AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 11 — We'll destroy you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
MessageSujet: 11 — We'll destroy you.   Mar 2 Avr - 13:20
Intrigue III ; conclusion.


Londres, le 24 décembre 1999 ;

« We wish you a merry christmas, we wish you a merry christmas and… » Un cri strident résonna dans les rues enneigées d’un petit village près de Godric’s Hollow. Mathilda Higgins et son groupe de choristes s’arrêtèrent de chanter pour se tourner vers la provenance de ce son. A quelques mètres d’eux, une adolescente fixait un point invisible avec de grands yeux écarquillés. La jeune fille tomba par terre dans la neige et se mit à greloter, pâle comme un mort. Mathilda se précipita vers la demoiselle et s’arrêta à ses côtés en posant une main sur son épaule. La petite leva des yeux effrayés vers elle. « Ça va ? Que t’arrive-t-il ? » demanda l’adulte d’un air inquiet. L’adolescente poussa un hurlement et se releva afin de fuir en courant le plus vite que lui permettait ses jambes tremblantes. Mathilda se tourna vers ses amis, surprise par ce qui venait de se produire. Elle se releva lorsque tout à coup, un vent glacial souffla sur le village. Un sentiment de terreur s’empara de l’adulte qui écarquilla les yeux en apercevant la silhouette sombre d’un  homme à quelques mètres devant elle. Derrière lui se trouvaient des dizaines de formes translucides. Des larmes se mirent à couler le long des joues rebondies de Mathilda, des larmes qui se figèrent dans le givre à cause du froid. Elle n’avait jamais eu aussi peur de sa vie. Une douleur vive la saisit alors brusquement à la poitrine et elle s’effondra, raide morte de peur.

———————— ͼҨͽ ————————


Timothy grimaça tandis qu’une vive douleur se mettait à irradier de son omoplate gauche. Il tenta de l’ignorer tout en se demandant à quoi elle pouvait bien être due. Mais la souffrance devint tellement forte qu’il eut comme une brusque envie d’enfoncer une lame dans son épaule, de s’arracher le bras. Il poussa un hurlement digne d’un animal blessé et se précipitant dans les toilettes de l’école, bouscula plusieurs élèves au passage. Trempé de sueur, il s’immobilisa devant un miroir et laissa tomber son sac à terre. Là, il entreprit de retirer sa robe de sorcier puis déchira littéralement sa chemise dans un grognement rauque. Les jambes tremblantes, il fit face à la glace et regarda son omoplate dans le reflet. Sur sa peau se trouvait la trace d’une grande main aux longs doigts fins. La marque était noire, comme si son propre corps avait commencé à pourrir. Terrifié, l’adolescent se mit à pleurer tandis que dans le reflet du miroir, la silhouette de son monstre de père apparaissait de nouveau, comme ce soir là la veille de Noël. Ses larmes redoublèrent et le garçon se prit la tête entre les mains. Il se laissa tomber à terre, plus paniqué que jamais et poussa un hurlement qui alerta les élèves qui se trouvaient près des toilettes. Le jeune préfet de Poufsouffle calma la foule qui s’amassait devant la porte et pénétra dans la pièce et trouva son camarade étendu au sol. Ses ongles avaient creusé ses paupières et ses joues, maculant ses mains et son visage de sang. Il respirait toujours, faiblement, et avait plaqué ses mains sur ses oreilles. Pour ne plus rien voir, ne plus rien entendre.

———————— ͼҨͽ ————————

Eddie appuya sur le déclencheur et un grand flash sortit de son appareil photo. Il sursauta et se dépêcha de se faufiler dans la petite ruelle derrière lui et le cœur battant la chamade, il regarda les photos qu’il avait prises ces derniers jours. Tout avait commencé ce soir là, lorsqu’en rentrant du travail, il avait aperçu ces trois hommes étrangement vêtus. Il avait entendu leur échange et n’y avait pas compris grand-chose mais lorsqu’ils avaient sorti ces étranges bouts de bois qui crachaient des traits verts et rouges et d’étranges étincelles, Eddie n’en avait pas cru ses yeux et dans un pur réflexe de photographe reporter, avait saisi son minuscule appareil photo et avait commencé à mitrailler. Un autre homme était alors arrivé et sur les photos qu’il avait prises de lui, il apparaissait étrangement flou, une immense aura rouge se dégageait de lui et Eddie avait vite compris que lui non plus n’était pas normal. Lorsque quelques heures plus tard, un immense tremblement de terre avait secoué le centre de Londres, il avait manqué de se retrouver enseveli sous un vieux bâtiment mais s’était immédiatement précipité vers l’épicentre, pour y prendre des photos d’autres personnes étrangement vêtues.
Il ignorait qui ils étaient ni ce qu’ils faisaient là, mais ce n’était pas la première fois qu’il les voyait, notamment ce grand homme autour du quel tout un tas de personnes se massaient en posant des questions. Ce type qui semblait donner des ordres à tous les autres. Il était étrange et Eddie n’aimait pas son regard et son instinct lui disait que ces gens-là étaient liés à toutes les choses bizarres qui se produisaient actuellement en Angleterre. Le photographe esquissa un sourire satisfait puis rangea son petit appareil dans la poche de sa veste. C’est alors qu’un craquement étrange le surprit et Eddie releva la tête pour se retrouver face à ce type qui lui filait la chair de poule. « C’est pas très correct de fouiner comme tu le fais, » fit l’homme d’un ton glacial. Le moldu déglutit avec difficultés et se plaqua contre le mur derrière lui. Roy Caldwell tira sa baguette et la pointa sur Eddie qui voulut le supplier de le laisser tranquille, mais le trait vert le frappa en pleine poitrine. Le corps de l’homme tomba mollement à terre et le Ministre laissa échapper un profond soupir. Il se pencha, fouilla dans les poches du moldu et en tira l’appareil photo qu’il glissa dans sa propre poche. Dans un autre craquement sonore, il disparut, comme s’il n’avait jamais été là.

———————— ͼҨͽ ————————

Il se passe des choses étranges, des choses qui font froid dans le dos. Pour savoir quelle partie de cette conclusion vous concerne le plus, il vous suffit de cliquer sur les mots en gras, qui vous mèneront jusqu'aux conclusions de vos intrigues. Pour les personnes touchées par les évènements du second paragraphe (il s'agit de celles qui ont été marquées par la Mort, en entendant son cri ou d'une autre manière), j'espère que vous saurez trouver un moyen de vous en sortir, sinon... D'autres personnes ont été un peu plus chanceuses, on les applaudit chaleureusement ! Ou pas...


© Intrigue écrite par Judikaël L. Lawford.
Toute copie partielle ou complète est totalement et formellement interdite.
Revenir en haut Aller en bas
 

11 — We'll destroy you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Intrigue #3 ; Bloody Christmas-