AccueilAccueil  TUMBLR D'HC  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 02 — OWLS & NEWTS || Intrigue #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Siane Callaghan
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 01/04/2011
⚡ Missives : 384

⚡ Fizwizbiz : 615
⚡ Âge du personnage : 20 ans.
⚡ Nature du sang : sang mêlée.



Perdue dans ses pensées les plus moroses, Siane n’avait pas tellement suivi l’échange entre le directeur de sa maison et le professeur Collins. Néanmoins, les bribes qu’elle avait perçues donnaient raison à Mads, selon la jeune Gryffondor. Pas seulement parce qu’ils étaient proches, mais parce qu’elle était bel et bien d’accord avec lui. Ils n’avaient pas besoin qu’on s’apitoie sur leur sort, qu’on leur accorde une pause. Ils avaient fait un choix, celui de se dresser contre Roy et ils devaient l’assumer. Ils n’étaient plus des gosses, après cet examen, ils entreraient dans le monde des adultes et plus personne ne leur accorderait de répit, plus personne n’aurait l’intention de les couver comme le professeur Collins avait voulu le faire. Son intention était louable, digne d’une personne foncièrement bonne. Mais ils n’avaient pas besoin de ça. Ils avaient besoin d’être adultes, d’assumer. Alors Siane s’accorda encore quelques petites secondes. Un minuscule lapse de temps dans lequel elle aurait encore le droit d’être une enfant, d’être triste, de se sentir mal puis après, elle se lèverait, rejoindrait sa place et commencerait cet examen. C’est alors que Peeves se décida à recommencer à pousser la chansonnette. Autant dire que la Gryffondor se figea immédiatement en entendant les paroles.
L’immonde petite vermine… Siane crut entendre une exclamation provenant de l’endroit où se trouvait Alexis et voulut redresser la tête lorsqu’un liquide froid lui trempa brusquement la tête. La Gryffondor se releva brusquement, recouverte d’encre. Elle s’essuya les yeux et la bouche d’un revers de manche afin de pouvoir foudroyer son agresseur du regard au moment où il laissait tomber un encrier sur Hermione. La jeune femme serra les dents, constatant que sa compagne de Gryffondor, elle et Alexis étaient les seules à avoir été visées. Comme par hasard. Les mains tremblantes, Siane s’empara de sa baguette et nettoya elle aussi la table devant elle. Malheureusement, ce n’était pas la même chose pour l’encre qui avait déjà commencé à tacher son chemisier blanc. Elle nettoya de son mieux l’encre qu’elle avait partout dans ses cheveux et sur son visage mais ne parvint pas à tout enlever. Ses doigts se crispèrent sur sa baguette mais elle ne fit rien. S’acharner contre Peeves ne servirait pas à grand-chose, sinon la ridiculiser un peu plus. Alors elle s’écarta de la table où elle s’était laissée aller et retourna à sa place. Là, elle s’installa sur sa chaise, droite comme un « i » et rangea sa baguette.

Cet examen, elle allait le passer, que Peeves le veuille ou non. Elle allait obtenir ses ASPICs et quitter Poudlard, cette école qu’elle chérissait tant mais qui, au final, l’empêchait d’agir comme elle le souhaitait. Elle jeta un coup d’œil en direction d’Hermione qui sanglotait sur sa chaise et son cœur se serra. Oui, elle comprenait ce qu’elle ressentait. Si Terrence était mort, si Maxim et Abbey-Lee souffraient autant, c’était parce qu’elles avaient décidé de se dresser contre Caldwell. C’était de leur faute, en vérité. Siane avait parfaitement conscience de cela et c’était pourquoi elle se sentait aussi mal. Mais il était hors de question qu’elle offre la moindre satisfaction à cette enflure de Peeves. Alors elle se contenta de rester là, immobile, et d’attendre que le calme soit revenu pour commencer son épreuve, la mâchoire crispée et la lèvre inférieure meurtrie par ses dents.


555 mots ; + 360 points à gryffondor.


i'm up to no good
I cheated myself like I knew I would, I told ya, I was trouble. You know that I'm no good. Upstairs in bed, with my ex boy, he's in the place, but I can't get joy, thinking of you in the final throes, this is when my buzzer goes.  (⚡️) AWinehouse.
Revenir en haut Aller en bas
D. Alexis Hoover
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t347-alexis-i-wanna-dance
Hominum revelio
⚡ Registration : 28/04/2011
⚡ Missives : 1533

⚡ Fizwizbiz : 2585
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : née-moldue officiellement, mais elle a été adoptée à la naissance, donc rien n'est sûr.

Siane vint à ma rescousse. Elle était bien plus persuasive que moi, là tout de suite. C'était peut-être l'émotion qui me rendait inefficace. Pour le choc qui les rendait sourds. La voix de mon amie sembla les réveiller et la plupart retournèrent à leur place. [color=white« 5 points seront retirés à gryffondor pour chaque élève qui n’aura pas rejoint sa table dans la MINUTE ! »[/color] fit le directeur de la maison gryffondor, le professeur Van Garett. Les derniers récalcitrants retournèrent à leur place, et Maxim lui-même se leva et commença, appuyé sur sa canne. Il passa devant nous, il ne nous regarda pas vraiment, mes les mots qu'il prononça me firent beaucoup de bien. Un simple merci, c'est censé ne pas être énorme, mais dans sa bouche, ça avait une toute autre dimension. Aujourd'hui Maxim et moi nous entendions mieux, bien mieux. Le temps nous avait fait du bien. Il y avait toujours quelque chose qui clochait, mais on allait mieux. Je ne savais pas trop quoi faire de moi, dans notre histoire. J'espérais toujours un peu que ça puisse recommencer. Parce que ma vie sans maxim paraissait inhabituelle, et qu'il me manquait, même si je ne le criais pas sur les toits. Je l'aimais toujours un peu, et je l'aimerais toujours un peu. Parce qu'il était lui, et parce que j'étais moi. Nous étions liés par quelque chose d'inexplicable, à jamais, peu importait si nos chemins se séparaient un jour. Avec la fin de l'année, il était probable que nous ne nous retrouvions pas. J'avais du mal à imaginer. Ne plus le croiser dans les couloirs, ne plus lui dire bonjour, ça me semblait un peu fou. Tandis qu'il regagnait sa place en boitant, j'hésitai. Je n'étais pas gryffondor, et j'étais préfète en chef, je n'étais donc pas tenue de respecter l'ordre de notre professeur. Après tout, mon rôle était de veiller au bon fonctionnement des choses et de plaider la cause des élèves quand il le fallait. « Je pense qu'il faut qu'abbey aille à l'infirmerie, elle ne peut pas rester là. » fis-je à Siane, me tournant vers elle. Mais elle n'était plus là, je l'aperçus un peu plus loin derrière moi, sur une chaise, la tête dans les mains. Elle semblait à bout, et je la comprenais. Je reposai mon regard sur la serpentard toujours à terre, désormais dans les bras d'un professeur. La jeune blonde était la femme du mangemort qui voulait ma mort, j'aurais dû la laisser là, mais devant cette détresse, je ne pouvais rester de marbre. Quelque chose me fit penser que peut-être, abbey n'était pas du côté de son mari. Cette amitié si forte pour terrence ne pouvait être anodine. Et ces regards, de loin qu'elles avaient échangé toute l'année, ils n'étaient pas empreints de haine.

Des voix s'élevèrent à ma gauche et me sortirent de mes pensées. Le professeur Van Garett et Miss Collins ne semblaient pas se comprendre, et vu la teneur de leur conversation, les choses pouvaient mal tourner. Les choses allaient déjà assez mal comme ça, pas besoin d'une dispute entre professeurs pour alourdir l'atmosphère. Surtout que ces deux-là étaient connus pour être du genre à ne pas lâcher l'affaire. Je m'apprêtais à aller vers eux pour leur demander gentiment de se taire et de ne pas envenimer les choses, parce que je savais très bien que Maxim, comme le disait le directeur de gryffondor, préférait de loin faire son examen qu'être considéré comme une victime. Mais je fus coupée dans mon élan par l'arrivée de l'infirmière Mcfarthy. Elle accouru en un rien de temps au « chevet » d'abbey. Je pensais la tempête finie. Mais les choses se compliquèrent lorsque Peeves fit son retour, poussant la chansonnette comme à son habitude. Ses bras étaient chargés de plusieurs encriers, qu'il avait du dérober profitant de notre inattention. Je soufflai, exaspérée, en le voyant se diriger vers notre petit groupe. Il s'apprêtait à faire une grosse bêtise, et ça se sentait. J'étais persuadée qu'il allait verser tout le contenu sur la tête d'abbey. C'était évident, elle était le bouc émissaire aujourd'hui et.. Le liquide se répandit sur le haut de mon crâne à la vitesse de la lumière. Il coula dans mes yeux, dans mon cou. Je fermai les yeux et la bouche pour ne rien avaler. J'en avais littéralement partout : dans les cheveux, sur le visage, sur mon uniforme. J'étais bleue. J'aurais pu être fière de représenter serdaigle dans cette couleur si les circonstances n'avaient pas été autres. Mais pourquoi moi ? Peut-être parce que j'étais préfète-en-chef et que je l'avais beaucoup embêté cette année ? Les yeux toujours fermés, j'essayai de faire couler le liquide vers le bas pour pouvoir être capable d'ouvrir les yeux. La chanson de Peeves résonnait, et alors qu'elle avait gentiment commencée, elle prenait une tournure des plus surprenantes. Je réussis à ouvrir les yeux et observa que Siane, ma Siane, était dans le même état que moi, bleue des pieds à la tête. Devant la teneur des paroles de la chanson, et le fait qu'il se trouvait à présent au-dessus de notre chère Hermione, je ne pus m'empêcher de penser que quelque chose ne tournait pas rond. Hermione sembla le défier, mais il déversa quand même le reste du contenu d'encre sur elle. Après quelques minutes, toutes les deux s'affairèrent à enlever l'encre, mais je vis Hermione s'effondrer sur sa table. Il y avait une raison. Pourtant, les esprits frappeurs ne prenaient pas vraiment de parti. C'était comme si Peeves était contrôlé. Comme si il les avait choisies toutes les trois parce qu'elles savaient qu'elles étaient les trois grandes figures de l'armée de Dumbledore. Cela signifiait que quelqu'un savait, et ça ne présageait rien de bon, mais alors rien. Certains serpentards riaient. Je me dirigeai vers Hermione, effaçait l'encre qu'elle avait dans les cheveux d'un coup de baguette. « Qu'est-ce que ça veut dire.. » Je posai ma main sur son épaule et seulement là, remarquai qu'elle pleurait.

998 mots ; + 150 points à serdaigle.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio

Voir trois jeunes filles qui n'avait, en apparence, rien à se reprocher se voir couverte d'encre bleue et la plus grandes s'effondrer sur sa table avait quelque chose de déstabilisant. Swann observait en silence la scène qui se passait sous ses yeux depuis quelques minutes. Quelque temps après la crise de nerf d'Abbey, l'assistante de l'antique infirmière du collège, Lily Ann, entra en trombe dans la grande salle. Swann sursauta à cette entrée et le regarda se diriger vers Abbey. La jeune serpentard en pleine crise s'était un peu calmé mais les larmes étaient toujours là à couler sur ses joues de porcelaine. Elle s'occupa d'elle quelques instants et demanda à l'emmener à l'infirmerie au directeur des serpentards, Severus Rogue. Chacun le craignait car il faisait figure de légende dans le château. Son attitude et sa présence dans le château et à la tête de la maison des Serpentards était quelque chose d'immuable, comme le château en lui même. Swann respectait beaucoup son directeur de maison, et savait que malgré l'apparence qu'il se donnait, qu'il était quelqu'un de profondément bon. Son histoire a été chaotique mais il a su se relever. Il était un exemple pour tout le monde, et personne ne le voyait de cette manière. Et c'était dommage. Swann vit ensuite, successivement, Alexis, Siane et Hermione se faire couvrir de cette encre bleue par Peeves. Cet esprit frappeur n'avait jamais attaquée Swann. En même temps, si quelqu'un osait le faire, fantôme ou pas, de son "camps" ou pas, il risquait de se voir infliger un petit sortilège bien inconfortable. Swann, sous ses airs calmes d'à présent, était toujours cette petite garce égocentrique et horriblement égoïste quand elle le voulait. Il ne fallait pas la provoquer, elle était du genre à se faire caresser dans le sens du poil pour être sereine. La moindre contrariété ou le moindre manquement à un devoir envers elle était passible de sanction pour elle. Elle pensait à milles et une manière de rabattre le caquet de Peeves avec sa maudite chanson quand elle remarqua que le fantôme n'était pas dans son état normal. Il paraissait contrôler car d'habitude, il s'attaquait à tout le monde et pas seulement à trois personnes. Swann regarda les élèves dans la classe, et vit Maxim la tête penché sur sa copie. Elle arracha un morceau de parchemin et écrivit sur un papier à la seule personne qu'elle connaissait suffisamment pour cela.

Citation :
Il y a un problème avec Peeves, je pense qu'il est contrôlé. Je pense qu'il faut avertir Rogue.

Elle lança sa plume au sol jusqu'à la chaise de son amie, et se leva pour aller la chercher. Elle passa devant Abygail, et lui lança un coup d'oeil. Elle espérait de toutes ses forces se réconcilier avec elle le plus vite possible, elle lui manquait terriblement. Ses longues jambes la menèrent à la table du garçon. Elle s'accrocha à la table pour ne pas tomber et déposa le papier sa jambe sous celle ci pour ne pas qu'il fut vu, tout en ramassant sa plume dans le même geste. Simple, gracieux et efficace. Son rôle au sein de la résistance allait commencer aujourd'hui. Grâce à ce simple geste.

Elle repassa devant Abygail. Elle avait entendu par des bruits de couloirs que son ex meilleure amie allait travaillé au ministère de la magie. Swann avait aussi obtenue cela. un poste d'assistante, pour ne pas faire trop pistonnée, dans le développement des affaires magiques internationale. Elle serait au même étage sans doute car leur domaine était semblable. Swann espérait qu'elles pourraient renouer avant qu'elle ne parte de Poudlard, mais si il fallait attendre, elle attendrait pour une fois.

676 mots ; + 270 points à serpentard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Harry James Potter était sur le point de tourner une page dans sa vie. De débuter un nouveau chapître - ou tout du moins, il l'espérait. L'ère Voldemort était révolue, ne formant plus qu'une tâche noirâtre sur le filtre de sa mémoire. Et bientôt, Poudlard deviendrait elle aussi un distant souvenir auquel il prendrait la facheuse manie de sourire dès que celui-ci referait surface. Encore quelques jours ... Et ces huit dernières années auront enfin porté leurs fruits. Surtout sept d'entre elles, à dire vrai, étant donné qu'il avait passé sa première septième année en cavale. Et quelque part, c'était tant mieux. Ce n'était pas qu'Harry n'aimait pas Poudlard : c'était que trop de souvenirs passésHarry James Potter était sur le point de tourner une page dans sa vie. De débuter un nouveau chapître - ou tout du moins, il l'espérait. L'ère Voldemort était révolue, ne formant plus qu'une tâche noirâtre sur le filtre de sa mémoire. Et bientôt, Poudlard deviendrait elle aussi un distant souvenir auquel il prendrait la facheuse manie de sourire dès que celui-ci referait surface. Encore quelques jours ... Et ces huit dernières années auront enfin porté leurs fruits. Surtout sept d'entre elles, à dire vrai, étant donné qu'il avait passé sa première septième année en cavale. Et quelque part, c'était tant mieux. Ce n'était pas qu'Harry n'aimait pas Poudlard : c'était que trop de souvenirs passés l'y rattachaient pour qu'il puisse réellement s'y sentir 'bien' à nouveau.

Quelque part, en entrant dans la salle d'examen, il s'était mis à redouter ces quelques instants de silence, où seuls se faisaient entendre le bruit de plumes se grattant contre le rauque parchemin scolaire ... Et pourtant, Harry n'avait attendu qu'une seule chose : la fin des examens, et avec, l'obtention du diplôme. Il avait passé une bonne année, certes. C'était indéniable, malgré la visible fission dans ses relations, autrefois fusionnelles, avec Ron et Hermione. Ses meilleurs amis ... S'il pouvait toujours les appeller ainsi ... N'avaient pas fait grand chose pour rester en contact, après tout. Et lui non plus.

Les tables s'alignaient: Le directeur parlait. Mouais. Ce ne serait jamais Dumbledore ... Ce cher et aimé Albus ... Marchant machinalement à sa table, il se laissa tomber à son pupitre, sans broncher. Ceux lui ayant souhaité bonne chance avant son entrée dans la grande salle - et croyez le ou non, ils étaient nombreux - ont sans nul doute tous remarqué à quel point le jeune - plus si jeune que ça, si l'on regardait la question d'un point de vue relatif à Poudlard - sorcier semblait ailleurs en ce jour où la concentration était des plus primordiales. Et pourtant, un nuage s'était inexplicablement soulevé dans son coeur ...

Il avait réintégré l'Armée de Dumbledore dans l'espoir de renouer ses liens avec Hermione, et face à l'échec de cette énième tentative de réconciliation, ainsi que le fait qu'il n'approuvait pas de la tournure que l'armée prenait, il était reparti, aussi sec. Une apparition éclair, en somme. Et puis, il y avait eu la disparition de ce Serpentard, là ... Terrence ... Autant dire que les élèves présents dans la salle devaient sans doute tous avoir un poids au coeur. Même si lui ne raffolait pas personnellement des Serpentards. l'y rattachaient pour qu'il puisse réellement s'y sentir 'bien' à nouveau.

Et puis, voilà qu'on venait de leur annoncer que Terrence était mort. Et comme les potions enchantées du professeur Rogue, le sang d'Harry se mit en ébullition. Contrairement à nombreuses autres âmes sensibles présentes ce jour là dont les noms seront ignorés pour question d'anonymat, Harry ne s'était pas trouvé impressionné ni épouvanté par ce pourtant impressionnant cadavre pourri bien comme il le faut : assez pour que les petit-déjeuners des élèves les moins coriaces remontent dans leur estomac, mais trop peu pour qu'on ne puisse pas reconnaître le visage du Serpentard. Et pourtant, dû à la guerre, notre ami Potty avait vu pire, bien pire en effet. Le visage de Voldemort en était un parfait exemple. Et l'odeur maladive du corps mutilé dont les entrailles sortaient par les trous de nez n'arrivait pas non plus à la cheville de celle de l'haleine du Seigneur des Ténèbres. Comme quoi, les brosses à dents étaient toujours en vogue après tout.

Sa colère était telle qu'il ne remarqua qu'à peine les évènements qui succédèrent à cet évènement ... Peu alléchant. Tel que la crise que 'machine' avait piqué, avant que nombreux, pour ne pas dire, tout le monde, ne se lève afin de jouer sa commère en commentant sur ce qui se déroulait sous leurs yeux, tandis que lui se contentait de garder les yeux rivés sur son parchemin vierge. Décidemment. Si les choses continuaient ainsi, l'examen serait annulé. Et il avait trop révisé la veille pour accepter ça. Puis, l'assisstante de l'infirmière avait décidé de se joindre à la partie comique qui était au départ censé être un examen.

Ce n'est que lorsque son cher 'ami' Peeves réapparut qu'Harry se mit à préter attention au monde autour de lui. Curieux, il observa Peeves se balader avec ce qui semblait être de l'encre ... Et trop tard, il se rendit compte de ce que cela voulait dire. Non loin de lui se trouvait son ex-meilleure amie et ancienne confidente par excellence, devenue aussi différente de lui que l'huile du vinaigre. Il avait vu le liquide bleuâtre couler, glisser du ciel, tomber, encore et toujours plus bas ... Et ne put s'empêcher d'émettre un rire qui ressemblait plus au grouinement du cochon. Elle l'avait bien cherchée, celle-là.

Évidemment, c'était un garçon. Et en tant que tel, il n'était pas assez observateur pour voir qu'elle pleurait. Pas à cette distance.


_____

943 mots d'après ce compteur ; + 30 points à Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio


C'était l'anarchie la plus totale. Et Dieu seul savait à quel point l'anarchie n'était pas propice à la concentration. Cette pauvre Knitebury se laissait aller à de gros sanglots, réconfortée par quelques élèves – notamment, si je voyais bien, Newton, Alexis et Siane – alors qu'un petit amas de curieux se formait autour d'elle. Même si je ne cessais de penser la pauvre, mon dieu, j'aimerais pas être à sa place je ne pouvais pas m'empêcher de rester vissé sur ma chaise, à laisser ma plume courir sur le papier. J'aurais pu faire quoi, de toutes manières ? Je connaissais la Serpentarde uniquement de loin – et encore – et je n'avais strictement aucune raison d'aller voir ce qu'il se passait de plus près ou quoi. On était en examens, putain ! Certainement le plus important, pour l'instant du moins. J'avais pas le temps pour ces conneries. Je devais rattraper mes notes catastrophiques aux OWLS et, surtout, je devais rattraper mes notes foireuses du début de l'année. Mais tout se corsa lorsque Peeves refit son apparition, avec des encriers plein les mains. Je l'avais vu me passer juste à côté avec angoisse – j'avais, à plusieurs reprises au cours des huit dernières années, été le triste spectacle d'un encrier bien renversé sur le crâne par ce satané fantôme – avant de l'observer se diriger vers, tour à tour, Siane, Alexis et Granger. Les deux Gryffindors étaient assises et Alexis restait debout, à proximité de Granger. Après trois bonnes secondes d'indécision à me mordre la lèvre, je finis par me lever et par les rejoindre, un mouchoir à la main. Je le tendis à Alexis en passant un bras autour de ses épaules, la raccompagnant à sa table en lui murmurant avec angoisse : « écoute, Alexis, je suis désolé mais faut que tu passes cet examen et que tu le réussisses ok ? Après on leur fera payer tout ça et tout mais pas maintenant. Je te promets qu'ils paieront pour Terry et pour... ça je désignais avec une grimace sa joue pleine d'encre. Mais maintenant, tu passes tes NEWTS et tu gères tout okay ? En plus on a révisé ce sujet ensemble. Un jeu d'enfant. » Elle finit par s'asseoir à sa table alors que je lui adressais un petit clin d'oeil avec un sourire confiant, revenant à la ma propre table en adressant un regard désolé à Granger – qui ne le vit certainement pas. Il n'y avait que cette putain de feuille et ce sujet et cette plume. Je ne devais pas penser à autre chose. Mais qu'est-ce que c'était dur, mon dieu... Je jetais un regard à la salle autour de moi, aux élèves qui, penchés, écrivaient fièvreusement, aux autres qui étouffaient leurs rires, à ceux qui, comme moi, cherchaient une réponse chez les autres ou bien restaient perplexes vis-à-vis de ces évènements plus qu'alarmants. Peeves avait disparu, lui et ses encriers, mais il devait certainement être dans toutes les pensées. Depuis quand il faisait ça ? Il ne s'impliquait jamais, généralement, et le Choixpeau Magique était le seul à faire des chansons aussi... étranges et prophétiques. Putain Sylas, ta copie ! Concentre toi !

530 mots.; + 30 points à serdaigle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portus
Hominum revelio
Quelqu'un s'était levé. Un jeune homme ... Un serdaigle. Sylas ? On aurait bien dit Sylas. Il s'était avancé vers cette fille, l'autre Serdaigle, la brunette de l'Armée de Dumbledore ... C'était Alexis, elle, non ? Et elle aussi s'était faite tartiner de cette visqueuse encre bleue par les soins de Peeves. Curieux, le regard intense, Harry leva lentement ses yeux du parchemin sur lequel il était censé écrire depuis bien plusieurs minutes ... Quelque part, les évènements prenant place autour de lui étaient tellement innatendus et turbulents que le jeune sorcier ne pouvait s'empêcher d'observer en silence ce qu'il se passait ... Sans pour autant avoir à intervenir. Du moins, il l'espérait. Il avait assez donné, assez joué les héros en son temps ... Et bien qu'il savait pertinamment que si nécessaire et à refaire, il le referait, Harry essayait autant que possible de laisser l'héroïsme aux autres jusqu'à ce que la situation ne dérape entièrement, l'entraînant avec elle dans une spirale de péripéties.

Hermione ... Ce n'est que maintenant qu'Harry voyait son corps trembler légèrement ... Et la connaissant plus que quiconque, il savait exactement ce qu'il était en train de se passer. Du moins, il croyait la connaître mieux que quiconque ... Ce n'était pas parce qu'elle avait été plus proche d'autres gens cette année que cela effaçait les sept qu'ils avaient passé ensemble ... Si ?
Que de questions. Que de perturbations à cette heure qui aurait dû être silencieuse. Un instinct. Une envie. Un besoin. De se lever. Immédiatement on put entendre sa chaise grincer tandis que ses jambes se raidissaient d'elles même, Et puis ... Le regard désapprobateur d'un des professeurs lui glaça immédiatement le sang, remettant ses idées en place, et lui aussi, accessoirement. Et juste comme ça, Harry s'était laissé retomber dans sa chaise, le poing rageux, le parchemin vierge sous les yeux, la tête inclinée vers l'avant.

Il était tourmenté, ne sachant plus ou donner de la tête ... Il avait certes bien révisé ses examens, mais une amertume s'était prise de lui, l'empêchant de se concentrer. La plume roulait le long de la table, elle roulait vers lui ... Et il ne voulait pas la ramasser. Jusqu'à ce qu'il fut obligé de l'arrêter au risque de la laisser tomber au sol et se fracturer en deux. Il n'avait pas envie d'écrire, il n'avait plus de pensées de l'avenir. Comme aussi souvent auparavant, les pensées d'Harry étaient hantées, dominées et domptées par le moment présent. C'était une fâcheuse habitude qu'il avait prise avec le temps, tant ses combats avec Voldemort et les Mangemorts avaient demandé de sa part une concentration des plus poussées ... Une fâcheuse habitude dont il ne pourrait, hélas, pas se défaire en claquant des doigts.

Scritch scritch scritch, faisait la plume de l'élève qui se trouvait à sa gauche. Et soupirant légèrement, il tenta de faire de même. C'est alors qu'il jeta un coup d'oeil au sujet pour la première fois, un sourire semi-victorieux aux lèvres : au moins, c'était quelque chose qu'il avait un minimum révisé, un thème traité qu'il lui avait été facile de garder en mémoire ... Il regarda avec hésitation la plume dans sa main avant de la tremper dans l'encrier et de l'en ressortir.

Celle-ci se posa alors sur son parchemin, avant de se mettre, elle aussi, à gratter les premiers mots d'une copie qu'il n'aurait sans doute pas le temps de finir.

Scratch scratch scratch, et il avait su se défaire de la curiosité que ce qui se passait autour de lui avait commencé à lui inspirer. Du moins, c'était ce qu'il croyait. Il n'était pas renommé dans tout le château pour son incroyable sérieux vis-à-vis de ses études, après tout.


_____

614 mots d'après ce compteur. ; + 360 points à gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
Abygail Chase
MINISTRY OF MAGIC
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t1088-abygail-there-are-t
Hominum revelio
⚡ Registration : 20/12/2011
⚡ Missives : 1152

⚡ Fizwizbiz : 1790
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : sang-pur
Abygail se pencha sur son parchemin avec encore un peu plus de concentration. C'était difficile, elle sentait quelques regards posés sur elle. Des serpentards, surtout. Elle savait ce qu'ils devaient penser : qu'elle avait agi de la manière la plus étrange qui soit. Personne ne connaissait cette facette-là de la jeune femme. Ils l'avaient entraperçue durant les années où Cayden était là, mais dés qu'il était parti, ils n'avaient plus eu l'occasion de la voir comme une amie attentionnée et affectueuse, même avec Swann. Certes, ils les avaient vues se serrer dans les bras l'une de l'autre à maintes et maintes reprises, mais la crainte qu'avait inspiré la Chase durant toutes ces années avait quelque peu masqué le fait qu'elle puisse être quelqu'un de doux. La serpentard regarda les premières questions et le sujet de l'examen. Elle eut presque envie de se réjouir en observant qu'elle était incollable sur le sujet. Elle avait beaucoup de chance, elle avait fait l'impasse sur un sujet, et avait flippé qu'il tombe, tout de même. Même si elle croyait en sa chance, on ne pouvait jamais savoir.

Du côté d'Abbey, les choses se calmaient. L'infirmière était arrivée pour l'emmener à l'infirmerie, et les professeurs et la préfète-en-chef faisaient leur possible pour envoyer tout le monde à sa place. Il était temps, pensa aby. Ils avaient bien tous perdu une bonne demi-heure de leur examen, et n'auraient certainement pas la possibilité de le terminer. La jeune femme n'avait aucun doute sur le fait que le directeur plaide en leur faveur lors des corrections, mais il était moins probable que les correcteurs soient indulgents. Caldwell leur donnerait sûrement des indications les concernant. Peut-être même qu'ils ne donneraient leur diplômes qu'aux élèves issus de familles de sang-pur, et qui n'étaient pas soupçonnés de résistance. Abygail ne put s'empêcher de penser qu'on pourrait la confondre de loin avec ces derniers. Après tout, elle n'avait pas pris position officiellement et.. elle avait accouru au chevet d'Abbey-Lee qui bien qu'elle soit la femme d'un mangemort redouté, pleurait la mort d'un serpentard résistant. Elle chassa ces idées de son esprit. Personne ne pouvait la prendre pour une résistante, elle était une Chase, serpentard jusqu'au bout des ongles, et s'était même hissée au rang de reine lorsqu'elle était un peu plus jeune. Elle aurait son examen de toute manière. Et puis elle avait déjà eu des réponses concernant quelques candidatures, toutes positives, donc il n'y avait pas de quoi s'affoler, pas aujourd'hui. Aujourd'hui, il fallait se concentrer.

C'est alors que Peeves fit son entrée, chargé d'encriers. Elle résista quelques secondes, mais finalement, la jeune femme releva les yeux pour voir ce qu'il était venu faire là. Sa chanson était spéciale, même si elle ressemblait à celles qu'il avait l'habitude de chanter, elle avait une consonance spéciale, aujourd'hui. Lorsqu'il vida un encrier sur la tête de la préfète-en-chef, abygail ne put réprimer un sourire. Elle n'avait jamais porté cette fille dans son coeur : toute leur scolarité, elle n'avait fait que ce prendre pour une héroïne, à vouloir sauver tout le monde. Cette fille n'avait aucune classe, de toute manière, elle était un peu trop naïve et tout le monde pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert. On savait comment elle allait réagir dans chaque situation. boring Puis ce fut le tour de Siane Callaghan, puis d'Hermione Granger, sur laquelle il jeta tout le reste. Un silence de plomb régnait dans la Grande Salle. Personne n'avait l'air de comprendre pourquoi il avait choisi ces trois-là pour être ses cibles, mais sur leurs visages bleus, Abygail put remarquer qu'elles, elles devait très bien savoir.

Tout ceci n'était qu'une grosse mascarade. Par qui elle avait été orchestrée, aby avait sa petite idée, mais préférait ne pas y penser. Personne n'aurait fait ça si les filles ne l'avaient pas mérité, pas vrai ? Elle se remit donc à son examen, se promettant de ne plus se laisser distraire par quoi que ce soit, même si Harry Potter dansait tout nu sur sa table ou si Thadeus Calloway criait être membre des résistants. Il fallait qu'elle réussisse son examen, si elle voulait garder ses possibilités de boulot. Parce que c'était simple : sans une bonne place, elle n'avait plus rien. Cayden était parti, Swann et elle étaient farouchement fâchées, ses parents n'étaient plus là. Elle était seule et bien seule. Elle vit Swann passer près d'elle et sentit son regard sur elle. Non, elle n'allait pas relever les yeux, il fallait qu'elle se concentre. Elle était en colère contre elle, oui, il n'y avait pas de doute là-dessus, mais la plupart du temps, Swann lui manquait. Son sourire, ses rires, son soutien. Sans elle, elle se sentait bien seule aujourd'hui. Elle ne savait même pas ce qu'elle faisait l'année prochaine. Quand la grande blonde rebroussa chemin pour retourner à sa place, elle la regarda de nouveau. Comme si elle cherchait à la retrouver. Abygail l'observa se dos, lorsqu'elle s'assit à sa table. Puis Swann se retourna, pour regarder quelque chose d'autre qu'elle. Mais son regard se posa sur son ex-meilleure amie. Le coeur torpillé d'émotions, Aby esquissa un imperceptible sourire, ce seule la Whitefield était capable de remarquer. Puis elle se remit à son examen, pour de bon, et ne releva plus la tête.

877 mots ; + 30 points à serpentard.





i was wrong.
Revenir en haut Aller en bas
D. Alexis Hoover
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hogwarts-chronicles.net/t347-alexis-i-wanna-dance
Hominum revelio
⚡ Registration : 28/04/2011
⚡ Missives : 1533

⚡ Fizwizbiz : 2585
⚡ Âge du personnage : vingt ans
⚡ Nature du sang : née-moldue officiellement, mais elle a été adoptée à la naissance, donc rien n'est sûr.

Une voix familière et douce me fit sursauter, je me retournai pour me retrouver face à Sylas, mon Sylas. Il me tendait un mouchoir. Je le pris sans hésiter et commençai à me le passer sur le visage lorsqu'il passa son bras autour de mon épaule pour me raccompagner jusqu'à ma table. Ce geste trop familier parut surprendre certains. « écoute, Alexis, je suis désolé mais faut que tu passes cet examen et que tu le réussisses ok ? Après on leur fera payer tout ça et tout mais pas maintenant. Je te promets qu'ils paieront pour Terry et pour... ça. Mais maintenant, tu passes tes NEWTS et tu gères tout okay ? En plus on a révisé ce sujet ensemble. Un jeu d'enfant. » Je pris une grande inspiration en lui souriant du mieux que je pus. Je ne me sentais pas très bien. Ma tête tournait, et j'avais l'impression que mes jambes ne portaient plus très bien. C'était soit un effet du choc, soit l'effet sylas. Je penchai plutôt vers la seconde solution étant donné que c'était la première fois qu'il se montrait aussi proche de moi.. en public. D'habitude, nous gardions nos distances devant tout le monde mais là.. J'étais contente qu'il soit venu vers moi et m'ait murmuré ces quelques mois. Du soutien à la Sylas. Je m'assis, puis pris mes cheveux dans mes mains pour les attacher. J'eus un nouveau vertige, et je dus me retenir à la table pour ne pas vaciller. Sylas repartait, me faisant un doux clin d'œil. J'essayai de lui dire que je ne me sentais pas bien, que je voulais qu'il reste mais.. j'avais beau essayer de parler, rien ne voulait sortir de ma gorge, qui semblait comme paralysée. Oui, ça devait être le choc. Tremblante, je revins à mon examen, Hermione semblait toujours mal en point sur sa table.

Je n'arrivai pas à lire ce qu'il y avait sur cette putain de feuille. J'avais beau plisser les yeux, ma vision me faisait défaut. Lorsque je relevai la tête, je me rendis compte que le phénomène n'était pas seulement présent sur ma copie, mais aussi lorsque je regardai partout ailleurs. Je ne voyais que de la matière floue, des silhouettes lointaines. Je pris ma tête dans mes mains, laissant tomber ma plume qui se fracassa sur le sol. Ma tête me faisait mal, très, très mal, j'avais envie de crier. Ça ne pouvait être l'encre, on était pas allergique à l'encre. J'avais entendu dire que parfois, la peur ou les chocs pouvaient avoir cet effet mais là.. là c'était trop. Mon voisin de devant essaya de me parler, et claqua des doigts juste devant mes yeux mais je ne l'entendais plus. A vrai dire, je n'entendais plus rien d'autre que le silence. Mon coeur s'affolait. Mon corps me faisait mal de partout, me rappelant les douloureuses séances avec les Carrow avant la guerre. Je laissai échapper un souffle rauque, et soudain, je tombai. La dernière chose que je vis fut le visage de Sylas qui se précipitait vers moi, et mon dos heurta le sol. Puis les images se brouillèrent.

___________________ Ҩ ___________________


« Alexis, ma petite alexis, siffla une voix menaçante à mes oreilles. Tu sais que tu n'as pas été très sage. Tu aurais du faire plus attention.. Bientôt Poudlard ne sera plus là pour te protéger. » Lorsque que j'ouvrai les yeux, je me retrouvai seule au milieu d'une forêt humide. Quelqu'un devait s'infiltrer dans mon esprit. Je tentai de masquer ma respiration, comme Gabriel nous l'avait appris pendant nos sessions secrètes, mais j'étais déjà prise au piège, déjà coincée dans les filets du camp adverse. « Bientôt, ce sera ton tour ma belle, bientôt. » siffla une dernière fois la voix avant de disparaître, et de me laisser dans le vague. Je tombai dans le néant le plus profond.

638 mots ; 210 points à serdaigle.



Revenir en haut Aller en bas
Siane Callaghan
WANTED
admin
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 01/04/2011
⚡ Missives : 384

⚡ Fizwizbiz : 615
⚡ Âge du personnage : 20 ans.
⚡ Nature du sang : sang mêlée.



Siane inspira profondément et commença à lire son sujet. Elle pouvait le faire, c'était certain. Elle n'avait pas tellement révisé après tout, elle ne révisait jamais, mais elle avait de bons souvenirs de ce cours là. Elle n'aurait pas une note exceptionnelle mais elle pouvait aller chercher la moyenne, au moins ça. La jeune femme esquissa un mince sourire et s'empara de sa plume avant d'ouvrir son encrier, prête à commencer à écrire. C'est à ce moment-là qu'un bruit sourd retentit non loin d'elle et elle se retourna en entendant Sylas appeler le nom de son amie, Alexis. Elle la trouva alors sur le sol, comme plongée dans un très mauvais rêve. Siane bondit de sa chaise malgré l'importance de son examen et se précipita vers la jeune fille, ignorant l'ordre qu'avait donné le professeur Van Garett un peu plus tôt. Tant pis, elle ferait perdre des poids à Gryffondor, mais elle devait venir en aide à Alexis.
Elle s'accroupit aux côtés de son amie et la redressa doucement avant de la secouer. Siane l'appela d'abord gentiment puis insista en voyant qu'elle ne répondait pas et la secoua sans douceur. Elle serra les dents et décida alors de la gifler. Alexis ouvrit brusquement les yeux et sembla reprendre son souffle un peu comme si la Gryffondor l'avait sortie de l'eau alors qu'elle s'apprêtait à se noyer. La sentant trembler contre elle, Siane saisit les épaules de la Serdaigle et plongea son regard dans le sien. « On n’a pas le droit, Alexis. On n’a pas le droit d’avoir peur, de craquer, d’accord ? Tout le monde nous regarde, les trois quarts savent qui nous sommes et ce que nous sommes. On n’a pas le droit de se laisser aller devant eux, » siffla-t-elle de manière à ce que seule Alexis puisse l’entendre. « On est ensemble, on va s’en sortir. Tu es une des filles les plus intelligentes que je connaisse alors tu vas passer cet examen, le réussir malgré toutes tes inquiétudes et ensuite, on pourra céder à la panique. Ok ? » demanda-t-elle en se radoucissant légèrement. En voyant Alexis hocher la tête et tout faire pour calmer son angoisse, Siane lui sourit doucement et l'aida à se relever. Elle fit signe à Hoaxley-Young de l'aider à rejoindre sa place et le jeune homme ne se fit pas prier. Ces deux-là étaient proches.

Siane balaya la pièce du regard. Les épaules d'Hermione ne tremblaient plus, mais elle s'était tournée vers elles afin de voir ce qui se passait, les yeux brillants. Sa camarade la rassura d'un regard et la dirigeante de l'AD sembla enfin pouvoir commencer son examen. Son regard continua d'aller de visages en visages. Certains étaient penchés sur leur feuille, ne souhaitant pas se mêler à tout cela, d'autres étaient tournés vers elle, la fixant d'un air entendu ou avec de grands yeux écarquillés. Siane soupira et se mordit la lèvre inférieure. Qu'ils aillent tous au diable, elle avait un examen à réussir. Alors la Gryffondor rejoignit sa table, s'empara de sa plume et commença à écrire.


511 mots ; + 30 points pour Gryffondor.


i'm up to no good
I cheated myself like I knew I would, I told ya, I was trouble. You know that I'm no good. Upstairs in bed, with my ex boy, he's in the place, but I can't get joy, thinking of you in the final throes, this is when my buzzer goes.  (⚡️) AWinehouse.
Revenir en haut Aller en bas
Hogwarts Chronicles
PNJ ⚡ the puppet master
avatar
Portus
Voir le profil de l'utilisateur
Hominum revelio
⚡ Registration : 26/12/2010
⚡ Missives : 1844

⚡ Fizwizbiz : 3613
⚡ Âge du personnage : plus vieux que le monde.
⚡ Nature du sang : rouge.
Intrigue №2 ; OWLS & NEWTS

C'était surréaliste. Vraiment, complètement, profondément surréaliste. Lily Ann doutait que des examens se soient jamais déroulés ainsi dans toute l'histoire de l'école. Le moins qu'on puisse dire, c'est que la salle toute entière était en état de choc. Les élèves ne paraissaient pas comprendre ce qui leur arrivait et, pour tout dire, les adultes non plus. L'incompréhension et le malaise dansaient dans les prunelles des professeurs qui entouraient encore la Serpentarde étendue sur le sol. Reportant son attention sur la jeune fille, l'infirmière passa une main sur son front. Inquiète par la chaleur qui s'en dégageait, elle plissa le front. La faire sortir de la Grande Salle revenait à lui faire redoubler son année. « Tu m'entends ? lui demanda-t-elle tout bas. Très bien, alors écoute-moi attentivement, continua-t-elle lorsque Blondie hocha (faiblement) la tête, j'aimerais t'emmener à l'infirmerie mais il faut que tu comprennes que ne pas passer tes examens signifie redoubler ton année. Tu reviendras ici l'année prochaine » précisa-t-elle, scrutant les grands yeux posés sur elle, plein de questions. Bizarrement, une lueur de.. joie ? Une lueur de joie, oui, s'alluma dans les prunelles de la fille. Elle acquiesça frénétiquement. « Tu.. acceptes ? » souffla Lily Ann, presque choquée. La gamine redoubla d'ardeur, hochant la tête à s'en faire mal au cou. Étrange mais c'était déjà un souci de moins. Devoir laisser une élève souffrante passer tout de même ses examens parce qu'elle refusait de redoubler lui aurait tout de même posé problème.

Se redressant, la grande brune jeta un regard aux alentours. Les élèves victimes des farces de mauvais goût de Peeves s'étaient mises au travail malgré tout. Lily Ann ne put s'empêcher de penser que tout ça avait un sens. Ce n'était pas possible autrement. Les paroles de l'esprit frappeur avaient été inspirées par quelque chose. Quoi donc ? Cela restait un mystère. Le découvrir n'était pas ni de son ressort, ni son but. Elle se fichait qu'il s'en prenne à de pauvres petites idiotes sans défense. « Lève-toi, lança-t-elle à l'intention de la petite blonde, attends, je vais t'aider » Elle lui tendit une main, l'aida à se mettre sur ses jambes avant d'enrouler un bras autour du petit corps fébrile pour la soutenir. La môme était faible mais consciente.

Ni Abbey Lee ni Lily Ann n'avaient remarqué que Peeves se tenait à présent à quelques mètres devant elles. Ce n'est que lorsqu'il se mit à chanter à nouveau qu'elles levèrent la tête.

« Elle pleure, la p'tite Abbey
Elle sait pas qui a buté Terry
»


Cette fois, pourtant, il n'allait pas plus loin. « Ça suffit ! » lança le professeur Rogue, d'un ton qui n'appelait aucune réplique. Même Peeves était capable de comprendre le message. L'air mécontent, il s'éloigna sans se retourner sous les yeux surpris des élèves qui, à nouveau, avait levé le nez de leurs copies. Lily Ann quêta l'approbation du directeur des Serpentards. Leurs regards se croisèrent quelques secondes. Suffisamment longtemps pour que Rogue hoche sèchement le menton. C'était là la seule permission qu'elle obtiendrait. « Ça va aller » murmura-t-elle à l'intention de la malade. A petits pas lents, elle traîna l'adolescente hors de la Grande Salle. Lily Ann ignorait ce qu'y s'était déroulé pour qu'une élève fasse pareille crise mais son instinct lui disait que c'était terrible. Le contraire était impossible.

Une fois dans le hall, Abbey Lee put enfin respirer normalement. Toutefois, le corps mutilé et le visage meurtri de Terrence ne quittaient pas ses pensées tandis que résonnait dans sa tête les échos du discours du ministre mêlé aux chansonnettes de Peeves.


———————— ͼҨͽ ————————

Merci, merci, merci beaucoup de votre implication dans cette intrigue. Voir ces quatre pages nous fait chaud au coeur et nous fait énormément plaisir. Nous espérons ne pas avoir déçu et soyez certaines et certains que nous referons sans aucun doute usage du système de points selon l'heure d'envoi des réponses. En attendant, on vous embrasse et merde pour tous ceux dont la rentrée approche.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portus
Hominum revelio
Revenir en haut Aller en bas
 

02 — OWLS & NEWTS || Intrigue #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS • CHRONICLES ` :: Intrigues & events :: Intrigue #2 ; OWLS & NEWTS-