AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 07 — INTRIGUE 3 : aleksander, alister & sévan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
Aleksander, Alister & Sévan.

Ils ne devaient pourtant pas traîner. Récupérer cette information discrètement et retourner au Manoir ensemble, sans aucun problème. Malheureusement, leur informateur s'est révélé être une taupe et c'est à ce moment qu'Haldane a débarqué, prêt à en découdre avec le "nouveau leader de la résistance" et le petit jeunot avec lui, ce bleu sûrement en formation. C'est sans réfléchir qu'il s'est attaqué à eux et la bataille a commencé, les sorts se sont mis à fuser sans que Sévan et Aleksander puisse transplaner à cause d'un sortilège les en empêchant, posé avant leur arrivée.

Sévan, Aleksander, vous êtes dans la merde, l'un de vous doit poster pour décrire la situation.

———————— ͼҨͽ ————————


Vous avez l'habitude maintenant (sauf si vous êtes tout nouveau ♥) pour les intrigues, on vous autorise à écrire des rps de 500 mots minimum et 1000 grand maximum afin que ça tourne vite, que ça vous prenne pas un temps fou et que ça devienne une grosse contrainte. Pour cette intrigue, le système des points se retrouve également légèrement modifié :

— vous postez en moins de 2h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en moins de 12h, vos points sont multipliés par 6.
— vous potez en moins de 24h, vos points sont multipliés par 2.



Dernière édition par Hogwarts Chronicles le Jeu 2 Jan - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sévan Blackadder
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 03/06/2011
⚡ Missives : 295

⚡ Fizwizbiz : 605
⚡ Âge du personnage : 25 ans.
⚡ Nature du sang : sang pur.

seriously, you again ?


La Résistance sans Gabriel, ça tenait plus de l’enfer qu’autre chose. L’homme était son mentor et il devait bien admettre que même s’il faisait de son mieux, Sévan était dépassé par les derniers évènements. Il essayait de maintenir des ruines debout et ces ruines ne cessaient d’être secouées par de nouveaux assauts. Le jeune homme ne savait plus quoi faire, sinon se jeter à corps perdu dans les missions les plus minimes qui se présentaient à lui. Ce soir là, il était sensé retrouver un informateur non loin du Ministère de la Magie. C’était un type qui bossait là-bas et qui leur donnait des tuyaux depuis de longs mois déjà. Gabriel avait eu confiance en lui, alors Sévan aussi. Il avait décidé de ne pas y aller seul, parce qu’il fallait que les nouveaux membres apprennent eux aussi et c’est pour cela qu’il avait décidé de venir avec Aleksander, un de ces jeunes tout juste sortis de Poudlard.
Ce devait être facile, rapide. Malheureusement, les choses ne l’étaient jamais, n’est-ce pas ? Ils étaient tombés dans un piège minable, l’informateur se révélant être un traitre. Une saloperie de taupe qui avait balancé des infos dans le seul but de piéger un gros poisson de la résistance. Et alors que Sévan avait compris qu’ils étaient coincés, que transplaner était devenu impossible, ce chien d’Alister avait débarqué de nulle part, prêt à en découdre. Le nouveau leader n’avait pas tardé à saisir combien leur vie était en danger et s’était immédiatement précipité derrière une poubelle en entraînant Aleksander avec lui pour se protéger des sorts d’Haldane. Désormais incapable de sortir de là, les deux jeunes hommes résistaient tant bien que mal aux assauts du Mangemort qui semblait y prendre un plaisir fou.

« Il faut que tu te tires de là, siffla Sévan à l’attention d’Aleks. Je peux me défendre, mais je ne peux pas le faire en m’inquiétant pour ta vie. » Après tout, c’était lui qui l’avait embarqué là-dedans et si le jeune venait à perdre la vie, Sévan se sentirait incroyablement coupable. Resserrant sa prise sur sa baguette, l’ancien auror laissa échapper une insulte à l’attention d’Haldane afin d’un peu sortir de sa cachette pour lui balancer un sortilège. Il ne sut pas s’il avait réussi mais lorsqu’un trait brulant traversa son épaule, Sévan retomba lourdement à terre avec un grognement rauque. Ils allaient crever, là, comme deux débiles. Putain, putain, putain. Le sang s’écoulait abondamment de sa plaie et la douleur cuisante l’empêchait de rester concentré. « C’est le moment d’avoir une idée brillante, » grogna-t-il à voix haute, autant pour Aleksander que pour lui-même. Il ferma les yeux un instant mais n’eut pas le temps d’en faire plus puisqu’Haldane apparut devant eux, un sourire triomphant aux lèvres, sa baguette braquée sur Sévan.

465 mots en moins de 24h ; +60pts aux gentils


fade to black
Life it seems, will fade away, drifting further every day. Getting lost within myself, nothing matters no one else. I have lost the will to live, simply nothing more to give. There is nothing more for me, need the end to set me free. (⚡️) metallica.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

—— « leave your future behind » ——

La nuit tombait sur l’Angleterre, le soleil descendait vers les immeubles et aucune étoile n’apparaissaient, effacées par les lumières de la ville. Alister avait eu vent de la venue de Sévan et d’Aleksander par un sympathique indicateur, qui avait fait en sorte qu’ils ne se jettent dans la gueule du loup, et cela pour le plus grand plaisir du mangemort. Il allait les avoir ses cadeaux de Noël. Empaquetés, ensanglantés ; plaies béantes et suintant de liquide carmin, le visage sans expression. Il allait s’en donner à cœur joie à vrai dire. De plus, le ministère lui serait redevable s’il leur extorquait quelconque informations.
La ruelle quasiment sans lumière s’étendait devant lui. Il avait flairé les deux poissons, il ne restait plus qu’à lancer l’hameçon, aussi douloureux pourrait-il être. Le râfleur s’avança lentement, et se retrouva en face des deux résistants, les fixant l’un après l’autre d’un air satisfait et impatient. Il resserra son emprise sur sa baguette, et la pointa vers les autres hommes. Un fin sourire ornait son visage, souligné par une sorte de flamme malsaine qui s’était alors allumée au cœur de ses prunelles bleu azur. Mais à peine eut il le temps de lancer son premier sort, qu’il alla se répercuter contre un mur, sans aucune cible devant lui. Ils voulaient jouer ? Et bien soit, ils avaient trouvé le meilleur des partenaires. Haldane aimait les challenges, car il n’y aurait aucune gloire à triompher dans la facilité. Du moins, pas à ses yeux. D’une main dure et décidée, il envoyait le plus de sort possible contre la benne à ordures derrière laquelle s’étaient réfugiés les résistants. Il tendit l’oreille un instant, une insulte émanant de la bouche de Sévan venait d’être proféré à son égard. Oui, énerve toi mon chaton, tu seras plus combattif. Et moi, je m’amuserai tellement plus. Il passa sa langue sur ses lèvres, il se délectait de cet instant, de cette emprise si forte qu’il pouvait avoir sur les corps en torpeur de ceux qu’il combattait à l’aveugle. Le plus âgé des deux se redressa, lançant un sortilège qui vint brûler Alister au niveau de la poitrine. Il s’affaissa, la douleur était ardente mais sa plaie n’était pas à vif. Se redressant du plus vite qu’il le put, il hurla « SECTUMSEMPRA ! ». La lumière vive vint frapper Sévan à l’épaule, qui s’écroula derrière son abri de fortune.

Alister était maintenant un animal blessé. Un animal dont les instincts étaient aux aguets, dont la fureur ruisselait par tous les pores de sa peau. Il s’insinua discrètement derrière la poubelle, se retrouvant ainsi en face de ses assaillants. Sa chemise était tachée de sang, les traits de son visage tirés par la rage et le contentement de sa domination. Il pointa son arme vers Blackadder. « Joyeux Noël. » susurra-t-il, avant de tout bonnement pointer sa baguette sur Aleksander. « C’est bien d’embarquer quelqu’un dans ta propre perte. Tu pourras regarder sa mort en face. » Son rire tonitruent vint briser le silence de la nuit, tandis qu’il décalait son arme vers l’adolescent, ses yeux toujours fixés sur l’autre homme. « De sa souffrance émanera la tienne. Sans te toucher, tu pourrais devenir fou. » Il cherchait toujours à prouver la faiblesse des amours, filiaux ou autres, il cherchait toujours la souffrance de ceux qui, justement, aimaient. Briser, annihiler, brûler ceux à qui vous teniez. « Endoloris. » Son regard détaillait chacune des expressions de Sévan. Il souffrait tout autant que Aleksander se tordait de douleur sur le sol.

587 mots ; moins de 12h. +180pts aux méchants
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio


intrigue trois • bloody christmas


Qu'est-ce que je foutais là ? Sévan était venu me chercher au manoir, alors que je faisais quelques préparatifs de Noël avec Alexis. Il avait jugé notre œuvre de futile, en ces temps de guerre, mais n'avait rien ajouté de plus – puis il m'avait fait signe, et j'avais laissé Alexis seule alors que je suivais le nouveau leader de la résistance. Je savais qu'en laissant Gabriel entrer dans ma tête, je lui donnais l'opportunité de retrouver ma mémoire, mais je signais également pour participer activement à une résistance de plus en plus affaiblie par les assauts répétés des mangemorts. Sur le moment, je n'y avais pas trop réfléchi, j'avais simplement accepté l'idée comme une vague implication lointaine dans le futur. Maintenant que j'étais confronté aux conséquences de ma décision, je ne pouvais m'empêcher d'avoir peur. Sévan devait l'avoir vu, il soupira un peu, et me rassura. Une mission de routine, un simple indicateur à aller voir pour obtenir des renseignements sur les mangemorts, et puis si Gabriel avait confiance en cet homme, c'est qu'il ne devait pas être mauvais. Je n'en étais pas sûr. Pour avoir côtoyé des mangemorts, pour avoir été élevé par eux, je doutai par expérience de tout le monde ; ceci dit, j'avais douté de Sévan, la première fois, et pourtant m'étais-je trompé. Si le jeune homme n'était pas des plus agréables compagnies, probablement dépassé par les événements à la mort de Gabriel, il restait une bonne personne, se battant pour des idéaux en lesquels il croyait. Ça me suffisait. J'acceptais de l'accompagner, appréhendant ma première rencontre de terrain.

Arrivés sur les lieux du rendez-vous, quelque chose gêna Sévan. Il semblait mal à l'aise, et il me transmit sa gêne sans pour autant que je n'en comprenne le sens. Puis les choses s'enchaînèrent : impossibilité de transplaner, défaillance de l'indicateur, venue d'un mangemort. A voir la réaction de Sévan, il le connaissait. Moi-même l'avais-je déjà vu quelque part, probablement dans les journaux, ou bien ce souvenir remonte-t-il à ma vie d'avant, celle que je retrouve petit à petit ? Sans avoir le temps de dire ouf, Blackadder me pousse derrière une benne à ordure, sans ménagement, pour nous mettre à l'abri. Il était moins une, les sorts du mangemort commencent à fuser. « Il faut que tu te tires de là. Je peux me défendre, mais je ne peux pas le faire en m’inquiétant pour ta vie. » J'aurais bien aimé. J'étais pétrifié de peur, convaincu que j'allais crever ici, derrière une poubelle puante, avec un homme que je connaissais à peine, pour une mission dite de routine. Tout cela n'avait aucun sens. Quand bien même aurais-je été capable de bouger, comment abandonner un allié derrière soi ? Comment partir sans n'avoir rien tenté ? À deux, nous sommes plus forts, non ? Mais je ne réponds rien, je ne peux plus parler non plus. J'ai l'impression de vivre un cauchemar, duquel je ne peux pas sortir. Sévan est blessé, et son grognement de douleur me fait réagir. Je regarde sa plaie : l'épaule est touchée, le sang coule à flot. Je déchire un bout de ma chemise et tente de couvrir la blessure, pour arrêter le flot. Je ne suis pas un sorcier exemplaire, d'autant que j'ai perdu beaucoup de ma pratique durant le coma et, par la suite, l'amnésie. Mais les premiers secours, ça, je m'y connais. Alexis m'a tout appris.

Le mangemort apparaît devant nous. En d'autres circonstances, il pourrait avoir un certain charme, le genre dangereux, un peu sauvage. Sachant qu'il pointe actuellement Sévan avec sa baguette, et qu'il est prêt à nous tuer tous les deux, il en devient de suite beaucoup plus laid. « Joyeux Noël. » il sourit, et son rictus me donne envie de vomir. Ou bien est-ce l'odeur du sang de Sévan, poisseux dans mes mains ? Bloody Christmas. Je crois d'abord qu'il va nous tuer d'un coup, mais il semble plus sadique que ça. Il dirige sa baguette vers moi et ajoute quelques mots que je ne comprends pas. Je suis obsédé par sa main, la baguette, droit vers mon cœur. « Endoloris. » dit-il dans un souffle, avec un calme olympien. C'est là que le cauchemar réel commence. La douleur me rentre dans la peau, elle devient mienne et coule dans mes veines, tranchent les bouts de moi intérieurs, à l'avant à l'arrière, des épées de tous les côtés. Je croie que je hurle, mais je ne suis pas capable d'entendre autre chose que le bruit de mes os qui se tordent, sur le sol humide et glacial. J'ai le visage mouillé, je pleure sûrement, je dois crier le prénom de Blackadder, en désespoir de cause, incapable de faire autre chose que de me rouler dans la poussière, sur le bitume, avec les yeux rouges et les nerfs qui sautent. Quelqu'un rit. Moi, je meurs à petites doses.



814 mots sous 12 heures. +180pts aux gentils
Revenir en haut Aller en bas
Sévan Blackadder
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 03/06/2011
⚡ Missives : 295

⚡ Fizwizbiz : 605
⚡ Âge du personnage : 25 ans.
⚡ Nature du sang : sang pur.

seriously, you again ?


Comment les choses pouvaient-elles foirer à ce point ? Putain, pourquoi ça tombait toujours sur lui ? Ca faisait des mois qu’il essayait de faire de son mieux, de protéger tout le monde. Et là, alors qu’il avait emmené Aleksander pour une simple mission de routine, ils tombaient dans un vulgaire piège ? S’il arrivait quoi que ce soit à l’adolescent, Sévan ne pourrait jamais se le pardonner. Et il fallait qu’ils se retrouvent face à Haldane, en plus… Le chien qui avait assassiné son propre frère, le seul avec Elena qui l’avait défendu quoi qu’il arrive. Il ne pourrait jamais lui pardonner et le simple fait de le croiser lui donnait la nausée. La dernière fois, ça avait été limite mais lorsque le sort du mangemort transperça son épaule, Sévan commença à se demander s’il n’allait pas crever ici. Lorsqu’Alister apparut sous ses yeux brouillés par la douleur, l’ancien auror se dressa devant Aleksander par réflexe. Le gosse ne devait pas mourir. « Joyeux Noël. » Sévan serra les dents, s’il n’était pas blessé et menacé par la baguette du mangemort, il se serait sûrement jeté sur lui pour lui coller son poing dans les dents. Il lui en foutrait du joyeux noël, à ce taré ! « C’est bien d’embarquer quelqu’un dans ta propre perte. Tu pourras regarder sa mort en face. » Hors de question, ça n’arriverait pas. Il voulut resserrer sa prise sur sa baguette, comme à chaque fois qu’il se préparait à attaquer, mais elle n’était plus là, il l’avait lâchée quand le sort l’avait touché et elle avait roulé loin de lui. Le jeune homme lui jeta un regard noir. « De sa souffrance émanera la tienne. Sans te toucher, tu pourrais devenir fou. » Sévan écarquilla les yeux et comprit une demi-seconde trop tard puisque déjà, l’endoloris s’échappait de la baguette d’Alister pour venir frapper Aleksander de plein fouet. Le garçon tomba à terre et déjà, les cris de douleur s’échappèrent de sa bouche grande ouverte.
Déjà, Sévan s’imagina annoncer à Alexis, la protégée de Gabriel, que son ami était décédé par sa faute. Déjà, il voyait ses yeux remplis de larmes, ses épaules tremblantes et son cœur se serra. L’adolescente avait déjà trop perdu, il ne pouvait pas permettre qu’un de ses amis y passe lui aussi. Alors malgré la douleur, Sévan se redressa et sans hésiter, il se jeta sur Alister. Les deux hommes touchèrent durement le sol et le résistant laissa échapper un grognement de douleur, son épaule lui faisant un mal de chien. Il ne parvint pas à faire plus que ça, sans sa baguette il se sentait tellement vulnérable. « C’est entre toi et moi, Haldane, laisse-le en dehors de nos histoires. Si tu ne veux pas qu’il arrive malheur à un de tes proches, je te le conseille vivement, » siffla-t-il en plongeant son regard hanté par la douleur dans celui d’Alister.

Car lui aussi savait faire de petites recherches, lui aussi savait comment faire cruellement mal à l’adversaire. Alister lui avait arraché un proche, quoi de plus normal que de lui faire la même chose, après tout ? Ce serait tellement facile et Haldane serait brisé, rien de plus qu’une plaie béante. Mais Sévan n’était pas un monstre et c’était sûrement la seule chose qui maintenait Ewen en vie. Sauf que ça, Alister ne pouvait pas en être sûr.

563 mots en moins de 2h ; +360pts aux gentils


fade to black
Life it seems, will fade away, drifting further every day. Getting lost within myself, nothing matters no one else. I have lost the will to live, simply nothing more to give. There is nothing more for me, need the end to set me free. (⚡️) metallica.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

—— « leave your future behind » ——

Alister voyait le jeune garçon se tordre de douleur devant lui, de lourdes larmes coulaient sur son visage. La douleur invisible et aveugle faisait à merveille son travail. Le sorcier souriait, il ne pouvait que sourire à vrai dire. Il souriait face à l’impuissance de Sévan, il souriait face à la torpeur d’Aleksander, qui fut pendant un temps dans les rangs des mangemorts. Il n’avait que faire de la quelconque traitrise dont on pouvait l’affubler. Lui, il préférait s’insinuer dans les failles, dans la faiblesse de cet enfant grandi trop tôt. Il voulait se délecter de la mort à répandre autour de lui, pierre après pierre. L’incandescente aliénation qui traversait son corps décuplaient ses forces, jusqu’alors réduites par la blessure que lui avait infligée Blackadder. Ses prunelles étaient plantées dans le corps de l’adolescent devant lui. Il était son bourreau. Impitoyable, froid.
Le sourire perpétuellement accroché à son visage ne s’assombrit que lorsque le poids du corps du résistant à terre vint le percuter. Son dos percuta durement le sol, lui arrachant un grognement de douleur. Etourdi, il eut peine à ouvrir les yeux. En se jetant sur lui, l’autre sorcier n’avait eu aucune autre idée que d’appuyer le plus fort possible sur la blessure de sa poitrine, qui à présent ruisselait de sang. Il sentait le liquide carmin coulait le long de son torse, arpentait chacune de ses côtes saillantes. Sa vue était trouble, tant sa souffrance physique faisait lanciner tous ses sens. Le pouls de son cœur venait s’échouer sur sa plaie, venait marteler ses tempes. Il se sentait soumis. Il s’estimait presque vaincu. « C’est entre toi et moi, Haldane, laisse-le en dehors de nos histoires. Si tu ne veux pas qu’il arrive malheur à un de tes proches, je te le conseille vivement. » Nathan n’avait pas tout à fait tort, après tout : faire le coup des menaces pouvait amener à la pire des bassesses. Faire le coup des menaces pouvait même avoir un potentiel comique si l’on y pensait. Devant tant de cruauté de la part de l’ancien auror, Alister ne put que rire, découvrant alors jusqu’à ses molaires temps cette situation lui paraissait quelque peu déplacée. Il ne croyait pas réellement qu’un homme tel que Blackadder ne puisse s’en prendre à un gamin comme Ewen. Mais même s’il finissait par le faire, si jamais il touchait à un seul de ses cheveux, il pourrait tout simplement dire adieu à sa chère sœur. Comme il avait dit adieu à son frère. Haldane, cette fois-ci, ne se contenterait pas de faire souffrir Elena, non… Il la ferait périr, et enverrait sa tête à Sévan, accompagnée d’une lettre retraçant tous les méfais, toutes les atrocités qu’il avait pu infliger à la plus jeune de la fratrie. « La blanche colombe me menacerait-elle ? Mais ce sont des techniques dignes de la pègre comme moi ! » Sur quoi, il explosa de nouveau de rire, avant de tout bonnement exploser le nez de l’autre sorcier à l’aide de sa boîte crânienne. Un joli coup de boule bien placé, oui.

Le rafleur se releva difficilement, s’empara de sa baguette qui était tombée dans leur chute. Il attrapa Sévan par le col et le plaqua contre le mur, la lame froide de son couteau venant caresser ses côtes. « Tu touches à un cheveu de mon fils, j’attrape ta sœur, Blackadder. Je l’attrape et je lui ferai regretter le jour où elle est venue au monde. Je lui ferai regretter d’avoir un jour eu un quelconque lien de sang avec toi. Mes mains seront couvertes de son sang… et ta conscience de ses supplications. » Il se retourna vivement, et tenta de se concentrer sur le garçon qui était toujours prostré, contre la poubelle. Il s’avança, lentement, vers lui. Puis, violemment, il l’attrapa par le bras et le plaça devant lui, tenant ses deux mains liées derrière son dos, sa baguette presque enfoncée dans sa gorge. Ils étaient à sa merci, comme deux souris coincés dans un coin. Mais ces souris n’avaient pas l’air d’attendre la mort comme la délivrance à leurs existences aussi pathétiques que vides. Elles étaient combatives, elles avaient les yeux embués par la rage et la peur. Ce qui n’était pas pour déplaire à Alister. « En te ralliant à la résistance, tu as presque eu l’air d’oublier les ressources du monde d’où tu viens, Lindgren. » lui susurra-t-il à l’oreille, avant de, de nouveau, planter son regard dans celui de Sévan.

747 mots ; avant 2h +360pts pour les méchants

Spoiler:
 


Dernière édition par S. Alister Haldane le Lun 14 Jan - 2:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
this is war !


C'était là, tout prêt. Guerre pouvait sentir la présence d'un conflit non loin de lui et cela l'excita au plus haut point. Abandonnant ses plans pour la soirée, il prit la direction de la colère, de la hargne et du combat pour la survie. Il était comme hypnotisé, en transe. La seule chose qui importait désormais, c'était de retrouver ces personnes qui se battaient et il ne tarda pas à mettre la main dessus. Les barrières magiques qui entouraient le lieu le firent vaguement ricaner et enfin, il les aperçut, le petit jeune recroquevillé de terreur derrière sa poubelle, le grand brun qui pissait le sang et le plus âgé des trois qui semblait prendre le plus de plaisir dans tout cela. Plus excité que jamais par la situation, Guerre laissa échapper un rire bruyant. Il ne s'arrêta pas là et puisant dans ses pouvoirs les plus sombres, il fit déferler sur les trois hommes une vague sombre de colère et de rage pur. Lorsqu'il vit les prunelles d'Alister virer au noir, lorsqu'il sentit le corps d'Aleksander être subitement animé par de soudaines envies de meurtre, il glissa une cigarette entre ses lèvres et l'alluma avec un sourire satisfait. « On va jouer un peu, voyons si votre colère vaut quelque chose, » fit-il avec un air narquois. Voyant que le grand au nez en sang ne semblait pas réagir, Guerre fronça les sourcils et s'avança vers lui. D'un coup de pied, il l'allongea à terre, posant son pied sur le torse du jeune homme qui le dévisagea sans comprendre. « Pourquoi tu ne t'énerves pas, toi ? » se demanda-t-il en faisant la moue. « Tu as besoin qu'on te stimule un peu ? » susurra-t-il en crachant sa fumée dans le visage de l'ancien auror.

———————— ͼҨͽ ————————


Aleksander, Alister, la présence et les pouvoirs de Guerre vous rendent littéralement fous de rage, vous n'êtes plus vous même. Sévan... bonne chance ?

la couleur de Guerre : #B9121B
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio


intrigue trois • bloody christmas


La douleur s'arrêta subitement. Je crachais mes poumons sur le sol, versais des larmes honteuses, j'avais l'impression de répandre mon sang sur le macadam, mais tout ceci n'était pas réel – c'était magique. Je haletai encore en cherchant Sévan des yeux, ayant peine à me relever. Il s'était jeté sur le mangemort, dont j'ignorais toujours le nom. Tout ça pour m'empêcher de souffrir. Peut-être avait-il seulement peur de perdre un membre de la résistance, ou ne voulait-il pas gérer la culpabilité de ma mort. Peu importait la raison, l'important était que j'avais de nouveau le contrôle de moi-même, et je pouvais faire quelque chose pour aider. Je tâtai mes poches, ma baguette n'y était plus ; elle avait dû glisser pendant que j'enchaînais les roulades du torturé sur le bitume. On n'y voyait rien, ce soir, et un bout de bois ensorcelé bien sombre, sur un sol noirâtre, dans une rue mal éclairée ? Ça n'allait pas vraiment m'aider. Un bruit sourd me fit relever la tête avec empressement. Sévan venait de se prendre un coup de boule, et son nez commençait à saigner. Le mangemort reprenait la main. Avec ça survînt la crainte de subir l'endoloris une nouvelle fois, ce qui me fit hâter ma recherche de baguette. Pas assez rapide. Des mains m'attrapèrent violemment, me plaquant contre la poubelle. Incapable de me dégager, je sentais sa baguette contre ma gorge, et son haleine partageait mon souffle. « En te ralliant à la résistance, tu as presque eu l’air d’oublier les ressources du monde d’où tu viens, Lindgren. » Je me sentais inutile. Je l'étais. Il me connaissait, lui, alors que j'ignorais tout de sa vie. Je n'avais aucun prénom à mettre sur le visage de l'homme qui allait me tuer. Comme si ça ne suffisait pas, Sévan était adossé au mur, le souffle court, une main portée à son visage. Tu parles d'une résistance. Les vieux instincts reprennent, je me dis que je pourrais rejoindre les mangemorts à nouveau, être dans le camp majoritaire, le camp vainqueur de cette nuit ; mais le visage d'Alexis me revient, celui de Seth aussi, je ne pourrais pas abandonner les gens que je viens de trouver, les gens qui sont désormais ma famille quand les mangemorts ont été ceux qui m'ont planté dans le coma. Ma propre sœur. Je crache au visage du mangemort. « Vos ressources ne valent rien. Nous avons le courage. Nous avons l'espoir. » Quel beau discours. L'espoir ne m'aidera pas à sortir de cette situation.

C'est à cet instant qu'il est arrivé. C'était un homme âgé – quoiqu'il ne se déplaçait pas comme un homme, plutôt comme un prédateur. Avec agilité, s'entourant des ombres avoisinantes, si bien que je n'ai pu voir son visage que lorsqu'il se trouva à quelques pas de nous. Par un quelconque sortilège, il avait passé les barrières magiques nous protégeant des moldus. J'aurais dû me sentir soulagé, d'être ainsi délivré de l'attention du mangemort. Sévan et moi pouvions retourner la balance. Mais il y avait quelque chose, chez cet inconnu, qui me dérangeait. Ses yeux sans vie, presque noirs, son allure féroce ou le rictus qu'il affichait. Je l'avais déjà vu quelque part, je crois qu'il travaillait au Ministère. Il était recherché, il me semble. Meiffert. J'avais oublié son prénom. « On va jouer un peu, voyons si votre colère vaut quelque chose. » et soudain, le monde vire au rouge. Je repousse le mangemort, violemment. J'ai envie de le tuer, de le faire souffrir avant. Peut-être lui arracher les ongles, ou lui ôter un œil et lui faire bouffer. Tout ce qui m'a toujours déplu, m'a toujours mis en colère, se trouve concentré au fond de moi. Je déteste Sévan, ses airs de grand chef et son allure trop impliquée. Je trouve qu'il a une coupe de merde. Je devrais le scalper, probablement. Faire une écharpe de ses cheveux. Il m'a amené ici après tout, j'ai subi un endoloris par sa faute, et j'étais à deux doigts de crever parce qu'il avait un peu mal au nez. Je m'avance vers lui, je lui colle une droite. Oh, j'ai des bras minces, et peu de muscles, mais pour une raison que j'ignore, ma force est décuplée. La rage, ils diront. Pour moi, ça sonne comme la liberté.



716 mots sous 12 heures. +180pts aux gentils
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

—— « leave your future behind » ——

Il l’avait en jouc, il le tenait. Il n’était qu’un petit insecte que le rafleur pouvait écraser en ses doigts. Il ne pouvait rien faire. Il ne pourrait pas bouger, et si tel était son souhait, il se retrouverait avec une épaule démise et la douleur aigüe que cela lui infligerait. Tenté si bien qu’Alister n’aurait plus qu’à l’achever, tout en ayant bien pris le temps de le voir se tortiller comme un asticot trépassé par des piques acerbes. L’homme aurait souri, longuement. Il ne se serait même plus soucié de l’autre résistant qui pouvait lui sauter dessus à tout moment, nez cassé ou pas. Il se serait approché, lentement de l’adolescent et n’aurait eu qu’à murmurer la mort à son oreille, incarnée par deux simples mots.

Son arme presque enfoncée dans la gorge d’Aleksander, Alister contemplait la faiblesse de Sévan. Ce dernier ne bougeait qu’à peine, ses deux mains portées à son visage. Il les fixait, il ne faisait que cela. Ce qui eut pour effet d’amuser le mangemort au plus haut point. Il ne put s’empêcher de rire quasi allègrement, regardant tour à tour les deux résistants dans le blanc des yeux. Ils étaient à sa merci, tous les deux. Il les tenait, il avait leurs vies entre ses mains. Fardeau dont il se débarrasserait au plus vite. « Vos ressources ne valent rien. Nous avons le courage. Nous avons l'espoir. » Ces mots vinrent presque le réveiller de sa folle torpeur. Un fin sourire vint se loger sur le visage de l’écossais. Ce garçon n’était vraiment qu’un gamin, avec ses illusions toujours présentes, ses envies de justice insatiables, sa naïveté abrupte. Tout cela n’était perçu que comme de vaines utopies de la part d’un gamin sans personnalité, une connerie inhérente à sa condition d’humain qui ne se pose pas les bonnes questions ; qui ne voit pas que tout simplement l’homme est un loup pour l’homme. On avait dû lui farcir le crâne de vaines promesses, de serments sur son honneur, de rêves, d’espoir. Et toutes ces belles choses dégoûtaient Alister plus que quiconque. Il s’en foutait de toutes ces mascarades, de tous ces songes d’idéalisateur, lui, il voulait juste se sentir vivant. Et voir les autres en pâtir.
Tout se profilait dans le meilleur des mondes possible pour lui. Il ne pouvait presque pas rêver meilleure prise. Mais tout s’effondra presque lorsque le rire bruyant d’un homme vint faire vibrer les tympans du rafleur. Il vit son visage. Ce visage, il l’aurait reconnu entre mille tant il était recherché par le ministre. Philippe Meiffert. Il l’avait déjà croisé au Ministère, il ne l’avait jamais apprécié. Il l’avait toujours pris pour une victime de sa propre vie, un homme faible, sans grande envergure, sans grandes ambitions. Il était comme une vermine de plus aux yeux du mangemort.
Mais quelque chose avait changé en lui. Une force émanait maintenant de son être autrefois si insipide. Force qui vint frapper Alister de plein fouet. Il sentait comme un fluide sombre et envoutant s’emparer de tout son corps, il ne comprenait pas très bien ce qui se passait à vrai dire. Mais cela lui plaisait, réellement. Il était tout autre, mais tout à fait lui. « On va jouer un peu, voyons si votre colère vaut quelque chose. » Ces quelques mots ne purent que faire sourire l’homme blond. La rage s’insinuait dans son corps presque décharné. Chaque parcelle de sa peau suintait la haine, chaque cellule de son cerveau pullulait le dégout de toute forme d’êtres vivants sur cette planète. Ses démons, d’ordinaire silencieux, se réveillèrent dans un énorme fracas. Toute sa colère l’anima, son visage rayonnait d’animosité et de sadisme malsain. Ces deux gamins étaient de nouveau les pantins de son esprit glacé.

Il lâcha un léger ricanement lorsqu’il vit Aleksander tout bonnement foutre une royale beigne à Sévan qui lui, était toujours à terre. Il s’avança lentement vers eux. Il les toisait de toute sa hauteur, et cela accroissait sa sensation de domination croissante. Il était comme enivré, sa tête lui tournait presque. Son sang bouillonnait dans ses tempes. Des petits rats à crever. Sa main vint rencontrer le cuir du résistant, qui lui faisait alors face. Il agrippa du plus fort qu’il put la tignasse noire de Sévan, et l’attira violemment vers lui. Il était maintenant à sa hauteur. Alister pouvait presque sentir son souffle. Il planta ses yeux bleus acier dans ceux du garçon. Il n’y voyait aucune peur, aucune appréhension. Juste une rage de fauve en chasse. Et cela eut plus que le don de décupler la rage qui se lovait en lui. Il vint plaquer le garçon contre le mur. Il porta sa baguette à la poitrine de Blackadder, et murmura entre ses dents « Diffindo ». De longues lacérations vinrent déchirer la chemise de l’autre homme, puis ce fut le tour de sa peau. Le sang coulait sur son torse, ses cris même s’ils avaient été inexistants ravissaient au plus haut point le rafleur. De son arme se créa un énorme « E » sur le torse de son adversaire. « Ton remord sera inscrit à jamais sur ta peau, Blackadder. » Un animal l’habitait. Ce n’était pas ses mots, ce n’était pas sa voix. Il ne s’en rendait pas compte. Mais bordel qu’est-ce qu’il pouvait aimer ça. Il ne faisait à présent plus qu’un avec ses chimères. Elles dictaient ses actes, elles dictaient sa soif insatiable de sang chaud, de larmes, d’odeur putride de la mort.
Il ne voulait pas les faire payer pour quoi que ce soit, mais leur faire profiter de ce sentiment de vie qui enflammait ses entrailles.

944 mots. +30pts aux méchants
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sévan Blackadder
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 03/06/2011
⚡ Missives : 295

⚡ Fizwizbiz : 605
⚡ Âge du personnage : 25 ans.
⚡ Nature du sang : sang pur.

seriously, you again ?


Sévan ne pouvait rien faire et cette sensation était insupportable. Il était parfaitement inutile, en proie à une force plus puissante encore que lui. Lorsque le poing d’Aleksander surgit dans son champ de vision, il était trop tard pour esquiver. Le coup du jeune homme l’atteignit en pleine mâchoire, avec une force inouïe, surtout pour un type de son gabarit. L’ancien auror vit clairement des étoiles et retomba lourdement à terre, sonné. Au même moment, une silhouette surgit dans son champ de vision, celle de l’homme le plus recherché d’Angleterre actuellement, Meiffert. Il posa son pied sur son torse, l’écrasant lourdement. « Pourquoi tu ne t'énerves pas, toi ? » Sévan fronça les sourcils. Il ne savait pas qui était ce type, mais il sentait que quelque chose clochait chez lui. Il y avait quelque chose de pas normal, c’était plus que de la magie noire, c’était… la noirceur, les ténèbres elles-mêmes. « Tu as besoin qu'on te stimule un peu ? » Il soutint le regard du type, néanmoins toujours trop sonné pour se dégager de sous son pied qui semblait brusquement peser une tonne. Mais Meiffert s’écarta de lui-même alors qu’Alister refaisait son apparition, attrapant le jeune Blackadder par la tignasse. Le jeune homme serra les dents et n’émit aucun son. En revanche, il plongea son regard dans celui du mangemort, calme, presque serein. « Ooooh, je vois ! » s’exclama Guerre d’un ton guilleret.
Les muscles du jeune homme se crispèrent brusquement tandis qu’Alister prononçait une formule qui n’annonçait rien de bon. Il dut faire un effort surhumain pour ne pas hurler tant la douleur sur son torse, cuisante et profonde, était insoutenable. Mais il finit par ne plus tenir et un grognement rauque s’échappa d’entre ses lèvres. Serrant les poings, Sévan inspira un grand coup et ferma les yeux puis se servant de toutes ses forces, donna un coup de boule au Mangemort. Le monde se mit à tourner de plus belle et le choc lui arracha un autre grognement mais au moins, l’autre taré relâcha sa prise. Le jeune homme tenta de reprendre ses esprits et dans la panique, ne mit guère de temps.

Aleksander essayait déjà de se rejeter sur lui, mais Sévan attrapa le garçon au vol, refermant ses bras autour de lui, puis il chercha l’autre type du regard. « Qu’est-ce que vous leur avez fait ? Arrêtez ça tout de suite ! » Interloqué quelques secondes, Meiffert éclata d’un rire tonitruant. « Tu es sans arrêt en colère, n’est-ce pas ? Il n’y a pas une seule seconde ou elle te laisse tranquille, cette rage qui te bouffe, » susurra-t-il d’un ton enjoué. Sévan fronça les sourcils, voulut répliquer mais ne trouva rien à dire. Ces propos étaient justes, après tout. « C’est génial ! Absolument génial ! » poursuivit-il en tapant des mains, comme un enfant qui se retrouverait face à un spectacle amusant. Puis il disparut brusquement, comme s’il n’avait jamais été là. Son emprise sur les deux autres hommes s’effaça à son tour et Aleksander cessa de se débattre furieusement au creux de ses bras. A bout de forces, l’ancien auror ne chercha même pas à vérifier où en était Alister et entraîna le jeune résistant loin de la zone qui les empêchaient de transplaner et lança un dernier sortilège qui les transporta directement devant le Manoir St James. Epuisé et recouvert de son propre sang, Sévan sombra dans l’inconscient.

572 mots. + 30 points aux gentils.


fade to black
Life it seems, will fade away, drifting further every day. Getting lost within myself, nothing matters no one else. I have lost the will to live, simply nothing more to give. There is nothing more for me, need the end to set me free. (⚡️) metallica.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

07 — INTRIGUE 3 : aleksander, alister & sévan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Intrigue #3 ; Bloody Christmas-