chose, elle s'efforçait de voir ce qui brillait, au fond, tout au fond : la victoire. Elle l'aurait un jour, mais il fallait travailler pour en arriver là, et elle était prête à ça depuis qu'elle avait été en mesure de poser un pied devant l'autre.

Après avoir passé deux bonnes heures à se préparer en compagnie de Poopie, sa gouvernante, et de son elfe de maison, Maïa, elle était enfin prête. Sa robe noire, courte et près du corps, mettait en valeur sa silhouette, et ses cheveux, relevés sur sa nuque et accessoirisés de bijoux d'une valeur inestimable, étaient à eux seuls la preuve qu'elle ne venait pas de n'importe quelle famille. C'est le sourire aux lèvres et le coeur battant qu'elle quitta le manoir Chase pour s'enfoncer dans les rues londoniennes. Il faisait nuit noire, et son manteau d'hiver noir ne la réchauffait pas tant que ça. Le point de rendez-vous était quelque peu spécial, pour une jeune femme comme elle, mais elle s'en accommodait, puisque de toute manière, elle n'avait pas vraiment le choix. « Plutôt classe. » fit-elle d'un air impressionné quand son cavalier s'avança vers elle, brisant le rideau que l'ombre créait devant lui quelques secondes plus tôt. « On y va ? » demanda-t-elle en souriant, et voyant que le jeune homme était tout aussi partant qu'elle, elle mit son masque en place, comme une professionnelle. Ils ne leur fallut pas bien longtemps pour arriver au ministère. La cabine téléphonique semblait presque les attendre. Quand les deux jeunes gens entrèrent dans l'atrium, après avoir passé le rang des aurors et surveillants de l'entrée sans le moindre problème, ce fut la surprise. Les corps avaient disparu, et à la place, tout rayonnait, entre le noir et l'argent. Tout était simplement magnifique. Tout en subtilité, en sophistication. Très Abygail Chase, même, si elle pouvait se permettre de penser ainsi. Elle se promit de trouver, à un moment dans la soirée, l'occasion de demander qui avait réalisé les décors, puisqu'elle avait encore quelques pièces à rénover chez elle... Et la personne qui avait fait cela semblait être sur la même longueur d'ondes qu'elle. Dans la salle, les visages étaient tous méconnaissables, les masques cachant les identités, les expressions... Mais Abygail n'eut pas de mal à reconnaître la silhouette de cet idiot d'Augustus Lynch. Elle préféra l'ignorer, parce que ça valait mieux pour lui. Plus loin, elle reconnut Maxim, il était sublime dans son costume, et elle ne se garderait pas de le lui faire remarquer. La soirée ne faisait que commencer, et pourtant, déjà, Abygail savait qu'elle n'allait pas l'oublier de si tôt.

794 mots en plus de 24 heures ; + 30 points à la résistance.





i was wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
MINI-INTRIGUE ϟ Le Bal Masqué du Ministère

La musique s'interrompt doucement et les murmures se taisent tandis que les regard se tournent vers l'estrade où Roy Caldwell vient de monter. Du moins il doit s'agir de lui. Son regard balaye la foule et il esquisse un sourire sous son masque avant de lever les bras afin d'attirer l'attention des convives. « Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, commence-t-il d'un ton presque enjoué qui ne lui ressemble pas vraiment. Je suis ravis de vous voir tous réunis ici ce soir, bien que je ne sois pas en mesure de tous vous reconnaître. A part peut-être vous, Miss Thorn. » De légers rires parcourent l'assistance, en effet, le tempérament de feu de la jeune femme se reconnaissait clairement à sa robe éclatante et sa chevelure incroyable. Roy reprend son sérieux et poursuit d'un ton plus calme : « Si je vous ai tous rassemblés ici ce soir, c'est bien évidemment dans le but de célébrer la reconstruction du Ministère qui s'est achevée il y a quelques jours seulement. Mais aussi pour rendre hommage aux collègues qui nous ont quittés lors du tremblement de terre. » Il se tait, un silence respectueux accueille ses paroles. « De terribles drames secouent notre communauté, mais nous saurons rester forts face à la menace. Sachez que c'est ensemble, unis et solidaires que nous triompherons des terroristes qui tentent de nous nuire. Nous ne devons pas craindre leurs tentatives désespérées de nous faire du mal car quoi qu'il arrive, le gouvernement saura rester fort face à ceux qui prônent le désordre et le chaos. » Ses paroles sont claires, la menace perceptible. Ceux qui savent quelque chose doivent parler, il n'y a pas de place pour les traîtres et les menteurs, c'est ce que Roy souhaite, une fois de plus, faire comprendre à tous.  « Je vous souhaite à tous et à toutes une excellente soirée. » D'un signe de la main, il fait signe à l'orchestre de reprendre. La musique est plus vive qu'auparavant. Des couples se forment au centre de la piste de danse et Roy les rejoint, la main d'Alecto délicatement posée sur son bras.

—————— ▲ ——————


Vous n'êtes pas stupides, vous avez bien compris ce qui se cache derrière les paroles de Roy. Qu'importe ce qu'elles vous inspirent, l'heure est à la danse ! Les couples se rassemblent, prêts à valser. Ceux qui n'ont pas de cavalier ou de cavalière se retrouvent eux aussi invités par des inconnus - ou peut-être un collègue méconnaissable ? - car ce soir, personne ne restera seul. Alliés et ennemis se mélangent encore une fois, tous prêts à jouer le jeu proposé par monsieur le Ministre.

Comme précisé dans le post général, il n'y a pas d'ordre. L'event sera bloqué quand il y aura intervention du pnj. Vous pouvez poster de 200 mots minimum à 1 000 mots maximum, n'oubliez pas d'inscrire le nombre à la fin de vos réponses comme d'habitude. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à envoyer un mp à Ehren.

— vous postez en moins de 2h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en moins de 12h, vos points sont multipliés par 6.
— vous potez en moins de 24h, vos points sont multipliés par 2.

Pour les heures c'est par rapport au message de votre vdd, pas du message d'origine.
Revenir en haut Aller en bas
Maxim Newton
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4314-maxim-improve-yourself-
Hominum revelio
⚡ Registration : 19/11/2011
⚡ Missives : 583

⚡ Fizwizbiz : 955
⚡ Âge du personnage : dix-neuf ans.
⚡ Nature du sang : pur

La musique jouée par l'orchestre ne cessait d'inquiéter Maxim. Il était nerveux et n'arrêtait pas de se demander si c'était une bonne idée d'être venu. Il y avait trop de mangemorts à son goût, trop de danger potentiel. N'avait-il pas dit qu'il devait se tenir loin de tout ça ? Il lui fallut trois minutes exactement pour se rendre compte qu'il n'y avait plus de musique. Il redressa la tête pour observer le monstre. La position qu'il avait semblait vouloir dire je suis supérieur à vous, craignez-moi. Maxim n'aimait pas ça. Et s'il reconnaissait certain d'entre eux vu d'en haut ? En plus il n'était pas seul. Les deux personnes avec lui devaient être les Carrow. Maxim sentit son estomac se nouer, il avait un mauvais pressentiment. Dans un réflexe purement protecteur il rapprocha un peu plus sa cavalière de lui. Je suis ravis de vous voir tous réunis ici ce soir, bien que je ne sois pas en mesure de tous vous reconnaître. A part peut-être vous, Miss Thorn. » Rire. Simple sourire amer sur les lèvres du jeune stagiaire. Tu parles s'il ne reconnaissait personne. « Si je vous ai tous rassemblés ici ce soir, c'est bien évidemment dans le but de célébrer la reconstruction du Ministère qui s'est achevée il y a quelques jours seulement. Mais aussi pour rendre hommage aux collègues qui nous ont quittés lors du tremblement de terre. » Le tremblement de terre. Ça remonte un peu à loin ça, Roy.  « De terribles drames secouent notre communauté, mais nous saurons rester forts face à la menace. Sachez que c'est ensemble, unis et solidaires que nous triompherons des terroristes qui tentent de nous nuire. Nous ne devons pas craindre leurs tentatives désespérées de nous faire du mal car quoi qu'il arrive, le gouvernement saura rester fort face à ceux qui prônent le désordre et le chaos. » Le mot ''terroriste'' dérangea Maxim. Caldwell était arrivé à son but. Savait-il seulement le nombre de famille qu'il pouvait détruire en désignant les enfants comme étant  des dangereux criminels ? Il soupira. Et cette menace à peine voilée. Comme si ça allait impressionner la résistance. Comme si ça allait les impressionner. Dans le fond, Gabriel comme les autres savaient que le ministre commençait à avoir peur et quand on a peur, c'est à ce moment-là qu'on fait des erreurs. « Je vous souhaite à tous et à toutes une excellente soirée. » Des applaudissements. La musique. « Et lui aussi va passer une bonne soirée. » C'était un simple murmure destiné à sa compagne qu'il entraîna jusqu'au buffet. Oui, une excellente soirée même.

438 mots ; + 20 points à la résistance.


Spoiler:
 


refonte de la signature Heart
Revenir en haut Aller en bas
Mikhail Wheland
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2161-hadrian-je-suis-ton-pir
Hominum revelio
⚡ Registration : 16/02/2013
⚡ Missives : 509

⚡ Fizwizbiz : 1210
⚡ Âge du personnage : trente-six ans.
⚡ Nature du sang : pur.


Hadrian n'entendait pas ce que lui disait Hailey. Il était à des kilomètres de cette salle. Ses sens avaient repris le dessus comme un animal apeuré. Ce bal. Roy. L'orchestre. Les gens. Il avait l'impression de devenir fou. Ses tripes lui disaient de faire gaffe. Et si ses tripes se trompaient ? Hailey se faisait lointaine. Tout se faisait lointain. Habituellement, il adorait ce genre de manifestation, amoureux de la dépravation, de l'alcool à foison et des jolies femmes, il n'aurait probablement pas rechigné. Une jolie soirée, des gens costumés. Non, pas cette fois. « Si j'avais su... j'aurai mieux fait de rester chez moi avec ma bouteille. » grommela-t-il dans sa barbe. Il se détacha de la jeune femme qui lui avait réclamé un verre de champagne quelques minutes plus tôt il lui semblait puis se dirigea vers le buffet. Il toisa le jeune homme qui faisait le service. Un grand blond aux yeux marrons. Pour peu, il l'aurait pris pour le fils Malefoy. Heureusement qu'il avait remarqué la couleur sinon il aurait été capable d'agir de façon impulsive et tuer le pauvre jeune. « Une coupe de champagne et un verre de whisky pur feu avec deux glaçons. » Le jeune hocha la tête et lui prépara sa commande. Quelques minutes plus tard, Hadrian retrouva Hailey et lui tendit sa coupe. « Santé ? » Il cogna légèrement le verre avant de prendre une première gorgée du liquide ambré. La musique s'arrêta et Roy commença son discours. Toujours le même blabla, les mêmes menaces voilées, il ne changerait jamais. Hadrian l'écouta à peine bien trop occupé à scruter la foule, essayant de reconnaître des gens sous leur masque. En fait, il guettait surtout les résistants. Peut-être qu'il n'y en avait pas, mais ça mettrait un peu d'ambiance. La musique reprit et il décida d'entraîner Hailey dans un danse. Il pourrait couvrir plus de terrain ainsi. Quelques couples les rejoignirent et tous se mirent à valser. C'était une jolie cascade de couleurs.

333 mots en moins de deux heures ; + 240 points aux mangemorts.


No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man behind blue eyes. No one knows what it's like to be hated, to be fated, to telling only lies. But my dreams, they aren't as empty as my conscience seems to be. I have hours, only lonely. My love is vengeance that's never free.
Revenir en haut Aller en bas
Hailey J. Jeferson
TEACHERS&CIE
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t2336-hailey-joy-jeferson
Hominum revelio
⚡ Registration : 18/05/2013
⚡ Missives : 2690
⚡ Fizwizbiz : 2772
⚡ Âge du personnage : 24 printemps.
⚡ Nature du sang : Sang-mêlé. Ses deux parents sont sorciers mais ses grands-parents maternels sont d'origine moldue.
Quand la compagnie créole se mêle à la fête !

La salle se remplissait à vue d’œil. Les couleurs des robes étaient flamboyantes, les jeunes hommes s’étaient mis sur leur trente et un. C’était un bal classique, bien trop classique pour éveiller ma curiosité. Scrutant les quelques invités qui étaient dans mon champ de vision, je ne reconnaissais personne. Bien évidemment, mes yeux cachés derrière mon masque cherchaient encore un visage qui ne m’était pas inconnu. Une petite fossette, un sourire emprunt de condescendance et de force... je ne voyais ce sourire nulle part. Se pourrait-il que tu ne sois pas venu Ethan ? Ce n’était pas ton genre ces petites sauteries ministérielles. Cependant, j’avais cru que tu viendrais. Pourquoi, pour qui ? Accompagnée de ta femme ou bien d’une collègue ? Tant de questions que je ne pourrais te poser que lorsque nous nous reverrons. Si tu me donnes un signe de vie. Aurais-je pu faire comme si de rien n’était en présence de ton épouse ? Sans aucun doute. J’excelle dans l’art de dissimuler mes sentiments, art que j’ai appris depuis un certain 2 mai 1998. Le silence s’installa dans l’immense salle décorée avec raffinement et délicatesse. Comme un seul homme, toutes les têtes des convives se tournèrent vers une estrade. Roy Caldwell avait fait les choses en grand. Comme son discours de tout évidence. Son ton était calme, presque chaleureux. Pourtant, ses mots sonnaient avec une pointe d’hypocrisie et de malice. Certes, je ne connaissais pas cet homme mais pourquoi avoir organisé un bal ? Simplement pour fêter la reconstruction du ministère suite à l’inexplicable tremblement de terre ? Peu probable pour moi. La raison devait être bien plus politique, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Lors du discours de Caldwell, je ne m’aperçus même pas qu’Hadrian était parti. Ne le cherchant pas plus que cela du regard, mon regard s’attardait sur les convives. Je ne connaissais personne, ou du moins simplement de vue. J’en avais croisé certains à Poudlard, d’autres dans Pré-Au-Lard mais leurs noms et surtout leurs postes au ministère restaient inconnus pour moi. Hadrian revint vers moi, me sortant brusquement de ma rapide observation. « Santé ? » En fixant Hadrian dans les yeux, j’esquissai un sourire dans sa direction avant de porter le verre à mes lèvres. La robe du champagne était habituelle pour un évènement de ce genre : petites bulles, clair et dorée. Différentes saveurs explosaient en bouche. D’abord, les fruits prédominaient sur le goût floral pour laisser place à un goût légèrement boisé. Un très bon cru en somme. Posant mon verre sur une des nombreuses petites tables présentes dans l’immense salle, Hadrian et moi commençons à danser. Son pas est presque professionnel, mais je ne le sens pas à l’aise. Sa main sur ma hanche montre un état de crispation important, je sens presque ses doigts se renfermer sur le haut de mon os coxal. Sa main dans la mienne, il va bientôt me broyer une phalange. M’approchant de son visage, je lui chuchote à l’oreille. « Ne me sers pas si fort... je ne vais pas m’envoler.» Bien évidemment, je savais que son état d’anxiété n’était pas en rapport avec moi. Je voulais simplement le détendre, lui faire apprécier la soirée. Après tout, c’était bel et bien la première fois que nous nous retrouvions tous les deux dans un endroit appartenant à la haute société magique. Hadrien et moi préférons les trois balais, une petite chambre chez madame Mcleod, tout était dans la simplicité. Continuant à tourner au rythme d’une chanson douce et entraînante, ma robe frôlait le sol et je commençais légèrement à avoir le tournis. « Tu sais Hadrian si être ici te rend aussi nerveux... il est encore temps pour nous de partir. Les petites sauteries, c’est bien de s’y montrer, c’est rarement bon d’y rester.» Je lui souris, un sourire honnête, aimable et chaleureux. J’ai appris à apprécier Hadrian. Même si auparavant, ce n’était qu’une simple histoire de cul, nous avons partagé de bons moments. Quelques petites discussions autour d’un verre, des confidences, un ou deux fous rires. Ces petites quelques choses qui renforcent une amitié naissante.

678 mots en moins de 2 heures ; + 360 points aux neutres.


    lost in my life
    I try to start all over again. But they're still there to hold me back. Can they just let me live my life ? △ God, tell us the reason youth is wasted on the young. It's hunting season and the lambs are on the run. Searching for meaning. But are we all lost stars, trying to light up the dark?
    ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Ehren Eberhart
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/05/2013
⚡ Missives : 293

⚡ Fizwizbiz : 435
⚡ Âge du personnage : 40 ans.
⚡ Nature du sang : sang pur.
le bal masqué du ministère


« Mais ne serait-ce pas notre bon ministre ? » fit la voix de Sacha à son oreille. Ehren suivit son regard et posa ses yeux sur Caldwell, un sourire aux lèvres. L’homme était flanqué de ses deux sbires et portait un masque dans les mêmes tons que le sien, un détail qui l’amusa quelque peu. Il hocha silencieusement la tête et entraîna sa compagne jusqu’au bar le plus proche, où il demanda un verre de whisky avant de laisser Sacha faire son choix, la demoiselle n’étant pas du genre à laisser quelqu’un choisir pour elle. Il ouvrit la bouche afin d’échanger quelques mots avec elle, mais la voix du ministre résonna brusquement dans l’atrium. « Mesdames, mesdemoiselles, messieurs. Je suis ravis de vous voir tous réunis ici ce soir, bien que je ne sois pas en mesure de tous vous reconnaître. A part peut-être vous, Miss Thorn. » Des rires accueillirent sa remarque et Ehren se tourna vers sa flamboyante secrétaire qui s’était rapprochée d’eux. Il lui adressa un léger signe de tête tandis qu’elle se glissait à son côté sans un mot. « Si je vous ai tous rassemblés ici ce soir, c'est bien évidemment dans le but de célébrer la reconstruction du Ministère qui s'est achevée il y a quelques jours seulement. Mais aussi pour rendre hommage aux collègues qui nous ont quittés lors du tremblement de terre. » Ehren ne l’écoutait parler que très vaguement. Les discours de Roy n’avaient jamais eu le moindre effet sur lui et ça n’allait pas commencer ce soir. « De terribles drames secouent notre communauté, mais nous saurons rester forts face à la menace. Sachez que c'est ensemble, unis et solidaires que nous triompherons des terroristes qui tentent de nous nuire. Nous ne devons pas craindre leurs tentatives désespérées de nous faire du mal car quoi qu'il arrive, le gouvernement saura rester fort face à ceux qui prônent le désordre et le chaos. » Jouer la carte du terroriste, c’était malin et cela attira légèrement l’attention d’Ehren. Tenter de rassembler le ministère, d’unifier tout le monde sous une même bannière, c’était une bonne tentative de la part de Caldwell, mais il avait le sentiment que c’était déjà trop tard. Roy avait creusé sa propre tombe en jouant avec des forces qui le dépassaient et lorsque la vérité serait enfin dévoilée, rien ne pourrait le sauver des foudres de ceux qui le suivaient encore. « Je vous souhaite à tous et à toutes une excellente soirée. » dit-il avant d’entraîner Alecto sur la piste de danse.
Ehren laissa échapper un léger soupir et termina son verre. Il le déposa sur le bar et se tourna vers Sacha. « Me feriez-vous l’honneur de m’accorder une danse, Miss Lindgren ? » demanda-t-il avec un sourire. Quitte à jouer le jeu, autant le faire jusqu’au bout. La danse ne faisait pas partie de ses activités préférées, mais il avait appris de nombreux pas dés sa plus tendre enfance, comme tout bon fils de bonne famille. Il n’était pas mauvais, loin d’être parfait, mais c’était suffisant. Et puis s’il y avait une chose qui pouvait lui donner envie de danser, c’était bien la somptueuse jeune femme qui se tenait à ses côtés. Il l’entraîna donc au milieu de la foule et posa une main sur sa hanche, avant de saisir délicatement la sienne et de mener la danse. Leurs pas les menèrent non loin du couple formé par Caldwell et Carrow, puis ils frôlèrent Wheland et sa mystérieuse compagne. Ehren plongea son regard dans celui de Sacha et se laissa prendre au jeu. Pour un instant, il n’était plus qu’un homme dansant en compagnie d’une très jolie femme. Ca n’avait pas été le cas depuis de nombreuses années et c’était quelque peu reposant. Les intrigues politiques pourraient reprendre dans quelques minutes, pour l’instant, il ne voulait pas y penser, seulement profiter un peu.

650 mots en moins de 12h; + 180 points aux mangemorts.
ehren's color =#787746


dance with the deads
Graze the skin with my finger tips, the brush of dead cold flesh pacifies the means.  Dance with the dead in my dreams, listen to their hallowed screams. The dead have taken my soul. Temptation's lost all control. (⚡️) slayer.
Revenir en haut Aller en bas
Siane Callaghan
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 01/04/2011
⚡ Missives : 384

⚡ Fizwizbiz : 615
⚡ Âge du personnage : 20 ans.
⚡ Nature du sang : sang mêlée.
le bal masqué du ministère


Siane avait été incapable de résister à la tentation. Lorsque les mots « bal du ministère » étaient parvenus jusqu’à ses oreilles, elle s’était immédiatement sentie obligée de s’y rendre. C’était l’occasion d’enfiler une jolie robe et de s’amuser un peu. La jeune femme avait parfaitement conscience du danger qu’elle courait, mais elle se rassurait en se disant qu’elle n’était pas seule et qu’ils seraient prudents. L’ancienne Gryffondor avait choisi une robe bleu nuit dont le décolleté mettait sa poitrine en valeur. Le corset de sa robe affinait sa taille et faisait ressortir ses hanches. Le jupon fait dans un tissu satiné virevoltait au rythme de ses pas. Elle avait enfilé une paire d’escarpins de la même couleur que sa robe et avait noué ses cheveux en un chignon particulièrement complexe. Des fils d’argent s’entremêlaient avec ses cheveux bruns, rappelant ceux qui ornaient sa robe, dans des motifs délicats. Deux mèches ondulées entouraient son visage dont on ne percevait que ses yeux bleus et sa bouche rouge. Un masque bleu nuit et argenté cachait ses traits, la rendant méconnaissable aux yeux de ceux qui la connaissaient peu. Pour supporter le froid de l’hiver, Siane portait une petite cape mais elle n’eut que peu de temps à attendre dans la rue à côté du ministère, puisque déjà, le bruit caractéristique d’un transplanage résonnait derrière elle. La jeune femme se retourna pour faire face à Maxim qui la dévisagea, visiblement époustouflé. « Woaw. Magnifique. » dit son cavalier et l’ancienne Gryffondor esquissa un sourire. « Merci, tu l’es également, » répondit-elle avant de se rapprocher de lui. Elle saisit le masque qu’il tenait toujours à la main, n’ayant visiblement pas eu le temps de l’attacher. Alors elle le posa doucement sur le visage de Maxim et le noua derrière sa tête. « Allons nous amuser un peu, » dit-elle en saisissant le bras du jeune homme. Pendant un instant, elle crut que tout allait tomber à l’eau et qu’on ne les laisserait pas entrer, mais son camarade se montra très fin et ils pénétrèrent enfin à l’intérieur du ministère, un endroit où Siane ne s’était rendue qu’une seule fois, pour le procès de Duncan.
Autant dire que l’endroit avait bien changé. Elle regarda partout autour d’elle, les yeux brillants. Elle pourrait presque oublier pourquoi elle était là. Elle aperçut alors la silhouette de Caldwell et elle dut faire un effort presque surhumain pour ne pas se jeter sur lui et le tuer devant tout le monde. Il était si près d’elle, ce monstre qui avait participé à la destruction de tout ce qu’elle avait eu de plus cher au monde. Il se mit à parler et les doigts de Siane se resserrèrent légèrement autour du bras de Maxim. Pour se calmer, elle regarda la foule, cherchant des visages familiers qu’elle ne tarda pas à apercevoir. Enfin, Caldwell cessa de parler et les musiciens se remirent à jouer. « Et lui aussi va passer une bonne soirée. » fit alors la voix de son cavalier et Siane se détendit, esquissant un sourire. Elle le laissa l’entraîner vers le buffet et s’empara d’une coupe de champagne dont elle but quelques gorgées avant de se plonger son regard dans celui de Maxim.
Elle glissa ses doigts jusqu’à sa baguette magique qu’elle avait fixée et cachée dans les pans de sa robe, pour s’assurer qu’elle était toujours là. Satisfaite, elle se rapprocha de son cavalier et s’empara du verre qu’il était en train de boire pour le poser sur le buffet. « Et si on dansait ? » demanda-t-elle avec un sourire taquin. Elle n’était même pas particulièrement douée pour cela, mais ce soir, Siane avait envie de s’amuser. Et puis, ils avaient été très clairs, il valait mieux être en mouvement et agir comme tous les autres convives pour passer inaperçu. Elle entraîna donc Maxim sur la piste de danse et tandis qu’ils se mêlaient à la foule, laissant la musique les guider, l’ancienne Gryffondor laissa échapper un murmure et d’un simple coup d’œil, s’assura que le sortilège avait fonctionné. Un sourire orna ses lèvres et elle laissa son cavalier l’entraîner un peu plus loin, afin de brouiller les pistes. Tandis qu’ils dansaient comme tous les autres couples qui les entouraient, Siane regarda une légère fumée verte serpenter entre les convives, puis s’épaissir sur l’estrade. Une exclamation retentit dans l’atrium et la musique cessa brusquement. Les gens s’arrêtèrent de danser pour se tourner vers l’estrade et constater qu’un immense serpent constitué d’une étrange fumée verte se dressait devant eux. La jeune femme fit de son mieux pour avoir l’air aussi surprise que les autres et retenir un sourire.


773 mots en moins de 2h; + 360 points à la résistance.


i'm up to no good
I cheated myself like I knew I would, I told ya, I was trouble. You know that I'm no good. Upstairs in bed, with my ex boy, he's in the place, but I can't get joy, thinking of you in the final throes, this is when my buzzer goes.  (⚡️) AWinehouse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

It's all a game, avoiding failure, when true
colors will bleed All in the name of misbehavior
and the things we don't need

Elle le savait. Cette soirée s’annonçait… épique, voir même mémorable. Quelque chose se tramait, le calme des lieux sonnait un peu trop faux pour elle. En plus de Caesar qui avait fini par la laisser en plan. « Mais qu’est-ce qu’il fabrique… Jedediah, à la tienne ! » dit-elle en finissant le fond de son verre de champagne alors qu’intérieurement, elle en réclamait d’autre. Beaucoup d’autre. Elle balaya la salle à la recherche de Caesar. Celui-ci semblait l’avoir laissé à son propre sort et elle voyait d’ici les regards en biais que lui jetaient ses collègues. « Podmore, tu me le paieras cet affront. » marmonna-t-elle entre ses lèvres en reprenant un autre verre de champagne. Mais plus le temps passait, plus cela lui confirmait ce sentiment étrange que quelque chose allait se produire.

Ce n’est que quelques minutes plus tard, lorsqu’elle sentit un courant d’air frais caresser sa jambe et une fumée verte serpenter jusqu’à l’estrade. Lorsqu’il s’épaississait, il devint un serpent géant. Comme tout le monde, elle pensa à une animation de la soirée, sans doute encore une preuve – inutile – de Caldwell et de sa suprématie. Mais cela avait un goût amer, surtout lorsqu’elle croisa le regard du dit ministre, totalement interloqué. Un sourire se dessina sur les lèvres de Jedediah, narquois, levant son verre à toute cette supercherie. « Ils ne l’emporteront décidément pas au paradis. » Dans un murmure à peine audible.
• 236 mots en moins de deux jours ; + 20 points aux neutres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Les jours avaient un goût amer. Plus le temps passait et plus le masque qu'elle portait devenait difficile a tenir sur son joli minois. Il lui arrivait de se demander quand toute cette mascarade prendrait fin et quand la guerre éclaterait de front et non plus de cette façon vicieuse dont le ministre semblait apprécier de mener. Quoiqu'il en soit, elle était là, ses éclats de rire portant le lourd fardeau de ses pensées meurtrières à l'égard de Caldwell et de ses sbires. Impassible. C'était ce qu'elle était lorsqu'elle franchissait le seuil du ministère et qu'elle revêtait ce masque sans faille, à l'image de son ami et complice Harvey Newgate. En parlant de masques, de foires, d'illusions et d'hypocrisie... c'était ce soir où la jeune femme devait se rendre au bal masqué organisé par le ministère. Quelle charmante idée. Vraiment. Elle imaginait pourtant cela plus comme un moyen de plus aux mangemorts de surveiller les faits et gestes de chacun, une mise en garde supplémentaire plutôt qu'un moment agréable qui détendrait tout le monde. Évidemment que non.

La seule chose qui rendait intéressante cette idée était de savoir qu'elle ne serait pas seule. Ce soir, Pandore retrouverait son maitre et Lilith son … son quoi déjà ? Difficile à dire, elle n'avait aucune idée de ce qui se passait dans cette affaire, elle ne contrôlait plus rien. C'était donc accompagnée au bras d'Edgard que Lilith était entré dans la large salle transformée pour l'occasion. Sa robe pourpre soulignant parfaitement sa ligne a la fois gracieuse et sauvage, ses cheveux avait été attachés en chignon mettant en valeur son visage, notamment son regard charbonneux souligné d'un trait d'eye-liner lui donnant un air... félin.  « merci... je dois dire que tu es particulièrement élégant aussi » remercia t-elle Edgard un sourire sur les lèvres. Lilith était une habituée des soirées mondaines, non pas qu'elle aimait particulièrement ça mais cela lui avait toujours fait pensé à un immense zoo où chacun semblait vouloir dominer l'autre à force de cris, de boutades et de geste séduisants qui n'en demeuraient pas moins être de purs mensonges. Elle avait bravé beaucoup de danger lors de ses périples autour du monde, elle avait affronté des personnes que jamais elle n'oublierait dans le froid, la boue, les roches, sous la pluie et le givre mais les soirées de ce genre là étaient beaucoup plus dangereuse et elle le savait. Elle avait donc remis son masque quelques secondes avant même de pénétrer dans la pièce. Ses yeux vifs se posèrent sur son charment accompagnateur qui s'était lui aussi mit sur son 31 pour la soirée. Son charisme exaltant de chaque pores de sa peau, Lilith se surprit à étirer un sourire sur ses lèvres couleur carmin. Elle avait apprit à vivre avec cette sensation étrange qui parcourrait son corps lorsqu'elle se retrouvait près de lui, ce qui était plus difficile c'était de ne rien laisser transparaitre. « Finalement, chacun est a sa place dans cette foire costumée. » murmura t-elle à l'oreille de son partenaire en faisant un signe de tête à tout ceux qui s'étaient déguisés, jouant un peu plus le rôle qui leur collait à la peau dans la vie quotidienne. Elle aperçue, enfin plutôt « reconnu » plus loin l'une de ses conquêtes féminines... Amelia. Devenues rivales, l'envie passionnée de se jeter sur elle pour lui assener un fort coup de patte dans la nuque la submergea mais elle n'en montra rien. Leur liaison passée avait marquée le début d'un guerre sans merci entre les deux femmes. Edgard se pencha vers elle une fois de plus et Lilith écouta avec attention avant de se redresser, l'oreille à l'affût sous les paroles de Caldwell. « célébrer la reconstruction du ministère... bien sûr.  « unis et solidaire »... Toujours le sens de l'humour ce Roy.» balança t-elle a mi-mot de façon à ce que seul son partenaire ne l'entende. Elle attrapa une coupe de champagne et en bu la moitié d'un trait afin d'oublier ces quelques paroles émanant de ce cher ministre puis se tourna  vers Edgard, l'oeil brillant de malice. « tu as quelque chose contre le tango ? » susurra t-elle en écoutant la musique qui s'élevait dans les airs, la faisant quelque peu vibrer d'exaltation. Quoi de mieux qu'une danse pour oublier le reste ? sans attendre la réponse de son partenaire, Lilith attrapa la main d'Edgard et l'entraina sur la piste avant de se stopper en sentant quelque chose glisser à ses pieds . La musique s'arrêta avant même qu'elle ne puisse montrer ses talents de danseuses a l'homme en face d'elle. "mais que..." marmonna t-elle en observant le serpent se dresser pour les observer. cachant son air dégoûtée, la brune secoua la tête. " c'est quoi encore que ce bordel?" chuchota t-elle en observant l'allure du reptile de fumée.


768 mots en plus de 24h ; + 30 points à la résistance.
Revenir en haut Aller en bas
Drago Malefoy
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4202-drago-you-ll-never-be-l
Hominum revelio
⚡ Registration : 20/02/2011
⚡ Missives : 642

⚡ Fizwizbiz : 1113
⚡ Âge du personnage : il va sur ses vingt ans.
⚡ Nature du sang : pur.

C’était tellement étrange pour lui de retourner au Ministère de la magie, il avait l’impression que des dizaines d’années s’étaient écoulées depuis son procès. Comme convenu avec les autres membres de la résistance, chacun était introduit par des agents doubles. Le sien, c’était Abygail. Ils s’étaient retrouvés dans un endroit un peu spécial. Lui avec son costume noir et son masque cachant la moitié de son visage et elle dans sa robe noire. Elle était magnifique. Lorsqu’ils arrivèrent dans l’antre du loup, le blond ne put s’empêcher de faire une remarque dédaigneuse. Troquer des cadavres pour des décorations ne fera pas oublier l’horreur et surtout l’odeur qu’il devait y avoir pendant qu’ils bougeaient au rythme des mouvements de foule. Caldwell était fou pour le croire. Drago essaya de reconnaître les personnes présentes. Choses qui auraient été impossible, mais l’ancien Serpentard connaissait les silhouettes de ses anciens camarades. Un masque n’allait pas l’empêcher de reconnaître la corpulence des mangemorts qu’il côtoyait au temps de Voldemort. Il espérait simplement être le seul à faire attention à ce genre de détail. Il n’avait pas envie d’être reconnu. Lorsque Caldwell termina son discours, Drago sentit la colère monter en lui. Ils passaient pour des terroristes. Des meurtriers. Des monstres. Quand est-ce que l’être humain allait cesser d’être aussi stupide ? Probablement quand il arrêtera d’avoir peur. Le jeune homme soupira puis se tourna vers sa cavalière. «  Voudriez-vous m’accorder cette danse, miss Chase ? » fit-il sur un ton solennel. Il lui présenta sa main et l’attira sur la piste. Il commença à la faire danser et pendant qu’ils tournaient, il attrapa sa baguette pour la suite de leur plan.

Bientôt une fumée verte se diffusa dans la salle, un serpent se dessina, la musique s’arrêta et Drago se mit à sourire. Que croyait Caldwell au juste ? Qu’ils allaient rester sans rien faire alors qu’un magnifique bal réunissant tout le gratin du ministère allait avoir lieu ? Qu’ils allaient attendre sagement de se faire attraper à St James ? Qu’ils prenaient ses menaces au sérieux ? Eux aussi pouvaient être menaçants. Que Caldwell se prépare, la résistance n’a pas dit son dernier mot.

360 mots ; + 20 points à la résistance.

Spoiler:
 


surnom résistant and you, you'd lay awake at night and scheme of all the things that you would change but it was just a dream.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Le bal masqué du ministère


Amelia entraîna son cavalier vers le buffet où se trouvaient des milliers de petits fours et des coupelles de boissons diverses. Elle attrapa entre ses doigts un petit four et le glissa entre ses lèvres d’un rouge éclatant. Pas mauvais. Elle jeta un œil autour d’elle ne prêtant aucune attention à Mihael qui, elle le savait l’observait de très près.  L’anxiété du blondinet ne lui échappa pas mais elle fit semblant de ne rien voir comme à son habitude, de toute façon Ehren le remarquerait bien vite. Le regard de la jeune femme parcourut la salle de bal à la recherche d’un signe distinctif qui pourrait lui faire reconnaître un de ses acolytes.  Très vite son regard croisa celui de Sacha la belle blondinette du patron, oui la secrétaire l’aurait reconnue parmi mille, elle et le patron s’amusaient souvent à se faire des remarques à son sujet, si il y avait bien quelque chose sur laquelle ils étaient d’accord c’était bien que Sacha était une très belle femme. Amelia attrapa son cavalier par le bras « J’ai trouvé le patron, nous devrions aller le saluer. » dit-elle lui adressant un sourire radieux. Le blond quant à lui hocha la tête lui rendant son sourire poliment. Ils se dirigèrent alors tout deux en direction d’Ehren et de sa cavalière. Le premier ministre leva alors la main afin d’attirer l’attention de ses convives, Amelia leva alors la tête afin d’écouter ce qu’avait à dire leur cher petit et bien viellant Caldwell. « Mesdames, mesdemoiselles, messieurs. Je suis ravis de vous voir tous réunis ici ce soir, bien que je ne sois pas en mesure de tous vous reconnaître. A part peut-être vous, Miss Thorn. »  Une légère vague de rire s’éleva dans la foule face à la remarque du premier ministre. Amelia lui adressa son plus beau sourire et lui fit un petit signe de la main amusée. Enfin ça c’est ce qu’elle voulait faire croire, après tout elle devait jouer le jeu jusqu’à qu’Ehren prenne la place au pouvoir. De toute façon Caldwell était bien trop bête pour se rendre compte de quoi que ce soit. « Si je vous ai tous rassemblés ici ce soir, c'est bien évidemment dans le but de célébrer la reconstruction du Ministère qui s'est achevée il y a quelques jours seulement. Mais aussi pour rendre hommage aux collègues qui nous ont quittés lors du tremblement de terre. » Le tremblement de terre ? Rendre hommage aux collègues qui nous ont quittés ? Et bien monsieur le ministre vous allez nous mettre la larmichette à l’œil ! La jeune femme leva les yeux au ciel.« De terribles drames secouent notre communauté, mais nous saurons rester forts face à la menace. Sachez que c'est ensemble, unis et solidaires que nous triompherons des terroristes qui tentent de nous nuire. Nous ne devons pas craindre leurs tentatives désespérées de nous faire du mal car quoi qu'il arrive, le gouvernement saura rester fort face à ceux qui prônent le désordre et le chaos. » Et de belles paroles en plus… Amelia lança un léger coup d’œil à Ehren dont les derniers mots du ministre avaient apparemment attiré l’attention. Le patron avait compris ce que Caldwell essayait de faire en ayant dit cela, un vrai coup de maître. « Je vous souhaite à tous et à toutes une excellente soirée. » dit-il en entrainant sa cavalière vers la piste de danse. Amelia regarda les convives avançaient un à un vers la piste. Mihael lui saisit la main avec un sourire tout à fait tombeur.«  M’accorderiez-vous cette danse Miss Thorn ? » Amelia lui répondit par un charmant sourire et se laissa conduire à son tour vers la piste. Mais le blond l'avait-il à peine emmené sur la piste de danse que la musique s'arrêta soudainement. La rouquine suivit le regard de ses collègues et écarquilla les yeux, là, à quelques mètres d'eux se trouvait un énorme serpent verdâtre. La jeune femme ne put s'empêcher de sourire, la petite fête de Cadwell allait sans doute être gâchée . Feels like a night for a party.

Amelia's color  [color=Peru]
(J'ai essayé de poster au bal quand même)

685 mots; En moins de 12h. ; + 180 points aux mangemorts.
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Hayter
THE WANTED
Like the wind
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t4380-nate-rise-and-shine#867
Hominum revelio
⚡ Registration : 24/07/2012
⚡ Missives : 466

⚡ Fizwizbiz : 893
⚡ Âge du personnage : 32 ans
⚡ Nature du sang : Inconnu mais il pense être de sang mêlé
Le bal masqué du ministère

Nathan ajusta son noeud de cravate avant de jeter un bref coup d’oeil dans le miroir. Il s’était retaillé sa barbe et s’était également coupé les cheveux pour avoir l’air plus présentable. Après tout c’était le bal du ministère non ? Il fallait faire honneur à Caldwell.
Pour cette soirée il avait opté pour un simple costume uniformément noir, un gilet de la même couleur et une chemise blanche. Seule sa cravate rouge donnait quelques couleurs à l’ensemble. Il prit son masque qui traînait sur son lit, se regarda une dernière fois dans la glace pour faire les derniers ajustements avant de sortir de son appartement et de transplaner jusqu’aux abords du ministère.

Il finit par mettre son masque, lui aussi entièrement noir, pour être en accord avec son costume, et pénétra dans la bâtisse. Dès son arrivée dans l’atrium, l’auror ne pu s’empêcher de hocher d’approbation devant la décoration des lieux. Apparemment Caldwell avait du goût. Ca il fallait le lui laisser.
Se frayant un chemin dans la foule pour se rapprocher du buffet, Nate essayait de deviner qui pouvait se cacher sous les masques qu’il croisait. Il ne reconnu personne mis à part Caldwell, qui visiblement avait prit soin de faire en sorte qu’on le reconnaisse immédiatement et ce malgré son masque. Il prit même la peine de le saluer en inclinant légèrement la tête.

Arrivé devant le buffet, il commanda un whisky avant de se mettre légèrement à l’écart pour avoir une meilleure vue d’ensemble. Continuant d’observer les invités, il ne remarqua pas que l‘orchestre avait arrêté de jouer. Ce n’est que quand Caldwell en personne prit la parole qu’il fut tirer de ses pensées.
« Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, Je suis ravis de vous voir tous réunis ici ce soir, bien que je ne sois pas en mesure de tous vous reconnaître. A part peut-être vous, Miss Thorn. » L’auror sourit légèrement en pensant aux résistants présents dans la salle. Si seulement il pouvait reconnaître les personnes présentes… Ca foutrait un sacré bordel. « Si je vous ai tous rassemblés ici ce soir, c'est bien évidemment dans le but de célébrer la reconstruction du Ministère qui s'est achevée il y a quelques jours seulement. Mais aussi pour rendre hommage aux collègues qui nous ont quittés lors du tremblement de terre. » Le ministre attendit quelques secondes avant de reprendre la parole. « De terribles drames secouent notre communauté, mais nous saurons rester forts face à la menace. Sachez que c'est ensemble, unis et solidaires que nous triompherons des terroristes qui tentent de nous nuire. Nous ne devons pas craindre leurs tentatives désespérées de nous faire du mal car quoi qu'il arrive, le gouvernement saura rester fort face à ceux qui prônent le désordre et le chaos. » Encore un sourire. Décidément ce type a le sens de l’humour.  « Je vous souhaite à tous et à toutes une excellente soirée. » Nate se joignit aux applaudissements pour ne pas éveiller les soupçons avant de boire une gorgée de whisky.
La musique reprit et quelques couples commencèrent à se former sur la piste de danse. Nate profita de l’instant pour s’éloigner un peu plus et sortit sa baguette de sa poche avant de lancer le sort prévu. Observant les alentours à me sure que la fumée s’échappait de sa baguette, il pu voir que plusieurs autres personnes s’étaient arrêtées de bouger et semblaient bien plus concentrées que les autres. Il en déduisit rapidement que c’étaient les autres infiltrés et fit un bref signe de tête à une jeune femme qui semblait être Siane.
La fumée se rassembla rapidement pour prendre l’apparence d’un gigantesque serpent. Les “préparations” terminées, l’auror rengaina sa baguette et termina d’un trait son verre avant de prendre un air aussi étonné que les autres convives.
La soirée pouvait vraiment commencer...

627 mots ; + 30 points à la résistance.


Give me your eyes. I know this has been a hard day. There's been plenty of them lately. I can guarantee you there'll be more to come. Remember your self-esteem, your self-respect, and your self-worth. Hold strong to them, because people are watching. They need to know that they can count on you, even at a time like this.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

masquerade, paper faces on parade

Enfin, il la menait au bar, Merlin merci ! Non qu’elle fût une ivrogne, mais son estomac était noué, et elle n’objectait rien contre un petit remontant. Histoire de se dérider, relâcher la tension. Pourquoi était-elle si tendue, bon sang ? Caldwell, les traîtres, la soirée, Ehren… Ouais, elle avait ses raisons. Elle se figea quand son escorte lui laissa poliment choisir son verre. Dilemme. Se laisser aller à son véritable désir et sauter sur le truc le plus fort on the rocks ou se la jouer douce et élégante demoiselle ? « Hum… Je voudrais… » « Mesdames, mesdemoiselles, messieurs. Je suis ravis de vous voir tous réunis ici ce soir, bien que je ne sois pas en mesure de tous vous reconnaître. A part peut-être vous, Miss Thorn. » Sacha se retourna vivement, comme prise la main dans le sac. Ou plutôt, sauvée par le gong.   Comme tous les yeux de la salle, les siens se fixèrent sur la chevelure flamboyante d’Amelia, et un sourire amusé s’étala sur les lèvres de la Mangemorte. Miss Thorn ne passait pas inaperçue, il fallait le lui reconnaître. Sacha écouta sagement le reste du discours de Caldwell, pinçant les lèvres sans même s’en rendre compte. Certes, tout cela était bien beau, on allait tous s’entretuer, mais ne pourrait-on pas danser un peu avant ? La jeune femme avait à peine esquissé ce souhait qu’une main se présenta comme par magie devant elle. « Me feriez-vous l’honneur de m’accorder une danse, Miss Lindgren ? » Ecarquillant légèrement les yeux, Sacha sentit ses pommettes s’empourprer, et un sourire gêné mais ravi illumina son visage. Quelle catastrophe… Avait-elle cinq ans ou quoi ? Elle perdait ses moyens à la moindre galanterie et c’était tout bonnement pitoyable. Mais Ehren savait-il seulement danser ? Allait-il lui marcher sur les pieds ? Déchirer sa robe ? L’entraîner dans sa chute ? Double catastrophe imminente. Inspirant un grand coup, elle inclina le buste avec grâce. « Je suis toute à vous ce soir, Monsieur Eberhart. » Et alors qu’elle le suivit sur la piste de danse, elle ne put s’empêcher de se mordre les lèvres pour cacher un sourire béat. Elle-même était très bonne danseuse, noblesse oblige. Chez les Lindgren, on ne lésinait pas sur les bals et les réceptions, et la danse était le seul moment où la jeune fille pouvait s’amuser un peu. Toutefois, elle n’avait pas esquissé un seul pas depuis son arrivée en Angleterre, ce qui s’annonçait plus coriace que prévu. Ehren posa délicatement l’une de ses mains sur sa hanche, l’autre dans la sienne, et l’entraîna sans effort. Surprise de prime abord de se laisser guider si facilement, Sacha se détendit peu à peu, et sentit son corps s’assouplir aux mouvements tant répétés. Les deux Mangemorts tournoyaient, au rythme des autres couples, et tout semblait si naturel. Lorsqu’ils passèrent près d’un autre duo, Sacha entraperçut une chevelure rousse, différente de celle d’Amelia, et un frisson parcourut son échine. Etrange. La seconde d’après, elle planta ses yeux dans ceux d’Ehren et tout alla parfaitement bien. C’était presque irréel, c’était trop facile. Tant pis, il fallait savourer ce bonheur inattendu. La jeune femme se laissa aller à sourire franchement, se rapprocha davantage de son cavalier et profita pleinement de ce moment simple, joyeux. C’est parfait.
De concert avec l’arrêt brutal de l’orchestre, sa bonne humeur s’assombrit, et une désagréable sensation lui chatouilla les chevilles. Alertée par les murmures des invités, la jeune femme imita ses pairs et suivit leur regard, sans lâcher la main d’Ehren. Un serpent vert, immatériel mais non pas moins effrayant, se dressait de toute sa hauteur sur l’estrade. C’était prévu dans la soirée, ça ? Un coup d’oeil vers Caldwell lui assura que non. Il était livide. Même un peu vert, à l’image du serpent. Sans en donner l’ordre à son cerveau — maudit soit-il —, sa main se crispa dans celle de son cavalier. Ça ne présageait rien de bon. Et faire du grabuge le soir du bal masqué de monsieur le ministre, c’était comme de lui lancer une grenade au visage. Sauf que les éclats de chair se répercuteraient sur tous les invités présents.


682 mots en (bien) plus de 24 heures. ; + 30 points aux mangemorts.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

05 — MINI-INTRIGUE ϟ Le Bal Masqué du Ministère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Events en tout genre-