AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 02 — INTRIGUE 3 : alice, arcturus, orion & heather.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
Alice, Arcturus, Orion & Heather.

Alice et Arcturus travaillent ensemble depuis quelques mois désormais. Il est son supérieur mais ils n'ont pas beaucoup d'années d'écart. Et puis il faut bien dire que le jeune homme est drôle et sait mettre les gens à l'aise alors ils s'entendent plutôt bien. Par conséquent, c'est sans hésiter qu'il a proposé d'accompagner Alice faire ses derniers achats de Noël, lui-même devant en faire quelques uns. Orion et Heather quant à eux sont de bons amis depuis longtemps, voire-même un peu plus que cela, si l'on en croit les rumeurs. Les vacances ont commencé depuis un bout de temps, Orion se retrouve encore chez Jehan qui a insisté pour qu'il ne passe pas Noël tout seul. Pour le remercier, il a décidé d'aller lui acheter un cadeau et pour cela, il a fait appel à son amie. Les quatre jeunes gens se trouvent donc sur le Chemin de Traverse.

Alice, Arcturus, Orion & Heather, l'un de vous doit commencer ce sujet !

———————— ͼҨͽ ————————


Vous avez l'habitude maintenant (sauf si vous êtes tout nouveau ♥) pour les intrigues, on vous autorise à écrire des rps de 500 mots minimum et 1000 grand maximum afin que ça tourne vite, que ça vous prenne pas un temps fou et que ça devienne une grosse contrainte. Pour cette intrigue, le système des points se retrouve également légèrement modifié :

— vous postez en moins de 2h, vos points sont multipliés par 12.
— vous postez en moins de 12h, vos points sont multipliés par 6.
— vous potez en moins de 24h, vos points sont multipliés par 2.



Dernière édition par Hogwarts Chronicles le Jeu 2 Jan - 12:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Alice se sentait joyeuse. Elle avait toujours adoré la période de Noël. L’ambiance qui se dégageait dans les rues était juste merveilleuse, elle adorait passer devant les vitrines décorées avec des centaines de guirlandes, des jouets rendus vivants par la magie qui offraient un fantastique spectacle pour les enfants et les odeurs de sucre d’orge, de pain d’épices et de chocolat chaud qui sortaient des maisons. La jeune apprentie guérisseuse aimait vraiment se promener dans les ruelles du Chemin de Traverse en cette période. Ce qu’elle aimait par-dessus tout c’était le moment des achats, elle aimait beaucoup offrir aux gens qu’elle aimait ce qu’ils attendaient depuis un moment. Cette année, elle avait décidé de faire plaisir à quelques collègues de boulot, en excluant l’infâme docteur Crossman, et surtout ses amis de Poudlard et surtout ceux qui étaient coincés dans les différents manoirs utilisés pour la Résistance. Elle leur joindrait des chocolats qu’elle aura fait elle-même. Elle avait quelques cadeaux à faire en plus avant les fêtes, elle finissait sa formation à quinze heures c’était le moment parfait pour elle. Elle croisa Arcturus dans les couloirs. Techniquement, il était son supérieur, mais il avait toujours été gentil avec elle, pas comme Crossman. Elle lui donna une tape sur l’épaule « Hey ! Alors comment se passe ta journée ? » Ils firent quelques pas, Alice récupéra sa feuille de la journée et l’éplucha pendant quelques secondes avant de la plier soigneusement et de la fourrer dans la poche de sa blouse. Elle noua sa longue tignasse blonde tout en écoutant son ami parler. « Dis, j’ai encore quelques cadeaux à faire avant Noël et je compte y aller tout à l’heure après la formation, ça te dit de venir avec moi ? » Elle n’attendit pas sa réponse et ajouta « Je n’accepterai aucun refus ! » Elle s’éloigna en pointant Arcturus avec son stylo puis elle disparut à l’angle d’un couloir.

C’était l’heure pour elle de s’occuper de miss Gholwick. Une joueuse de Quidditch qui s’était blessée. Crossman supervisait l'intervention avec d’autres jeunes en formation et elle se devait d’être sérieuse et à l’heure sinon il allait encore trouver des choses à redire sur son comportement.

———————— ͼҨͽ ————————


Quinze heures. Alice avait retrouvé ses vêtements de tous les jours. Elle s’était emmitouflée sous son manteau et attendait Arcturus dans l’entrée de l’hôpital. Dehors, il commençait à neiger ce qui rendait la jeune fille encore plus excitée qu’avant. « Ah mais te voilà ! Allez ! On y va. » En quelques secondes à peine, ils étaient sur le chemin de Traverse. Alice était bien trop impatiente pour prendre la voie normale. La rue commençait à se vêtir d’un léger manteau blanc et la blonde trépignait sur place. Arcturus avait du mal à contenir la joie débordante qui émanait d’elle. Noël c’était pour bientôt et la neige était enfin là. C’était comme si elle effaçait toutes les peines qu’il y avait eu récemment. Tous ces enfants enlevés et ces nombreux malades qui affluaient. « Tu as déjà acheté le cadeau pour ta sœur ? Demanda-t-elle, toujours aussi curieuse.

516 mots en moins de 24h ; +60pts pour les gentils
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Il l’avait enfin retrouvée. Arcturus avait retrouvé sa petite sœur. Et pour Noël en plus. Il ne pouvait rêver mieux. Sauf que tous les actes de son père venaient noircir le tableau de ces agréables retrouvailles. Le garçon avait dû tout dire à Rayleigh. Une fois de plus, Philippe Meiffert avait perdu pied. Une fois de plus, il avait prouvé sa faiblesse aux yeux du monde, et surtout aux yeux de ses enfants. Il avait, certes, perdu leur respect depuis des années déjà, mais là, il touchait le fond plus que d’ordinaire. Ce qui avait le don d’enrager le jeune sorcier. Toute sa vie, il avait dû subir les assauts répétés de l’alcoolisme et du dépit de son géniteur. Il l’avait vu détruire l’enfance de sa propre fille. A présent, il voulait la protéger elle, envers et contre tout. Et surtout contre celui qu’ils avaient tous deux, il fut un temps, appelé « Papa ».
Dans la journée, il s’était fait accoster par Alice, l’apprentie guérisseuse toute fraîchement débarquée de Poudlard. Il l’aimait beaucoup à vrai dire. Il faisait toujours tout pour la faire sourire lorsqu’il se rendait compte qu’Amadeus l’avait encore importunée avec ses remarques qui n’avaient rien d’agréable. Et ce jour-là ne fit pas exception. Elle n’eut pas le temps d’aborder le sujet, certes, mais le garçon avait bien vu qu’elle n’était pas au top de sa forme. Il accepta donc sans hésiter sa proposition d’aller faire quelques achats après tout ce qu’ils avaient respectivement à faire. Il n’avait strictement aucune idée de ce qu’il allait bien pouvoir offrir à sa petite sœur, pour être honnête. De son côté, elle lui aurait surement dit « Ne m’achète rien, là, je n’ai besoin que de ta présence et de calme… » Mais Arthur ne voyait pas cela du même œil. Il aimait par-dessus tout gâter sa petite princesse. Il l’avait recueilli depuis quelques jours déjà, et n’aspirait qu’à voir son visage redevenir rayonnant. Il ne voulait que son sourire. Elle ne devait plus vivre dans la peur permanente qu’avait instiguée leur père au-dessus de leurs têtes. Car si Rayleigh avait atterri entre les mains des mangemorts, c’était entièrement de sa faute. Il devrait vivre avec les maux de sa fille accrochés à sa conscience, durant toute sa vie errante. Si seulement il avait encore une conscience.

Le jeune Meiffert avait enfin terminé sa journée. Il n’avait pas hésité à aller dire deux, trois conneries à Jules avant de s’éclipser comme un voleur, sans se rendre compte qu’il était en fait en retard pour rejoindre Alice. Chose qu’elle ne manqua pas de lui faire remarquer. Il ne répondit pas, ne lui lançant qu’un petit sourire timide, qui se transforma quasi instantanément en énorme banane accrochée aux lèvres de l’ancien serdaigle. Dieu, qu’il pouvait ne jamais être sérieux, surtout à l’approche des fêtes de Noël. Lorsqu’ils mirent les pieds dehors, la neige vint teindre le ciel de son coton blanchâtre, et commença à colorer le sol pavé. Le sorcier avait un peu de mal à suivre la jeune Morrison, qui gambadait comme une grande enfant sous les flocons. « Tu as déjà acheté le cadeau pour ta sœur ? » finit-elle par lui demander. Arcturus eut un rire assez nerveux. « Non… et à vrai, je sais même pas quoi lui offrir ! Je voudrai quelque chose de grandiose tu vois… Elle revient presque d’entre les morts ma petite puce. Je veux qu’elle soit surprise par ce que je lui offrirai ! dit-il, fièrement, et je m’étais dit que tu pourrais m’aider… en fait. » Il s’approcha d’elle et mit un genou à terre, faisant voler les petites particules glacées autour de lui. Il prit la main de la demoiselle dans la sienne et, plein de solennité, lui demanda « Alice Morrison. Consentez-vous à m’aider à trouver un cadeau pour Rayleigh Meiffert ? » On pouvait lire dans ses yeux un amusement tout enfantin, une euphorie même. Il n’avait pas réellement changé sur ce point-là depuis sa naissance. Il restait le même grand gamin, même en ces heures qui s’assombrissaient.

679 mots ; avant 12h +180pts pour les gentils

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

Bloody Christmas

alice, arcturus, heather, orion

Quelques semaines plus tôt, Orion avait reçu une lettre de Jehan. Ce dernier l’avait gentiment invité à passer les fêtes de fin d’année chez lui, pour que le Serdaigle ne se retrouve pas seul. Jehan, qui était son avocat lors du procès, était en quelque sorte devenu son ange-gardien. Il l’avait déjà accueilli tout l’été alors qu’Orion n’avait aucun autre endroit où aller. Il avait failli décliner l’invitation, mais cela semblait tellement faire plaisir à Jehan qu’il finit par accepter. C’est donc comme ça qu’il se retrouva chez Jehan pendant les vacances. Voulant le remercier, Orion avait décidé de lui offrir un cadeau, mais il n’avait absolument aucune idée de ce qu’il pouvait lui offrir et ses moyens étaient limités. Il demanda donc à Heather par lettre si elle avait une idée, quelque chose à lui conseiller. Elle lui proposa de l’accompagner au chemin de traverse pour qu’ils cherchent ensembles. Comme Heather était aussi rentrée chez elle pour les vacances, ils décidèrent de se retrouver quelques jours plus tard à un point de rendez-vous choisi par Orion : la chambre d’Heather. Il y transplana à l’heure prévue et y trouva sans surprise la jeune fille, prête à partie. « Bonjour, toi. » dit Orion avec un beau sourire en s’approchant de la demoiselle et déposa ensuite un baiser sur ses lèvres, parce qu’ils n’étaient pas que de simples amis. « T’es prête, on peut y aller ? » demanda-t-il tout en patientant. Il lui en était vraiment reconnaissant de l’accompagner pour l’aider à trouver un cadeau à Jehan. Il n’avait absolument aucune idée de ce qu’il pouvait trouver et pour tout avouer, il avait aussi un peu peur de parcourir les rues du monde sorcier tout seul. Et pour cause, Orion était un loup-garou et il avait été récemment décidé par le ministère que les loups-garous non sympathisants de Caldwell et des mangemorts allaient être traqués. Orion n’était pas à proprement parlé contre les mangemorts, il n’était plus vraiment pour non plus. Il ignorait si les loups-garous commençaient déjà à faire l’objet de recherche mais si Heather et lui remarquaient quelque chose de louche, ils pourraient toujours fuir plus vite à deux que seul. Mais c’était aussi une bonne raison de passer un peu plus de temps avec Heather, qui était une fille qu’il appréciait vraiment.

Une fois prêts, Orion et Heather transplanèrent jusqu’au chemin de traverse. La première chose qu’il remarqua, c’était qu’il neigeait et il n’aimait pas du tout la neige, ni la pluie. Il allait devoir passer outre, il comptait bien passer un bon moment avec Heather sans se prendre la tête. Il lui sourit et ils commencèrent à marcher. La rue resplendissait de mille lumières, les décors de noël étaient de sortie. Orion n’était pas fan de cette période, mais il trouvait ça très beau quand même. « Pour Jehan, j’ai pensé à lui offrir quelque chose pour décorer son appartement. Tu penses que c’est une bonne idée ? » Orion avait vécu avec Jehan assez longtemps pour savoir à peu près ce qu’il aimait niveau décoration, mais comme cadeau de remerciement, ça n’était peut-être pas le top. Orion n’avait pas l’habitude d’en offrir et encore moins à un ange-gardien comme Jehan. « Je compte sur toi pour m’empêcher d’avoir honte en offrant un cadeau pourri. » dit-il avec un clin d’œil à la jeune femme. Elle avait certainement plus de goût que lui. « T’as aussi des choses à acheter ? » Il demanda tout ça pour qu’ils organisent un peu quelles boutiques faire, à moins qu’ils se contentent d’entrer dans chaque boutique et qu’ils voient si quelque chose leur plait. Orion se dit qu’il devrait peut-être acheter un petit cadeau pour Heather, pour noël, pour la remercier de le soutenir autant. Il n’avait pas tant d’amis que ça à Poudlard et elle était l’une de ses plus proches.

644 mots sous 24h +360pts pour les serdaigle
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

Bloody Christmas



« Cette robe est trop longue. » Heather avait toujours eu cette fichue manie de parler toute seule, à croire que son miroir était son principal allié imaginaire dans la vie. Fort heureusement, il n'y avait personne à la maison.
Heather ne stressait pas sur son apparence à cause du fait qu'elle avait rendez-vous avec Orion d'ici quinze minutes, mais parce qu'une de ses obsessions était d'être aussi mignonne que sa peluche Birdy. Elle reposa la robe trop longue dans son dressing pour en sortir une nouvelle, plus courte, qu'elle s'empressa d'enfiler. La Gryffondor observa son propre reflet avec curiosité et satisfaction à la fois, deux expressions combinées qui faisaient qu'elle ressemblait en cet instant précis au nain Simplet. « Qu'est-ce que j'suis sexy ! Mais si y a un gros coup de vent, on verra tout. C'serait pas charmant, ça. » Heather enleva le bout de tissu qui la recouvrait, le balançant cette fois en arrière, mimant un strip-tease. Riant toute seule et quasiment nue - comme elle avait tant l'habitude de le faire - elle s'exclama avec joie : « A la personne qui m'espionne peut-être, je tiens à te dire que t'as la plus bonne des vues au monde ! » ; prouvant à l'occasion qu'elle était vraiment atteinte. Heather Hayes était une tarée, une folle, une semi-schizophrène, mais on l'aimait comme elle était. Il était difficile de se séparer d'elle une fois qu'on commençait à l'apprécier.

Elle se décida au final pour une tenue opposée à celles qu'elle avait essayé plus tôt. Heather était vêtue simplement : un jean, des Converse - des neuves, pas les vieilles boueuses du temps où on la surnommait Travelo - et une veste en cuir par-dessus un débardeur blanc. Ce fut pile au moment où elle fourrait de l'argent dans une de ses poches qu'Orion transplana dans sa chambre. « Bonjour, toi. » Il s'approcha d'elle et l'embrassa, baiser qu'elle lui rendit candidement. « T'es prête, on peut y aller ? » Elle acquiessa, se disant intérieurement qu'elle n'avait cas se déshabiller pour l'allumer. Ainsi, ils ne seraient plus prêts à partir et s'amuseraient bien, à deux. Esquissant un sourire pour elle-même en pensant à ses coquineries, elle se retint de lancer une nouvelle bêtise afin qu'ils ne perdent pas de temps et qu'ils puissent faire leurs emplettes.

Orion et Heather transplanèrent au Chemin de Traverse. La jeune femme adorait Noël et elle ne tarda pas à manifester son émerveillement - contrairement à Orion - en voyant les décorations qui ornaient les boutiques et la rue toute entière. « Qu'est-ce que c'est joli, oulala ! » Les deux amis s'échangèrent un sourire avant de commencer leur route. Elle avait décidé d'accompagner Orion choisir un cadeau pour son avocat et hôte Jehan Chevalier sans savoir si elle avait d'idées à lui proposer. Heather avait simplement trouvé un excellent prétexte pour passer un bel après-midi avec le Serdaigle. Elle ne connaissait pas personnellement Jehan et ignorait quel goût il pouvait avoir. La Hayes n'avait pas cherché à le savoir, d'ailleurs, dans les lettres qu'elle avait envoyé à Orion lorsqu'ils discutaient de ça. Qu'importe, à eux deux, ils allaient bien finir par tomber sur quelque chose de sympathique. « Pour Jehan, j’ai pensé à lui offrir quelque chose pour décorer son appartement. Tu penses que c’est une bonne idée ? » Elle eut une petite moue interrogatrice, s'interrogeant en réalité elle-même. Pour elle, offrir un objet décoratif n'était pas une bonne idée sauf si... « T'as cas m'enfermer dans une grande boîte toute nue et lui donner. Tout le monde sait que je suis une grande oeuvre d'art et il pourra se servir de moi comme porte-manteaux. » dit-elle en riant, trouvant ses paroles stupides. Heather était toujours là pour détendre l'atmosphère avec ses remarques comiques, souvent pas si drôles mais c'était justement à cause de ça que les gens riaient en l'écoutant. Elle était douée pour dire des choses aussi périmées que la culotte de la vieille McGonagall. « Je compte sur toi pour m’empêcher d’avoir honte en offrant un cadeau pourri. » En guise de réponse, elle déposa un baiser sur sa joue tout en lui ébourrifiant les cheveux comme s'il était un enfant. « T'inquiètes, je ferais le maximum ! » Cette journée la rendait encore plus enthousiasme que d'habitude, certainement parce que c'était l'approche des fêtes. D'humeur constamment festive, Heather devenait encore plus excitée à Noël ou lors des anniversaires.« T'as des choses à acheter ? » Excellente question. Elle ne s'était même pas demandée ça, en fait. Ils étaient là, donc, autant en profiter. De plus, Heather avait emporté de l'argent sur elle, alors tout était bon pour qu'elle achète de jolies choses à ses proches. Il fallait aussi qu'elle offre un cadeau à Orion. Son ami et amant le méritait, il était si gentil avec elle et Heather tenait à lui faire plaisir. « Oui mais je ne sais pas quoi encore. On a cas faire la tournée des boutiques, non ? Comme ça, on verra tout ce qu'il y a. » Elle s'interrompit soudainement, son regard devenant espiègle. Heather porta un doigt à ses lèvres, faisant semblant de réfléchir. Si elle adorait le Chemin de Traverse depuis qu'elle était toute petite, c'était principalement parce qu'elle était une grande gourmande et qu'il y avait le stand de Florian Fortârome dans le coin. « Mais je veux une glace. » Heather passa le bout de ses langues sur une de ses lèvres, provocatrice. « Une glace bien sucrée comme toi. » La lionne était consciente que s'ils allaient chercher sa glace en premier, cela promettait un bon détour. Sauf qu'elle pouvait être capricieuse quand elle en avait envie et qu'elle se fichait bien du reste. Elle avait très faim.

962 mots en moins de 12h. +180pts pour les gryffondor

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
greetings from the past.

Le froid semble s'emparer de tout le Chemin de Traverse. Le vent agite les flocons qui virevoltent dans les airs avant de venir épaissir la couche de neige sur le sol. Un rire d'enfant résonne, normal, c'est Noël. Mais quand elle aperçoit la silhouette d'Orion, tout bonheur semble disparaître de son visage étrangement translucide. Ses couettes sont immobiles malgré le vent qui souffle fort et l'on sent bien que les éléments de ce monde ne l'atteignent pas. Doucement, elle glisse sa main dans la paume chaude d'Orion. Il ne sent qu'un souffle froid, se retourne et reconnaît le visage de la petite. Ils les ont tués, elle et ses parents. Ils les ont massacrés. Elle plonge son regard dans le sien et au fur et à mesure, son visage se décompose : « Dis, Orion, pourquoi tu m'as tuée ? » fait la voix douce de la petite. Les gens se retournent, cherchent à comprendre d'où vient la voix, ne remarquent que le visage tétanisé du Serdaigle.

———————— ͼҨͽ ————————


C'est pas très cool que les morts fassent des siennes, surtout quand on est responsable du passage de l'autre côté de beaucoup de gens, hein Orion ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

Bloody Christmas

alice, arcturus, heather, orion

A la moindre de ses paroles, Heather arrivait à faire sourire Orion. Elle avait ce petit côté innocent et peu sérieux qui la rendait rigolote, ce qui faisait aussi partie de son charme. Elle était une fille très attachante. Quand il lui demanda si offrir une décoration à Jehan était une bonne idée et qu’elle proposa de s’offrir elle-même, nue, il se mit à sourire. Ce n’était pas près d’arriver. De toute façon, Jehan était gay, il se fichait d’avoir une jeune fille nue, même pour faire porte manteau. Elle lui assura tout de même qu’elle ferait le maximum pour l’aider à trouver un bon cadeau tout en déposant un baiser sur la joue du Serdaigle. Elle en profita même pour lui ébouriffer les cheveux, ce qui le fit sourire d’avantage. Entre eux, franchement, c’était elle qui avait le plus l’air d’une gamine. Orion demanda à Heather si elle avait elle aussi des choses précises à acheter au Chemin de Traverse. « Oui mais je ne sais pas quoi encore. On a qu’à faire la tournée des boutiques, non ? Comme ça, on verra tout ce qu'il y a. » Orion hocha la tête. Il était d’accord. Ils n’avaient qu’à faire comme ça. Ils avaient le temps, de toute façon, rien ne pressait. Soudain, la jeune fille s’arrêta, un sourire espiègle aux lèvres. « Mais je veux une glace. » dit-elle avec gourmandise. Par ce temps, il fallait vraiment être courageux pour en manger une, mais c’était bien le genre d’Heather. Si c’était ce qu’elle voulait, alors il la suivrait. Il n’avait rien à perdre à acheter une glace à la demoiselle, parce qu’il ne la laisserait pas payer. « Une glace bien sucrée comme toi. » Un sourire passa sur ses lèvres. Heather était encore plus mielleuse que d’habitude, c’était sûrement la période des fêtes qui lui faisait cet effet. « Alors en route. » dit-il en prenant la direction du marchand de glaces, marchant aux côtés de la jeune fille.

Sur le chemin, Orion trouva qu’il faisait de plus en plus froid. Un rire d’enfant résonna, il l’entendit parfaitement et un instant plus tard, il sentit un souffle froid sur sa main. Il se retourna et vit une petite fille dont le visage ne lui était pas inconnu. Il sursauta immédiatement et s’éloigna, lâchant la main de celle qui était morte. Le visage d’Orion perdit ses couleurs, ses yeux s’écarquillèrent, son souffle s’arrêta. Un fantôme ? Un esprit ? Il leva les yeux vers Heather, histoire de voir ce qu’elle en pensait, mais elle regardait Orion très étrangement, comme s’il était fou. Etait-il le seul à pouvoir la voir ? Il porta sa main à sa bouche, puis la passa dans ses cheveux. Il devait halluciner. Et la petite fille le regardait avec ses grands yeux. « Dis, Orion, pourquoi tu m'as tuée ? » demanda-t-elle au Serdaigle. Si c’était possible, Orion devint encore plus blafard lorsqu’il réalisa que tous les regards se tournèrent vers lui. Bien sûr, il n’y avait qu’Heather qui savait qu’Orion, c’était lui, mais vu sa tête, ils devaient se douter de l’identité du fameux Orion. Etait-ce une blague ? Cela n’avait rien de drôle. La petite fille le fixait toujours, attendant sa réponse. Le Serdaigle replongea dans ses souvenirs. Accompagné de mangemorts, le loup-garou était entré par effraction chez ces gens qui hébergeaient un traitre. Ils avaient pour ordre d’éliminer tous les habitants de ce foyer, mais personne ne lui avait mentionné l’existence de cette petite fille. Pourtant, quand il entra dans la maison, il tomba directement sur elle. Elle s’était mise à pleurer. Il avait mis fin à ses pleurs en même temps qu’à sa vie, sans y réfléchir, parce que c’était facile. Il avait aimé ça.

Sans qu’il ne comprenne pourquoi, des larmes coulèrent de ses yeux. Orion s’agenouilla devant la petite fille et lui prit la main. Il n’arriva bien sûr pas à la saisir, mais il avait essayé. « Désolé… je suis tellement désolé… » dit-il à la petite fille, regrettant son geste plus que jamais. C’était à ce moment là qu’il voyait à quel point il avait changé depuis qu’il n’était plus mangemort et que sa conscience redevenait normale. Cette fois, on devait vraiment le prendre pour un fou, vu les regards qu’on lui lançait. Mais il se fichait de tout ça, il ne voyait que la petite fille sans sourire. Elle aurait pu avoir une belle vie s’il n’était pas intervenu. « J’ai changé, je te promets que j’ai changé. » Jamais il ne pourrait plus tuer une petite fille comme elle de sang froid. Il avait l’impression que ses mains étaient couvertes de sang. Il se sentait vraiment mal. Il aurait voulu disparaître. Il avait l’air pitoyable. Il avait tellement honte. Il avait l’impression que la marque des ténèbres qu’il portait sur le bras le brûlait et pourtant, c’était impossible.

814 mots sous 12h +180pts à serdaigle
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
« Non… et à vrai, je sais même pas quoi lui offrir ! Je voudrai quelque chose de grandiose tu vois… Elle revient presque d’entre les morts ma petite puce. Je veux qu’elle soit surprise par ce que je lui offrirai ! Et je m’étais dit que tu pourrais m’aider… en fait. » Alice fut attendrie de voir Arcturus si attentionné envers sa petite sœur. Elle pencha la tête sur le côté. « Alice Morrison. Consentez-vous à m’aider à trouver un cadeau pour Rayleigh Meiffert ? » À genoux dans le froid, la main tendue vers elle. La blonde ne put s’empêcher d’éclater de rire avant de répondre sur le même ton. « J’accepte et je suis ravie de vous venir en aide monsieur Meiffert ! » Elle aida son ami à se redresser lorsqu’une bourrasque de vent la fit frissonner encore plus fort qu’avant. L’hiver se faisait grandement sentir et en voyant ses mains elle ne put s’empêcher de sourire encore plus. Lorsqu’elle rentrerait ce soir, elle prendrait un bon chocolat chaud et viendrait se blottir dans sa couverture Cheshire pas très loin d’elle. Merlin qu’elle pouvait aimer Noël.

Elle entendit un rire d’enfant résonner dans la rue et elle ne put s’empêcher de la chercher des yeux. Elle adorait voir l’expression de joie se peindre sur chaque visage quand tous découvraient les merveilleuses vitrines. Pourtant, elle sentit son cœur se serrer et une peur terrible l’envahir. Cette atmosphère soudaine ne lui plaisait pas et à en juger la tête que faisait Arcturus, c’était la même chose pour lui. « Je… je ne me sens pas très bien Arcturus. Je… j’ai mal au cœur. » Et ce froid. Ce froid qui ne cessait d’augmenter, l’impression saisissante que des Détraqueurs n’étaient pas très loin. Alice se sentait mal à l’aise. Elle jeta un coup d’œil autour d’eux et vit deux personnes non loin. C’était deux élèves de Poudlard. L’un d’eux regardait dans le vide et semblait parler dans le vide pendant que l’autre commençait à s’affoler. Alice fronça les sourcils et donna un coup de coude à Arcturus désignant le couple. « Qu’est-ce qui se passe ? J’ai l’impression que c’est les mêmes symptômes que certains sorciers malades ont. Tu crois que… » Elle ne préféra pas finir sa phrase. De toute façon, elle n’aurait pas pu la terminer. Le vent se renforça, faisant voler des flocons partout autour d’eux. Une rapide nausée l’envahit et elle n’eut pas le temps de se pencher trop en avant qu’elle rendit le repas qu’elle avait mangé le midi. Son estomac se soulevait au fur et à mesure qu’elle crachait une bile douloureuse. Elle s’appuya contre le rebord d’un magasin en se tenant le ventre de son autre main. « Arcturus. Essaie d’aller voir les deux jeunes plus loin. Quelque chose ne va pas on dirait pour eux. » Elle s’essuya la bouche avec le revers de sa manche. « Je vais rester là en attendant que ça passe. Je te rejoins ensuite. » Elle s’installa contre le mur en attendant que cette nausée passe.

513 mots en moins de 12h ; +180pts aux gentils

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Les deux collègues riaient de bon cœur. Ils étaient encore, l’un comme l’autre, de grands gamins refoulés, de grands enfants qui avaient grandi trop vite mais qui laissaient de temps à autre leur candeur prendre le dessus. Juste le temps de vivre, un peu, en ces heures qui s’assombrissaient de jour en jour. Arcturus avait pris en pleine face cette guerre en préparation. Il avait d’abord voulu se voiler la face, un temps. Il refusait presque d’entendre les arguments de Kelyan, qui lui rebattait les oreilles avec toutes ces histoires des retours des meurtres gratuits cachés par le ministère, toutes ces histoires sur le Ministre lui-même. Mais cela n’avait duré que tout au plus quelques semaines. Il avait chaque jour vu des hommes et des femmes arriver à Sainte-Mangouste, leurs vies et leurs santés mentales en lambeaux. Il avait vu sa petite sœur partir une fois de plus. Elle était revenue dans un état de mutisme et de peur alarmant. Il allait devoir se battre, une fois de plus. Il allait se battre contre lui-même, peut-être même allait-il devoir songer à lever la main sur son père. Il allait se battre, et ne permettre à plus personne de vicieusement subtiliser l’innocence de milliers d’êtres en devenir. Pas comme la sienne, ni comme celle de Rayleigh, d’Alice et beaucoup trop d’autres. Le jeune homme avançait entre les flocons, les laissant vagabonder autour de lui et sur son visage endolori par le froid ambiant. Mais la brise se fit plus dure, plus acerbe. Elle s’insinuait sous son manteau, sous ses nombreux pulls. Elle lui piquait les côtes, caressait son échine comme des milliers d’aiguille. Le froid. Ce froid si caractéristique aux baisers des Détraqueurs. Ce froid où les espoirs s’envolent, où le désespoir naît et où le passé ressurgit, inlassablement.

Un rire de petite fille vint assombrir la rue. Il aurait dû l’ensoleiller, la faire s’illuminer de milliers de sourires. Mais ce rire-ci n’avait rien de beau. Il était tout aussi glacial et lointain que le vent qui enserrait Arthur et Alice. « Je… je ne me sens pas très bien Arcturus. Je… j’ai mal au cœur. » Le sorcier saisit la jeune Morrison par les épaules et la serra un peu contre lui. Il ne supportait pas de voir les gens, surtout ceux qui l’aimaient, se sentir mal près de lui. De son petit être aux allures frêles se dégageait une force sans pareille. Comme un fluide qu’il donnait volontiers à ceux qui en avaient plus besoin que lui. Quelque peu irrité par le coup de coude que venait de lui administrer sa collègue, il reporta son attention sur ce qu’elle voulait en fait lui montrer. Un couple d’élèves de Poudlard se tenait non loin d’eux. Un garçon, une fille. L’adolescent était effondré par terre, semblant parler à une ombre fantomatique qui se tenait juste devant lui. Le jeune Meiffert fronça les sourcils, ce genre de situation ne lui était pas réellement inconnu. « Qu’est-ce qui se passe ? J’ai l’impression que c’est les mêmes symptômes que certains sorciers malades ont. Tu crois que… » C’était comme si la blondinette avait lu dans ses pensées. Ce qui se déroulait sous ses yeux était à la fois effrayant et fascinant. Il était mal à l’aise. Son corps entier était un bloc de glace. Il tentait, temps bien que mal, de donner un peu de chaleur à sa comparse pour qu’elle ne s’écroule pas. En vain. Elle se détacha de lui, et alla vomir à quelques pas de lui. « Alice ! » hurla-t-il, avant de s’approcher d’elle du plus vite qu’il le put. Le froid lui sciait les jambes. Il sentait ses muscles se tendre un à un, comme s’ils tentaient de briser une couche de givre qui s’était amoncelé çà et là autour d’eux. « Arcturus. Essaie d’aller voir les deux jeunes plus loin. Quelque chose ne va pas on dirait pour eux. » Il ne voulait décemment pas la laisser seule, pas dans cet état. Même s’il savait pertinemment que s’il protestait, de n’importe quelle manière, c’est Alice qui aurait gain de cause. Comme toujours, ou presque. Puis il n’allait pas, tout de même, pas se crêper le chignon avec une fille qui venait d’expulser son déjeuner sur les pavés enneigés. Ce ne serait pas fair-play. « Je vais rester là en attendant que ça passe. Je te rejoins ensuite. » Il enleva son lourd manteau, et le posa sur les épaules de son amie, grelotante. Elle allait jouer à la maman en lui disant de garder ses frusques, qu’il allait attraper froid comme ça. « …tu gardes ce manteau, ou je te fais ta fête. Attention ! » Un large sourire ponctua cette phrase qui, dans la bouche d’Arcturus, ne cachait nulle haine ni violence. Quiconque le connaissait un peu savait qu’il ne levait jamais la main sur quiconque… ou presque.

Toujours inquiet pour son amie malgré toute cette agitation, il écarta la foule qui s’était amoncelée entre le jeune homme et lui. Il ne faisait que répéter « Je suis médecin ! Je suis médecin ! » Il ne l’était pas, pas encore, mais au moins ces quelques mots étaient le passeport pour sa destination pourtant si proche. Il se retrouva très vite face à une scène qui ne put que lui glacer le sang ; du moins encore plus qu’il ne l’était à présent. Devant lui se confirmait alors ce qu’il avait pensé être une hallucination quelques minutes plus tôt. Il y avait bien une ombre blanchâtre, aux allures de petite fille qui toisait l’adolescent toujours écroulé par terre. « Hé mon gars ! Comment tu t’appelles ? Regarde-moi, s’il te plait. Regarde-moi, je te ferai aucun mal. » L’adolescent devant lui suintait la peur, l’incompréhension. Arthur se tourna vers la demoiselle qui l’accompagnait. « Il s’appelle comment ? » demanda-t-il, tentant d’avoir la voix la plus douce et la moins angoissée possible. Le garçon devait connaître cette petite fille. Il l’avait connue, c’est sûr. Mais elle n’était plus…comme en témoignait son habit blanc. Personne ne daignait lui répondre, le froid semblait avoir paralysé la vie qui animait les deux adolescents. Sans réellement comprendre la raison de ses gestes, le guérisseur en devenir accrocha le jeune homme par les épaules, et le serra contre lui. Il sortit sa baguette, et marmonna le peu de sortilèges contre l’angoisse qu’il connaissait. Il voyait les larmes couler le long des joues de l’autre sorcier, il lisait dans ses yeux le désarroi. Bordel qu’il faisait froid.

1081 mots ; après 24h ; + 40 points aux gentils.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
greetings from the past.

La petite fille regarde Orion avec insistance, elle attend une réponse, prête à le juger, à appliquer sa sentence. Le froid est partout, il a comme figé les autres passants. Les larmes du Serdaigle se figent presque dans la glace tant le vent est glacé. Mais quelque chose ne va pas, tout ne se déroule pas comme prévu. Les forces de Mort s'affaiblissent brusquement et la silhouette de la petite fille vacille, s'efface lentement. Elle écarquille les yeux, paniquée, surtout lorsque Arcturus accoure pour secouer Orion, comme pour le réveiller. « Tu mens, tu ne changeras jamais, JAMAIS ! » s'écrie-t-elle, brusquement hystérique. « Tu n'es qu'un monstre ! » Dans la panique, ses traits se brouillèrent, prenant aléatoirement ceux de la mère et du père d'Orion, sauvagement assassinés des années plus tôt par Voldemort. « UN MONSTRE » hurla la silhouette avant de pousser un cri de rage et de s'enfuir le plus loin possible, traversant le corps transi de froid d'Alice au passage, lui laissant l'impression glacée d'avoir été touchée par les mains de millions de morts.

———————— ͼҨͽ ————————


On dirait que la Mort a pété les plombs. C'est plutôt cool, elle vous a foutu la paix, pour la peine. Mais elle reviendra, soyez en sûrs.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

02 — INTRIGUE 3 : alice, arcturus, orion & heather.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Intrigue #3 ; Bloody Christmas-